Pécresse n’est pas un clone de Macron. Elle est bien pire.

Par bien des aspects, Pécresse est le digne successeur de Macron. Tout indique qu’à son poste, elle sera bien pire que lui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Screenshot 2022-01-17 at 17-36-19 Le face-à-face avec Valérie Pécresse - #OEED 8 janvier 2022 - https://www.youtube.com/watch?v=E6ipHr-znsk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pécresse n’est pas un clone de Macron. Elle est bien pire.

Publié le 21 janvier 2022
- A +

Décidément, la campagne électorale de Valérie Pécresse a bien du mal à décoller : le pachydermique parti Les Républicains semble être à la peine pour déclencher la moindre ferveur pour sa candidate. Il faut dire que ses prestations sont assez ternes et au contraire d’autres candidats comme Mélenchon ou Zemmour qui ont une certaine verve de tribuns, ses discours et ses blagounettes tombent plus souvent à plat qu’il ne le faudrait.

Oui, certes, tout est bien préparé mais tout cela sent le laborieux, aussi peu rigolo qu’une rédaction de Terminale littéraire sur un sujet rasoir. Pécresse reste heureusement plus crédible que les candidatures de Taubira ou, pire encore, Hidalgo qui n’a toujours pas renoncé à enfoncer son Titanic électoral aussi profondément que possible dans un iceberg aussi froid que ses militants. Cependant, ce n’est guère brillant et ça reste même suffisamment poussif pour que les sondages reflètent ce manque criant d’enthousiasme.

C’est probablement pour cela qu’afin de donner un peu de corps à une candidature cruellement dénuée de charisme et d’élan populaire, elle s’est prêtée à un débat télévisé qui a péniblement attiré un peu plus de 600 000 téléspectateurs, quand celui de Zemmour en a attiré plus de 4 millions. Bien sûr, c’est un exercice imposé par la campagne présidentielle mais cette fois-ci, elle a fait face à un Jean-Jacques Bourdin qui n’a pas été tout à fait aussi mordant qu’à son accoutumée.

En effet, force est de constater que l’échange de questions-réponses n’a pas franchement brillé par sa vivacité… Il faut dire que la candidate Pécresse a choisi, en début d’émission, de faire disparaître tout le mordant du journaliste qui devait la titiller pendant sa prestation d’une réflexion qui n’a pas manqué de jeter un froid sur le plateau, à tel degré que c’est le seul point vraiment saillant que les téléspectateurs et les chroniqueurs politiques auront retenu…

En substance, elle faisait officiellement passer un message féministo-compatible dans lequel elle tance vertement son interlocuteur d’être soupçonné d’agressions sexuelles. Elle lui a aussi clairement fait comprendre que toute question trop piquante, toute attitude un peu trop agressive se paierait un jour ; l’attitude de Bourdin par la suite l’a largement démontré : innocent ou coupable, il savait que sa prestation serait jugée non comme celle d’un journaliste face à une candidate, mais bien par une potentielle présidente de la République. En journaliste servile, il a donc joué sa partition pianissimo.

La fadeur de l’exercice résultant ne doit donc pas tout à l’absence de charisme de Pécresse…

Pour le reste, on ne sera pas surpris par les propositions de la candidate, qui slalome mollement entre les bricolages habituels des énarques perdus dans des détails grotesques, à la portion près, les petits ajustements des millions de paramètres que les politiciens adorent tripoter en croyant avoir une influence notable sur l’ensemble macro-économique français (dans une sorte de danse de la pluie), et les éventuelles propositions vaguement compatibles avec la droite française. Celle-ci étant lourdement étatiste et gentiment sociale-démocrate, les petites améliorations de la prison fiscale et sociale française se jouent donc à la marge, la candidate ne voulant en aucune manière fricoter avec un libéralisme même pastel qu’elle s’empressera d’ailleurs de définir comme ultra dès qu’elle le peut.

Soyons clair : elle n’apporte absolument aucune espèce de libéralisme même hésitant, et ne proposera des marges de liberté que de façon extrêmement microdosée, pour les deux raisons qui animent la plupart des politiciens français de carrière : d’une part parce qu’ils n’y entendent absolument rien en matière de liberté, et d’autre part parce que leur cheptel électoral a été entraîné à consciencieusement associer « libéral » avec « caca », avec un succès maintenant pavlovien.

Énarque comme Macron, Young Leader (2002 pour Pécresse) comme Macron, impliquée comme Macron dans la vente précipitée d’Alstom aux Américains, elle aura pour elle d’être une femme, ce que la presse ne manquera pas de souligner lourdement lorsque le champ des possibles commencera à se réduire drastiquement à l’arrivée du premier tour (et surtout si Macron abandonne toute velléité de se représenter).

Comme Macron et comme elle l’a amplement montré ces précédentes années, elle cultivera l’art de l’adaptation du discours au gré des éléments, des mouvements d’humeur et de la presse. N’ayant jamais réellement démontré qu’elle appartenait aux politiciens vertébrés, gageons qu’elle se passera très bien de toute colonne si cela s’avère nécessaire.

Du reste, ce n’est pas une pique gratuite : on voit fort bien la capacité liquide d’adaptation de la candidate à mesure que le discours hystéricovidiste se dégonfle (au Danemark, la presse explique avoir échoué à faire son travail, en Israël où le Pr. Qimron appelle les autorités à admettre l’échec de leur politique actuelle, en Espagne où ils abandonnent les traitements d’exception, en République Tchèque où l’obligation vaccinale est abandonnée, au Royaume-Uni qui lève ses restrictions sanitaires).

Alors qu’elle n’avait absolument pas hésité à déclarer vouloir enfermer les non-vaccinés en cas de besoin (ceux-là s’en souviendront probablement au moment de voter), ayant goulûment participé à la mise en place du pass sanitaire puis vaccinal en servant véritablement de relai publicitaire au gouvernement actuel, la voilà, quelques jours seulement après avoir poussé ses lieutenants à voter cette ségrégation française qui désavoue ce pass avec la même désinvolture.

Enfin, on pourra souligner à titre d’indicateur notoire le récent soutien d’Alain Minc à sa candidature, le même Minc qui s’était porté au secours de la victoire macronienne de 2017, et qui donne une assez bonne idée de l’éloignement politique de Pécresse avec l’actuel président…

Mais il faut se rendre à l’évidence : même si beaucoup d’éléments les rapprochent, Pécresse n’est pas un clone de Macron. À sa place, elle fera bien pire.

Bénéficiant du soutien qu’on devine déjà servile et obséquieux d’une presse qui a amplement démontré tout l’aplaventrisme dont elle était capable sous Macron, elle aura aussi l’immense avantage de bien mieux connaître les rouages politiciens et administratifs du pays pour les avoir longuement pratiqués (au contraire du blanc-bec qui guignolise à l’Élysée actuellement). N’ayant aucun frein ni à la Chambre basse, ni à la Chambre haute, les médias devenus inféodés lui mangeant dans la main, les administrations l’acceptant sans mal plutôt que tout autre candidat, elle aura un boulevard pour faire absolument n’importe quoi, le pire inclus.

Vous avez détesté Macron ? Si elle est élue, vous haïrez Pécresse.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • C’est quand même très curieux cette histoire de « Young Leaders », comme si Davos devait décider de qui a le droit de diriger tel ou tel pays. Rien qu’en France la liste est impressionnante : Pécresse, Macron, Philippe, Véran, Attal etc.. Et ne semble pas refléter les meilleurs profils que la France pourrait fournir ! Est-ce qu’il ne s’agit pas, ni plus ni moins, d’une tentative de gouvernance mondiale chère à notre Jacques Attali national ? Si oui y’a du mouron à ce faire pour l’avenir..

    • Les Young Leaders rien que dans le gouvernement actuel : Macron, Véran, Attal, Djebbari, Montchalin, Riester, Grégoire, Beaune, Wargon, Le Maire, Pannier-Runnacher, Schiappa, Lecornu (et j’en ai peut-être oublié un ou deux).
      Si vous retirez aussi les franc-maçons, il ne reste quasiment plus personne autour de Macron.

      • Même Schiappa ?? Ouh lala ils ont du flair à Davos.. Vous pouvez rajouter Trudeau, Jacinda Ardern et la quasi totalité des dirigeants qui ont mis en place les restrictions les plus sévères contre la Covid. Peut-être un lien non ?

        • Y aurait il un complot mondial ? Noooooooon.

          • C’est ça la théorie du complot de nos jours ? les young leaders sont aux postes de pouvoir ? Déçu je suis.
            Ok c’est vrai, je ne conteste pas le fait, mais c’était quand même plus marrants quand les complots étaient illuminati.
            Sinon ce que vous appelez un complot, ça s’appelle le pouvoir les gars.

  • Concernant Macron, il est également intéressant de noter l’écart entre sa popularité mesurée par les instituts français en France et les instituts de sondage étrangers en France…bizarrement, il passe de 25% à 11%…la vérité se situant probablement autour de 15-16%, comme les autres candidats « principaux » (Zemmour, Pecresse, Macron et Le Pen)…et à titre personnel, je me demande bien pourquoi tant Macron que Pecresse sont passés par le programme des « Young Leaders » de la « French-American Foundation »…si cela ne s’appelle pas de l’ingérence étrangère…vouloir cultiver l’excellence est louable, néanmoins ce programme semble être très consanguin et ne me semble en rien participer au dialogue trans-atlantique hormis pour faire du capitalisme de connivence, avec beaucoup de politiques et de CEO de « pseudo-startups » bénéficiant des largesses de l’Etat pour assurer leur survie, le tout gratiné de quelques personnalités scientifiques connues du grand public, histoire de se donner un air de respectabilité.

    Historique des promotions des Young Leaders : https://french-american.org/programmes/young-leaders/historique-des-promotions-young-leaders/

  • Très bon article.
    J’ajouterais qu’elle n’est pas très habile, ce qui nous épargnera peut-être son élection.
    Elle avait une occasion en or de se démarquer de Macron quand il a prononcé ses propos insultants dans le Parisien. Il aurait suffit qu’elle déclare que Macron avait clairement démontré que ses intentions n’étaient nullement sanitaires et que son « nouveau » parti ne pouvait cautionner une telle attitude.
    Au lieu de cela, elle a continué à défendre le passe vaccinal, qui risque de se dégonfler dans les prochains jours, comme du botox mal entretenu…

    • Hélas, ce n’est pas parce qu’un truc est inutile que l’administration va le supprimer. Voyez le 80 km/h.

      11
    • Certes, mais c’est bien la preuve qu’elle est disciplinée et suit les oukazes de ceux qui ont choisi les « Young leaders » , elle est donc du même clan que Macron .
      Elle a choisi l’aristocratie plutôt que la démocratie de plus elle est étatiste comme les autres.
      L’auteur a raison, elle sera pire que Macron car elle est plus compétente techniquement, mais son regard est comme celui de Veran , plein de mépris pour le peuple .

    • Facile à comprendre, elle a le même logiciel mental (Vista probablement) que le macaron véreux, les mêmes sponsors, et – en admettant que cela ait une importance- le même « vivier » d’électeurs jurassiques très sensibles au rhume.

  • A voir la manière dont elle s’est arrangée pour humilier publiquement Bourdin, avec l’assentiment de la chaîne qui l’emploie, il y a quelque chose de malsain chez cette femme.
    Elle s’est payé la tête d’un journaliste, dont la stature était déjà chancelante. Le faible qui bâtit sa renommée par la victoire sur un homme à terre n’est rien d’autre qu’un lâche.

    13
  • Bien sûr qu’elle est nulle, son programme économique très faible. Évidemment c’est une pure girouette comme Jacques Chirouette qu’elle a conseillé durant plusieurs années… Évidemment qu’elle n’a ni courage ni volonté politique.
    Mais comment pourrait-elle être pire que Macron ? L’article ne le dit pas, se contente de relever que sur plusieurs points elle est aussi détestable que Macron. Mais Macron a désormais une postérité, aux côtés de Charles X, L-N Bonaparte et Laval dans les plus hautes atteintes à l’État de droit.
    Pécresse est nulle, suinte la faiblesse, mais Macron est bien pire.

  • Votez pour n’importe qui qui n’est pas un ou une dangereux extrémiste sanitaristo-bienpensant (bref, tout sauf Macron/Pécresse/Jadot).
    Ca me fait un peu mal aux fesses, mais je préfère désormais voter pour le RN ou LFI, ils ont montré un certain niveau de défense des libertés ces derniers temps, quand LR et LREM ont attaqué les libertés avec désinvolture. Même le PS fait mieux !

  • C’est une poly-tocarde Française, énarque et donc incompétente en tout sauf a) la bureaucratie dysfonctionnelle, b) le politiquement correct servile et c) le girouettisme de compétition. Elle est donc socialiste (ou au moins Keynesienne), elle méprise le peuple qu’on ne doit surtout pas laisser faire ce qu’il veut, ne comprend rien aux entreprises, à l’économie.

    Bref, comme Macron.

    Pire ? Bah c’est une femme donc elle n’aura pas de contre pouvoirs. Mais Macron n’en n’a pas non plus. Et lui, se prend pour un être véritablement d’élite, supérieur, qui sait tout, comprend tout et se sent légitime à décréter une politique « sanitaire ». Elle, bah en bonne bonniche d’appareil politique elle a appris à avaler des couleuvres depuis longtemps et donc on peu espérer qu’elle ne se prend plus pour le cadeau irrésistible de la providence à la France !

    • Sauf que ! Bachelière à 16 ans, a fait HEC Paris et l’ENA. Ministre x fois et Présidente de la plus grande région de France félicitée au passage pour sa gestion par la cour des comptes. Mais en effet il lui manque d’avoir fait du théâtre et d’avoir appris à jouer la  »comédie »!
      V. Pécresse ne vous en déplaise va balayer E. Macron. D’ailleurs celui-ci ne se presse pas de se déclarer parce que à un moment ou l’autre de la campagne il va devoir lui faire face et V. Pécresse n’est pas la chef du parti d’extrême droite incompétente .

  • – un tabouret
    – une feuille de PQ
    – une feuille de PQ usagée
    – une chèvre

    Le choix ne manque pas.

  •  » d’une part parce qu’ils n’y entendent absolument rien en matière de liberté, »
    Oh que si. Ils connaissent, mais ils en ont une peur bleue, tout au moins pour l’accorder au bas peuple. Comme les autres politiques, sa hantise est de voir passer sa tête au bout d’une pique.
    Ce qui explique pas mal de choses quant à leur volonté acharnée de nous corseter.

  • Tout le monde sait que c’est un clone de Chirac. Mêmes méthodes à l’esbroufe. Un Chirac en tailleur.

    -1
  • On s’en fout, n’importe qui pourvu qu’on se débarrasse de Macron.
    Un pingouin ferait l’affaire s’il avait une chance.
    Comme Zemmour ou Le Pen se feraient battre, c’est la seule qui puisse nous en débarrasser.

    -3
  • Bien sûr qu’elle est pire… Elle va laminer E. Macron !
    Votre malveillance pathologique h16 est bien connue, des personnes de mon entourage qui vous prêtais une oreille attentive,vous prennent aujourd’hui pour un pauvre frustré, un pauvre malheureux qui prêche dans le vide !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Aymeric Caron et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas toujours été les meilleurs amis du monde. En 2014, quand il était chroniqueur dans l’émission On n’est pas couché, le premier reprochait au second de passer son temps à glander sur les bancs du Parlement européen et le second l’accusait en retour d’être un « branleur » agitant n’importe quelle rumeur pour faire son show.

Aymeric Caron candidat à la nouvelle union de la gauche

En 2017, timide rapprochement. Le patron de la France insoumise ayant reconnu le caractère « révolutionnaire » du vé... Poursuivre la lecture

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles