Quels effets les sondages auront-ils sur la présidentielle ?

Les sondages jouent un rôle primordial et controversé dans le déroulement des campagnes électorales. Mais ces sondages auront-ils une influence sur les résultats  ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
statistics source https://unsplash.com/photos/NDfqqq_7QWM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quels effets les sondages auront-ils sur la présidentielle ?

Publié le 26 janvier 2022
- A +

Par Phillippe Villemus.
Un article de The Conversation.

Depuis soixante ans, les sondages d’opinion jouent un rôle primordial et controversé dans le déroulement des campagnes électorales. Leur multiplication pour l’élection présidentielle 2022 s’explique par l’utilisation d’Internet et par la nécessité des chaînes d’information de nourrir leurs émissions en continu. Mais ces sondages auront-ils une influence sur les résultats de la « mère de toutes les élections » ?

La supposée influence des sondages en politique serait conforme à la théorie des « réponses cognitives ». Celle-ci montre que les opinions des autres comptent dans les prises de position individuelles sur des candidats ou des enjeux. En clair, les opinions d’une personne peuvent changer quand elle connaît celles des autres. La personne penche vers des arguments qui ne lui seraient jamais venus à l’esprit en temps normal ; elle s’interroge sur les raisons qui expliquent que tant de citoyens favorisent un candidat ; elle trouve des raisons pour le soutenir à son tour. Cette théorie offre une explication convaincante du comportement des individus moyennement impliqués vis-à-vis d’un enjeu, ce qui est souvent le cas pour une partie des citoyens lors d’élections.

Deux effets des sondages ont été beaucoup étudiés par les sociologues et les chercheurs en marketing politique : l’effet bandwagon et l’effet underdog.

Effet bandwagon : soutenir le gagnant

L’ effet bandwagon (littéralement « char à musique » : l’expression apparaît aux États-Unis dans les années 1850 quand les candidats défilaient avec un chariot sur lequel jouait un orchestre) pourrait se traduire par « effet d’entraînement » ou « effet de mode ». Cet effet désigne la propension à « sauter dans le bon wagon » ou « suivre le vainqueur ». L’électeur est encouragé à se retrouver dans le camp du gagnant, autrement dit à rejoindre la majorité.

L’effet bandwagon s’apparente à une forme d’opportunisme qui pousse l’individu à adhérer à l’avis du plus grand nombre. Et à voter pour celui qui est en tête dans les sondages. Cet effet « char à musique » a joué au moins trois fois dans la vie politique française.

En 1974, au premier sondage de l’élection présidentielle, Valéry Giscard d’Estaing devance Jacques Chaban-Delmas de seulement un point.

Chiffres des sondages donnés pour Valéry Giscard d’Estaing.
Sofres

Au fil des sondages, l’écart s’agrandit de façon croissante. Et les résultats suivent cette tendance avec un écart encore plus important entre les deux concurrents. À la suite du premier sondage, le léger avantage de VGE va influencer certains électeurs indécis. Ainsi, les sondages suivants révèlent un écart de plus grosse ampleur entre les deux candidats. De ce fait, l’effet bandwagon grandit de façon exponentielle et l’influence des sondages est de plus en plus forte.

En 2006, la primaire socialiste donne les résultats suivants : 60,6 % pour Ségolène Royal, 20,8 % pour Dominique Strauss-Kahn et 18,5 % pour Laurent Fabius. Le très faible écart du début, qui devint énorme à la fin, soulève cette question provocante : sont-ce les sondages qui ont choisi Ségolène Royal, ou les militants socialistes ?

L’écart dans les sondages provoque un effet bandwagon pour le favori, qui à son tour creuse cet écart dans les sondages :

L’effet bandwagon nourrit l’écart et vice versa.
Philippe Villemus, Fourni par l’auteur

En 2017, nombre d’électeurs de gauche ont préféré voter pour Emmanuel Macron parce qu’arrivant en tête dans les sondages, il était plus susceptible de battre le candidat de droite.

L’effet underdog : secourir le perdant

L’ effet underdog (littéralement « opprimé ») désigne la tendance qu’ont les individus à voter ou s’engager pour l’enjeu ou le candidat qui est à la traîne dans les sondages. On pourrait parler d’effet « chien battu ». En psychologie sociale, on parle d’effet boomerang quand « une tentative de persuasion a l’effet inverse de celui attendu et renforce les attitudes de la cible plutôt que de les modifier ». L’effet underdog désigne la mobilisation en faveur du candidat le moins bien placé dans les sondages ou les enquêtes. Le candidat en retard deviendrait sympathique aux yeux des électeurs qui voudraient lui éviter la défaite annoncée par les sondeurs. Il s’agit de secourir le « perdant ».

En 1995, aucun institut de sondage n’avait prévu l’arrivée en tête de Lionel Jospin au premier tour, devant Jacques Chirac et Édouard Balladur (le favori éliminé). Cette surprise s’explique en partie par la crainte d’une partie de l’électorat, alimentée par les enquêtes d’opinion, de voir la gauche absente du second tour.

En 2002, à l’inverse, on peut se demander si l’élimination surprise de Lionel Jospin au premier tour n’est pas due à l’interdiction à l’époque de publier des sondages la veille de l’élection. En avril 2002, si l’opinion publique avait été alertée de la possible élimination de Lionel Jospin au premier tour, par un effet underdog, les électeurs de gauche auraient davantage voté pour lui. Et Jean-Marie Le Pen n’aurait peut-être pas accédé au second tour.

« Vote utile », mauvaise humeur et désertion

L’effet vote utile, bien que nié par beaucoup de sociologues politiques, désigne la propension d’un électeur à voter pour un candidat, même si le votant préfère un autre candidat ayant moins de chance de passer le premier tour. Dans le système français à deux tours, des citoyens choisissent parfois leur candidat non pas en fonction de leur préférence, mais en fonction de leur aversion à d’autres candidats.

Enfin, des chercheurs ont identifié deux autres effets des sondages sur les élections. L’effet humble the winner (« humilier le vainqueur ») correspondrait à un effet de « mauvaise humeur » face au vainqueur proclamé : il s’agit de rendre « plus humble » le favori (Alain Juppé, en 2016, à la primaire de la droite et du centre ?). L’une des conséquences de cet effet serait de démobiliser des électeurs qui pensent que le candidat va gagner.

L’effet snob the loser (« snober le perdant ») correspondrait à une « désertion » du camp menacé par la défaite : il consiste à abandonner le perdant (Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite et du centre en 2016 ?). Une de ses conséquences serait de démobiliser des électeurs qui pensent que l’élection est perdue.

Alain Juppé, en course pour la primaire en 2016.

L’indépendance des instituts contre la méfiance des électeurs

Les sondages et leurs effets, parce qu’ils exerceraient une influence notable sur les résultats, sont souvent décriés par les politiciens. Or ces effets agissent surtout auprès d’électeurs indécis et peu motivés par les enjeux politiques et très affectés par l’opinion collective. Ils sont le cauchemar des politologues et des sondeurs car ces effets sont connus mais non quantifiables.

À fortes doses, les sondages peuvent induire une méfiance des électeurs lassés de se faire rabâcher par les médias que tel ou tel camp possède les meilleures chances de l’emporter. Les instituts de sondage doivent donc rester indépendants, car une manipulation pourrait avoir de grandes conséquences sur le vote final. Plus globalement, l’étude des effets des sondages sur l’élection nous renvoie à une question fondamentale : comment faisons-nous nos choix ?The Conversation

Phillippe Villemus, Professeur chercheur en marketing et leadership, Montpellier Business School – UGEI

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Bon, ben c’est reparti pour 5 ans de plus avec Macron, miam…

  • on a l’idée a priori pas trop stupide de vouloir qu’une élection ne soit pas « truquée »..que l’opinion des électeurs ne soit pas influencée..

    qu’en lecteur décide de son vote en connaissances de TOUTES les informations..
    DE TOUTES LES INFORMATIONS…

    donc véracité et caractère exhaustif.. pas de subjectivité dans un vote..individuel..

    vous allez me dire on ne va pas aller si loin..
    certes mais alors vous voulez quoi au juste?

    le rôle des sondage est en fait un avatar du rôle de l’argent..

    des règles? on fera avec..des règles neutres? justes? faites moi rire..

    tant qu’une personne ne me FORCE à mettre un bulletin d’ans l’urne..une élection est pour moi démocratiquement valable..

    vous ne voyez pas que ce genre de questions surgit quand un parti est battu..

    il ya un trait de caractères néanmoins..

    pourquoi diable des gens pensent qu’on FORCE les gens à aller au supermarché..

    • la « solution » est en amont… laisser l’econonomie ,la santé, l’education, les chemins de fer!!, etc…laisser tous les domaines où l’idée d’interet collectif ne fait pas sens.. hors de l’action politique.. NIET.. sinon tu mets le doigt tu mets le bras..
      eh oui messires gay ou kron..

      pourquoi l’état s’en mêle il est où l’interet collectif…???seule condition qui me permette de juger l’action des politiques..

  •  » Les instituts de sondage doivent donc rester indépendants… »

    de l’économie? de leurs clients..? d’lidéologie? des salariés des instituts de sondages?

    les sondages « adviennent » neutres indépendant de la marche du monde..

    l’argent donne un pouvoir d’achat..
    qui conduit à faire qu’on paye TOUT à ceux qui disent vouloir faire de la politique..

    question est ce qu’on doit payer manicure maquillage costumes au candida pauvre ou moche car l’image peut jouer un rôle dans l’election? pourquoi alors si seules les idées ( comprises) comptent ne pas interdire l’image et la voix.. ? puis éliminer des discours les éléments rhétoriques et car l ‘éloquence trompe …
    et on s’étonne de faire des règles pour empêcher les farfelus de se présenter..

  • Article très intéressant, qui laisse peu de place à l’optimisme pour l’élection à venir.
    Après 2 ans de Covid et de manipulation médico mentale, je crains que notre autonomie intellectuelle ait été sérieusement mise à mal.
    Si on vous suit, Macron a donc toutes les chances d’être réélu.

  • Les sondages m’énervent donc je ne les suis pas. Je pense qu’ils ont une influence néfaste en truquant les résultats définitifs. Ils permettent de mettre à bas par media interposées des candidats qui pourraient avoir une chance d’être élus. Sauf que ceux qui lorgnent le pouvoir ne sont pas prêts à le tolérer. Et, ça marche.

    • la vraie question est pourquoi on vous présente les declarations des autres comme importante..

      mais…
      parfois si vous allez dans un magasin quand vous hésitez le vendeur vous dit les gens préfèrent cela..
      quand vous cherchez une restaurant ou un hotel, vous lisez les opinions.. mais pourpeu que vous ayez un tant soi peu de bon sens;..vous doutez..
      le premier problème est éducatif..

      ne pas dénonce les andouilles diplômées qui vous présentent un sondage déclaratif comme un sondage d’opinion..
      refuser la logique de vote partisane.. ne regardez pas les émissions ou ce qui importe c’est qui va gagner les élections mais les programmes détaillés..

      enfin le comportement paradoxal de certains français vis a vis des médias..

      allez vers les médias qui en présentent pas..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thérèse Rebière.

 

À l’occasion des élections américaines de mi-mandat du 8 novembre 2022, une partie importante du Congrès américain va être renouvelée : la totalité des 435 sièges de la Chambre des représentants (actuellement à majorité démocrate), ainsi que 35 des 100 sièges du Sénat (actuellement répartis à 50-50 entre Républicains et Démocrates et départagés par la voix de la vice-présidente Kamala Harris).

Dès le début du mandat de Joe Biden les projections étaient plutôt pessimistes quant à la capacité du ... Poursuivre la lecture

Émoi (encore un) dans l’hémicycle : un député Rassemblement National aurait dépassé les bornes des limites et se serait vautré avec emphase dans les heures les plus sombres de notre histoire politique avec de vrais morceaux de racisme dedans. Pour ajouter l’insulte à l’injure, la presse s’est jointe à la mêlée pour y ajouter une dose de propagande.

La petite phrase défraye la chronique paresseuse des folliculaires médiocres : alors que Carlos Martens Bilongo, député France Insoumise d’origine congolaise, évoquait la question des migran... Poursuivre la lecture

Durant une campagne électorale, un politicien et son parti crieront leurs réussites sur tous les toits. À défaut d’accomplissements, ils utiliseront l’énergie du désespoir pour détourner l’attention. Les démocrates, aux prises avec une inflation galopante, une augmentation vertigineuse de la criminalité et de l’immigration irrégulière, ont choisi la seconde voie.

Le tout commence au sommet avec Joe Biden. Ayant malheureusement tenu sa promesse de détruire l’industrie de l’énergie, il cherche maintenant à diminuer les prix de l’essence ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles