Entreprise : 7 cadeaux pour booster vos collaborateurs

Gardez à l’esprit ce vieux proverbe : « Il n’y a pas de mauvais ouvriers ; il n’y a que de mauvais patrons ».

Par Alain Goetzmann.

Il y a ceux qui pensent savoir faire accomplir les choses importantes et ceux qui savent s’occuper de leurs collaborateurs. Quand ils font les deux, leurs entreprises réussissent brillamment. Les bons chefs d’entreprises accordent leur confiance et ainsi, font sept cadeaux précieux à ceux qui les entourent.

1 – L’autonomie et l’indépendance

Les grandes organisations ont besoin de processus et de procédures. Les PME ont besoin de personnes autonomes et indépendantes qui prennent et assument leurs responsabilités.

2 – Des attentes claires et des objectifs sensés

L’autonomie ce n’est pas faire ce qu’on a envie de faire, c’est de bien faire ce qu’on attend de nous. Lorsque les attentes ont été clairement définies, les collaborateurs savent s’y conformer naturellement. Comme les objectifs inatteignables démotivent et déresponsabilisent, fixez des objectifs sensés, difficiles à atteindre, certes, mais réalisables. Vous aurez alors des compétiteurs qui feront tout pour y parvenir.

3- Du sens

Chacun ressent le besoin de participer à quelque chose de grand, de se sentir membre d’une équipe, d’un groupe, dont les valeurs humaines le transcendent. Faites de votre projet une mission qui concourt au développement de vos clients ou de votre communauté. Chaque salarié travaille bien sûr pour être payé à la fin du mois mais il veut plus qu’un chèque. Il veut travailler pour quelque chose de noble et avec des personnes qui le respectent et suscitent son respect.

4 – De la créativité

Tout le monde à des idées. Certains les expriment et d’autres les taisent. Faites-les parler ! À quelque niveau que ce soit, les salariés d’une entreprises ont une mine d’informations et d’amélioration à vous transmettre pourvu qu’on les encourage vraiment à prendre la parole.

5 – De la communication

Personne ne s’offusque d’avoir un patron exigeant s’il montre l’exemple, s’il est équitable et s’il traite ses collaborateurs avec respect. Quand on est exigeant, et il faut l’être, le mieux est donc de communiquer, d’expliquer les raisons de telle ou telle action et de le faire en toute transparence.

6 – Des feedbacks

Chacun fait des erreurs. Est-ce une raison pour rendre l’auteur d’une faute ridicule et lui infliger un traitement public vexatoire ? Certainement pas ! Mais s’il est nécessaire de lui en parler pour son édification, ce sera seulement entre quatre yeux. À l’inverse quand on veut louer quelqu’un pour une action exceptionnelle, il faut toujours le faire en public. D’abord, parce que le récipiendaire le mérite et en sort encore plus motivé, ensuite parce que ses collègues seront encouragés à imiter son comportement.

7 – De la formation

Chaque emploi devrait être le tremplin pour un futur encore meilleur. Un chef d’entreprise avisé prend le temps de former chacun de ses collaborateurs à devenir un leader, même si, la concurrence jouant, celui-ci doit un jour le quitter pour une autre entreprise. Mais entretemps, il aura œuvré avec talent à l’expansion de l’entreprise qui l’emploie et contribué à son progrès. Les équipes de femmes et d’hommes qui la composent sont l’actif le plus précieux de l’entreprise. Quand vous embauchez, vous ne sélectionnez pas forcément les meilleurs. Mais selon la façon dont vous dirigez, vous pouvez faire en sorte qu’ils le deviennent.

Gardez à l’esprit ce vieux proverbe : « Il n’y a pas de mauvais ouvriers ; il n’y a que de mauvais patrons ».

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.