Illibéralisme : le cas curieux de la Hongrie

Au cours des 12 dernières années, la Hongrie est devenue le champion autoproclamé de l’illibéralisme en Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Screenshot 2022-03-16 at 16-51-02 (4) Viktor Orban reçoit Poutine et défend le dialogue Budapest-Moscou - YouTube - https://www.youtube.com/watch?v=lWfIIlsJZgM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Illibéralisme : le cas curieux de la Hongrie

Publié le 17 mars 2022
- A +

Par Joseph Paul Forgas.
Un article de Quillette

 

L’émergence rapide de mouvements politiques antilibéraux dans un certain nombre de pays au cours des dernières années a pris de nombreux politologues et psychologues par surprise. Le rejet du modèle démocratique libéral est en effet déroutant, car les démocraties libérales occidentales ont produit des niveaux sans précédent de liberté, de justice, d’équité, d’égalité, de prospérité et de tolérance.

Au cours des 12 dernières années, la Hongrie est devenue le champion autoproclamé de l’illibéralisme en Europe, s’étant métamorphosée en un État à parti unique de facto sous le règne autocratique de Viktor Orbán, le plus proche ami et allié européen de Poutine. Pendant le conflit qui se déroule en Ukraine, seuls dans l’UE, tous les médias de l’État hongrois ont fidèlement repris la propagande russe, accusant l’arrogance de l’OTAN des États-Unis d’être responsable des crimes horribles commis par la Russie.

 

Pourquoi la Hongrie est importante

En temps normal, la Hongrie n’est pas un pays important : elle fournit à peine 0,8 % du PIB de l’UE et attire rarement l’attention du monde entier. Cette fois-ci, cependant, ce sera différent.

Le glissement de la Hongrie vers une autocratie populiste a des ramifications internationales, car le modèle se répète ailleurs. Le gouvernement d’Orbán a remodelé la culture et les institutions politiques du pays, démontrant comment la propagande, les théories du complot et les politiques identitaires peuvent être mises au service de l’ethno-nationalisme pour détruire les normes démocratiques. Orbán a déjà de nombreux adeptes en Europe centrale et orientale, et il a activement promu l’illibéralisme dans les Balkans.

 

Sans surprise, Orbán a réussi à faire forte impression sur Donald Trump, qui l’a couvert d’éloges pour avoir fait un tel « travail formidable » lors d’une visite à la Maison Blanche en 2019. David Cornstein, homme d’affaires américain et ami proche de Trump, a quant à lui passé son temps en tant qu’ambassadeur américain à Budapest (2018-2020) à saper les efforts d’assainissement du système politique hongrois.

Miklos Ligeti, représentant de Transparency International et ancien ministre hongrois, a déclaré au New York Times en 2019 :

Cornstein est le pire, le plus nuisible des diplomates – pas seulement des États-Unis, mais de tous les pays. Il travaille activement contre les voix de la lutte contre la corruption.

Orbán aime se présenter comme le champion des valeurs conservatrices, de la famille et du christianisme, et comme l’ennemi juré d’une idéologie néo-marxiste destructrice qui envahit les universités et les institutions occidentales. Certains membres de la droite se sont empressés d’adopter ce discours manipulateur et, aujourd’hui, Orbán reçoit un accueil chaleureux lors des rassemblements conservateurs où il est invité à tonner contre l’impiété occidentale et la tyrannie de gauche.

Paradoxalement, l’emballement de la Hongrie envers l’autocratie tire une légitimité perverse de l’évolution plus large de l’Occident vers la politique identitaire.

La révolte croissante contre le politiquement correct et l’idéologie du genre a conduit Orbán à réaliser que s’attaquer à l’influence corrosive du progressisme occidental radical et de ses théories générait un soutien national et international important. Mais comme je l’ai souligné ailleurs, le succès du régime d’Orbán repose sur les mêmes stratégies et idéologies populistes que celles employées couramment par les autocraties depuis les années 1930. En conséquence, la Hongrie est devenue un exemple pour les mouvements politiques populistes et les dirigeants tels que l’AfD allemand, le Front national français, Salvini, Kaczynski, Erdoğan et Poutine, qui consultent tous régulièrement Orbán.

Ceux d’entre nous qui valorisent la liberté, l’individualisme et la rationalité doivent veiller à ne pas faire cause commune avec les autocrates de droite qui méprisent ouvertement les valeurs des Lumières. Il est profondément décevant de voir comment certains conservateurs occidentaux légitiment par inadvertance le régime d’Orbán. Des universitaires et des intellectuels publics conservateurs des États-Unis et d’Europe ont afflué aux événements organisés par le Matthias Corvinus College et d’autres organisations de façade orbánites. Apparemment optimiste quant à la répression croissante du régime hongrois, Tucker Carlson, de Fox News, s’est fait un plaisir de présenter Orbán comme un défenseur des valeurs conservatrices, tout en ignorant sa destruction systématique de la démocratie. Ces approbations risquent d’infliger des dommages catastrophiques à la crédibilité du libéralisme classique.

 

De la démocratie à l’autocratie

Après l’effondrement du système soviétique, la Hongrie était largement considérée comme l’un des pays post-communistes les plus susceptibles de réussir la transition de la dictature à la démocratie. Malheureusement, ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées. Au cours des 12 dernières années, Orbán a systématiquement subjugué les institutions démocratiques et transformé le système politique du pays en ce qu’il appelle par euphémisme un « système de coopération nationale ».

Orbán a été élu en 2010 lors d’une élection libre et équitable pour remplacer le précédent gouvernement de centre-gauche discrédité, et il a immédiatement entrepris de démanteler les institutions qui l’empêchaient d’accéder au pouvoir absolu. Il a annoncé que la Hongrie serait dorénavant une « démocratie illibérale ». Il a promulgué une nouvelle Constitution soutenue uniquement par son propre parti et a modifié la loi électorale pour asseoir son contrôle. Bien que son parti n’ait pas réussi à remporter plus de 50 % des suffrages exprimés lors des élections de 2014 ou de 2018, il a néanmoins obtenu à chaque fois une majorité parlementaire des deux tiers.

Dans un discours extraordinaire prononcé le 26 juillet 2014, Orbán a déclaré que la Hongrie allait tourner le dos à la démocratie libérale. Faisant l’éloge d’États autocratiques comme la Chine, la Turquie et la Russie, il a renoncé aux méthodes et aux principes d’organisation libéraux, ainsi qu’à une façon libérale de voir le monde.

Les valeurs libérales contemporaines engendrent la corruption, la dégénérescence sexuelle et la violence.

Pour illustrer cette affirmation, il aime à opposer l’économie vitale et basée sur le travail des peuples orientaux en bonne santé aux citoyens occidentaux fatigués et immoraux qu’il dit être asservis par le capitalisme financier.

Les postes clés tels que le bureau du procureur, les autorités judiciaires, les directeurs d’agences gouvernementales et le centre des impôts ont été dûment pourvus par des loyalistes du parti nommés pour une durée pouvant aller jusqu’à neuf ans. Le radiodiffuseur public et 90 % des médias sont désormais sous le contrôle direct du parti, et les fonds des contribuables sont utilisés sans vergogne pour la propagande du parti. La corruption a atteint des niveaux sans précédent sous le règne d’Orbán. Son ami d’enfance, un ancien gazier à peine alphabétisé, est devenu l’homme le plus riche de Hongrie en quelques années, grâce aux innombrables contrats gouvernementaux financés par l’UE. Le gendre d’Orbán a été accusé de racket et d’association de malfaiteurs en vue de frauder l’UE par l’OLAF, l’agence d’enquête de l’UE, qui a recommandé des poursuites. Mais Péter Polt, l’homme d’Orbán à la tête du bureau du procureur général, n’a rien fait.

Les stratégies d’Orbán pour asseoir son pouvoir ne sont pas sans précédent historique, mais il s’est montré plus rusé et plus efficace que de nombreux autocrates populistes en puissance. Les politologues débattent de la meilleure façon de caractériser l’autocratie hongroise. Certains la qualifient d’État quasi-fasciste, car la propagande d’Orbán, qui fomente la division, la haine et le nationalisme, emploie des méthodes similaires à celles utilisées par Mussolini, Goebbels et Hitler. D’autres, comme Bálint Magyar, le définissent comme un État mafieux postcommuniste en raison de la corruption omniprésente et de la structure hiérarchique du pouvoir semblable à celle d’un parrain, documentées dans le livre de 800 pages de Magyar, The Anatomy of Post-Communist Regimes, qui a fait l’objet de recherches approfondies. Transparency International confirme que la corruption est devenue endémique en Hongrie depuis 2010.

En résumé, Orbán a utilisé l’argent des contribuables européens pour consolider son régime illibéral, tandis que l’UE est impuissante à mettre fin à la prise de pouvoir et au pillage. L’État favorise les copains et les membres de la famille d’Orbán en leur attribuant des marchés publics, punit les propriétaires de médias indépendants, les ONG et les partisans de l’opposition par des enquêtes fiscales arbitraires et utilise les ressources de l’État pour la propagande du parti. Son parti a effectivement détruit l’indépendance du pouvoir judiciaire, une évolution documentée dans le vaste rapport 2018 de Judith Sargentini pour le Parlement européen. À bien des égards, Orbán s’est exclu de l’Occident démocratique, et lui et son gouvernement devraient être traités en conséquence. Les critiques du Parlement européen, de la Commission de Venise, de la Commission européenne et du rapport Sargentini n’ont eu aucun effet perceptible. Pas plus que la menace de sanctions européennes contre la Hongrie en vertu de l’article 7 de la Constitution européenne.

La propagande incessante du gouvernement a joué un rôle crucial dans la légitimation de ce processus, en alimentant un sentiment d’apitoiement nationaliste, de grief et de narcissisme collectif. Elle instrumentalise l’histoire traumatique de la Hongrie pour présenter Orbán comme le sauveur triomphaliste d’une nation au profit de ses disciples crédules. L’électorat hongrois est composé d’environ huit millions d’électeurs, dont un quart environ sont de solides partisans d’Orbán, et leur loyauté a été obtenue par une combinaison de propagande ethnonationaliste, de faveurs et avantages ciblés.

 

Les prochaines élections en Hongrie

C’est dans ce contexte déprimant que se déroulent les prochaines élections du 3 avril. Mais pour la première fois en 12 ans, l’opposition a réussi à se ressaisir et les partis démocratiques de tout l’éventail politique ont formé une plate-forme commune pour déloger Orbán. Lors d’une série de votes de présélection, un seul candidat a été choisi pour chaque circonscription électorale afin d’éviter la fragmentation du vote de l’opposition.

En la personne de Péter Márki-Zay, un catholique conservateur père de sept enfants, le bloc d’opposition a trouvé un candidat au poste de Premier ministre qui croit et vit réellement les valeurs chrétiennes conservatrices qu’Orbán ne fait que prétendre représenter. Márki-Zay est le maire d’une ville de province, a vécu de nombreuses années en Amérique du Nord, possède plusieurs diplômes universitaires et semble être une personne décente et un authentique démocrate. Inutile de dire que la machine de propagande d’Orbán bat son plein et l’attaque avec des accusations manifestement malhonnêtes.

Ne laissant rien au hasard, Orbán a fait tout ce qui était en son pouvoir pour assurer sa victoire. Des dizaines de milliers d’électeurs loyalistes des pays voisins auront droit à un vote par correspondance sans certification appropriée, ouvrant ainsi de nombreuses voies à la fraude électorale. Par ailleurs, plus d’un demi-million de Hongrois qui ont émigré en Europe occidentale pour échapper au régime d’Orbán ne seront autorisés à voter qu’en personne dans les ambassades – une tentative sans équivoque de réduire leur participation. Plusieurs faux partis soutenus par les amis d’Orbán ont également été enregistrés pour tenter de diviser le soutien de l’opposition. La plupart des institutions publiques sont désormais dirigées par des fidèles d’Orbán ; les établissements d’enseignement supérieur ont été confiés à des fondations de façade dirigées à vie par des personnes nommées par Orbán ; le monde de l’art, les théâtres, les musées et les organismes subventionnaires ont tous été centralisés et sont désormais généralement dirigés par des apparatchiks du parti.

Même si l’opposition parvient à prendre le pouvoir, elle sera confrontée à une phalange d’institutions hostiles et bien financées, ainsi qu’aux caisses de l’État vidées par des dépenses préélectorales inconsidérées. Mais c’est ce qui rend les prochaines élections hongroises si fascinantes. Nous sommes sur le point de découvrir si, oui ou non, les élections peuvent, à elles seules, permettre à un État autocratique à parti unique de retrouver le chemin pacifique d’une démocratie pluraliste fonctionnelle. De nombreux commentateurs hongrois n’en sont pas convaincus. Ils soulignent que les renversements d’une autocratie populiste par des moyens démocratiques sont rares dans notre histoire politique. Certains affirment que les douze années de règne d’Orbán ont constitué une violation des principes constitutionnels fondamentaux et qu’une nouvelle Constitution sera nécessaire pour traduire en justice ceux qui ont détruit notre démocratie. Mais cette démarche ne manquera pas d’engendrer de nouvelles et amères divisions qui la rendront impraticable.

Ceux qui s’opposent sincèrement à l’autoritarisme rampant des révolutionnaires de gauche, des néo-marxistes, des théoriciens de la race critique et des idéologues du genre dans nos institutions (et je me compte parmi eux) ne doivent pas se laisser séduire par les autoritaires réactionnaires d’extrême droite. Nous ne pouvons pas faire cause commune avec des dictateurs génocidaires comme Poutine simplement parce qu’il partage notre opposition au politiquement correct et à la capture institutionnelle. De la même manière, la coopération avec un autoritaire comme Orbán, quels que soient ses avantages à court terme, ne peut que nuire à la cause de la liberté à long terme. Orbán peut-il encore gagner les élections, ou l’opposition peut-elle enfin remettre la Hongrie sur la voie de la démocratie libérale ? Nous devrons attendre de voir ce qui se passera le 3 avril.

Sur le web

 

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Avatar
    jacques lemiere
    17 mars 2022 at 7 h 10 min

    avant tout.. c’est un type qui aspire et parvient en pratique à devenir un autocrate…

    le contenu idéologique doit en être distingué..

    l’admiration pour les dictatures est banale!!!!

    chez les étatiste en général, tendance marxiste , ça n’a jamais cessé et désormais chez les traditionalistes..

    il suffit de lire les commentaires sur le site..

  • Comme en France avec une procureure financière nommée par l’état socialiste qui poursuit les opposants politiques quand ils deviennent gênants, une télévision d’état aux ordre, des dépenses pré électorales inconsidérées etc..
    Et en France être libéral est une insulte.

  • Heureux réactionnaires. Maintenant que la Russie de Poutine n’est plus un modèle aimable, il leur reste la Hongrie de Orban.
    L’auteur ne doit pas s’illusionner quand il écrit : « Nous ne pouvons pas faire cause commune avec des dictateurs génocidaires comme Poutine simplement parce qu’il partage notre opposition au politiquement correct et à la capture institutionnelle. »
    Voeux pieu car c’est oublier que la haine est un ciment très puissant. Les gens se rassemblent plus par leurs détestations communes que par leurs goûts communs.
    Je fais le pari que les « libéraux conservateurs » conserveront (sic) longtemps toute leur amitié pour Orban car leur idéal réactionnaire est plus fort que leur amour du libéralisme.
    Les « libéraux conservateurs » sont formidablement résilients avec les autocrates conservateurs.

    -3
    • @Pierre Ponce
      Bonjour,
      Les « libéraux conservateurs », au contraire des socialo-communistes, sont capables de couper net une « amitié » si celle-ci est basée sur du flan. Orban est un dictateur soit ; les libéraux couperont leur soutien. Je rappelle que les socialo-communistes clament encore que le socialo-communiste ne marche pas car ce n’était pas du vrai socialo-communisme, et qu’ils continuent de vanter leurs leaders (Chavez, Lénine, Castro, Mao, E. Guevara, etc…)

      • Je vous trouve bien optimiste.
        Pour moi, ce sont les mêmes.
        Il est très difficile de se couper d’un parti pris idéologique.
        On peut rejeter les leaders politiques qui ont « desservi » la cause. Mais on s’en choisit vite de nouveaux, pas encore grillés.
        Aujourd’hui peu de socialo-communistes osent se réclamer de Staline ou de Mao. Mais de leurs descendants, si.
        Pour les libéraux-conservateurs, Poutine est grillé. Orban, Trump, Bolso et d’autres ne le sont pas. Pas encore. Alors ils restent quand même un peu des modèles.
        Les libéraux-conservateurs ont un tropisme irrépressible pour les autocrates réactionnaires. Ils représentent à la fois leurs idées et la « bonne » manière de les mettre en pratique.
        Les socialo-communistes, type Melenchon, font de même avec les autocrates marxisants.

        -3
        • Vous confondez les libéraux-conservateurs et les conservateurs.

          • Je suis libéral plutôt progressiste et j’ai les mêmes principes de justice que les libéraux conservateurs. C’est sur la moral que nos positions peuvent diverger. Et je vous assure que les conservateurs sont des socialistes pour moi.

            • Après les étiquettes chacun les colle un peu comme il en a envie, c’est débile en fait.

            • « Vous confondez les libéraux-conservateurs et les conservateurs »
              « Et je vous assure que les conservateurs sont des socialistes pour moi »
              Donc, selon vous, je confonds « libéral-conservateur » et « socialiste ».
              Mouais. M’étonne pas qu’on ait du mal à dialoguer, vous et moi.

        • Avatar
          jacques lemiere
          17 mars 2022 at 19 h 56 min

          si on veut mais vous mettez ce que vous voulez dans liberal conservateur…ce qui rend votre propos irréfutable.

  • Illibéralisme, libéralisme sont tellement galvaudés qu’on n’en comprend plus bien la signification.
    Et pourquoi opposer conservatisme à libéralisme en les décrétant incompatibles ???
    Après un tel réquisitoire, revenons dans la réalité :
    Liberté économique Hongrie : 66,9 48 ème
    Liberté économique France : 65,9 52 ème
    En bref, tu ne fais pas de politique et tu te fous complétement de la théorie du genre, tu peux monter ton affaire en Hongrie dans un environnement assez conciliable…et tout à fait serein.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une crise alimentaire sévère se profile à court terme. Pour certains la planète alimentaire serait même au bord du gouffre.

 

Une planète alimentaire au bord du gouffre

Avant la guerre en Ukraine la situation des marchés agricoles était déjà tendue pour des raisons à la fois climatiques et logistiques. Le conflit à haute intensité qui se déroule sur le sol européen n’a évidemment rien arrangé. Il met aux prises deux puissances dont les exportations cumulées représentaient récemment encore près de 30 % du commerce mondial du... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles