Comme si la Russie de Poutine pouvait être un modèle !

Si l’Occident veut exister à la hauteur de ses valeurs libérales et démocratiques, ce n’est certainement pas sur la Russie de Poutine ou sur la Chine qu’il doit prendre modèle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Photo by Max Kukurudziak on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comme si la Russie de Poutine pouvait être un modèle !

Publié le 26 février 2022
- A +

Les Cubains savent parfaitement que le gouvernement américain est le principal responsable de la situation actuelle à Cuba.

Ainsi s’exprimait le président de Cuba Miguel Díaz-Canel en juillet dernier alors que l’île était en proie à des manifestations d’ampleur inédite.

La rhétorique est connue. Quand les Cubains se révoltent en masse contre leur gouvernement, quand les Vénézuéliens fuient leur pays pour échapper à la dictature et la pauvreté, quand la RDA est « obligée » de construire un « mur de protection antifasciste », le coupable est tout trouvé : c’est bien sûr cet incurable impérialisme des États-Unis et de leurs alliés qui place le monde à la merci des agressions continues de l’Occident.

Le drôle de discours de Poutine

Aussi, alors que la Russie a lancé ses chars et ses missiles en Ukraine, pays indépendant selon sa propre volonté depuis 1991, et que j’entends une clameur immense venue de l’Occident lui-même nous expliquer que la faute en incombe avant tout si ce n’est uniquement à l’implacable volonté de puissance de l’OTAN, j’ai comme une forte impression de déjà vu, de déjà entendu. Le mot prétexte vient spontanément à l’esprit. Cuba et Venezuela se sont d’ailleurs empressés d’apporter leur soutien au maître du Kremlin, lequel n’a pour eux que douces attentions (notamment une restructuration de la dette cubaine votée par la Douma en début de semaine).

Et puis, voir Poutine décrit sous les traits de la blanche colombe qui ne ferait que résister à l’oppression… comment dire ? Son petit discours d’entrée en guerre ne laisse guère de doute sur ses intentions : la Russie est une puissance nucléaire qui ne laissera personne interférer avec ses ambitions. Lesquelles, mi-désirs de grandeur mi-opérations stratégiques, sont connues : retrouver les frontières de la grande Russie, récupérer le grenier à blé ukrainien, accéder aux mers chaudes. Sauf que l’Ukraine est un pays souverain.

À noter d’abord qu’il n’est pas très cohérent de se moquer des efforts diplomatiques menés par les Occidentaux ces derniers temps, au motif que tout ceci n’est qu’un alarmisme de plus de gouvernements uniquement préoccupés de se donner le beau rôle de défenseurs de la paix aux yeux de leurs opinions publiques, puisque, disaient les grands admirateurs de Poutine, il n’envahira jamais l’Ukraine (MélenchonZemmourLe Pen), et d’expliquer ensuite, une fois ce pronostic complètement balayé par la réalité, que l’OTAN est la cause de tout.

Selon ces raisonnements, s’il ne devait pas entrer en Ukraine, c’est bien que rien ne l’y forçait. On ne voit pas pourquoi l’OTAN est soudain devenue un élément déclencheur. Et puisqu’on parle d’OTAN, peut-être bien que les pays baltes, la Pologne ne sont pas mécontents d’en faire partie, vu le comportement de Poutine en Ukraine. À Taïwan, ils ne s’y sont pas trompés, ils ont parfaitement compris qui était l’agresseur et redoutent par-dessus tout que la Chine ne profite de l’occasion pour une opération de récupération de son cru. Le précédent de Hong Kong existe. Vous avez dit OTAN ?

Arrêtons de se rapprocher de la Russie de Poutine

Il est évident cependant que nous autres Occidentaux devons apprendre à nous montrer moins cavaliers, moins suffisants, moins certains de notre supériorité militaire et morale dans nos relations internationales et vis-à-vis de pays dirigés par des autocrates peu enclins à respecter le droit international ou leur propre parole. Était-il bien avisé d’enclencher une transition énergétique largement idéologique qui nous a rendu hautement dépendants du gaz russe ? Est-il bien avisé d’accroître une dépendance industrielle avec la Chine, pays spécialiste du contrôle social et oppresseur des Ouïgours ?

De la même façon, qu’avons-nous à dire pour notre défense après le monstrueux chaos que nous avons laissé en Libye (2011) suite à notre intervention irréfléchie ? Après l’invasion de l’Irak (2003) au prétexte de la présence sur son sol d’armes de destruction massive qui se sont finalement avérées inexistantes ? Une riposte à l’attaque terroriste du 11 septembre 2001 était justifiée, mais certainement pas celle-là, bâtie sur le mensonge.

Tout ceci n’est pas digne, peut facilement nous être reproché et doit impérativement cesser.

Mais peut-on sérieusement penser qu’une attitude irréprochable de notre part aurait changé quoi que ce soit au comportement de Vladimir Poutine ? J’en doute sérieusement.

Ce n’est pas l’OTAN ni les manquements de l’Occident qui l’obligent à se maintenir au pouvoir depuis 23 ans par tous les subterfuges possibles, dont le petit jeu de devenir le Premier ministre de son propre Premier ministre Medvedev élu comme président fantoche de 2008 à 2012.

Ce n’est pas l’OTAN ni les manquements de l’Occident qui l’obligent à emprisonner ses opposants (Alexeï Navalny) ou à les faire assassiner (Boris Nemtsov) ni à faire assassiner des journalistes (Anna Politkovskaïa). Rappelons-nous qu’en 2021, la Russie se situait au 150ème rang sur 180 pays dans le Baromètre RSF de la liberté de la presse quand la France, sans être très performante, arrivait quand même à la 34ème place.

Plutôt que de tresser des lauriers à ce merveilleux Poutine qui aime son pays, qui aime son peuple et qui prend si bien la défense des racines chrétiennes de l’Europe – ce qui est très contestable – peut-être faudrait-il se rappeler que Boris Nemtsov fut assassiné en 2015, quelques jours seulement après avoir appelé les Russes à une marche d’opposition aux politiques de Vladimir Poutine, demandant « l’arrêt immédiat de la guerre avec l’Ukraine » et exigeant que « Poutine cesse son agression. »

Et puis n’oublions pas qu’en faisant appel à la fibre patriotique des Russes, l’aventure ukrainienne a aussi pour effet de dissimuler combien son « règne » aura peu fait pour la prospérité de son pays. Comme le rappelait récemment le directeur de l’IREF Nicolas Lecaussin, malgré de grandes ressources en énergie fossile, l’économie du pays n’est pas du tout diversifiée et s’enfonce dans la crise. Depuis 2012, le PIB (edit 3 mars : par habitant) du pays s’est effondré de 30 % et le PIB par habitant ne représente actuellement que 57 % du PIB par habitant de la Grèce !

Si l’Occident veut exister à la hauteur de ses valeurs libérales et démocratiques, ce n’est certainement pas sur la Russie ou sur la Chine qu’il doit prendre modèle, comme de trop nombreux idolâtres le pensent chez nous. C’est au contraire en s’éloignant résolument de l’autocratisme en vigueur dans ces pays.

Oui, il y a du travail. Nul doute qu’avec la pandémie de covid, un pas de plus vers le contrôle social à la chinoise a eu lieu ; nul doute que la dérive de plus en plus marquée vers la social-démocratie tend à grignoter peu à peu les libertés individuelles.

Tournons le dos à tout cela. Ne nous transformons ni en Chine ni en Russie.

Pour compléter cet article, je suggère la lecture de Poutine : Mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous ? (7 novembre 2015)

Voir les commentaires (81)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (81)
  • Le problème n’est pas la démocratie ou la dictature. Le problème c’est le type de politique : libérale ou socialo-communiste qui est appliquée dans un pays. Je préférerais vivre dans un pays autocratique qui applique une politique libérale plutôt que dans une pseudo démocratie qui met en place une politique socialo-communiste. C’est toujours le même problème : plus ou moins d’État.
    Quand vous avez plusieurs douzaines de ministres et leur staff payés à mettre des bâtons dans les roues aux citoyens d’un pays,650 députés et 450 sénateurs qui font semblant de réfléchir sur ce qu’on leur a intimé l’ordre de voter c’est beaucoup d’argent des contribuables dépensés pour rien.

    • Chiche !
      Pas cap…

    • Bah oui, le libéralisme c’est mieux que le socialisme, je ne vous contredirai pas sur ce point. Mais le libéralisme ça ne veut pas dire que les tenants des autres opinions ont moins de droits comme il me semble que ce serait le cas dans une autocratie ( pouvoir détenu par un seul homme, de soi même ).

    • Je pense que la dictature des autocrates ( loi du plus fort ) de tout temps et de tout lieux est LE problème et que la démocratie ( loi du plus nombreux ) n’est pas indépassable. Je suis libéral.
      Et je préfère vivre libre avec des gens qui ne pensent pas comme moi qu’avec un maître même libéral, quitte à choisir, si j’ai le choix hein.

  • Je ne sais pas quel age vous avez mais je peux vous dire que la situation au point de vue du liberalism s’est fortement dégradée depuis la chute de l’URSS. Et c’est exactement ce que je craignais. Les pays occidentaux n’ayant plus besoin de démontrer que leur modele est supérieur, l’étau se resserre de moins en moins progressivement. Voyez le Canada récemment. Par consequent, je pense qu’une Russie et une Chine forte sont d’excellent contrepoints aux visées autoritaires de nos dirigeants. Et ne vous faites aucune illusion, si la situation économique se degrade dans nos pays développés on verra une augmentation des mouvements sociaux et la repression sera aussi dure que celle que l’on voit dans les pays plus a l’Est.

    12
    • voila..
      moi je veux me rapprocher des ruses et des chinois..
      mais pas de poutine ou de xi..

      mais je comprends la popularité des ces personnes; d’autant plus qu’ils controlent l’information..

      ils ont amenée l’ordre ou la prospérité ..rendu leur fierté … c’est indéniable, reste que..
      ce sont des dictateurs, autocrates ou que sais je encore..

      ils tuent des innocents sans se poser des question, ils bafouent les libertés..

      nos dirigeants aussi..mais ils sont révocables et encore contestables..

      macron n’est pas un dictateur c’est un arriviste.. il suit l’opinion..il en a peur ,même si il cherche à la diriger..

      si on aime la liberté on ne peut pas admirer poutine, ce qui est différent d’admirer des trucs que font les russes..

      quand on me dit que la france c’ets macron merci bien…
      la russie n’ets paspoutine..

      et je pense que poutine prend un risque en Ukraine..mais il est possible qu’il soit informé.. une guerre longue et impopulaire le forcerait à une inflation verbale à la cubaine..

      • @Jacques Lemiere
        Bonjour,
        Ce n’est pas parce que Macron n’était pas abattre ses opposants qu’ils n’est pas un dictateur. La dictature ne re résume pas pas à ce seul acte.

        Poutine n’est certes pas la Russie mais il l’entraîne avec elle. D’ailleurs il se contrefiche des conséquences : ce qu’il veut, son but, c’est de réinstaurer l’U.R.S.S, ce qui se met en travers de son but est à balayer.

        • si vous voulez il ya des définition qui permettent de qualifier TOUT président français de dictateur …

          mais le peuple controle macron via l’élection..

          on va le répéter c’est opinion le dictateur ici..
          macron est vide.. une girouette..

  • Merci Nathalie.
    Intéressons-nous moins aux (présumés) idéaux de morale ou même de liberté qu’aux moyens utilisés pour les atteindre. Peut-être nous ferons-nous mener par le bout du nez…un peu moins facilement.

  • voila..
    moi je veux me rapprocher des ruses et des chinois..
    mais pas de poutine ou de xi..

    mais je comprends la popularité des ces personnes; d’autant plus qu’ils controlent l’information..

    ils ont amenée l’ordre ou la prospérité ..rendu leur fierté … c’est indéniable, reste que..
    ce sont des dictateurs, autocrates ou que sais je encore..

    ils tuent des innocents sans se poser des question, ils bafouent les libertés..

    nos dirigeants aussi..mais ils sont révocables et encore contestables..

    macron n’est pas un dictateur c’est un arriviste.. il suit l’opinion..il en a peur ,même si il cherche à la diriger..

    si on aime la liberté on ne peut pas admirer poutine, ce qui est différent d’admirer des trucs que font les russes..

    quand on me dit que la france c’ets macron merci bien…
    la russie n’ets paspoutine..

    et je pense que poutine prend un risque en Ukraine..mais il est possible qu’il soit informé.. une guerre longue et impopulaire le forcerait à une inflation verbale à la cubaine..

  • En tant qu’ancien de la guerre froide, je dis bravo à Nathalie pour cet article ! Quant à Fabien qui souhaite une Russie et une Chine puissantes pour le bien du libéralisme, il me rappelle Gribouille (pour les jeunes, celui qui se jette à l’eau pour éviter d’être mouillé par la pluie). L’ennemi du libéralisme, c’est le dogmatisme : https://www.yvesmontenay.fr/2022/02/05/on-peut-etre-liberal-sans-etre-dogmatique/

  • Je ne suis qu’en partie d’accord avec cet article.
    Oui, Poutine et son régime sont loin d’être parfaits et il ne me viendrait pas à l’idée de le prendre en « modèle » ; d’ailleurs, prendre un régime en « modèle » montre à mon sens le peu de réflexion propre de celui qui procède ainsi.
    Cela dit, l’Occident a lui aussi des imperfections, et de plus en plus. Quand on voit le développement de l’écologisme fou, du « wokisme » et autres « covidisme » dont les aspects totalitaires en puissance sont de moins en moins voilés : n’est-ce pas l’Occident qui les a générés ? et qui les voit se développer de façon inquiétante ?
    Dès lors, à mes yeux, se poser en défenseur de la civilisation et des valeurs occidentales a de moins en moins de sens. Se poser en adepte de l’Europe (UE) ou de l’OTAN, également.
    Bref, je regarde cette crise, pour ma part, de façon assez détachée, sachant qu’aucune des deux parties n’a parfaitement raison (loin de là).
    De façon extrêmement cynique, il semble bien que la présence de troupes de l’OTAN dans des pays frontaliers de la Russie est une « ligne rouge » que nos dirigeants savent bien, depuis longtemps, qu’il importe de ne pas franchir sous peine de mettre l’ours russe en colère. Et pourtant, ils l’ont fait. Il semblé également que les dirigeants ukrainiens actuels soient assez peu soucieux de respect des libertés.
    Et pourquoi n’évoquez-vous pas le droit des peuples à l’autodétermination ? Il semble bien que les habitants du Donbass soient très fortement en faveur d’une sortie de l’Ukraine, alors pourquoi le droit à l’autodétermination ne s’appliquerait-il pas aux habitants du Donbass ?
    Nos dirigeants ne valent à mon avis pas mieux que Poutine, à bien des égards. Je ne me rangerai pas de leur côté.

    14
    • Les imperfections que vous dénoncez chez nous, à juste titre – écologisme, wokisme et autres ismes – ne sont pas partie intégrante de nos sociétés libérales. Ce sont bien des resucées, à peine voilées, de ce bon vieux marxisme : mise au goût du jour de la lutte des classes et de l’anti-capitalisme.
      L’Histoire se répète, elle est hélas toujours aussi tragique.

    • Rien de ce que vous énoncez ne justifiait l’agression d’un pays souverain et le meurtre de ses civils.

      L’Occident se délite sur fond de wokisme et de délire sanitaire ? Quel est le rapport ?

      L’OTAN a tout à fait le droit de déployer ses troupes, tant qu’elles restent dans les pays de l’OTAN. Et elles l’ont fait.

      Quant au Donbass, on ne règle pas le séparatisme par une agression étrangère.

      La Russie envahit un pays souverain en violation de toutes les règles internationales, c’est tout ce qu’il convient de retenir.

      -1
      • Je vous parle neutralité, et que me répondez-vous ?

        • Qu’il est difficile de rester « neutre » quand des civils se font tuer en raison d’une agression étrangère…

      • Je vais répondre plus précisément :
        « L’Occident se délite sur fond de wokisme et de délire sanitaire ? Quel est le rapport ? »
        Le rapport, c’est que l’Ukraine est impliquée, et que l’Ukraine se réclame de l’Occident. Cet Occident étant en plein décadence, il n’est pas non plus un « modèle », pour reprendre l’expression de Nathalie.
        Les règles internationales, c’est quoi ? Un machin décidé par l’ONU, cet assemblée on ne peut plus hétéroclite de régimes plus ou moins démocratiques et plus ou moins tyranniques ? La référence ne devrait-elle pas être plutôt, sur un site libéral, le respect des libertés fondamentales ?
        Sur le fond, je répète que je connais mal la situation en Ukraine, qui paraît très compliquée, sur fond de désinformation de part et d’autre ; et que dans ces conditions et sachant les parties impliquées, je refuse de prendre parti.
        Je rappelle juste que la WWII a démarré par des attaques lancées par l’Allemagne nazie contre la Tchécoslovaquie (je ne parle même pas de l’Autriche) puis la Pologne ; et plus tôt, on pourrait dire par la violation du traité de Versailles (remilitarisation de la Rhénanie, notamment). Tous les historiens s’accordent à dire aujourd’hui que si Hitler était bien sûr un dictateur psychopathe, les Alliés ont aussi leur part de responsabilité dans le déclenchement de la guerre, avec en préambule ce traité de Versailles très dur pour l’Allemagne.
        Les gens angéliques d’un côté, et le diable incarné de l’autre, c’est un conte pour grands enfants : très peu pour moi. Si l’Ikraine et l’Occident n’avaient pas poussé l’ours russe dans ses retranchements, à répétition, nous n’en serions pas là.

        • « Le rapport, c’est que l’Ukraine est impliquée, et que l’Ukraine se réclame de l’Occident. »
          Vous pensez sérieusement que le wokisme, entre autres lubies stériles de l’Occident, a atteint un pays comme l’Ukraine ? Se réclamer de l’Occident est un concept des plus vagues, qui ne signifie pas en adopter toutes les « valeurs » ni toutes les « dérives ».

          « Les règles internationales, c’est quoi ? Un machin décidé par l’ONU, cet assemblée on ne peut plus hétéroclite de régimes plus ou moins démocratiques et plus ou moins tyranniques ? La référence ne devrait-elle pas être plutôt, sur un site libéral, le respect des libertés fondamentales ? »
          Le respect des libertés fondamentales inclus de ne pas se faire bombarder un beau matin par un pays étranger. Vivre en paix en respectant l’intégrité territoriale de son voisin me paraît l’un des concepts libéraux les plus précieux.

          « Si l’Ukraine et l’Occident n’avaient pas poussé l’ours russe dans ses retranchements, à répétition, nous n’en serions pas là. »
          J’aimerais bien connaître ces fameuses « provocations » intolérables. A moins que vous ne rangiez dans cette catégorie l’annexion de la Crimée en 2014 par un étrange renversement des rôles, je ne vois vraiment pas.

          Quant au Traité de Versailles, permettez-moi de ne pas voir le rapport entre un traité humiliant au sortir d’une guerre mondiale et la situation actuelle, celle de la Russie n’ayant absolument rien à voir avec celle de l’Allemagne de l’entre-deux guerres…

          • Les accords de Minsk n’ont pas été respectés, cela ne pouvait être perçu que comme un e provocation par Moscou.
            Les minorités (majoritaires dans certaines régions d’Ukraine) russophones et russophiles ont été bombardées et sont très maltraitées par le pouvoir actuel. Encore une provocation pour Moscou.
            L’OTAN prend de plus en plus pied en Ukraine, depuis des années, au mépris de l’engagement pris par les Occidentaux envers Moscou après la chute du Mur, provocation encore.
            Je répète que le régime russe ne m’inspire pas spécialement ; mais que les pratiques de nos gouvernements ne valent pas beaucoup mieux.
            Les mêmes qui ont bombardé la Serbie il y a 20 ans au mépris de toutes les lois internationales qu’ils mettent aujourd’hui en avant (voir les autres ex. pris par Nathalie dans son article), s’offusquent de ce que la Russie fait la même chose avec l’Ukraine. Zéro crédibilité, désolé.
            De toute façon, je répète que le droit international est trop à géométrie variable, car trop dépendant de pays opposés aux libertés élémentaires, pour qu’il puisse être pris au sérieux.
            Poutine attaque l’Ukraine, ce n’est pas bien. Mais ceux en face ne valent pas beaucoup mieux.
            Israël a attaqué les armées arabes coalisées en 67, et a été condamné pour cela. Pourtant, s’il ne l’avait pas fait, il aurait sans doute été rayé de la carte.
            Les situations de guerre sont presque toujours très compliquées.
            Je suis neutre dans cette affaire et ne me rangerai pas derrière des gens qui ont montré trop de fois leur absence totale de respect pour les libertés fondamentales. Que ceux qui se sentent concernés agissent, et laissent tranquilles les autres, au nom du respect des libertés, si ce ne’st pas trop vous demander.

    • « Et pourquoi n’évoquez-vous pas le droit des peuples à l’autodétermination ? »
      Peut-être parce qu’il ne s’agit pas tant d’un « droit » que que d’un crédo nationaliste dont la particularité est l’in-appli-cabi-lité!
      Vous connaissez un groupe ethnique homogène qui a dessiné et vit à l’intérieur de ses frontières? (Vu le nombre d’ethnies, vous imaginez le nombre d’États Nations?)
      Si la résistance à l’oppression, y compris sur des minorités nationales, est, elle, un droit naturel, invoquer l’autodétermination fait peut-être du bien aux tripes mais reste un crédo nationaliste qui fait surtout des victimes…

      -1
      • Curieuse façon de remettre en cause un droit fondamental : sa soi-disant « inapplicabilité ». Quand ça vous arrange, je suppose.
        Le nombre de pays définis par des instances internationales ou des pays militairement vainqueurs, de façon tout à fait artificielle, et avec des problèmes induits à terme tout à fait prévisibles, ça vaut mieux, peut-être ?

  • la réalité crue me semble être que ne savent pas resister à l’envie d’utiliser la force du nombre pour éliminer les gêneurs…

    la Russie fascine l’etatiste français..

  • Certes, mais en réponse à votre titre, je proposerais : « Comme s’il suffisait de s’opposer à la Russie de Poutine » pour résumer la position occidentale majoritaire dans les médias.

    • D’autant qu’on fait en pratique les frais des manoeuvres géopolitiques américaines et qu’il est naïf de croire que tout cela n’était pas anticipé … sauf par nos politiciens européens.

      • L’Europe a ignoré les pressions et les menaces US à son égard sur Nord Stream II. Biden a encouragé Poutine en disant qu’il n’interviendrait pas.

        Cherchez l’erreur !

        • Facile ! L’erreur a été d’imaginer que Biden ne sautait pas sur une occasion d’affaiblir encore l’UE.

          10
          • Je ne suis même pas sur qu’il lui reste assez de neurones pour comprendre ce qu’on lui dit de faire.

          • Pour être compatible avec Nany ia, je dirais que la « faiblesse » de Biden « arrange » bien certains – et que les médias n’on jamais appris à lire une boussole…

          • Mais Biden il est gentil tout plein, on ne peut pas imaginer des manigances de sa part. C’est pas comme l’autre.
            Sérieusement je me demande si on a affaire à un cas de prophétie auto réalisatrice. A force de hurler que Poutine était méchant, on l’a isolé et effectivement rendu méchant. Oui je sais c’est pauvre comme théorie et finalement cela en dis plus sur ma naïveté que sur Poutine.
            Bon dimanche les libéraux. ( les autres, amusez-vous bien également)

        • Tout à fait. C’est même plus qu’un encouragement. Par leur refus catégorique de négocier, les américains on fermé les portes de sortie à poutine qui ne pouvait pas perdre le bras de fer. Dés lors les dés étaient lancés.

          • Il y a quand même une chose inquiétante : on sait qui commande en Russie ou en Chine et donc qui devrait négocier.

            Cela me semble moins évident en Europe et aux US.
            – En Europe, chaque pays est subordonné par son bon vouloir aux instances européennes (qui sont pour moi une nébuleuse) et contre son bon vouloir aux US.
            – Aux US, quel est le poids, la volonté et la compréhension d’un président face à la CIA, l’administration ou quelqu’autre organisation ? Surtout avec un président comme Biden.

            On dit : « Poutine devra rendre compte de ses actes » ! Voeu pieux. Biden devra-t’il répondre de ses actes, mais surtout est-il responsable de ses actes ?

            On sait en gros qui a le doigt sur le bouton rouge avec un champignon. Mais on ne sait pas qui tient le doigt.

  • Cet article était nécessaire, voir certains ici faire des rapprochements et tenter d’établir des similitudes entre la gouvernent autocratique de Poutine et la gestion de covid de l’occident m’attriste profondément. Ces gens là ont une drôle de conception de la liberté. Les voir ainsi essayer de légitimer l’action de Poutine est effarant…L’argument de l’Otan ne tient pas lorsque l’on invoque un génocide et un régime de neonazie et de « drogué » comme prétexte d’invasion. Le droit des peuples à décider semble pour beaucoup passer à la trappe, de quel droit la Finlande ou l’Ukraine se ferait-ils dicter une politique international.

    -4
    • Ils ne veulent pas se laisser dicter de politique ? Alors, qu’ils adoptent une neutralité militante !

      • En se faisant au mieux vassaliser par la Russie, au pire annexer, ce sera désormais très difficile pour l’Ukraine d’appliquer ces préceptes.

        Quant à la Finlande, avec un voisin agressif à ses portes, l’OTAN reste une option qu’elle est libre de choisir ou pas.

        • Oui, il est probablement trop tard, et surtout les Ukrainiens n’ont jamais imaginé une telle solution. Ils ont suivi des dirigeants qui leur promettaient que la vassalisation envers l’occident leur apporterait tout ce que la vassalisation envers l’est leur refusait. L’idée du ni-ni ne les a jamais effleurés, il lui faudrait maintenant des années pour faire son chemin.

    • Si vous n’avez pas vu que les libertés reculent régulièrement dans notre pays (et dans tout l’Occident, en fait) depuis des années sous l’influence de l’écologisme fou, du « wokisme » et, ces deux dernières années, d’une gestion autoritaire de l’épidémie de covid, alors c’est vous qui avez un problème avec le concept de liberté – ou alors, vous êtes très mal informé, et vous devriez lire Contrepoints, entre autres.
      Vous avez choisi de prendre parti pour l’Occident dans cette affaire ; moi je choisis de ne prendre parti pour personne, vu que cette affaire est un véritable guêpier. cela ne veut pas dire que je soutiens Poutine, que je sache ; c’est de la neutralité, tout comme la Suisse en a l’habitude.

      10
      • il ya une hierachie..ici..
        l’ukraine est t elle un pays souverain au regard du droit international?

        oui..
        je parle avec des ruses régulièrement en ligne…

        et des » ukrainiens russes » et depuis deux jours j’entends un grand n’importe quoi.. notamment un discours antisémitique d’une rare violence et absurdité.

    • Il y a un bon moment que le lectorat de Contrepoints a basculé dans le trollisme crypto-Poutinien. Que certains mettent au même niveau de répression et d’oppression n’importe quelle société démocratique (même infestée par le wokisme, l’écologisme et autre sous-produit du marxisme) avec la Russie de Poutine, digne continuateur du vieil impérialisme russe en dit long soit sur leur travail dans une ferme à trolls de Prigozhin ou pour ceux qui sont sincères leur ignorance totale de ce que signifie vivre dans une vraie dictature. Un petit séjour via une time-capsule dans la Roumanie de Ceausescu ou l’Espagne de Franco leur mettrait les neurones et surtout les sens à l’endroit. Allez-y, lâchez pour les moins ! Libéraux? Quelle blague.

      -1
      • Vous n’y êtes pas : les lecteurs de Contrepoints se réclament en réalité de la « neutralité », mais en n’oubliant pas de donner la plupart des torts à l’Occident, à l’Ukraine ou que sais-je encore, face à une Russie acculée n’ayant pas d’autre choix que de lancer des roquettes sur des civils pour continuer à exister. On se demande si c’est du lard et du cochon

      • Sans doute que les Suisses et les Suédois sont eux aussi issus des « fermes à trolls de Prigozhin », eux qui ont l’outrecuidance, depuis des lustres, de se déclarer neutres en matière de conflits internationaux…
        Je n’ai jamais vécu en Russie (un de mes neveux y a passé une année), mais il me semble que comparer la Russie actuelle avec la Roumanie de Ceaucescu est un tantinet excessif.
        Libéraux, les gens tenant ce type de discours ? Quelle farce.
        + voir ma réponse du 26 février 2022 at 16 h 57 min plus haut : si vous n’avez pas remarqué la pente suivie par nos sociétés et nos gouvernements « libéraux » depuis quelques années, vous devriez lire Contrepoints plus souvent. Mais peut-être êtes-vous des « libéraux » qui ont trouvé tout à fait normal la mise en place du pass vaccinal et autres joyeusetés ? De ceux qui trouvent normal que l’on puisse être traîné en justice pour avoir exercé sa liberté d’expression ? De ceux qui trouvent normal que la plupart des médias diffusent un narratif conforme aux vues des gouvernements (parce que tenus financièrement pour cela) ? etc etc etc.

        • Avatar
          LasciatemiCantare
          1 mars 2022 at 0 h 27 min

          « eux qui ont l’outrecuidance, depuis des lustres, de se déclarer neutres en matière de conflits internationaux… »
          Et qui vont, pour la Suisse, geler les avoirs russes, et pour la Suède vendre des armes à l’Ukraine. Tu parles d’une neutralité…

          On peut être neutre et porter des œillères, ou regarder la réalité en face : la Russie détruit un pays, bombarde ses civils et commence à provoquer un désastre humanitaire pour satisfaire la seule lubie de son dirigeant.

          En parlant de liberté d’expression, les opposants à la guerre sont emprisonnés en Russie.

      • Avatar
        Jusnaturaliste
        1 mars 2022 at 9 h 44 min

        @ Hesitant

        Le lectorat, je ne sais pas, mais les commentaires oui. Et c’est assez en « contrepoint » avec de nombreux articles qui sont plus wokistes et gauchistes que libéraux. Mais c’est le syndrome de la perte du fondement de ce qu’est le libéralisme, qui permet de mettre tout et n’importe quoi sous ce mot.

        Pour ma part, je reviens au fondement du libéralisme, qui est le droit naturel.
        Du point de vue du droit naturel, ni Poutine, ni les élites occidentales ne sont des libéraux, on ne peut donc pas prendre parti globalement pour l’un ou pour les autres, il faut le faire au cas par cas.

        Dans le cas de l’Ukraine, il y a eu une révolution en 2014, où des pro-UE ont pris le pouvoir par la force aux pro-Russes. Suite à cette révolution, il y a eu une guerre civile où les pro-Russes ne veulent plus dépendre du nouveau régime, et où ce dernier veut les garder par la force.

        Le droit naturel stipule qu’un individu devrait être libre de choisir son gouvernement. Si un pro-russe ukrainien veut son indépendance, il devrait l’avoir. Ce sont les pro-UE qui violent la liberté des pro-russes, et Poutine a alors beau jeu d’intervenir au nom du nationalisme russe qui défend les frères opprimés.

        Si au lieu de défendre les Ukrainiens pro-UE, les Occidentaux avaient exigé un référendum aux régions pro-russes sous surveillance internationale, la guerre serait déjà finie. Mais, on a vu comment nos élites occidentales ont traité la Catalogne et la Crimée, en refusant de reconnaître les référendums d’indépendance et le vœu évident d’une majorité de la population (les USA ont fait des sondages indépendants en Crimée qui confirmaient largement l’adhésion à la Russie).

        Avant de dénoncer tous les sombres côtés de Poutine, je préfère balayer devant ma porte et dénoncer les dérives totalitaires toujours plus grandes de nos gouvernements occidentaux. L’UE est devenue une dictature soft et les Anglais ont eu bien raison de la quitter. Biden est un président corrompu et sénile, une honte pour les USA. Johnson ne vaut pas beaucoup mieux, lui qui a mis des restrictions hallucinantes au RU pour finalement tout enlever, dans les deux cas pour des simples raisons électorales, etc.

        -2
  • Encore un article qui ne traite pas le sujet, l’inquiétude des dirigeants russes face à un encerclement par les pays de l’Otan, l’installation de bases américaines prés de leur frontière, l’hostilité systématique et intéressée des USA.
    Le pouvoir de l’Occident c’est le libéralisme : l’ouverture des marchés, la société de consommation, le développement. Jouons avec nos points forts et arrêtons cette hostilité à la Russie dangereuse et contre-productrice.

    • @DS07
      Bonjour,
      « Encerclement » de la Russie… par le seul côté Ouest et 2 à l’est.

      Le libéralisme n’est pas basé sur le marché, la consommation, le développement. Leur essor repose sur le libéralisme.

      La crainte des gouvernements occidentaux est la résurgence du bloc communiste qui les ferait passer pour des gros guignols (tel Trudeau).. ce que vient de faire Poutine.

  • Non, personne ne peut dire que poutine, est une blanche colombe.
    Mais l’occident pas plus, et vous avez le tort de ne pas faire l’inventaire. Vous évoquez « des interventions irréfléchies » de la part de l’occident, vous évoquez la guerre en Irak, et la Libye. Dites-moi, est-ce que ces attaques étaient elles aussi contraire au droit international ? Oui, et aussi, le bombardement de Belgrade, (guerre de yougoslavie) n’ont fait l’objet d’aucun consensus international. Vous me direz, que les résolutions de l’onu, sont difficiles, et qu’il est hasardeux de faire l’unanimité compte tenu des membres permanents en présence. Peu importe, d’un point de vue légal, il n’y a pas d’un côté des erreurs bâties sur le mensonge, et de l’autre, le grand méchant dictateur qui fait le mal pour le mal

    • Il serait intéressant de voir la réaction des américains si poutine les imitait, par exemple en installant des missiles nucléaire a cuba ou au mexique….

  • Espérons que le directeur actuel de l’Union Européenne se prendra les pieds dans la vase de ce conflit; c’est peut-être d’ailleurs à la suite de son entrevue avec Poutine que cette crise s’accélère

  • Dans ce grand concert d’hypocrisie ou d’irréflexion, j’ai goûté à sa juste valeur, la déclaration d’un Besancenot qui exige que les sociétés occidentales, impérialo-capitalistes, qu’il déteste, accueillent les victimes ukrainiennes du méchant ogre Poutine, représentant d’une idéologie politique, le communisme, qu’il adore.

    • On appelle ça un i… u…

      Eteignez les lumières, ils pullulent en ce moment et ça les attirent.

    • Oui, je trouve limite cocasse que des gens comme Besancenot ou Jadot qui, s’ils étaient au pouvoir, mettraient en place sans l’ombre d’un doute un régime tyrannique, s’opposent à l’invasion russe sous prétexte de liberté. Comme les communistes français en 1939, manifestement… quelle hypocrisie.

      • Jusqu’en 42 les communistes français soutenaient joyeusement les « travailleurs allemands » du parti national Socialiste… Très logique d’ailleurs entres socialistes totalitaires !

  • Vous ne nous aviez pas habitués à la distribution de bons et mauvais points aussi catégoriques.
    Non, il n’y a pas le mauvais Poutine et le bon Otan comme vous semblez le dire, la réalité est un peu plus nuancée. D’abord il ne faut oublier le rôle des USA (qui ont quasiment asservi l’Europe) dans la mise en place et la tutelle de l’actuel président ukrainien, ni la volonté des USA « d’entourer » la Russie pour la réduire au silence et s’assurer qu’elle ne s’acoquinera pas avec les européens : la vision US est US + ses vassaux européens en contrepoids contre la Chine et sans la présence russe. C’est mal comprendre la Russie qui se sent assiégée par des bases Otan en Pologne, Roumanie, Hongrie et un projet en Ukraine. Poutine _que je ne trouve pas particulièrement démocrate_ est un peu le Trump russe qui pense « Russie d’abord » ; peut-on l’en blâmer ? Quand on voit avec quelle légèreté les occidentaux ont depuis des décennies déclaré des conflits à la planète entière et provoqué des millions de morts (Corée, Vietnam, Amérique du sud, Balkans, Afganistan, Irak, Syrie etc …..) comment ne pas comprendre que Poutine ne veuille pas se laisser piéger ? Aujourd’hui, l’arsenal militaire russe est supérieur à celui de l’Otan qui a trop longtemps méprisé Poutine, dommage et surtout pour nous qui allons payer l’addition. Sans compter Macron qui nous fait rire avec son envoi de troupe en Roumanie, avec nos impôts, et pour le seul bénéfice qu’il croit tirer pour sa campagne électoral.

  • Je dirai comme un journaliste spécialiste des questions internationales : depuis le temps que Biden disait que Poutine allait envahir l’Ukraine, pourquoi ne pas avoir signé un accord avec Poutine, pas d’invasion contre l’assurance que l’Ukraine n’entrerait pas dans l’OTAN ? Il savait et n’a rien fait ? Et ça ne choque personne.
    Pourquoi l’OTAN s’est-elle autant avancée à l’Est, jusqu’aux portes de la Russie, alors que ça ne devait pas se produire selon les accords de Minsk ? Peut-être que ceci est un prétexte et que Poutine aurait attaqué quand même, mais face à un Poutine, pourquoi laisser traîner un prétexte ?
    Alors, à qui profite le crime ? Les Européens ont une guerre sur leur territoire, avec toutes les conséquences (au-delà bien sûr du drame humain), notamment économiques : l’accueil des réfugiés est un coût, la hausse des prix et surtout la recherche de nouveaux partenaires économiques, et ce sera qui ? Les Américains, bingo.
    Sans parler du retour de l’OTAN sur le devant de la scène, alors même qu’elle était en train de dépérir. Bingo.
    Et bien sûr, la fin de tout possible rapprochement économique avec la Russie. Re-bingo.
    Aucune conséquence chez les Américains, puisqu’ils ne s’engageront pas militairement.
    Refuser de tenir compte de cet aspect des choses fait qu’on passe à côté d’un aspect essentiel : il est temps d’arrêter de se laisser mener par le bout du nez, les conséquences sont trop graves : un pays sur notre continent vit une guerre. La France n’aurait-elle vraiment pas pu l’empêcher si nous avions été indépendants des Américains ?

    13
    • Complètement d’accord avec vous ! Une fois encore sans être admirateur de Poutine dont le sens de la démocratie n’est à minima pas le nôtre, on peut difficilement lui donner tort. L’OTAN est le grand fautif, les Européens sont (encore) les grands perdants.

      • Ajoutons que Hunter BIDEN n’est peut-être pas mécontent que l’on parle d’autre chose que de son cas en Ukraine, et peut-être aussi de l’évanouissement de preuves.

    • @Lauranne bien vu sans compter qu on sera contraints d acheter leur gaz de schiste. Disant cela je n idalise pas Poutine du tout et je me méfie aussi de « l ami américain  » . Notre seule solution pour exister : nous armer .

  • La Russie n’est pas un modèle, certes. Toujours est il que l’Occident n’en est plus un depuis longtemps.

    J’ajouterai que sur bien des sujets, le russe/chinois de base en Russie/Chine est bien plus libre que le français de base en France. Sur la liberté d’expression, par exemple : il y a des choses que vous pouvez librement dire en Russie et qui vous amèneraient tout droit au tribunal en France. Sur la liberté d’entreprendre, par exemple : vous êtes, dans une certaine mesure, bien plus libre de gérer votre entreprise comme vous l’entendez en Chine qu’en France.

    • Je n’irais pas jusque là, du moins en ce qui concerne la Chine, où on sait que des libertés comme la liberté d’expression, la liberté de conscience (religieuse), les libertés politiques, sont ouvertement bafouées.
      La Russie, c’est plus soft que la Chine, mais il n’y a jamais eu de tradition démocratique comme en Occident. D’ailleurs même en Occident, il y a de vraies différences entre pays, la France n’ayant jamais été une démocratie aussi avancée que les pays anglo-saxons ou d’Europe du nord.
      Sachant que les libertés sont en train de reculer en Occident depuis quelques années, comme je l’ai dit plus haut, et que si ça continue dans cette voie on peut se demander si nous ne serons pas bientôt moins libres que les Russes.

    • Les russes opposés à la guerre qui finissent en ce moment en prison seront certainement d’un avis différent…

      • Oh, je ne doute pas que certains français condamnés par la justice française pour avoir exprimé ce qui n’est rien d’autres que des opinions seront de mon avis.

        Sans même parler des opinions étiquetés comme « raciste », « antisémite » ou « négationniste », Laurent C. a pris cinq mois avec sursis pour avoir écrit un livre (« Je quitte la sécu »). Oui, oui. Cela s’est passé en France (en Février 2018).

        Bref, je crois que la France n’a aucune leçon a donné.

      • Dans tout pays en guerre, ceux qui s’y opposent sont interdits de s’exprimer. Ça vous paraîtrait normal si vous étiez d’accord avec cette guerre, ou si elle avait lieu sur notre territoire. Il ne faut pas juger ce qu’il se passe en Russie en comparant avec notre mode de vie.

      • Oh, je ne doute pas que certains français condamnés par la justice française pour avoir exprimé ce qui n’est rien d’autres que des opinions seront de mon avis.

        Sans même parler des opinions étiquetés « extrémistes », Laurent C. a pris cinq mois avec sursis pour avoir écrit un livre (« Je quitte la sécu »). Oui, oui. Cela s’est passé en France (en Février 2018).

        Bref, je crois que la France n’a aucune leçon a donné.

        P.S. : Je retente ma chance en éliminant les mots clés qui pourraient me valoir la censure du fameux  » Votre commentaire est en attente de modération. ».

        -1
    • Hum…
      Votre critique de nos dirigeants vous vaudrait la prison en Russie et une balle dans la tête en Chine.
      Le seul cas où votre liberté d’expression serait moins muselée serait lorsqu’elle s’exercerait contre les minorités politiques, ennemies du régime.
      La dictature, c’est cher payé pour une fausse liberté d’expression.

    • Hum…
      Votre critique de nos dirigeants vous vaudrait la prison en Russie et pire en Chine.
      Le seul cas où votre liberté d’expression serait moins muselée serait lorsqu’elle s’exercerait contre les minorités politiques, ennemies du régime.
      La dictature, c’est cher payé pour une fausse liberté d’expression.

  • Il ne s agit pas de regarder Poutine avec les yeux de Chimène (comme bcp en France le faisaient béatement ds les années 2000). Vous parlez en disant « nous » nous incluant de facto dans « l occident » , vous parlez de l Irak en 2003 mais nous français avons été contre . Le bloc occidental a des visées diverses et c est un de nos problèmes. Si nous voulons exister diplomatiquement il nous faut une armée indépendante et conséquente, et des alliés solides ayant les mêmes visées. Nous en sommes loin . C est bien dommage car cela seul nous permettrait de dialoguer en étant écouté avec Poutine, mais aussi les US dont nous dépendons bien trop.

    • Il est vrai que l’Irak est une exception, mais vous pouvez difficilement m’en citer d’autres. Et quoi qu’il en soit la France et tous les pays d’Europe sont inféodés à l’OTAN et quand l’OTAN déclenche une guerre, malheureusement aux yeux des victimes nous sommes bien dans l’occident.

      • @jd c’est déjà énorme, une exception notable , nos amis anglais ont été obligés de suivre , contre leur peuple , Blair leur mentant éhontément

    • Protégez moi de mes amis. Mes ennemis je m’en charge…

    • Si nous voulons être écoutés, il nous faut aussi une économie régie par les lois du marché et non pas par des préceptes écologiques et autres bien-pensances.

  • Le gangster fait son casse en Ukraine pendant que les bisounours continuent à lui acheter son gaz pour se chauffer les fesses. Mais bon, les bisounours sont persuadés qu’ils vont sauver la planète qui brûle, c’est d’ailleurs un président bisounours qui l’a constaté en 2002. Alors, vous pensez, un casse en Ukraine …

  • La. Loi du plus fort est universelle, il y a les loups et les agneaux.. La démocratie et le liberatisme sont un mythe…. A priori, putine se prend pour l’alfa de la meute, on verra si c’est vrai bientot.. Je pense que oui, l’hypersonique, grave et même pas besoin de nucléaire pour battre des agneaux. Il y a 2 autres loups, la Chine, et les usa… Vous avez vu l’état des usa, au bord de la guerre civile, un rien et hop. L’ue…. Vaut mieux ne pas en parler… Tous a genoux à faire leur priere devant l’oncle Sam , ils sont tous au bord de la ruine, l’ue, y a plus rien que du vide,le néant.

    -1
  • Certes Poutine n’est pas un type sympa, certes la Russie n’est pas un exemple de société libérale… Mais l’Ukraine, les US ou la France ? Pas mieux.

    Ce qui gêne terriblement dans cette histoire c’est que tout d’un coup bombarder et déployer ses troupes dans un pays autre, au nom de la défense d’une minorité persécutée voire génocidée, ça devient très mal, alors que les exemples récents de « nous » (comprendre les US, l’OTAN, la France… ) faisant la même chose et nous en glorifiant pullulent.
    Ah, la Russie en Ukraine c’est mal (oui ! c’est vraiment mal !) mais il n’est pas possible de le dire si on n’a pas d’abord fait remarqué que les US en Irak, c’est mal, l’OTAN en Afghanistan c’est mal, l’OTAN en Serbie c’est mal, la France au Mali c’est mal (là c’est un poil différent, plus en ligne avec ce qu’on voudrait en Ukraine, aider un gouvernement « légitime » -pas sûr que ça existe, nulle part- à exterminer, traquer une sous-partie de ses citoyens… ). J’oublie bien sur la Syrie, la Libye, le Liban ou le « Vietnam des ricains » et tant d’autres exemples de ces dernières années.

    D’ailleurs, si la France, les US ou l’OTAN interviennent militairement en Ukraine, ils feront exactement, sans AUCUNE différence, ce que fait Poutine en Ukraine ! Juste un coup on défend l’Ukraine, l’autre les républiques indépendantistes du Donbass (mais leurs peuples ont, les uns autant que les autres, le droit de vivre sous le gouvernement ou l’absence de gouvernement qu’ils veulent). Faut y penser avant de faire des moulinets de moraline dégoulinante ! Toute guerre est mauvaise, il n’y a de guerre que du fait des gouvernements, et s’en mêler c’est « rajouter au malheur du monde ».

  • Le gouvernement de Kiev a fait 14’000 morts en 8 ans (chiffres OSCE) en bombardant les populations limitrophes de la Russie. Pas de bougies, pas de hashtag des « humanistes ».
    Le conflit a été alimenté par les Américains à coup de milliards de dollars et le but est simplement le même qu’en 2014 : semer le désordre aux frontières de la Russie et imposer des sanctions à ce pays qui remontait aussi vite économiquement que la France descend.
    .
    Poutine s’est évertué pendant 8 ans à demander le respect des accords de Minsk. 8 ans de mépris, 8 ans de fin de non-recevoir de la « communauté internationale ». Ce qu’il dénonce, c’est l’impérialisme d’un monde unipolaire qui est extrêmement dangereux, le camp « libéral » ayant de moins en moins de freins à imposer par la force un « bien » de moins en moins évident pour les populations, y compris endogènes.
    .
    L’Ukraine est un état failli, 117ème pour la corruption, un niveau de vie plancher qui n’évolue pas (118ème au PIB/Hab) et l’approbation de Zelensky qui a été élu à 75% sur un programme de paix avec les minorités est en fait tombée à 25% avant le conflit puisqu’il a fait tout l’inverse.
    Le coup de grâce a été la demande de Zelensky à Munich de pouvoir posséder à nouveau la bombe atomique. Ce type est un incompétent aussi belliciste que la nomenklatura ukrainienne est corrompue et les Américains qui n’ont menés que des guerres illégales depuis 20 ans ont une responsabilité écrasante dans la réaction de Poutine.
    .
    Biden dans la droite ligne d’une Clinton qui voulait une guerre contre la Russie en 2016 voulait ces sanctions quoi qu’il en coûte et Poutine s’est rendu compte après 20 ans de main tendue que JAMAIS la Russie ne serait un pays avec des droits respectés dans ce monde unipolaire. Perdu pour perdu, il a décidé de mettre fin aux manœuvres des Américains en Ukraine et de recréer un monde multipolaire. C’est un jeu dangereux pour lui, la Chine est un encombrant « allié » mais il n’avait absolument plus aucun choix, le monde « occidental » lui était interdit par les Américains.
    .
    Tout ça est parfaitement documenté et de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer le narratif mensonger du « méchant Poutine impérialiste » qui attaque la « gentille Ukraine démocratique ». Ce qui est surprenant, c’est que l’UE qui a tout à perdre reprend le stupide narratif de la presse américaine, mais l’incompétence et la malveillance de nos dirigeants n’est plus un secret.
    .
    Ps: c’est quoi cette histoire de « modèle » et « d’idolâtrie » ? Je les range à côté de « complotiste » « antivax » et autres « fascistes » ?

  • Article rafraichissant et commentaires de même. Et qui renvoie Zemmour à ses bouquins. Le trio JLM-MLP-Z et plus encore le duo MLP-Z s’est suicidé en direct. La présidentielle 2022 est terminée. Même Pécresse, studieuse hôte des jeunesses communistes dans sa jeunesse y va de sa petite touche : « invasion inacceptable MAIS … »‘ Les grands principes de l’assimilation prônée par certains ne semblent pas s’appliquer aux russophiles de l’est ukrainien (en général venus par familles entières du temps de l’urss, le patriotisme ukrainien est interdit, l’alliance de l’agresseur avec les plus hostiles à notre civilisation est occultée, au final, l’invasion de l’est est honorable quand celle du sud est honnie. Pire encore, le total non-libéralisme de la russie où le capitalisme de connivence atteint des sommets devrait faire vomir ceux ici présents. Et en effet, comme il est dit dans certains commentaires, c’est bien l’étatisme qui se cache sous les chenilles des T90, Et voilà que Macron s’achète une virginité en se plaçant dans le camp opposé à Poutine et son copain islamiste Kadirof. Mais pourquoi diable n’y a t-il personne pour refuser en même temps les invasions d’outre méditerranée et celles des orientaux à la peau blanche ?

    -2
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles