Greffe du cœur d’un porc sur un humain : on n’arrête pas le progrès !

Des chirurgiens américains ont greffé, sur David Bennett, un patient humain de 57 ans, un cœur issu d’un porc génétiquement modifié sans rejet immédiat : une première mondiale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-01-12 at 09-45-22 First Successful Transplant Of Pig Heart To Human Patient Performed In Maryland - YouTube - https://www.youtube.com/watch?v=edX_qqV9Fl8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Greffe du cœur d’un porc sur un humain : on n’arrête pas le progrès !

Publié le 13 janvier 2022
- A +

Ce vendredi 7 janvier 2022 marque le coup d’une grande première mondiale : le cœur d’un porc génétiquement modifié a été greffé sur un patient âgé de 57 ans. L’intervention chirurgicale a duré plusieurs heures. L’école de médecine de l’université du Maryland explique dans un communiqué que l’opération aura permis de montrer que le cœur d’un animal pouvait continuer à fonctionner à l’intérieur d’un humain sans rejet immédiat. Il s’agit d’une avancée de taille pour le monde de la santé.

David Bennett était trop malade pour être éligible à une greffe d’origine humaine. Cette opération résultant de longues années de recherche était donc considérée comme sa dernière chance.

Lors d’un communiqué, le chirurgien Bartley Griffith a confié :

« Il ne veut tout simplement pas mourir. Plusieurs médecins lui ont dit qu’il était atteint d’une maladie mortelle, qu’il ne quitterait probablement pas l’hôpital. Il m’a alors dit deux choses importantes : « je ne veux pas mourir » et « si je meurs, peut-être que vous apprendrez quelque chose qui aidera les autres« . »

Le cœur du patient a donc été prélevé avec succès, puis remplacé par celui d’un porc d’un an, élevé et génétiquement modifié expressément en vue de l’opération. Les organes de cet animal sont très proches de ceux d’un humain. La xénogreffe, terme désignant la transplantation d’un greffon dont le donneur est d’une espèce biologique différente de celle du receveur, semble s’être déroulée sans encombre. David Bennett est actuellement en convalescence et ne montre aucun signe de rejet immédiat.

Greffe réussie, une première

Les opérations semblables réalisées dans le passé ont échoué car le corps des patients a rapidement rejeté l’organe animal. La différence avec la procédure testée ce vendredi sur ce patient américain, c’est que le porc a été génétiquement modifié pour s’adapter au corps du receveur et donc éviter les rejets. Le système immunitaire humain est tellement vigoureux qu’il réagit généralement à toute perturbation, même mineure. Cette intervention en amont de la greffe sur l’organisme de l’animal donneur permet de réduire le lourd traitement anti-rejet que le receveur doit supporter toute sa vie. La procédure n’est néanmoins pas sans risque.

En octobre 2021, une équipe de chercheurs new-yorkaise avait réussi à transplanter le rein d’un porc à un humain sans que son corps ne rejette l’organe. Ce type d’opération engendre toujours un débat sur la question éthique de la procédure, ainsi que sur les droits des animaux.

Mais si David Bennett survit à l’opération et qu’elle est un succès sur le long terme, ce type d’intervention pourrait révolutionner le monde médical. Si cette première mondiale est concluante, nous aurions à l’avenir la technique nécessaire pour disposer d’organes génétiquement modifiés, ce progrès permettrait de customiser des organes pour les transplanter à des patients. Cette greffe de cœur porcin pourrait, à long terme, venir à bout de la pénurie d’organes.

Une véritable lueur d’espoir

Aux États-Unis, 6000 personnes meurent chaque année en attente de reins, cœurs ou poumons. On ne dispose pas d’assez d’organes humains pour aider tous ces malades. Cette greffe de cœur d’un porc représente une véritable lueur d’espoir pour ces milliers de malades incrits sur les listes d’attente interminables aux quatre coins du monde. On n’arrête pas le progrès, et il est bon de voir que même en temps de crise sanitaire, toutes les forces de la recherche médicale ne se cantonnent pas aux problèmes liés à la crise covid.

Comme le soulignait Francis Richard dans les colonnes de Contrepoints il y a peu, la recherche contre le sida progresse également aux États-Unis. Il n’y a pas que le covid dans la vie, l’innovation et le progrès médical ne doivent pas se mettre en pause le temps de l’épidémie.

Seulement, comme le fait remarquer le professeur Olivier Bastien, ancien directeur de l’activité de prélèvement et de greffes d’organes et de tissus en France à l’Agence de la Biomédecine dans un entretien à France Info :

« Après l’épidémie des vaches folles, les programmes de recherche ont quasiment été arrêtés en France. On continue la recherche fondamentale sur les mécanismes du rejet. Il faut un énorme investissement de biotechnologie et une volonté au niveau de l’État pour lancer des programmes. »

La France, et l’Europe de manière plus générale, doit se réveiller et encourager la recherche, la science et la santé.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C’est une technique qui ne pourra pas être utilisé sur tout les malades qui auront besoin d’une transplantation cardiaque

  • Sinon, par ces temps de chasse aux sorcières des non-vaccinés, on pourrait tenter l’inverse : greffer un coeur d’humain sur un porc.
    Mais la malheureuse bête serait probablement condamnée à court terme…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences ont rebondi avant l'été avec le retour massif à l’hôpital des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis plus de 10 ans avec 25 000 000 passages par an. Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par la covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

François Braun, ancien Président de Samu-Urgences de France n'... Poursuivre la lecture

nitrites
2
Sauvegarder cet article

Le mardi 12 juillet 2022, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) présentait un avis révisé, un rapport d'expertise collective, « Évaluation des risques liés à la consommation de nitrates et nitrites » (communiqué de presse, foire aux questions).

 

« La charcuterie tue ! »

Le Journal du dimanche semble avoir été le bénéficiaire d'une fuite d'une synthèse de onze pages communiquée « aux autorités ». Selon le chapô de son article, « L’agence sanitaire Anses reconnaî... Poursuivre la lecture

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles