Après Jefferson, d’autres présidents américains sur la sellette ?

La statue de Jefferson a été enlevée à New York. En suivant la logique woke voici une liste humoristique des présidents à déboulonner.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thomas Jefferson Statue - Jeffersonville IN by Brent Moore (Creative Commons CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après Jefferson, d’autres présidents américains sur la sellette ?

Publié le 21 octobre 2021
- A +

Par Gérard-Michel Thermeau.

Les présidents américains sont désormais sur la sellette. La municipalité new-yorkaise a voté l’éjection de sa salle de réunion de la statue de Thomas Jefferson. En effet, le troisième président des États-Unis « représente certaines des pages les plus honteuses de la longue et nuancée histoire » des États-Unis. La formulation est rigolote car cette décision ne témoigne guère du moindre sens de la nuance. Enfin si, car ce n’est pas le président qui est envoyé au musée c’est l’esclavagiste. Voilà une façon bien commode de se débarrasser d’un passé esclavagiste.

Et après Jefferson, à qui le tour ?

En effet, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? L’heure de Washington ne saurait tarder à sonner. Il paraît nécessaire, voire urgent, de débaptiser la capitale de l’Union. Peut-on admettre qu’elle porte le nom de George Washington, esclavagiste notoire, tache indélébile à n’en pas douter pour la « longue et nuancée  histoire » américaine ? Pour un nom de remplacement, le choix ne manque pas, mais je laisse  à l’imagination créatrice de notre belle époque le soin d’y suppléer. Il faudra aussi songer à faire disparaître des billets verts une figure aussi répugnante. Il est vrai que l’argent liquide n’en a peut-être plus pour très longtemps.

Bon, il va falloir ensuite sérieusement s’occuper de la galerie des portraits présidentiels à la Maison Blanche. J’espère que l’on va décrocher tous les « mauvais présidents ».

Mais qui sont-ils me direz-vous ?

Tenons un peu la liste. J’ai préparé le travail pour les actifs censeurs du passé de notre merveilleuse époque.

Les présidents fondateurs : un sur six à conserver

George Washington : un esclavagiste. À éliminer d’office.

John Adams : un salaud qui considérait que les « riches, les bien-nés et les capables » devaient avoir une place à part dans les assemblées. À éliminer.

Thomas Jefferson : francophile et esclavagiste. Deux tares fâcheuses. À éliminer d’office.

James Madison : un belliciste. À éliminer.

James Monroe : auteur d’une Doctrine qui a justifié l’impérialisme yankee sur l’hémisphère occidental. À éliminer.

John Quincy Adams : il était opposé à l’esclavage. On le garde à tout hasard.

Les présidents américains d’avant la guerre civile : rien à garder

Andrew Jackson : exterminateur d’Amérindiens et esclavagiste. À éliminer sans hésiter.

Martin Van Buren : anti-esclavagiste mais exterminateur des Cherokee. À éliminer quand même.

William Henry Harrison : esclavagiste, et de toute façon mort au bout d’un mois. Autant l’éliminer.

John Tyler : esclavagiste. Il est par ailleurs inconnu, il ne manquera donc à personne.

James Polk : un salaud qui a privé les Mexicains de la moitié de leur territoire. À éliminer.

Zachary Taylor : un esclavagiste. À éliminer.

Millard Fillmore : un salaud qui traquait les esclaves fugitifs. À éliminer sans hésiter.

Franklin Pierce : encore un esclavagiste, décidément ils le sont tous. À éliminer.

James Buchanan : un incapable face à la question de l’esclavage. À éliminer.

Les présidents de la guerre civile à la Grande guerre : on en garde davantage (provisoirement)

Abraham Lincoln : bon, il a aboli l’esclavage mais c’était un méchant « raciste ». Et peut-on lui pardonner d’avoir créé le parti républicain ? En sursis provisoire.

Andrew Johnson : c’est un sudiste, une bonne raison pour l’éliminer.

Ulysses S. Grant : un brave type mais, bon, que de corrompus autour de lui. En sursis provisoire.

Rutherford B. Hayes : il a laissé les mains libres aux sudistes. À éliminer.

James A. Garfield : assassiné au bout de six mois. En sursis provisoire.

Chester A. Arthur : il a empêché l’intégration des Chinois. À éliminer.

Grover Cleveland : il a fait tirer sur les ouvriers et permis la ségrégation dans le Sud. À éliminer.

Benjamin Harrison : on ne sait pas trop qui c’est mais il s’est soucié des Noirs. À garder.

William McKinley : un impérialiste mettant la main sur Cuba et les Philippines. À éliminer.

Théodore Roosevelt : il aimait les nounours et a créé les parcs naturels. D’un autre côté, gros chasseur et fichu impérialiste quand même. En sursis provisoire.

William H. Taft : encore un impérialiste. À éliminer.

Les présidents des guerres du XXe siècle : les saints et les autres

Woodrow Wilson : hum, a donné le droit de vote aux femmes mais gros admirateur de Naissance d’une Nation. Pacifiste mais intervenant dans la Grande guerre. À discuter.

Warren Harding : il avait peut-être un ancêtre noir (bon point) mais il a restreint l’immigration (mauvais point). Beaucoup de corruption sous son mandat. À discuter.

Calvin Coolidge : pas de préjugé à l’égard des gens de couleur, d’accord, mais c’était quand même pas un progressiste. À discuter.

Herbert Hoover : trop nul, à éliminer.

Franklin Delano Roosevelt : partisan de l’État providence, a renforcé le présidentialisme. Un saint donc. À conserver obligatoirement.

Harry Truman : Hiroshima, Nagasaki, anticommunisme, maccarthysme. Pas bien tout ça. À éliminer.

Dwight D. Eisenhower : Un brave type comme Grant, dommage qu’il soit de droite. On garde pour le moment.

John Fitzgerald Kennedy : encore un saint. À conserver.

Lyndon B. Johnson : État providence et lutte contre la ségrégation (bon point) mais guerre du Vietnam (mauvais point). En sursis.

Richard Nixon : à éliminer, ça ne se discute même pas.

Gerald Ford : attention de ne pas se prendre les pieds dans le tapis en le décrochant.

Jimmy Carter : nul mais dans le bon camp.

Ronald Reagan : on ne peut pas encore y toucher mais ça viendra.

George Bush : on le garde pour le moment pour mieux éliminer son fiston.

Bill Clinton : le champion des scandales mais il est dans le camp du bien. En sursis.

Les derniers présidents américains en date : un saint et deux diablotins

George W. Bush : à éliminer bien sûr.

Barack Obama : encore un saint. Intouchable.

Donald Trump : inutile même d’en parler.

Voilà, voilà, de cette façon « la longue et nuancée histoire » se trouve magnifiquement éclaircie et singulièrement simplifiée. D’abord 46 présidents c’est beaucoup trop. Comment voulez-vous tous les retenir ?

Et puis, promis juré, je prépare le même travail pour les chefs d’État français mais là ça va être du boulot, surtout si on commence à Clovis.

Enfin, il faut ce qu’il faut. Nous avons aussi, une histoire longue et nuancée qui n’attend qu’un bon nettoyage idéologique.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Excellent !
    Mais je vous trouve trop gentil.
    JFK par exemple était un hétéro cisgenre infidèle à de nombreuses reprises. Ouh le vilain.
    Quant à Reagan, je vous rappelle qu’il a joué dans des westerns (ouh quelle horreur).

    • JFK avait cependant 2 qualités éminentes :
      1. il était démocrate, donc par définition dans le camp du bien
      2. il est mort assassiné avant la fin de son mandat
      Pour ces deux raisons, il est possible de l’absoudre.

      Quant à Reagan, l’auteur indique bien que ça serait un peu trop tôt pour l’exclure, il existe encore des personne qui peuvent en avoir de bons souvenirs. Tant qu’elles seront là ça sera délicat.

    • JFK, sûrement pas qu’infidèle, dans sa position c’était sûrement un harceleur en série, horreur à éliminer malgré sa sainteté de façade

  • Sauf
    Lincoln : il a combattu le sud pour transférer dans les usines du nord une main d’œuvre pas chère ER corvéable.
    G. W. Bush : à créé la guerre en Irak et par conséquent Al Kaida

  • Il faut aussi impérativement procéder à la démonétisation immédiate de tous les billets aux effigies de ces présidents douteux.

  • Amusant !!! surtout si on fait la même chose pour tous les pays !!! chiche …. mais je n’y crois pas il y a des pays auquel on ne touche pas ( par peur ou par idéologie , voire les deux !!!) !!!!

  • Obama, il a encore plus assassiné par drone que Bush fils et il était opposé à la guerre d’Irak avant de la prolonger durant ses 8 ans de mandat. D’autre part il renoue avec Cuba et l’Iran (que Trump ait fait marche arrière n’est pas de sa faute), donc cas discutable. Mais grande réussite qui pardonne tout et en fait un saint woke: il a fait passer le mariage pour tous

  • Et en plus, G.W. a reconnu l’assassinat de l’officier français Jumonville, et d’une partie de son escouade, venus en éclaireur – ambassade- pacifique.
    Shame!

  • Excellent, j’aime beaucoup ce genre d’humour.

  • Cet article est un florilège en guise de filtre idéologique dans l’air du temps…
    c’est aussi la relation d’un monde à l’évolution aléatoire et occupé par des hommes versatiles et querelleurs…

  • Il y a toujours eu dans l’histoire des périodes d’imbécilité notoires. La psychose des sorcières au XVIe siècle n’est que le pendant du wokisme actuel, qui repose sur l’ignorance et la bêtise!

  • Vercingetorix? on déboulonne?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

Il y avait eu l’affaire des sapins de Noël. Avec son souhait d’instauration d’une « charte des droits de l’arbre ». Mais aussi les déboulonnages de statues, les suppressions de calvaires, et bien sûr aussi les « déconstructeurs » en tous genres. Le tout dans un esprit de victimisation prêt à tout pour faire régner la terreur, au profit de la volonté féroce de remettre en cause nos valeurs « passées » et d’en imposer de nouvelles, basées sur le reniement de siècles d’évolutions lentes, de pensées, de réflexions philosophiques, de traditions, d... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de couvrir des épisodes de grande violence, il semble que les médias aux États-Unis ont opéré un virage à 180° depuis le tournant du siècle. Avant, il semblait qu’on ne voyait que des Noirs à la Une partout. Mais maintenant, l’écrasante majorité de cette couverture est réservée aux Blancs.

Deux fusillades récentes (et d’autres massacres récents) illustrent ce point.

Il y a tout d’abord l’infâme fusillade de Buffalo, perpétrée par un jeune homme très instable mentalement. À l’instar d’une autre fusillade au M... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles