Les étranges discours de Bruno Le Maire

Bruno Le Maire ne serait-il pas en campagne électorale par procuration pour Emmanuel Macron qui a fort à faire avec le covid ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruno Lemaire by UMP photos CC BY-NC-ND 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les étranges discours de Bruno Le Maire

Publié le 5 février 2022
- A +

On peut ne pas dire la vérité sans pour autant mentir, c’est un exercice fréquent lors des campagnes électorales. De la part d’un ministre en exercice c’est tendancieux et non respectueux des Français qui sont alors menés en bateau.

Cocorico pour la France pour Bruno Le Maire

Avec un taux de croissance de 7 % en 2021, du jamais vu depuis plus de 50 ans, la France aurait effacé les effets de la crise sanitaire !

Oui, ça parait exceptionnel, mais dans un contexte lui aussi exceptionnel cela ne l’est plus. En effet après une chute de 8 % l’année précédente ce n’est qu’une remontée partielle.

Il faut alors la placer dans un contexte plus conforme à la réalité et comparer le taux de croissance des deux années 2020 et 2021 à celle des deux précédentes 2018 et 2019.

Le chiffre est alors beaucoup moins glorieux, respectivement de – 8 % en 2020 et +7 % en 2021 nous obtenons pour ces deux dernières années un cumul de – 1 % à comparer au taux de + 1,9 % en 2018 et +1,8 % en 2019 soit + 3,7 % pour le total des deux années précédant la crise.

C’est donc un écart de – 4,7 %. La crise est donc loin d’être terminée.

La délocalisation industrielle, la faute aux patrons

Déjà dénoncé lors d’un précédent article, afin de dédouaner la perte de productivité qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui s’est encore dégradée durant la mandature d’Emmanuel Macron, quoi de plus facile de faire croire aux Français que les responsables sont ces méchants patrons qui délocalisent pour gagner un centime de plus.

L’effet est immédiat auprès d’une grande partie de nos concitoyens qui y voient la confirmation de leur détestation des entreprises du CAC40.

Pendant ce temps, nos hommes politiques se dédouanent de leur responsabilité dans la situation catastrophique des entreprises industrielles.

NON, les entreprises ne sont pas responsables, ce sont les excès de charges et de contraintes votées par nos gouvernements successifs qui en sont la cause.

On va sauver EDF

EDF est au bord de la faillite. L’entreprise a perdu 90 % de sa valeur depuis son plus haut en septembre 2007 à plus de 80 euros pour atteindre aujourd’hui à peine 8 euros.

Là encore ce n’est pas la faute du président actuel puisqu’EDF cotait à peine au-dessus de 10 euros lors de sa prise de pouvoir et a même atteint 12 euros fin 2021.

Mais elle a rechuté de plus de 30 % à 8,39 le jour où le ministre a eu l’idée géniale de mettre EDF à contribution à hauteur de 8 milliards pour limiter la hausse des tarifs, lui faisant perdre pratiquement 12 milliards de capitalisation en quelques jours que l’État s’engage à refinancer… Belle opération financière.

 

Un quoiqu’il en coûte défendu par Bruno Le Maire

Il fallait le faire pour sauver notre économie et, comme d’habitude, notre ministre s’est flatté d’avoir été le plus performant des pays en la matière. Il juge la pertinence de l’action uniquement à la hauteur du montant dépensé, ou plutôt emprunté sans en faire le bilan.

Quel est-il ?

Emmanuel Macron a pris l’exemple de l’Allemagne qui avait déjà utilisé avec succès le chômage partiel lors de la crise précédente ; mais avec un taux de 84 % du salaire, nettement plus que nos voisins (60%).

Résultat : une grande partie des salariés, voyant même leur pouvoir d’achat légèrement augmenter, ont pu améliorer leur épargne à hauteur de presque 200 milliards en deux ans. C’est merveilleux, sauf que l’État s’est encore fortement endetté et que ce sont nos enfants et petits-enfants qui devront rembourser.

Conclusion

Bruno Le Maire ne serait-il pas en campagne électorale par procuration pour Emmanuel Macron qui a fort à faire avec le covid, la présidence européenne et quelques actions réformatrices de dernière minute ?

 

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Un agrégé de lettres aux finances publiques, c’est n’importe quoi. Pourquoi s’étonner du résultat?

    • C’est clair.
      On ne gagne pas une course de Formule 1 à dos de chameau.
      Bruno à l’économie, c’est la petite touche de crème chantilly sur le cassoulet : une absurdité, une aberration, une catastrophe.

  • Des pourcentages ne s’additionnent pas !!! Les 7% se calculent par rapport à un PIB diminué de 8%, soit 7% de 92% ou 6,44% du PIB de 2019, la perte est encore de 1,56% et non 1%

    • J’ai également été surpris par cette erreur basique, l’auteur se rend du coup presque aussi ridicule que Bruno le Maire lui-même…j’ai l’impression que le niveau chute depuis quelques mois, il y a également des aberrations qui ont été écrites au sujet de la vaccination

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous.
      A la décharge de l’auteur, son calcul a le mérite d’être simple et compréhensible par tous. Le votre est exact mathématiquement mais plus difficile pour bcp.

    • Allons, vous chipotez. Le fond problème n’est pas purement arithmétique : bien entendu que d’après les mathématiques, les chiffres sont erronés.
      Mais là, on est dans le domaine de l’arithmétique politique.
      Il n’y a que l’addition et la soustraction comme opérateurs.
      On additionne ce qui arrange, on soustrait ce qui dérange, et on soumet le résultat du « calcul » aux médias. Point barre.
      Alors cessez de faire vos esprits cartésiens : le bon sens et la raison ne s’appliquent plus dans le monde d’après. 🙂

    • -1.56% – les minables 3.73% auxquels on pouvait compter (en France) sur 2 ans.

      Tout va très bien Madame la Marquise, on déplore juste un petit rien de perte de 5.3 %.
      Mais à part ça, Madame la Marquise, tout va très bien tout va très bien …

    • Vous feriez un très bon politicien, peut-être en êtes vous un allez savoir.

      Noyer le poisson sur des détails en occultant le vrai problème : Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt.
      Continuez comme ça et laissez vous « entuber  » par nos politiciens, c’est tellement plus facile!

      C. GOUDRON

  • Le bon Bruno ne décide de rien, tout se décide dans le château des tenardiers… Jean Valjean va libérer cette pauvre causette bientôt.

  • Vous feriez un très bon politicien, peut-être en êtes vous un allez savoir.

    Noyer le poisson sur des détails en occultant le vrai problème : Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt.
    Continuez comme ça et laissez vous « entuber  » par nos politiciens, c’est tellement plus facile!

    C. GOUDRON

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture

On remarquera que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dans ce bref entretien, où il n’est question que d’ajouter 1 h 30 d’enseignement scientifique aux élèves dont ce n’est pas un «  enseignement de spécialité », doit à la fois se référer aux paroles du président de la République et au Conseil supérieur des programmes qui a élaboré un « projet pour un nouveau programme de mathématiques » à la rentrée 2022 :

🎙️ @jmblanquer : "Nous allons mettre plus de mathématiques dans le tronc commun. 3h30... Poursuivre la lecture

Le 5 mai dernier, nous avons appris le décès de l’économiste Axel Leijonhufvud, né le 6 septembre 1933 à Stockholm. Il est catalogué comme faisant partie du courant néokeynésien, même si sa pensée était plus complexe que cette simple classification.

J'ai appris beaucoup sur la macro-économie ces (quasi) deux dernières années grâce à Axel Leijonhufvud, d'abord par l'intervalle de Steven Horwitz, George Selgin ou Michael Hoffman (et d'autres), puis en le lisant directement. Les travaux de Leijonhufvud restent cependant moins connus qu'il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles