Les propos de Macron mettent en évidence un fossé générationnel

Les propos de Macron montrent un fossé générationnel avec une jeunesse critique. Un pari électoral risqué pour le président.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Emmanuel Macron BY European External Action(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les propos de Macron mettent en évidence un fossé générationnel

Publié le 8 janvier 2022
- A +

À la suite des déclarations d’Emmanuel Macron aux lecteurs du journal Le Parisien, un sondage CSA pour Cnews a été réalisé à propos de l’accueil de ses propos par la population. S’il montre logiquement que les partisans des partis d’opposition sont critiques à l’égard de son discours, on y voit surtout une opposition générationnelle.

Les jeunes rejettent les propos de Macron

Sur l’ensemble de la population, 53 % considèrent que Macron a eu tort de dire qu’il voulait « emmerder les non-vaccinés ». Néanmoins, cette proportion monte à 65 % pour les jeunes de 18-24 ans. 53 % des 35-49 ans considèrent aussi que Macron a eu tort de parler ainsi.

Par contre, la proportion s’inverse pour les plus de 65 ans qui sont 57 % à approuver les propos du président.

On observe une véritable rupture générationnelle entre la jeunesse et les personnes âgées. Celle-ci ne date pas de la crise covid, mais cette dernière l’a fortement accentuée. À cause des restrictions, les jeunes comme les personnes âgées ont été des boucs émissaires : les premiers ont été accusés d’avoir fait circuler le virus du fait de leur mode de vie plus social tandis que les seconds ont été accusés d’avoir immobilisé le pays pour les sauver au détriment du reste de la population.

Les discours de peur comme les politiques gouvernementales ont largement contribué à diviser la population et créer une situation tribale.

 

Un choix politique risqué de la part de Macron en faveur de son électorat

Le cœur électoral de Macron est composé des personnes âgées comme le montrent les résultats de 2017. Ses propos semblent donc à première vue maitrisés au niveau politique : il s’agit de galvaniser et satisfaire son électorat.

Mais deux problèmes se posent.

Le premier est qu’Emmanuel Macron possédait une popularité importante auprès des 18-24 ans et particulièrement des 18-20 ans. De tels propos risquent de lui aliéner le soutien de cette population. D’autant plus que la jeunesse est avant tout abstentionniste et peut donc le lâcher politiquement très facilement.

Le second problème est que satisfaire son électorat est utile pour le premier tour, mais n’est pas suffisant pour gagner le second tour des élections. Si Macron provoque le rejet du reste de la population, il risque de la pousser à l’abstention ou au vote sanction. Ces deux points jouent en sa défaveur.

On pourrait se demander si le but n’est justement pas de pousser ses détracteurs au vote sanction en faveur de Mélenchon, Zemmour ou Le Pen, lui assurant ainsi un second tour plus facile. Néanmoins un tel pari reste risqué : la situation actuelle n’étant pas celle de 2017 ou des élections précédentes, aucun scénario de victoire ne doit être considéré comme impossible.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Comme tenir des propos choquants est à la mode ces jours-ci, je vais me permettre de tenir des propos choquants en mirroir de ceux tenus par « l’emmerdeur en chef ».

    Cet écart générationnel montre surtout que comme le suggèrent de plus en plus de jeunes qu’il est plus que temps de faire le procès de la génération des « boomers », cette génération* s’étant comportée – au sens littéral du terme – en parasite**. Pour beaucoup de jeunes cette génération a systématiquement détruit l’héritage de ses ancêtres et à continué en hypothéquant le sort des générations futures en la criblant de dettes pour assurer sa propre sauvegarde (via le système des retraites, ponzi générationnel avéré)…sans parler des dérives du système éducatif que cette génération a poussé, préférant favoriser l’idéologie à la qualité des savoirs enseignés…le summum du parasitisme de cette génération étant de forcer les actifs qui paient leurs retraites et aux enfants de ces derniers à arrêter de vivre et à se faire vacciner avec des substances expérimentales qu’eux même refusent bien souvent de prendre pour des raisons idéologiques plus ou moins « new age » (nano-particules de graphène qui font des microrobots grâce à la 5g et de la marmotte de milka) alors même que ce sont les plus jeunes qui souffrent le plus des conséquences néfastes de la vaccination à ARNm***.

    Dans une conférence, il y a quelques années, Bill Gates parlait du fait qu’à un moment, il faudrait probablement arriver à un système de pondération des votes par génération, afin que ces générations sortantes ne favorisent pas les services gériatriques à l’éducation des enfants ou à la santé de ces derniers. Nous y sommes.

    A ce titre, je pense que beaucoup se fourvoient sur la nature même de l’imposture du pouvoir actuel. Personne en dehors des « boomers » ne croit que la « startup nation » est quelque chose de viable. Le modèle des startups n’est pas un modèle sain et ne saurait être érigé en seul modèle d’entreprise. Certes cela fait jeune et moderne aux yeux des « boomers » (et des fonctionnaires qui sont payés à perpétuer leur héritage) qui on préféré développer le minitel à l’ordinateur, mais ce n’est pas ce qui fait vivre un pays. Ce qui fait vivre un pays, ce sont les petites entreprises familiales qui font des trucs pas sexy pour un sou, les petits commerces, les entrepreneurs, les artisans, les chercheurs, etc.. L’édile actuel n’est donc pas le président des jeunes entrepreneurs, mais bel et bien le président des « boomers » qui trouvent que tel ou tel concept « fait moderne » par pure idéologie.

    * je parle au sens général, pas d’individus en particulier
    ** j’entends que ces propos peuvent choquer, mais pour rappel, d’après le petit larousse : parasite = organisme animal ou végétal qui se nourrit strictement aux dépens d’un organisme hôte d’une espèce différente, de façon permanente ou pendant une phase de son cycle vital.
    *** https://www.leparisien.fr/societe/sante/vaccins-pfizer-et-moderna-ce-que-dit-letude-francaise-qui-confirme-le-risque-de-myocardite-et-pericardite-08-11-2021-DDDFUZTOZVFI5OAASGMW2TNE4U.php

    • C’est un point de vue tout à fait pertinent sur cette « crise », que je partage totalement.
      Il est très impopulaire parce que chez les « boomers » même les moins socialistes ont quand même reçu assez de venin collectivistes pour souvent considérer contre toute logique qu’une « attaque » contre le reste de leur congénères (qu’ils critiquent par ailleurs facilement eux même) est une attaque contre TOUTES les personnes nées après 1944 et avant 1964. Mes parents sont des boomers, mais ils ne sont pas du tout « comme ces parasites ». Les commentateurs et lecteurs de Contrepoints nés à cette période itou (ou du moins on peut le penser).

      Honnêtement sans cette clé de lecture, la « gestion » de la crise ne fait pas sens : surtout ne pas discriminer en confinant tout le monde au début… mais pas de problème pour tabasser et discriminer les « non-vaccinés » alors que l’on voit que les cas graves de la maladie sont quasi exclusivement chez les vieux (je sais on adore parler de comorbidités… mais même avec ça les moins de 50 ans c’est 1% des « décès COVID » -pas forcément « du COVID »- et au moins 60% de la population) et que les complications liées à la vaccination sont quasi exclusivement chez les jeunes (notamment les problèmes liés au système reproductif chez les femmes… l’infertilité potentielle des filles d’aujourd’hui, nos futurs résidents des cimetières s’en moquent, visiblement). Le confinement c’est juste un peu pénible quand on est retraité, mais pas du tout pareil quand on a 10 ans ! (ou des enfants de 10 ans et un boulot pour les nourrir)…

    • @charles oui c’est le tableau , cette déclaration s’adresse aux personnes de cette génération . J’ai entendu ma propre mère , pourtant mesurée habituellement éructer « qu’ils crèvent les non vaccinés ! » , je lui ai gentiment demandé d’arrêter de regarder le JT tous les soirs et de lire des journaux moins subventionnés . Cette génération a peur , car ils savent que le covid peut leur être fatal , ils savent qu être entubé peut aussi leur être fatal, ils savent qu ils ne seront pas prioritaires en cas de tri et ils en veulent aux non vaccinés de potentiellement « prendre » leur place de réa . Pour eux un non vacciné c’est la concurrence -de leur point de vue déloyale- en réa .

      • C’est précisément cette attitude qui consiste à tirer la couverture à soi en permanence de cette génération qui est en train de conduire à un abandon massif des vocations dans le domaine médical. A titre personnel, je connais 3 infirmières, 2 généralistes et 1 dentiste qui ont lâché l’affaire car ils en avaient marre d’entendre cette génération se plaindre du fait que les jeunes qui ne voulaient pas se faire vacciner ou respecter les gestes barrière étaient des irresponsables.

        J’ai aussi entendu de la part de beaucoup de jeunes les propos que j’ai rapporté précédemment (en les édulcorant). Si rien n’est fait, il n’est pas exclu que ces derniers se « vengent » de ceux qu’ils considèrent être des « boomers » soit en les agressant physiquement, soit en faisant des campagnes de diffamation (cf Greta), soit en faisant une sorte de grève randienne qui mettrait à mal tout le système…et je pense que c’est vers cette dernière option que l’on s’achemine (surtout dans les pays anglo-saxons). Les jeunes – une fois leur phase universitaire passée – comprennent de plus en plus que le tout à l’Etat n’est pas une solution et que l’on peut très bien se passer de lui sur de très nombreux sujets (éducation, monnaie, transport, commerce, art, …). Si les jeunes font cession, se comportent en néo-luddites, et mettent en place leur propres Galt’s Gulch où tout se règle en crypto ou en or, s’en sera définitivement fini de la fiction étatique telle que nous la connaissons…malheureusement, l’Etat possède – comme le soulignait Ayn Rand – le monopole de la violence légitime…mais jusqu’à quand ? Si l’Etat ne peut plus payer ses troupes qu’en monnaie de singe, qui défendra ce dernier ?

        Sur ce, je retourne à mes cours de maths soviétiques, puisque chez les soviétiques, en dehors de quelques figures obligatoires sur la grandeur de Marx et Lénine, l’égalité consistait non pas à plonger tout le monde dans la médiocrité en laissant émerger quelques trop rares pépites comme le prône le système éducatif mis en place par les « boomers » mais à prendre tout le monde par la main, afin que même les élèves les plus médiocres finissent tous par acquérir un très bon niveau.

        • Le tout à l’Etat, c’est équivalent au tout à l’égout.

        • Je suis tout à fait d’accord avec vous. En gros, les jeunes ne sont pas niais et observent avec intérêt les anciens et leurs anciennes méthodes dont nos gouvernants sont les dignes héritiers, pour se maintenir au pouvoir. Mais héritiers sans gloire, et sans pression, et comme le veut la vie, l’autre face de cette pièce est le manque cruel de créativité.
          Je préciserais même que les jeunes imaginent très vite des solutions allant à l’encontre la plus profonde de l’économie de marché. Puisqu’ils n’y sont pas invités, qu’ils n’ont pas encore d’enfant, pas de prêt, pas de boulot, ils sont plutôt sans attaches et prompt à partir. Heureuses et heureux possesseurs de la liberté la plus fondamentale : être soi. C’est ce qu’ils vont faire, chercher à être eux, jusqu’à détruire tout ce que la précédente génération a construit : une société « à la Matrix » pleine des illusions du bonheur. Mais il est vrai que dans cette société, tout y passe, de l’argent au cul en passant par le pouvoir de la publicité. Même la corruption est devenue légale en Europe au travers des lobbys. Un monde d’illusion, auquel cependant les jeunes participent encore avec frénésie pour beaucoup.
          Mais les jeunes (et des plus vieux aussi) commencent à s’en rendre compte et eux, ils vont être obligés de vivre sur cette planète après les vieux n’est-ce-pas. Alors c’est simple pour eux, s’il y a un virus à éliminer, ce sont les vieux, ou en tout cas, les vieilles choses. Et tout rebâtir. Je ne donne pas 5 ans à la république pour chuter si les oligarques continuent ainsi. Mais ils sont malins les vieux, ils ne vont pas se laisser faire. La suite risque d’être étonnante.

    • Je suis moi même un boomer et pourtant je suis pleinement d’accord avec vous.
      Ce n’est pas aux jeunes de se vacciner pour sauver les vieux.
      Ce sont aussi les adultes qui doivent protéger les enfants et ces masques imposés aux enfants sont odieux.
      Je suis vacciné mais hostile au pass sanitaire, vaccinal et à toutes ces mesures vexatoires telles l’autorisation de sortie, le port obligatoire du masque, l’interdiction des commerces non essentiels.
      Je n’ai qu’une phrase : Macron, dégage !

      • @sulcerel
        Ben oui, c’est bizarre : on se fait beaucoup moins troller sur l’avenir de « nos » enfants quand il s’agit d’un problème immédiat et concret de masque, d’éducation et de vaccination expérimentale que quand il s’agit de la température au siècle prochain ?

    • le collectivisme a juste besoin que l’on mette un doigt. le reste est avalé..
      les boomers se divisent en trois groupes, ceux qui ont bénéficié du système ceux qui sont neutres et ceux qui ont perdu…et encore en imaginant un scenario.. liberty as usual..

      mais cela vaut…aussi pour les « jeunes aussi

      quand on regarde le monde.. qu’on voit ce qu’est la vie d’un jeune dans le monde, le sort du jeune français N’EST PAS le plus à plaindre…

      la culpabilité de groupe est un concept que je ne vous conseille pas de manier..
      car qu’ellez vous en faire?
      dédommager des effets du collectivisme?

      dénoncez les systèmes et les injustices pas les gens..

      dois je vous identifier à « greta the great thunberg »?

  • Reste à savoir pourquoi les gens pensent que Macron a eu tort.
    Est-ce à cause du vocabulaire employé, ou par opposition à sa politique sanitaire ?

    • Sans doute un peu des deux… Mais surtout parce que même les « gentils vaccinés » ont quand même souvent des parents/amis/enfants/conjoints non vaccinés, et autant les charrier régulièrement ça va, autant entendre le président déclarer que votre femme, votre fils… sont des non-citoyens et qu’il veut « les emmerder jusqu’au bout » et que c’est ça ligne directrice, ça interroge à minima.

      • C’est exactement cela.
        Je suis vacciné et ma fille ne l’est pas.
        Elle est jeune et le bénéfice risque pour elle n’est pas favorable à la vaccination.
        Les propos de ce gamin de président sont d’une vulgarité révélatrice de sa personnalité.
        C’est une sorte de Peter Pan qui a épousé sa maman. Il ferait bien d’aller consulter un psy.
        Il veut donc emmerder ma fille. C’est vraiment minable comme propos.
        Lamentable, je ne trouve pas de mots pour exprimer ma colère.

  • Finalement, malgré le contresens de Macron, je trouve pas mal d’avoir remis au goût du jour la célèbre phrase de Pompidou : « Arrêtez d’emmerder les français », elle pourrait constituer un bon slogan de campagne pour un certain nombre de candidats.

    • Contre sens évident nié notamment par le haut fonctionnaire en mission à la tête de Matignon.
      Ou quand la malhonnêteté rejoint l’incompétence, les deux mamelles de la macronie. Et le vaccin remplace la poule au pot!

    • Pompidou avait une certaine hauteur, pas comme l’histrion qui prétend nous gouverner.
      Vas-y Manu,
      traverse la rue 🙂

  • D’ici les élections tout cela sera oublié. Il joue gagnant à tous les coups vu la nullité de ses adversaires. A mon avis il n’a qu’un but, vacciner et tous les moyens sont bons pour y arriver.. L’Italie lui a ouvert une autre option avec l’obligation pour les plus de 50 ans, affaire à suivre..

  • Ce sondage est une très bonne nouvelle et laisse espérer un esprit de résistance parmi notre jeunesse.
    Le sexagénaire que je suis ne peut qu’encourager les jeunes à ne pas se laisser polluer par ce discours propagandiste, relayé par tous ces boomers qui ont peur de mourir.
    Quand j’avais 20 ans, à la fin des années 70, les jeunes se rencontraient dans les discothèques, nombreuses à l’époque, même à la campagne.
    Combien d’histoires d’amour sont nées dans ces endroits ?
    Combien de couples se sont formés, parfois pour la vie, dans ces lieux de vie ?
    Depuis 2 ans, tous ces lieux sont fermés, les activités sportives sont conditionnées au bon vouloir de notre ministre de a santé, les enfants de plus de 6 ans sont masqués et respirent leurs miasmes à longueur de journée.
    Je suis retraité au fonds de mes bois et, personnellement, les restrictions ne me pèsent que très peu, mais je suis complètement solidaire de la jeunesse et j’espère qu’elle saura se mobiliser en avril prochain pour signifier autant à Macron qu’à Pécresse qu’elle ne veut pas de cette société soviétique.
    Il ne faut pas se tromper, la vraie question qui va se poser à nous, c’est de savoir si nous voulons de ce monde qui empiète chaque jour davantage sur nos libertés.
    N’en déplaise à notre président, je ne suis pas un irresponsable et me considère comme un citoyen à part entière.
    Je respecte la loi et j’ai fait mon service militaire.
    Repos, vous pouvez fumer…si ce n’est pas interdit.

    23
  • il n’y a pas que les non vaccinés que macron emmerde ; il y a tout ceux qui se sont fait vacciner via le chantage à leur revenu qui leur a été fait ; ceux là non plus ne voteront pas pour ce type ; la France n’a pas besoin d’un maitre chanteur , vulgaire et malsain à sa tête ;

  • Diviser, contre feu, diviser, contre feu, diviser…ce type est mitterrandien jusqu’ à l’ os.

    • La stratégie du DOI
      Mettre en œuvre des politiques esclavagistes, c’est gouverner contre le peuple. Pour y parvenir, le gouvernement doit diviser et opposer, pour imposer (DOI). La stratégie du DOI, occulte par essence, est conçue pour lubrifier les rouages de l’imposition du néolibéralisme prédateur et pour le présenter comme logique, naturel, inéluctable… Comme le disait feu Margaret, il n’y a pas d’alternative… à l’enfer néolibéral. La poursuite de l’exploitation implique la permanence de l’oppression.

      • @Leon je suis d’accord mais où diable voyez vous du libéralisme là dedans . Pour info les pays les plus libéraux du club sont les plus souples (ma famille va skier en suisse sans pass , ils sont frontaliers ) , la plus grande imposture de nos gouvernants est d’arriver à faire croire au peuple que nous vivons l’ultra libéralisme alors que le pays n’a jamais autant été étatisé ….

  • Je dois dire que les raisons tactiques de macron ,pour autant qu’il en ait eue, ce qui semble probable, ne constituent pas pour moi une clef pour décider de mon vote..
    La société est clivée.. il joue là dessus, .. reste que la société est bel et bien clivée.
    Et la situation pours les idées libérale est pire que l’oposition à macron laisse apparaitre.
    Qui défend la liberté ? le pen et mélenchon..

    La situation de la France est celle ci.. les libertés individuelles ne sont désormais plus assurées et ceux qui pensent le contraire sont minoritaires..

  • S’il n’y a pas de « vote sanction » c’est à désespérer des français…

    J’ai pu constater que le résultat d’un sondage « bien fait » (par qui ?) hier montrait que plus de 60% des français adhéraient (libellé précis de la question ??) aux propos de macron…

    J’adhère totalement au post de « Jean-Paul » (j’ai 65 ans) et notamment à :
    « Je suis retraité au fonds de mes bois et, personnellement, les restrictions ne me pèsent que très peu, mais je suis complètement solidaire de la jeunesse et j’espère qu’elle saura se mobiliser en avril prochain pour signifier autant à Macron qu’à Pécresse qu’elle ne veut pas de cette société soviétique.
    Il ne faut pas se tromper, la vraie question qui va se poser à nous, c’est de savoir si nous voulons de ce monde qui empiète chaque jour davantage sur nos libertés. »

    Messieurs les lecteurs « jeunes » : Tous les boomers (plutôt post-boomer pour moi) ne sont pas prêts à vous sacrifier pour rien !
    Je suis triple vacciné par choix personnel, et je me sens injurié comme tout français devrait l’être par ce PR.

    16
    • Comme vous, je suis vacciné et me sens injurié comme tout Français devrait l’être.
      J’ai des amis non vaccinés, qui sont au moins aussi respectables que moi, et je ne comprends pas que tant de Français adhèrent à ce nouveau mode de vie fait d’attestations, de laisser passer, de QR code…
      Chaque vacciné, qui pense qu’il n’est pas concerné par les propos injurieux de notre président, se dise bien qu’il est, lui aussi, un non vacciné potentiel s’il oublie de se faire inoculer sa prochaine nième dose.
      Si le vaccin était la panacée, nous n’en serions pas là, et ce ne sont pas les non vaccinés qui sont responsables de cette situation.
      Par contre, Macron sera tenu pour responsable devant l’Histoire de la division des Français et des grands désordres qui risquent de se produire, à cause de ses provocations tout juste dignes d’un adolescent en pleine poussée de testostérone.

      11
  • J’ai 71 ans et n’ai pas voté Macron aux précédentes élections et , bien sur ne voterai pas pour lui à celles-ci .
    J’espère que parmi ces jeunes qui ne sont pas d’accord avec les propos du président il y en aura beaucoup pour aller voter car l’abstention a fait élire Macron .
    Je n’ai, personnellement aucun problème générationnel , il y a beaucoup de jeunes dans la trentaine autour de moi qui n’ont pas cette vision des » boomers  » responsables de tous les maux du pays .
    Je ne suis pas vaccinée et n’ai pas l’intention de le faire car en très bonne santé et ne subit que peu ou pas de changement dans ma vie depuis le début de cette crise sanitaire .Enfin je partage les commentaires de Jean-Paul , Stéphane et Balthazar , et ne suis pas sensible à ce climat de peur de tout instillé par nos gouvernants et médias .

  • À la défaite de Macron, les commentateurs se demanderont comment on a pu rater tous les signes avant-coureurs qui pourtant nous sautaient aux yeux!

  • Jean Luc TRICHARD
    8 janvier 2022 at 11 h 47 min

    Ne me dites pas que c’est le même qui n’a pas supporté la familiarité à son endroit d’un adolescent lors d’une commémoration le 18/06/2018, car l’interpellant familièrement pas son prénom et non par un Monsieur le Président.
    Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Jean de La Fontaine Fables, Les Animaux malades de la peste (1678).

  • Les jeunes devraient être 100% à désapprouver les propos d’E. Macron : il y a donc une proportion non négligeable de jeunes à ne pas comprendre ce qui se passe, pour rester poli.
    Quant aux anciens, il y a parmi eux 43% de gens qui désapprouvent le locataire de l’Élysée, donc qui comprennent les enjeux de ce qui se passe.
    La césure n’est pas absolue, et elle montre qu’on trouve des gens intelligents dans toutes les classes d’âge, et des gens (le contraire d’intelligent) dans toutes les classes d’âge également.
    Mais effectivement, le cœur de l’électorat Macron étant les seniors, il est fort probable que sa sortie soit un pari politicien. La France serait devenue une gérontocratie ?
    Honneur et respect à tous les « anciens » qui ont compris que flinguer le pays économiquement et socialement (en clivant la population) et son avenir, l’avenir de leurs enfants et petits-enfants, pour soi-disant* les protéger est une très mauvaise stratégie. Et honte aux autres, que personnellement je n’hésite pas à appeler des égoïstes.

    * soi-disant, parce que l’avenir montrera, et commence déjà à montrer que cette politique ne les a en réalité pas protégés, ne serait-ce que par le refus gouvernemental, mesure inédite dans l’histoire de la médecine, de soigner précocement les malades.

    11
  • Qui croit encore à ces sondages de trottoirs parisiens ? Ils ne servent qu’à alimenter les polémiques de tous les médias. Du pisse-copie (grossier ?).

  • Sous le fossé générationnel, si je puis dire, il y a pourtant une identité d’approche :
    – je vise avant tout mon propre intérêt.
    Je suis jeune, le covid ne me fait pas peur, ce pass est une nouvelle contrainte inutile pour moi, d’autant plus que le vaccin n’arrête pas la propagation du virus. Me faire vacciner n’empêchera pas mes aînés d’attraper le virus.
    Je suis vieux, le covid me fait peur, et puisque me faire vaccciner m’est statistiquement profitable, je ne veux pas comprendre pourquoi tous les autres ne le feraient pas aussi.
    La bonne perception que j’ai des propos de Macron est strictement proportionnelle à mon âge et à mon risque face au Covid.
    Le véritable courage de Macron aurait été de se montrer pour une fois intelligent, de reconnaître enfin que le vaccin ne servait qu’à protéger du covid grave, et donc de limiter la contrainte vaccinale, sous une forme ou une autre, aux personnes à risque.
    Le coup politique n’en aurait été que plus éclatant : il aurait bénéficié du soutien d’une plus grande partie de la population.

    • Il n’est même pas certain que le vaccin protège tant que ça du COVID grave… maintenant.
      Contre la souche de Wuhan, il semble que oui. Contre le variant Delta c’était déjà très très contestable quand on cherchait un suivi longitudinal à partir de la contamination, en échantillons appariés (date et caractéristiques des personnes), contre Omicron, j’ai plutôt l’impression que plus vous avez eu de doses, plus vous avez de chances de l’attraper et d’avoir une forme grave.
      Donc non seulement il ne sert pas mais il semble qu’en ce moment vacciner plus, injecter des « boosters » etc. risque plus d’augmenter les cas graves que d’aider…

      Après les données sont tellement brouillée et bidouillée que ce qu’on voit dans les données UK et aux US (ce dont je parle) est peut-être aussi faux ou plus faux que ce qu’on prétend dans les médias français.

      Par contre la preuve statistique bien ficelée du « le vaccin protège à 100% -puis 95% – 90 ou même 80%…. des cas graves » elle est toujours manquante. L’élément de langage est partout. (un peu comme les terribles « comorbidités » dont, mis à part l’immunodéficience sévère l’effet est négligeable par rapport à l’âge, 10 ans d’écart faisant plus que totalement disparaître tous ces effets).

      • Il en est sans doute de ce vaccin comme celui de la grippe. Plus on avance en âge, plus son efficacité décroît, à cause d’une capacité immunitaire réduite.
        Il est sans doute très efficace à 60 ou 70 ans. Beaucoup moins à 80 ou 90 ans.
        Quoiqu’il en soit, pour avoir vu les courbes de létalité du Covid, qui devient très significative après 70 ans, je n’ai aucun doute sur l’intérêt de se faire vacciner après 65-70 ans.
        En revanche, l’intérêt est globalement nul avant 65 ans sans comorbidité.

  • Quoi qu’on pense du passe vaccinal, la sortie de Macron est idiote à plusieurs titres :
    – Sortir une grossièreté la veille de prendre la présidence de l’UE n’est pas bien malin : elle a entrainé la gène de pas mal de pays européens, chacun ayant une approche différente du sujet. Premier ministre belge, pro passe, aujourd’hui : « ce n’est pas mon vocabulaire. Il faut embêter le virus et pas embêter les gens. » Une journaliste allemande, pro passe, hier sur RTL : « ça confirme ce qu’on sait des Français : si vous n’êtes pas d’accord avec eux, ils vous em…rdent. »
    – beaucoup de vaccinés 2 doses se retrouvent aujourd’hui privés de leur passe du jour au lendemain parce qu’ils n’ont pas fait la 3° à temps. C’est arrivé à plusieurs personnes de mon entourage, vaccinées de la première heure, et qui ont d’autant moins apprécié d’être refoulées de lieux qu’elles fréquentent habituellement : la phrase de Macron n’a fait que les agacer alors qu’elles ont le sentiment de jouer le jeu. 35% des Français seulement ont reçus leur 3° dose, et le rythme de vaccination pour celle-ci est assez lent (cf VaccinTracker). La majorité des Français vaccinés ayant reçu leur deux doses cet été, des millions d’entre eux vont bientôt se retrouver avec un passe désactivé (passe vaccinal = 3° dose exigée 4 mois après la 2°), rejoignant de facto, au moins temporairement, les em…rdés.
    – Si l’épidémie s’aggrave, le GVT aura du mal à prendre des mesures supplémentaires – test PCR de moins de 24h en plus du passe pour accéder aux lieux réglementés, par exemple -. sans que celles-ci soient aussitôt associées à une volonté revendiquée de nous « em…rder ».
    – Si l’épidémie disparait d’ici les élections – beaucoup d’épidémiologistes envisagent une fin rapide de la pandémie (pic omicron bientôt atteint puis décrue rapide comme en Afrique du Sud. La GB envisage la levée des contraintes d’ici un mois ou deux, etc.) – que le passe n’a plus de sens et est abandonné avant les élections, la petite phrase va lui coller à la peau pour rien.
    – Si l’électorat de Macron a plus de 65 ans, celui de Pécresse aussi. Les 2 candidats étant bonnet blanc / blanc bonnet, en cas de duel au second tour, ce sont de petits riens comme celui-là qui peuvent faire pencher la balance.
    Bref, à mon avis, il a commis une erreur… grossière.

  • le pas vaccinal sera obligatoire pour voter et comme les jeunes sont contre le vaccin , donc contre Macron , ils ne pourront pas aller voter

    • L’élection sera donc invalide (le président est élu au suffrage universel direct, c’est la constitution).
      Ca prendra peut-être un peu de temps mais s’il fait ça, il risque un destin à la Sadam…

      • La constitution est déjà violée de tous les côtés comme nombre de traités fondamentaux.
        Nous ne sommes plus un état de droit et les « gardes fou » ont validé toutes les violations jusqu’à maintenant.

  • francoise paillot
    9 janvier 2022 at 7 h 27 min

    Le bilan de Macron est tellement négatif que ses propos ne passent plus. Indigne d’un président de la république. Je pense qu’il se moque de tout le monde, le narcissique. Je ne le supporte plus. Insolent, immature totalement déconnecté de la réalité de notre pays. La dette est immense, l’insécurité pareil.. Le chômage ? je doute des chiffres tellement la balance commerciale est hyper mauvaise, on ne produit plus rien. Il faut absolument qu’il parte en 2022. L’insolent doit partir.. Le traite et le néant.. Excellente image.

  • Je ne comprends toujours pas comment les retraités ont pu oublier la diminution de leur retraite. Cette fameuse ponction de 2% de leur retraite? Je me rappelle que tous les retraités autour de moi étaient furax, certains on t manifesté. Et maintenant ils pardonnent à Macron, « source de vie » grâce au pass vaccinal??

    • Exact et il faut savoir que dans la politique de Macron, il est prévu d’euthanasier les vieux en réduisant leurs retraites via l’inflation qui est d’ores et déjà de l’ordre de 5% et qui atteindra les niveaux étasuniens plus de 7% par an. Bien sûr en bloquant toute revalorisation de retraite dans les prochaines années, comme depuis que Macron officie, c’est-à-dire 9 ans.
      Je ne comprends toujours pas comment les retraités peuvent voter Macron. C’est le pire candidat pour eux. Mais ils ont peur pour leur petite maison, d’attraper le méchant covid. Mais le vrai virus c’est Omacron.

  • l age moyen de l electeur est de plus de 50 ans (demographie et abstention des jeunes oblige). Pire l age moyen des electeurs de Macron est surement plus elevé et la seule candidate dangereuse pour lui (pecresse) concentre des electeurs encore plus vieux (pecresse fait plus de 30 % chez les + de 65 ans et moins de 10 chez les jeunes)
    Autrement dit Macron a bien calculé son coup et s aliener les jeunes n est pas dangereux pour lui.
    Si le second tour est Macron contre Lepen ou Zemmour il gagnera sans probleme, electorat jeune contre lui ou pas.
    Contre Pecresse c est justement sa capacite a attirer les vieux qui jouera

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un peu plus de 70 jours nous séparent de la prochaine élection présidentielle. Comme tous les 5 ans, le pays est le théâtre d’un concours Lépine des propositions les plus démagogues.

Une situation qui a empiré avec le quinquennat. Ce dernier a transformé la présidence de la République en un super-Premier ministre dont les électeurs attendent un travail d’assistante sociale.

Cette attente est confirmée par un récent sondage Ipsos-Sopra Steria pour le journal Le Monde, qui montre que les Français attendent un président proche de l... Poursuivre la lecture

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

Alors que l’élection présidentielle sombrait dans l’ennui de 50 nuances d’étatisme, monopolisée par des professionnels de la politique aux propositions dirigistes attendues et éculées, deux candidatures de dernière minute sont venues redonner un peu d’espoir à ceux qui croient que davantage de libertés individuelles et économiques feraient le plus grand bien à notre pays.

Le 11 janvier, c’est le philosophe Gaspard Koenig qui annonçait entrer dans la course aux parrainages. Puis, le 21 janvier, c’est l’entrepreneur Rafik Smati qui annon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles