Rafik Smati, entrepreneur et candidat à la présidentielle

L’entrepreneur Rafik Smati a annoncé sa candidature à la présidentielle, avec le soutien de son mouvement politique Objectif France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Rafik Smati

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rafik Smati, entrepreneur et candidat à la présidentielle

Publié le 27 janvier 2022
- A +

Alors que l’élection présidentielle sombrait dans l’ennui de 50 nuances d’étatisme, monopolisée par des professionnels de la politique aux propositions dirigistes attendues et éculées, deux candidatures de dernière minute sont venues redonner un peu d’espoir à ceux qui croient que davantage de libertés individuelles et économiques feraient le plus grand bien à notre pays.

Le 11 janvier, c’est le philosophe Gaspard Koenig qui annonçait entrer dans la course aux parrainages. Puis, le 21 janvier, c’est l’entrepreneur Rafik Smati qui annonçait sa candidature, avec le soutien de son mouvement politique Objectif France.

Intéressons nous ici à ce candidat qui n’a sans doute pas (pas encore !) la notoriété qu’il mérite, et à son parti.

Un mouvement libéral-conservateur

Objectif France souhaite faire la synthèse entre deux courants de pensée : l’un plutôt libéral, se traduit par la volonté de sortir du socialisme économique. L’autre plutôt conservateur, ce dernier terme ne devant pas être compris comme moraliste mais comme un retour aux fondamentaux, sécurité et justice, jugées prioritaires pour rétablir la confiance entre les Français et leur République.

Fort de cette double appartenance, Objectif France a attiré deux familles de militants : d’une part, les libéraux qui se sentaient orphelins au sein des républicains ou qui végétaient dans des partis libéraux qui n’ont jamais vraiment décollé. D’autre part, des personnes de la société civile sans parti pris idéologique, qui ne s’étaient jamais vraiment intéressées à la politique mais qui ont été séduites par les idées originales, par la vraie démocratie interne du mouvement, et par l’originalité de son président, Rafik Smati.

Né en Algérie voici 46 ans, il est arrivé en France à l’âge de 2 ans, et professe un amour inconditionnel de la France. Il a créé plusieurs entreprises dans le numérique, dont il assume toujours la présidence. Voilà qui tranche avec le profil de nombreux candidats traditionnels, soit issus des grands corps de hauts fonctionnaires de l’État, soit politiciens professionnels.

Contrairement à Gaspard Koenig, il n’est pas un théoricien, mais sa vie professionnelle d’entrepreneur l’a poussé à comprendre la valeur de la liberté, et la nécessité de réduire le poids de l’État, tant fiscal que réglementaire, dans toutes les étapes de la vie quotidienne des entreprises comme des familles.

Rafik Smati et son équipe ont voulu que le programme d’Objectif France ne soit pas celui de quelques gourous ou d’une garde rapprochée, mais qu’il soit issu de l’ensemble des adhérents. Pendant 4 ans de travail acharné, ceux-ci ont construit «le projet le plus construit, le plus solide de tout le paysage politique français », selon l’expression du candidat lui-même, et ce sur pas moins de 50 thématiques.

 

Le programme de Rafik Smati et d’Objectif France

Certains observateurs extérieurs, encore perclus de leurs vieux réflexes politiciens, se sont fait forts de remarquer que ce programme est trop détaillé pour être réellement facile à présenter aux Français. Mais Objectif France ne veut pas que son programme soit une simple plateforme pour tracts électoralistes, il est une base concrète pour mettre au débat des propositions parfois très audacieuses pour que la spirale du déclin français puisse être enrayée, et surtout qu’il soit prêt à être lancé dès le lendemain d’une éventuelle bonne surprise électorale.

Plutôt que d’en faire la liste exhaustive (il y a plus de 700 propositions à découvrir ici), citons quelques idées-force emblématiques :

  • Recentrer l’État sur ses missions régaliennes et susciter 130 milliards de baisse de dépenses publiques.
  • Achever une vraie décentralisation en redéfinissant le périmètre de l’action publique entre Communes et Régions (RIP les départements), sans oublier de rendre au privé ce qui lui appartient, faire en sorte que chaque collectivité compte sur ses ressources fiscales propres pour arrêter la chasse aux subventions incitant aux gaspillages.
  • Rénover la démocratie, notamment par l’adoption du référendum d’initiative citoyenne.
  • Instaurer un chèque éducation permettant à tous les parents le libre choix de l’école de leurs enfants.
  • Créer des task-forces spécialisées (policières et judiciaires) dans la reprise en main des quartiers où l’État de droit a disparu.
  • Libéraliser le Code de l’urbanisme et en finir avec la socialisation du logement pour mettre fin au mal-logement.
  • Suppression de l’indigne politique de la ville et le redéploiement d’une fraction de cette politique vers les territoires hors des grandes métropoles, parfois en déshérence.
  • Construire une véritable alliance européenne contre le terrorisme islamique.
  • Laisser les Français choisir librement leur assureur maladie, supprimer les bureaucraties non hospitalières telles que les ARS.

 

Aux lecteurs de Contrepoints, certaines propositions de ce programme fleuve ne paraîtront peut-être pas suffisamment libérales. S’agissant d’une synthèse participative de propositions émanant de personnes d’horizons divers, il ne pouvait en être autrement, et les plus puristes d’entre eux ne manqueront pas de faire à Rafik Smati un procès en impureté libérale, comme ils le font d’ailleurs également vis-à-vis de Gaspard Koenig.

Mais soyons certains que de par son parcours et sa personnalité, que chacun peut juger à l’aune des ses passages médias, Rafik Smati aura à coeur d’éviter que certaines idées de son mouvement ne tournent à la réédition des erreurs de l’étatisme dominant, et rappelons que le purisme libéral n’a jamais produit le moindre résultat politique tangible.

Quoi qu’il en soit, un appel est lancé aux élus de France pour que ces idées, qui élèvent le débat politique bien au-delà de ce que peuvent proposer les candidats établis, aux recettes sans saveur, puissent avoir leur chance de rencontrer les électeurs lors de la présidentielle. Mesdames, messieurs, à vos parrainages !

Avertissement : l’auteur est adhérent et membre du conseil national d’Objectif France

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « professe un amour inconditionnel de la France »
    C’est dangereux de tomber amoureux d’une prostituée.

  • Une 2ème candidature intéressante pour les libéraux, c’est la fête cette année !

    • Oui mais d’un point de vue pratique, ce qui manque est un candidat crypto-libéral qui ait des intentions libérales mais sache les cacher derrière des discours aptes à allécher un électorat naturellement polymorphe.
      C’est un exercice de publicité sur mesure ciblant séparément des clusters d’opinions spécifiques qu’on caresse dans le sens du poil.
      Après tout les autres candidats ne se gênent pas pour ratisser large en toute hypocrisie, il n’y a pas de honte à en faire autant de manière plus subtile et efficace.

  • Il serait très bien venu que G.Koenig s’ associe à cette candidature, parce qu’ il me semble que nous avons plus besoin d’ un entrepreneur que d’ un philosophe aux manettes. Et puis pour réformer la France, il n’ y a plus franchement la place pour la réflexion, tout le monde sait ce qu’ il faut faire, il n’ y a plus qu’ à rentrer dans le lard.

    • Les deux sont complémentaires (un président entrepreneur et philosophe, ce serait un profil intéressant). Et ils ne seraient pas trop à deux pour passer la barrière des parrainages.

      • Oui, on pourrait dire aussi un conservateur et un progressiste pour décrire leur complémentarité.
        Dans la mesure où aucun n’a une chance de gagner, ces 2 candidatures ne sont pas de trop pour exprimer nos idées sur la place publique.

  • Candidature intéressante qui a le mérite de mettre des points tabous en avant.
    On n’en a malheureusement jamais entendu parlé dans les médias… Bizarre hein… 🙂
    Perso, le premier candidat qui rajoute en plus dans son programme la prise en compte du vote blanc au lieu des référendums citoyens (qui existent déjà hein, ça s’appelle un référendum tout simplement), avec bien évidemment comment il compte le mettre en place (pas comme Hidalgo lol), il y a de très forte chance qu’il m’intéresse… 🙂

  • Il ne suffit pas d’avoir des idées en France pour atteindre le sommet, il faut des appuis, de gros appuis, avec beaucoup de fric à distribuer, république bananière oblige.

  • Ce que je lis de son programme est très alléchant, et à ma connaissance aucun candidat ne va aussi loin (sauf peut-être Koenig ? dont je ne connais pas le prgm).
    Propose-t-il de changer le statut des fonctionnaires, afin que ces derniers soient davantage responsabilisés comme cela se fait dans certains pays ?
    Sur l’Europe, il me semble également indispensable de retrouver de la souveraineté ne serait-ce qu’en limitant les pouvoirs de la Commission, ces gens non élus qui peuvent décider à peu près n’importe quoi sans jamais en assumer la responsabilité. Vous me direz, les élus français, c’est aussi le cas, ce qui m’amène à la question du statut des élus ou plutôt de leur contrôle par les citoyens. Peut-être est-ce prévu dans le cadre du RIC ?
    PS : on retrouve un certain nombre de ces idées (pas toutes) chez Charles Gave, comme le chèque éducation et le recentrage de l’État sur le régalien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles