Ne laissez pas vos collaborateurs perdre leurs repères

Afin d'assurer le bon fonctionnement de l'entreprise, il est nécessaire de soutenir les collaborateurs avant qu'ils perdent leurs repères.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Chris Liverani on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ne laissez pas vos collaborateurs perdre leurs repères

Publié le 3 janvier 2022
- A +

Vous souvenez-vous de la vie avant les smartphones ? Avant que de n’importe quel endroit vous soyez connectés, non seulement de la voix mais aussi sur Internet, pour lire les dernières informations, vos mails, la suite de votre programme quotidien ?

Comprendre la détresse des collaborateurs

Chacun de nous a déjà ressenti le vide sidéral qui suit le moment où nous nous rendons compte que nous venons d’oublier notre smartphone ou même que nous l’avons perdu. Ce n’est pas tant de l’avoir perdu qui nous panique mais de ne plus disposer de toutes les informations qui y sont stockées et qui sont devenues indispensables à notre activité.

Au sein des entreprises, une sensation similaire peut prévaloir chez certains employés. Non pas parce qu’ils ont perdu leur smartphone mais parce qu’ils ressentent l’impression d’avoir perdu tous les repères qui leur permettent d’être efficaces dans leur action quotidienne. Ils perdent alors aussi confiance en eux et se sentent littéralement abandonnés.

Lorsque le chef d’entreprise avance vite, il ne mesure pas toujours la détresse qui paralyse certains de ses collaborateurs. Il peut même s’énerver de leur absence d’efficacité en pestant sur leur mauvaise volonté au travail, allant jusqu’à les considérer comme de la mauvaise herbe.

Les soutenir

Avant de prendre des décisions radicales, pourquoi ne pas commencer par leur poser deux questions : « Pensez-vous que votre entreprise à votre intérêt à cœur » et « Venez-vous au travail chaque matin avec l’intérêt de l’entreprise chevillé au corps » ?

Évidemment, s’occuper des autres prend du temps. Mais si vous voulez que vos collaborateurs répondent Oui à la deuxième question, il faut qu’ils aient répondu Oui à la première également. La plupart des gens veulent réaliser un bon travail dans un environnement de confiance mutuelle. Si, pour maximiser les résultats, le chef d’entreprise ignore les sentiments de ses équipes et omet de les traiter avec respect, il court le risque de les aigrir et de détruire le fonctionnement de son entreprise aussi rapidement que la propagation d’un virus dans un PC.

Au fur et à mesure que votre organisation grandit le mieux est d’éviter le management « top down » pour le remplacer par un management pro-actif. De cette façon, dans un échange permanent entre tous les membres de votre équipe, il n’y aura plus de laissés pour compte, car chacun s’impliquera et ceux qui ne le font pas partiront d’eux-mêmes très vite. Votre rôle d’acteur du développement s’effacera progressivement au profit de celui de leader dont l’unique objectif sera de faire inlassablement progresser les femmes et les hommes de votre entreprise vers la vision que vous aurez partagée avec eux. À l’instar de Galilée, vous constaterez « Qu’on ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre ».

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comme toujours, la réponse à cette question passe nécessairement par un changement de modèle mental. Einstein ne disait d’ailleurs pas autre chose lorsqu’il affirmait :

« Le monde que nous avons créé est un produit de notre pensée. Nous ne pouvons pas le changer sans changer notre façon de penser. »

Nul besoin d’être un observateur aguerri pour comprendre la nécessité de changer le management. La presse nous inonde de ce sujet sous ses différentes facettes. Ras-le-bol du management tel que le pratiquent encore la plupart des ent... Poursuivre la lecture

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par Alain Goetzmann.

La confiance n’est pas un trait de caractère. C’est un espoir, l’espoir d’un résultat positif. Pour gagner en confiance en soi, dans sa famille, dans son entreprise ou encore dans son équipe, il faut d’abord identifier ce qui encombre le chemin qui y conduit.

Car la confiance a pour résultat de déclencher la motivation, tellement nécessaire quand il s’agit de faire des efforts, d’investir son temps et ses ressources et de rester persévérant dans la réalisation des objectifs. Rosabeth Moss Kanter, Professeure... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles