Pourquoi le contrôle des loyers et le salaire minimum échouent

Le contrôle des loyers et le salaire minimum font davantage de perdants que de gagnants parmi les pauvres à cause de leurs effets pervers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Ethan Wilkinson on Unsplash https://unsplash.com/photos/EeI2kJY3L5A

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi le contrôle des loyers et le salaire minimum échouent

Publié le 15 novembre 2021
- A +

Par Gary M. Galles.
Un article de la Foundation for Economic Education

Dans The Common Sense of Science, le mathématicien polono-britannique Jacob Bronowski écrit :

À la base de la pensée humaine se trouve le jugement entre ce qui est semblable et de ce qui est différent.

Malheureusement, les politiques publiques traitent souvent à tort les personnes qui sont différentes sur des points cruciaux comme si elles étaient semblables, et inversement celles qui sont semblables comme si elles étaient différentes.

Le contrôle des loyers

La politique du logement illustre bien ce point. Dans les discussions sur le contrôle des loyers, l’attention se concentre sur la façon dont il traitera les locataires, mais ne fait pas la distinction essentielle entre les locataires actuels et les futurs locataires, qui seront très différemment affectés.

Le contrôle des loyers offrirait une manne massive aux locataires actuels aux dépens des propriétaires, en forçant ou en maintenant les loyers bien en dessous de la valeur du marché, avec des protections de location garantissant la manne à l’avenir.

Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a dit que c’était « comme gagner à la loterie ». Mais cela nuit au groupe beaucoup plus important de ceux qui cherchent un logement à louer après l’imposition du contrôle des loyers. Le ralentissement progressif de la croissance ou la diminution de la quantité et de la qualité du parc de logements qui en résultera se traduira de plus en plus par des panneaux « pas de disponibilité » plutôt que par des logements disponibles ou abordables.

Les politiques de logement inclusif, comme la loi de 2010 de San Jose qui oblige les promoteurs immobiliers de plus de 19 unités à vendre 15 % de leurs unités bien en dessous de leur valeur marchande, ne parviennent pas à distinguer les heureux bénéficiaires des malchanceux demandeurs de logement.

Ces unités ont été présentées comme la preuve que les politiciens faisaient quelque chose pour augmenter la quantité de logements disponibles. Cependant, le mandat a augmenté les coûts des nouveaux logements non subventionnés, réduisant ainsi le nombre de nouveaux logements non subventionnés construits.

Et la forte diminution de la construction de logements non subventionnés a submergé l’effet beaucoup plus faible sur la construction mandatée, réduisant l’offre future de logements, augmentant les prix des logements pour tout le monde, sauf pour ceux qui « gagnent » un logement subventionné.

Les subventions au logement locatif violent de la même manière le test de Bronowski. Le financement n’est jamais suffisant pour aider tous ceux qui ont droit à des subventions. Seuls ceux qui reçoivent une aide en bénéficient.

Mais les subventions augmentent également la demande du marché dans ce secteur du marché locatif, ce qui augmente les loyers que tous les autres doivent payer. Une fois de plus, le fait de ne considérer que les chanceux dissimule les préjudices causés aux malchanceux du même groupe.

Les effets pervers du salaire minimum

Le salaire minimum échoue également au test de Bronowski. Ses partisans affirment que les pauvres y gagneront.

Cependant, selon l’économiste du travail Mark Wilson :

Un grand nombre d’études universitaires suggère que les augmentations du salaire minimum ne réduisent pas les niveaux de pauvreté.

Et même si les pauvres en général gagnent en revenu, cela ne signifie pas que tous soient gagnants. C’est le cas de ceux qui conservent leur emploi dans les mêmes conditions. Mais beaucoup perdent et perdent leur emploi.

D’autres perdent des heures de travail. Pour beaucoup de ceux qui conservent leur emploi et leurs heures de travail, la formation sur le tas et les avantages sociaux diminueront, ou l’effort requis augmentera pour compenser la hausse des salaires.

Or, les salaires actuels plus élevés ont souvent moins de valeur que ce qui est abandonné, notamment la formation en cours d’emploi, qui permet d’apprendre et de gagner sa vie pour sortir progressivement de la pauvreté.

En outre, les personnes ayant moins de compétences, moins d’éducation et moins d’expérience professionnelle sont confrontées à des pertes d’emploi plus importantes. Mais traiter les travailleurs à faible revenu comme s’ils formaient un seul groupe conduit à ignorer le fait que parmi eux les plus chanceux y gagnent, tandis que beaucoup d’autres y perdent, certains au point d’être inemployables.

Il existe également d’autres exemples. Par exemple, les subventions destinées à un groupe – les personnes âgées, les jeunes, les pauvres, etc. – mais pas à d’autres, ne passent pas le test de Bronowski.

En plus des taxes qui doivent être payées pour fournir les subventions, les personnes subventionnées augmentent la demande du marché pour les biens en question, ce qui signifie que tous ceux qui se trouvent sur le même marché sans être subventionnés doivent payer des prix plus élevés qu’ils ne le feraient autrement. Et comme les exemples précédents, vous n’en entendez pratiquement jamais parler dans les discussions de politique publique.

Trop souvent, les politiques publiques ne font pas la distinction entre ce qui est semblable et ce qui est différent. Ces manquements au test de Bronowski compromettent souvent gravement la compréhension des politiques et les résultats dans le monde réel.

C’est pourquoi, si nous voulons suivre la base de la science, nous devons en faire un test de réussite. Sinon, nous continuerons à nuire à un grand nombre de personnes que nous sommes censés essayer d’aider.

Traduction d’Alexandre Massaux pour Contrepoints. 

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • la seule chose certaine est la prise de controle par l’état…la disparition de l’interet de la speculation individuelle et donc de la subjectivité..voire sa sanction.

  • Les politiques publiques n’ont qu’un objectif : la réélection. Il ne reste dans l’inconscient populaire que l’image symbolique de l’action envers la population la plus pauvre. Et aucunement ses conséquences.
    Mitterrand n’était il un visionnaire et un président de la République exceptionnelle ?

  • Deux facteurs majeurs : La pénurie de Logements est organisée depuis toujours. La politique du « Logement Social » en dehors de toutes réflexions Urbanistiques et démographique est une monstruosité qui a créé des ghettos…. pas besoin d’un dessin.
    Dans ce contexte raconter que l’on va pouvoir fixer arbitrairement les loyers est tout simplement débile.

  • Merci pour cet article qui ouvre les yeux sur « ce qui ne se voit pas ».
    Reste à aller me renseigner sur le test de Bronowski 🙂

  • Simple comme bonjour:
    Un bien rare est un bien cher, un bien cher engendre de gros profits.
    Les gros profits attirent les producteurs, leur nombre multiplie les biens.
    Les biens abondants sont moins chers.
    Problème réglé.
    .
    .
    Si 37 pays communistes ont fait des faillites meurtrières, c’est qu’ils n’avaient plus de prix, plus de profits et donc plus aucun des mécanismes auto-correcteur du libre marché.
    Ils pensaient pouvoir planifier l’économie sans se rendre compte que la simple construction d’un immeuble ce sont des centaines de milliers de « prix » auto-correcteur qui concernent des dizaines de milliers d’emplois et de sous-traitants (gravières, machines, ciment, fabrication de clous, de bois, d’isolation, de briques etc).
    Aucun bureaucrate au monde ne peut gérer cela, sans même parler de tout le reste de l’économie.
    .
    « Le socialisme ne fonctionne qu’au paradis, où l’on peut s’en passer, et en enfer, où on l’a vraiment. » – Thomas Sowell

  • Ci-après lien sur une courte (7 mn) vidéo bien connue « Edgar le patron exploiteur » expliquant très bien les effets du salaire minimum:

    Ne vous fiez pas au titre.
    C’est très simple et efficace. Les enfants comprennent très bien. C’est peut-être le problème d’ailleurs… 🙂 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans cet article publié par Contrepoints au mois d'avril, j’expliquais pourquoi, à mon avis, il conviendrait de supprimer le salaire minimum qui est imposé à tous les producteurs et dont le montant est décidé par le pouvoir politique.

Or, dans un article publié très récemment, il est indiqué qu’il est souhaitable d’augmenter le montant du salaire minimum pour que les salariés en bénéficiant puissent acheter par crédits un bien immobilier. Certes le salaire minimum a été un peu augmenté au cours des années, mais dans une moindre proport... Poursuivre la lecture

richesses salaire minimum
1
Sauvegarder cet article

Il a été décidé récemment en France d’augmenter le salaire minimum. Après avoir connu une augmentation de 0,9 % début 2022, le Smic est désormais porté à hauteur de 1603,12 euros brut par mois, contre 1589,47 euros brut en 2021. Ce que l’on appelle un salaire minimum est évidemment le montant minimum de salaire imposé par les gouvernants à toutes les entreprises.

On considère en général cette mesure comme souhaitable car on estime que les entrepreneurs auraient tendance à imposer des salaires trop faibles, ce qui génèrerait évidemment ... Poursuivre la lecture

Par Acrithène.

Dans les cours d’introduction à l’économie, le contrôle des loyers est souvent l’exemple canonique d’une politique stupide. La cause est à ce point entendue qu’une enquête de 1992 interrogeant plus d’un millier de professeurs faisait du contrôle des loyers l’objet du plus grand consensus au sein de la communauté des économistes. Seul un sur vingt estimait que ces contrôles ne dégradaient par la qualité des logements ni n’en réduisaient la quantité disponible (Alston et al, 1992).

Je vous ai décrit dans un billet p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles