Sans les câbles sous-marins, plus d’Internet : l’Europe est-elle prête ?

Près de 99 % du trafic total sur Internet, est assuré par les lignes sous-marines, véritable colonne vertébrale des télécommunications mondiales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by NASA on Unsplash https://unsplash.com/photos/Q1p7bh3SHj8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sans les câbles sous-marins, plus d’Internet : l’Europe est-elle prête ?

Publié le 25 octobre 2021
- A +

Par Serge Besanger.
Un article de The Conversation

Oubliez les constellations de satellites, les centaines de lancements de SpaceX et les notions de cloud ou de sans-fil : tout cela tend à nous faire croire que nos smartphones, ordinateurs et autres machines sont liés les uns aux autres via l’espace. Or il n’en est rien : les satellites représentent à peine 1 % des échanges de données.

La raison est simple : ils coûtent beaucoup plus cher que les câbles et sont infiniment moins rapides. L’essentiel – près de 99 % du trafic total sur Internet – est assuré par les lignes sous-marines, véritable colonne vertébrale des télécommunications mondiales.

Il en existe plus de 420 dans le monde, totalisant 1,3 million de kilomètres, soit plus de trois fois la distance de la Terre à la Lune. Le record : 39 000 kilomètres de long pour le câble SEA-ME-WE 3, qui relie l’Asie du Sud-Est à l’Europe de l’Ouest en passant par la mer Rouge.

Un enjeu vital

On estime que plus de 10 000 milliards de dollars de transactions financières quotidiennes, soit quatre fois le PIB annuel de la France, transitent aujourd’hui par ces « autoroutes du fond des mers ». C’est notamment le cas du principal système d’échanges de la finance mondiale, le SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications).

La sécurité de ces transactions est une question politique, économique et sociale. C’est un enjeu majeur qui a longtemps été ignoré.

Avec 36 nouveaux câbles, l’année 2020 fut marquée par un nombre record de déploiements.

 

Or, l’extrême concentration géographique des câbles, notamment au niveau de leur point d’atterrissement (Marseille, Bretagne, Cornouailles…), les rend particulièrement vulnérables.

Une infrastructure très sensible

Ces infrastructures sont aujourd’hui aussi cruciales que les gazoducs et les oléoducs. Mais sont-elles aussi bien protégées ?

Les câbles sous-marins modernes utilisent la fibre optique pour transmettre les données à la vitesse de la lumière. Or, si à proximité immédiate du rivage les câbles sont généralement renforcés, le diamètre moyen d’un câble sous-marin n’est pas signifativement supérieur à celui d’un tuyau d’arrosage :

Les câbles sous-marins, cibles de toutes les convoitises, France 24, 10 juin 2021.

 

Depuis plusieurs années, les grandes puissances se livrent une « guerre hybride », mi-ouverte mi-secrète, pour le contrôle de ces câbles. Alors que l’Europe se concentre de plus en plus sur les menaces de cybersécurité, l’investissement dans la sécurité et la résilience des infrastructures physiques qui sous-tendent ses communications avec le monde entier ne semble pas aujourd’hui une priorité.

Or, ne pas agir ne fera que rendre ces systèmes plus vulnérables à l’espionnage et aux perturbations qui coupent les flux de données et nuisent à la sécurité du continent.

On recense en moyenne chaque année plus d’une centaine de ruptures de câbles sous-marins, généralement causées par des bateaux de pêche traînant les ancres.

câbles sous-marins Internet
Coupe du câble sous-marin Kanawa reliant la Guyane à la Martinique.
Orange

 

Il est difficile de mesurer les attaques intentionnelles, mais les mouvements de certains navires commencèrent à attirer l’attention dès 2014 : leur route suivait les câbles sous-marins de télécommunication.

Les premières attaques de l’ère moderne datent de 2017 : câbles Grande-Bretagne–USA, puis France–États-Unis, arrachés par les chalutiers d’une grande puissance coutumière de l’emploi de forces irrégulières lors de tensions internationales. Si ces attaques demeurent inconnues du grand public, elles n’en sont pas moins préoccupantes, et démontrent la capacité de puissances extérieures à couper l’Europe du reste du monde. On rappellera qu’en 2007, des pêcheurs vietnamiens ont coupé un câble sous-marin afin d’en récupérer les matériaux composites et de tenter de les revendre. Le Vietnam perdit ainsi près de 90 % de sa connectivité avec le reste du monde pendant une période de trois semaines. Une attaque de ce type est extrêmement facile à réaliser, y compris par des acteurs non étatiques.

Couper des câbles sous-marins, une pratique de guerre ancienne et éprouvée

Les récentes attaques subies par des câbles transportant le trafic voix et données entre l’Amérique du Nord et l’Europe donnent l’impression qu’il s’agit d’un fait nouveau. Or ce n’est pas le cas : la France et le Royaume-Uni ont déjà vécu cette expérience… aux mains des Allemands pendant la Première Guerre mondiale. Ces câbles faisaient partie du réseau mondial de télégraphie par câblogrammes.

De même, les États-Unis ont eux-mêmes coupé des câbles en temps de guerre comme moyen de perturber la capacité d’une puissance ennemie à commander et contrôler ses forces distantes.

Les premières attaques de ce type ont eu lieu en 1898, lors de la guerre hispano-américaine. Cette année-là, dans la baie de Manille (aux Philippines), l’USS Zafiro coupa le câble reliant Manille au continent asiatique afin d’isoler les Philippines du reste du monde, ainsi que le câble allant de Manille à la ville philippine de Capiz. D’autres attaques spectaculaires contre les câbles eurent lieu dans les Caraïbes, plongeant l’Espagne dans le noir quant à l’évolution du conflit à Porto Rico et à Cuba, ce qui contribua largement à la victoire finale des États-Unis.

La coupure du câble de Cienfuegos durant la guerre hispano-américaine, le 11 mai 1898.

 

Sensible aux exploits, à l’époque très médiatisés, des valorous seamen, le Congrès attribuera à ces marins 51 des 112 médailles d’honneur décernées au titre de la guerre hispano-américaine.

Les trois grandes causes de risque

De nos jours, trois tendances accélèrent les risques pour la sécurité et la résilience de ces câbles.

  • La première est le volume croissant des données circulant sur les câbles, ce qui incite les États tiers à espionner ou à perturber le trafic.
  • La seconde est l’intensité capitalistique croissante de ces installations, qui mènent à la création de consortiums internationaux impliquant jusqu’à des dizaines de propriétaires. Ces propriétaires sont distincts des entités qui fabriquent les composants des câbles et de celles qui posent les câbles le long du fond océanique. La multipropriété permet de baisser les coûts de manière substantielle, mais elle permet en même temps l’entrée dans ces consortiums d’acteurs étatiques qui pourraient utiliser leur influence pour perturber les flux de données, voire les interrompre dans un scénario de conflit.

À l’autre bout du spectre, les GAFAM ont aujourd’hui les capacités financières et techniques de faire construire leurs propres câbles. Ainsi le câble Dunant, qui relie la France aux États-Unis, appartient-il en totalité à Google.

Les géants chinois se sont également lancés dans une stratégie de conquête sous-marine : il en va ainsi du câble Peace, reliant la Chine à Marseille, propriété de la société Hengtong, considérée par le gouvernement chinois comme un modèle d’« intégration civilo-militaire ».

Une autre menace, l’espionnage, nécessite des sous-marins spécialement équipés, ou des submersibles opérant à partir de navires, capables d’intercepter, voire de modifier, les données transitant dans les câbles à fibres optiques sans les endommager. À ce jour, seuls la Chine, la Russie et les États-Unis disposent de tels moyens.

Cyberguerre sous les mers, Géopolitis, 5 mars 2017.

 

Le point le plus vulnérable des câbles sous-marins est cependant l’endroit où ils atteignent la terre : les stations d’atterrissage. Ainsi, la commune de Lège-Cap-Ferret (33), en bordure du Porge où va être construit le local d’interface entre le câble franco-américain « Amitié », est-elle devenue ces derniers temps un véritable nid d’espions, selon des sources informées.

Mais la tendance la plus préoccupante est que de plus en plus de câblo-opérateurs utilisent des systèmes de gestion à distance pour leurs réseaux câblés. Les propriétaires de câbles les plébiscitent car ils leur permettent de faire des économies sur les coûts de personnel. Cependant, ces systèmes ont une sécurité médiocre, ce qui expose les câbles à des risques de cybersécurité.

Il est nécessaire de développer une force de sécurisation des câbles

Face aux menaces physiques pesant sur les câbles, le Japon et les États-Unis ont récemment lancé une série d’initiatives visant à sécuriser ces infrastructures.

Les programmes de l’Administration maritime américaine promeuvent le développement et le maintien d’une marine marchande « adéquate et suffisante, capable de servir en tant qu’auxiliaire naval et militaire en temps de guerre ou d’urgence nationale », à travers des dotations en fonds propres, CAPEX grants, aux chantiers navals privés construisant notamment des navires capables de réparer les câbles sous-marins.

Les câbliers sont généralement conçus autour de grandes cuves qui stockent la fibre optique puis la mettent en place. Pour une telle opération, ces navires ont besoin de puissance et d’agilité : leurs générateurs produisent jusqu’à 12 mégawatts d’électricité qui alimentent cinq hélices, permettant au bâtiment de se déplacer dans plusieurs dimensions.

Il existe aujourd’hui une quarantaine de câbliers dans le monde. La France en possèderait neuf, dont un seul pour la maintenance de tous les câbles de l’Atlantique Nord jusqu’à la mer Baltique : le Pierre de Fermat, basé à Brest.

Ces navires sont capables d’appareiller en moins de 24 heures en cas de dommage détecté sur le câble. À bord, un équipage d’une soixantaine de marins dispose de drones sous-marins et d’autres instruments permettent la réparation. Ainsi le Pierre de Fermat a-t-il pu inspecter et réparer très rapidement le câble transatlantique endommagé par une puissance tierce, en 2017.

Mais qu’adviendrait-il en cas d’attaques multiples ? Ni la France, ni le Royaume-Uni ne disposent aujourd’hui des moyens nécessaires à la défense et à la réparation de ces câbles en cas d’attaques simultanées.

L’exécutif américain s’est récemment penché sur la question. Outre l’extension du SSGP, small shipyard grant program, il a encouragé l’Administration maritime à enrôler diverses associations émanant de la société civile, tel l’International Propeller Club, dans le cadre de programmes visant à minimiser ces menaces. L’idée est de créer une sorte de « milice des câbles sous-marins », capable d’intervenir rapidement en cas de crise. Le Propeller Club compte plus de 6 000 membres et a récemment obtenu une aide de 3,5 milliards de dollars destinée à l’industrie maritime dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

La France est le point d’entrée de la plupart des câbles reliant l’Europe au reste du monde.

Le coût pour les seules finances publiques françaises d’un programme de sécurité des câbles sous-marins serait cependant prohibitif, quand bien même la société civile y serait largement associée, sur le modèle américain.

De même, la création d’un « Airbus des câbles sous-marins » capable de rivaliser avec les GAFAM dont la part de marché pourrait passer de 5 % à 90 % en 6 ans, ne pourra à l’évidence devenir réalité qu’à condition que l’Europe en fasse un thème clé.

Dans un contexte d’accroissement des tensions internationales, la question de la création d’un programme européen modelé sur les programmes américain et japonais, visant à l’augmentation des opérations de dissuasion des attaques de ces infrastructures et au développement d’une capacité de construction et de réparation à la hauteur des enjeux, mérite d’être posée.The Conversation

Serge Besanger, Professeur à l’ESCE International Business School, INSEEC U Research Center, INSEEC U.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Article passionnant !!

  • Bon article, mais la protection de ces câbles parait illusoire, hors de prix vis a vis de l’intérêt réel:

    99% du traffic qui circule sur ces câbles concerne des données sans importance stratégique (réseaux sociaux, audiovisuel, accessoirement ECommerce…).

    L’important est de ne pas baser dessus les systèmes fondamentaux (défense, production d’énergie, contrôle des systèmes vitaux, système monétaires) en prévoyant un backup fiable et des mode de fonctionnement de secours à faible débit pour sauver l’essentiel des fonctionnalités vraiment utiles.

    Pour le reste, (réseaux sociaux…) le coté « stratégique » qu’aurait leur mise hors service reste à démontrer…

    Pour le reste, une attaque de grande ampleur sur ces câbles n’aurait qu’un impact limité.

    • J’aurais tendance à mettre les échanges économiques aussi comme point stratégique. La force de votre système immunitaire dépend du bon état général du corps entier. Or un pays affaibli économiquement se défendra moins bien.

      • Oui, bien sur, j’ai maladroitement mis système monétaire mais c’est a cela que je pensais.
        Faire un virement, passer un bon de commande… ça ne (devrait pas…) consomme pas beaucoup de data et peut transiter par satellite…

        Par contre la dernière vidéo de l’ado enragé du moment, on peut s’en passer sans mettre en péril l’avenir du pays (enfin je crois même que s’en passer serait salutaire…)

    • Un backup fiable et des modes de fonctionnement de secours à faible débit ? Tout le principe de l’internet est de ne pas avoir de paquets prioritaires et d’être insupportable avec de faibles débits et de gros délais.
      Quiconque a déjà essayé l’internet par satellite aura constaté ce que c’est que d’attendre entre deux et trois dixièmes de seconde pour voir concrètement l’effet d’un clic de souris et surtout autant pour que la fin du clic se propage.

      • Pardon, vérification faite, c’est une demi seconde : 35000 km ordinateur-satellite, id satellite serveur, puis le retour : 140000 km, même à 300000 km/s, ça prend du temps !

        • Tout à fait, raison de l’existence et du succès de Starlink (qui accessoirement sera très intéressant pour communiquer avec les drones de combat à l’autre bout de la planète…).

          Mais l’absence d’effet immédiat du clic viens du porc qui e écrit le code. Sur un truc bien fait, la prise en compte de l’action est « matérialisée » immédiatement. Ensuite un délai d’attente de l’ordre de la seconde n’est pas trop gênant. Biensur, vous avez toujours un autre porc qui vous fait télécharger une photo floue de 15Mo pour une pub…

          On a eu par le passé des pages web de sites marchand qui s’ouvraient rapidement avec seulement 22kbps…

          • Cherchez pas : la manière de travailler du « porc » est toujours d’utiliser le maximum de ressources disponibles.

            Cela pose donc globalement le problème que économiquement (et encore plus dans le domaine financier !) nous sommes dépendants de la pleine capacité du système.

            A contrario, les militaires savent faire des systèmes (quantiques) qui détectent l’espionnage. Mais à quel coût déployer des systèmes redondants et sécurisés pour des pubs floues de 15 Mo ?

  • Je croyais, peut-être à tort, que le principal du mérite du protocole TCP-IP, est justement de s’affranchir facilement de l’indisponibilité d’une partie du réseau physique en routant spontanément les paquets par une grande diversité de circuits disponibles. Si c’est le cas, l’indisponibilité de quelques câbles ne devrait se traduire que par une baisse de débit. Pour la même raison je ne vois pas bien comment on peut espionner utilement le contenu transmis en n’interceptant qu’un seul câble.

    • A condition d’être loin de la zone affectée…

      • Bien sûr, on n’espionne ou perturbe efficacement qu’au départ ou à l’arrivée. Entre les deux la propagation de l’information est dispersée de manière imprévisible.

      • Enfin si vous bombardez les points de ralliement des fibres ça va quand même mettre un sacré bordel.

        Il y a quelques temps un plaisantin a sectionné les 3 fibres qui alimentaient ma ville un samedi: Bilan: les commerces ont tous fermé, plus de carte bleue…

        • J’ose espérer qu’on ne s’est pas amusé à construire des nœuds de raccordement réunissant trop de câbles sous-marins sur un même site.

  • Merci de me faire découvrir ce sujet…

  • J’ai peine à croire qu’une société comme Google, propriétaire de câbles, n’ait pas envisagé l’éventualité d’un tel problème et mis en place des solutions de contournement capables d’assurer la continuité de ses services! Quand sa puissance financière est largement dépendante de services dématérialisés, Google ne peut pas se permettre de perdre des moyens physiques de fonctionnement.

    • Des solutions de contournement, ça ne peut être que d’autres câbles. Et on tombe sur les contraintes physiques auxquelles même avec de gros moyens financiers, on ne peut pas échapper. Construire et faire naviguer des navires câbliers, reconnaître des parcours sous-marins, raccorder au réseau existant, ça ne se fait pas d’un claquement de doigts…

  • Le réseau de câbles sous marins est fascinant. Pour ceux qui aiment rêver en regardant des cartes je recommande
    https://www.submarinecablemap.com/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

Le pouvoir d'achat a été un sujet central lors des campagnes électorales qui viennent de se dérouler. La NUPES, première force d'opposition qui a obtenu 137 sièges à l'Assemblée, s’est fait le parti de l’amélioration de ce dernier avec un SMIC  qui serait porté à 1500 euros, le dégel du point d’indice des fonctionnaires et le blocage des prix sur les produits de première nécessité.

Il faut donc examiner comment se situe le pouvoir d’achat des Français par rapport aux autres pays européens. De nombreuses études existent en ce domaine. M... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles