Quand les marchés sont influencés par l’investisseur trépignant

Parfois, l’investisseur anticipe tellement sur les marchés qu’il donne même l’impression de commencer par la fin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bourse - NYSE Euronext - the trading floor at euronext - Credits Perpetual Tourist (CC BY-NC-SA 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Quand les marchés sont influencés par l’investisseur trépignant

Publié le 6 février 2022
- A +

Commençons par lever un tabou. Parfois, le grand lecteur craque, il ne va pas au bout. Trop de détails, trop de personnages. Il n’en peut plus. Il retourne alors son pavé de 600 pages, et jette au coup d’œil sur le tout dernier paragraphe, celui qui dévoile qui a tué qui, qui a aimé qui, etc. Notre lecteur a tout gâché… Mais, il y a pire que lui. Bien plus impatient : l’investisseur trépignant.

Oui, l’investisseur craque bien plus souvent que le lecteur. En vérité, commencer par la fin est presque une sale manie pour l’investisseur. Un réflexe de survie, selon lui. Tout part pourtant d’une bonne intention. L’investisseur veut juste anticiper, et anticiper juste. Il faut dire qu’anticiper est le plus vieux métier du monde de la finance. Prévoir pour mieux voir, et surtout avant les autres si possible.

En finance, on anticipe donc, sans modération. C’est épuisant. Il faut toujours ruser davantage encore, afin d’anticiper toujours mieux, mieux que l’autre. On veut percevoir les premiers signes de durcissement monétaire de la Banque centrale américaine dans la mèche rebelle de Jerome Powell. On veut déceler les premiers symptômes d’un essoufflement de la croissance dans la dérivée seconde d’un PMI (indicateur avancé). En fait, on veut trouver avant les autres cette fichue hirondelle qui annoncera le printemps, un genre de fanal sur – relevé qui servirait de repère à l’investisseur perdu dans le brouillard.

Sauf que parfois, la situation devient intenable. L’accumulation d’indices accablants met en demeure l’investisseur de prendre une décision rapide et franche, sous peine de subir d’énormes pertes. Ce début d’année nous propose un formidable cas pratique. En moins d’un mois, nous sommes passés de l’hyper inflation galopante, au tournant monétaire restrictif, en passant par la 3ème guerre mondiale (Ukraine), sans oublier le 3ème volet de la saga sanitaire (Omicron), une douche froide sur les indicateurs avancés (PMI services), et pour finir Christine Lagarde qui annonce que la fête est finie de l’argent gratuit.

Quelle stratégie adopter alors ?

 

La stratégie du lecteur qui craque

L’investisseur n’a pas hésité, il adopta la stratégie du lecteur qui craque : commencer par la fin. Évidemment, l’investisseur ne dispose pas des mêmes pouvoirs que le lecteur qui craque. Il ne peut pas retourner le roman, prendre la dernière page, et lire le dernier paragraphe. Il ne peut donc pas connaitre la fin de l’histoire à l’avance.

Pas grave, l’investisseur manque peut-être de temps, mais pas d’imagination. Puisque l’urgence commande, alors au diable la nuance. Ne seront retenus que les scénarios les plus simplistes, basiques, faciles à comprendre. Ainsi donc, prenant acte du tournant monétaire annoncé par les Banques centrales sur fond d’hyper-inflation putative, etc. , l’investisseur mit en branle sa boite à heuristiques pour en déduire tout un tas de stratégies à adopter… une seule en l’occurrence : on vend tout !

Tout vendre signifiait une fin de l’histoire assez facile à retenir et assez facile à défendre. Dans un monde où le coût de la vie s’envole mais le pouvoir d’achat s’effondre, on imagine sans peine que la valeur des obligations qui promettent des taux bas s’écroule, et la valeur des actions qui promettent des bénéfices impossibles à réaliser s’écroule d’autant. On obtient alors des taux qui remontent afin d’attirer l’épargnant, et des actions qui baissent afin de proposer à ce même épargnant des niveaux d’achats plus attractifs.

Pourquoi pas. Mais le souci lorsque l’on anticipe trop, c’est que l’on finit par croire que l’on est déjà demain, et qu’aujourd’hui c’est déjà hier… Comme s’il n’y avait plus rien à faire pour sauver le présent. « Quand le lointain se rapproche trop, c’est le proche qui s’éloigne ou devient confus. » (Günther Anders)

Parfois, un petit miracle se produit. Passé un moment de répit, l’investisseur tâte le terrain, histoire de voir un peu si sa fin de l’histoire tient la route face au réel, et il constate alors que ses anticipations étaient quelque peu exubérantes, la fin du monde étant reportée à une date ultérieure. L’investisseur peut alors ajuster le tir en rachetant plus ou moins ce qui avait été vendu plus que moins. Un peu comme le lecteur troublé par quelques lignes, qui peut s’offrir le luxe de revenir quelques chapitres en arrière afin d’aller chercher les indices qu’il lui manquait pour comprendre le dénouement final.

« Les méthodes pour approfondir la connaissance trahissent à leur insu des conclusions qu’elles prétendent ne pas connaître. Ainsi les dernières pages d’un livre sont déjà dans les premières. » Albert Camus

 

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Un article de Human Progress

 

Alors que de nombreuses grandes villes étaient en ruines après la Seconde Guerre mondiale, New York a acquis une nouvelle importance mondiale et a même dépassé la position centrale de Londres sur les marchés financiers internationaux. Elle est rapidement devenue le siège de Wall Street la bourse la plus grande et la plus prestigieuse du monde et a changé à jamais la finance. Wall Street est souvent considérée à la fois comme un symbole et comme le centre géographique du capitalisme.

Auj... Poursuivre la lecture

Comme écrit mon associée Simone Wapler : « La perte de pouvoir d’achat est un phénomène monétaire et politique. Le dollar n’est pas fort, il est seulement moins faible que d’autres devises. La seule monnaie « apatride » qui ne soit pas gouvernée par la politique reste l’or. »

Les médias nous content actuellement que le dollar est fort. Les autres monnaies – yen, livre, euro – achètent moins de dollars qu’auparavant, plus précisément depuis que la Fed a commencé à relever ses taux d’intérêt. Le dollar serait donc une monnaie forte. L’em... Poursuivre la lecture

Au cours des neuf derniers mois, Jerome Powell (président de la Fed, la banque centrale américaine) a monté les taux d’intérêt de la façon la plus rapide depuis les années 1980. En effet, l’inflation atteignant les niveaux les plus élevés depuis 40 ans, les officiels de la Fed étaient unanimes sur le fait qu’ils devaient monter les taux de manière agressive. Ce fût la première étape, de loin la plus facile.

Car maintenant que l’inflation semble montrer des signes de ralentissement, la question concernant la hausse des taux directeurs e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles