Droit naturel : aux racines du libéralisme

Une analyse historique du Droit naturel de l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne et son rôle dans le libéralisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Miltiadis Fragkidis on Unsplash https://unsplash.com/photos/zBShCDpyMEg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droit naturel : aux racines du libéralisme

Publié le 24 septembre 2021
- A +

Par Raphaël Candé.

Lorsqu’un néophyte découvre la pensée libérale, il ne peut manquer de noter la diversité d’auteurs, de courants et d’idées l’esquissant. Toutefois, il retrouve trois principes communs à tous, à savoir la préservation de soi, la liberté (et son corollaire, la responsabilité) et la propriété privée. Les justifications de ces principes peuvent être regroupées selon trois grandes traditions. 

La plus récente de celles-ci est qualifiée d’utilitariste ou de conséquentialiste et défend le libéralisme pour ses bienfaits supposés, ce dernier garantissant notamment le plus grand bonheur et la plus grande prospérité pour tous. Elle remonte à Jeremy Bentham (1748 – 1832) et regroupe des auteurs aussi variés que John Stuart Mill (1806 – 1873), Ludwig von Mises (1881 – 1973), Milton Friedman (1912 – 2006) et son fils David (1945).

La seconde de ces traditions, issue des Lumières écossaises et à laquelle sont rattachés David Hume (1711 – 1776), Adam Smith (1723 – 1790) ou Friedrich Hayek (1899 – 1992), est celle du scepticisme ou de l’ordre spontané. Pour cette tradition, il s’agit de protéger certaines conventions déjà existantes (comme la justice et la propriété) plutôt que de les inventer ou réinventer.  

Dans ce cas, l’activité de gouverner consiste à protéger l’ordre social existant, les conventions établies, sans chercher une finalité en dehors d’elles-mêmes et sans interférer sur leur contenu. 

La dernière de ces traditions, celle du Droit naturel moderne libéral, est la plus ancienne et peut être attribuée au philosophe anglais John Locke (1632 – 1704). Mais qu’est-ce que le Droit naturel moderne libéral ? Le lecteur sagace notera la présence des épithètes « moderne » et « libéral » qui supposent donc l’existence d’un Droit naturel ancien ou classique, d’une part, et, d’autre part, d’un Droit naturel moderne non nécessairement libéral.

Afin de comprendre ce qu’est le Droit naturel moderne libéral, il est donc nécessaire de s’intéresser au Droit naturel (ou jusnaturalisme) pris dans son ensemble, établir ce qui rapproche Droits naturels ancien et moderne, en quoi le Droit naturel moderne marque une rupture avec l’ancien et ce qui caractérise le Droit naturel moderne libéral par opposition au non libéral.

Grèce antique et naissance du conventionnalisme

S’intéresser à la tradition du Droit naturel nécessite de remonter aux fondements de la philosophie politique classique, c’est-à-dire en Grèce antique au IVe siècle avant J.C. La Grèce de cette époque est un regroupement de cités plus ou moins indépendantes les unes des autres (Athènes, Sparte, Corinthe, Thèbes, etc.). Pour les habitants de chaque cité, la légitimité de son régime politique et du code de lois la régissant repose sur son ancestralité, son caractère à la fois ancien et familier.

Or, le constat d’une grande diversité de régimes (monarchie, timocratie, oligarchie, démocratie ou tyrannie) et de lois parfois contradictoires au sein de la Grèce ne peut que saper cette légitimité. En effet, comment décider, entre deux lois contradictoires, laquelle est vraie, bonne ? 

Ce constat fait, entre autres, par les présocratiques (dès le VIe siècle avant J.C.), puis repris et développé par les sophistes du IVe siècle, les mène à la conclusion que l’ancestralité d’une chose n’est pas un critère suffisant pour juger de son caractère bon ou mauvais et qu’il existe une distinction, inconnue jusqu’alors, entre ce qui relève du domaine de la nature (ce qui touche aux êtres naturels) et ce qui relève de l’artificiel ou de la convention (ce qui touche aux productions humaines).

Ainsi, pour ces penseurs, la cité est une construction artificielle visant à subvenir aux besoins que ses habitants ne pourraient combler seuls. De même, la coexistence de lois parfois contradictoires et de concepts de justice différents entre cités ne peut s’expliquer que par leur caractère conventionnel : la justice n’existe donc pas en tant que telle, la législation de chaque cité n’ayant d’autres fondements que les hommes eux-mêmes, et plus spécifiquement ceux qui détiennent le pouvoir.

Peux eux, le bien et l’agréable se confondent. Une telle approche, poussée à sa conclusion logique, se révèle dangereusement relativiste car il n’existerait alors aucune norme supérieure permettant de juger du bien-fondé d’une loi ou d’un régime.

Génèse de la philosophie et du Droit naturel ancien

Par ailleurs, la découverte de cette distinction entre nature et convention marque la naissance de la philosophie, de la recherche des choses, des causes premières. Les choses artificielles présupposant l’existence de la nature, elles lui sont en effet postérieures, subordonnées et donc d’une dignité inférieure. La nature devient alors un étalon pour juger du caractère des choses.

Ce présupposé sert de fondation à la doctrine classique du Droit naturel esquissée par Socrate puis reprise et développée par Platon (428/427 – 348/347 av. J.-C.), Aristote (384 – 322 av. J.-C.), les Stoïciens, Cicéron (106 – 43 av. J.-C.), saint Augustin (354 – 430) et saint Thomas d’Aquin (1225/1226 – 1274). Ces philosophes souhaitent réfuter la position des sophistes en trouvant une origine naturelle à la justice et au Droit, en prouvant qu’elles ne sont pas de simples créations humaines. En effet, et de même que la présence de diverses théories portant sur l’univers ne remet pas en cause son existence, de même, des conceptions divergentes de la justice ne suffisent pas à conclure quant à son inexistence. 

Constatant la présence d’une multitude de besoins parfois contradictoires chez l’homme, par l’usage de la raison ces auteurs en concluent à l’existence d’un ordonnancement hiérarchisé naturel de ceux-ci.

Estimant les besoins de l’âme supérieurs à ceux du corps, ils établissent qu’une vie bonne est une vie conforme à la nature, la vie d’un homme dont l’âme et la satisfaction de ses besoins sont ordonnés harmonieusement. Il existe donc un ensemble de règles qualifié de Loi naturelle, appréhendable par la raison et délimitant les caractéristiques de cette vie bonne.

Contrairement à ce que défendaient les sophistes, pour l’homme le bien ne se confond donc pas à l’agréable et au plaisir, c’est-à-dire à la satisfaction des besoins, mais correspond à la perfection de sa nature, à sa fin ou « cause finale » (pour reprendre un terme issu de la physique aristotélicienne) en tant qu’homme.

Ces différents philosophes notent par ailleurs que l’homme est non seulement capable de communiquer avec ses semblables mais prend même plaisir à leur fréquentation. L’homme est donc, par nature, un être social voire politique ne pouvant bien vivre qu’en société : « celui qui n’est pas capable d’appartenir à une communauté ou qui n’en a pas besoin parce qu’il se suffit à lui-même n’est en rien une partie d’une cité, si bien que c’est soit une bête soit un dieu » soit le membre d’un forum internet libéral. Les sophistes sont à nouveau dans l’erreur : les cités sont naturelles et cela du fait de la sociabilité intrinsèque à l’homme.

L’accomplissement total de ce dernier inclut alors la vertu sociale par excellence, à savoir la justice (qui est donc, de ce fait, naturelle) et nécessite une participation active dans la vie politique en tant que dirigeant afin de mener l’ensemble de ses concitoyens vers la perfection de leur nature. Fins ultimes de la cité et de l’homme se confondent donc. De ce fait, pour atteindre sa pleine perfection, l’homme doit vivre dans la meilleure cité, celle dotée du meilleur régime, un régime proposant le meilleur mode de vie à ses citoyens.

Mais, quel est ce meilleur régime ?

Il s’agit de celui reposant sur la Justice ou Droit naturel (classique) et consistant à attribuer à chacun ce qui lui revient naturellement. Or les hommes étant dissemblables sur les plans de l’intelligence et de leur capacité à rechercher la vertu, ils ne sont donc pas tous également perfectibles et certains se révèlent, à ce sujet, supérieurs aux autres.

Les meilleurs, que nous qualifierons de sages, doivent alors, conformément au Droit de la Nature, gouverner les autres. Pour les philosophes de la doctrine classique du Droit naturel, le régime le meilleur est ainsi celui du gouvernement absolu des sages, un gouvernement auquel doit consentir l’ensemble de la population pour être légitime. Cependant, ce régime, bien que possible car conforme à la nature, est très improbable et, donc, condamné à rester théorique, « [situé] là-haut dans le ciel, comme un modèle pour qui veut [le] regarder ». En effet, les conditions de sa réalisation ne dépendent pas des hommes1

Si sur un plan plus pratique, cette recherche du meilleur régime est fructueuse, permettant en effet une classification des régimes existants du meilleur au pire en fonction des fins qu’ils se proposent, sa conclusion est décevante pour les auteurs de la Renaissance. Ainsi, Machiavel (1469 – 1527) raille les philosophes anciens pour « s’être imaginé des républiques et des principautés qu’on n’a jamais vues ni jamais connues existant dans la réalité ».

Il faut cependant attendre Thomas Hobbes (1588 – 1679), père du Droit naturel moderne, pour que s’opère une rupture franche au sein de la tradition du Droit naturel. Si les notions de Nature et de Raison sont à la racine de la tradition du Droit naturel classique, celle amorcée par Hobbes repose sur la volonté et l’artifice. 

La rupture hobbesienne

Détaillons un peu sa pensée politique.

Celle-ci s’inscrit dans un système philosophique plus global : pour Hobbes, philosopher c’est raisonner sur le monde appréhendé comme un ensemble de causes entraînant des effets. La raison a donc deux fins : déterminer les causes à l’origine d’effets donnés et, inversement, préciser les effets découlant de causes connues.

Pour Hobbes, le monde rationnel est donc analogue à une machine mécanique, un monde dont les principes premiers sont le corps (ou matière) et le mouvement2

. Sa philosophie est donc une philosophie de la puissance. Par ailleurs, Hobbes est un sceptique, considérant notamment les capacités de raisonnement de l’homme comme faillible. Celui-ci n’est donc pour lui non un être raisonnable mais une créature de passions.

Le but de la pensée politique de Hobbes, en accord avec son système philosophique général, est de découvrir la cause hypothétique de la société civile. Pour cela, notre philosophe démarre son enquête par une analyse introspective de la nature de l’homme et de ses sensations. Celles-ci sont notamment causes des émotions et passions auxquelles appartiennent le désir et l’aversion guidant l’action humaine.

De ce constat, il est possible de définir ce que sont le Bien et le Mal (ce que l’homme appelle, respectivement, l’objet de ses désirs et celui de ses aversions) et la Volonté (la décision prise par suite d’une réflexion sur ses désirs et aversions). Les désirs changeant d’un homme à l’autre et évoluant dans le temps, Bien et Mal sont des notions variables. Ainsi, contrairement à ce que prétendent les philosophes classiques, il n’existe pas de finalité, de perfection morale de l’homme.

Mais quel est le but visé par la conduite humaine ?

La Félicité, la satisfaction durable et continue des désirs. Dans ce but, l’homme recherche la puissance, les moyens grâce auxquels il peut satisfaire ses désirs. Pour Hobbes, le Droit naturel (c’est-à-dire la liberté que chacun a d’atteindre les fins qu’il s’est fixées et de préserver sa propre vie dans la limite de sa puissance) dérive, non de la fin de l’Homme, mais directement de la nature humaine ainsi déterminée, de cette notion de Volonté. L’homme possède cependant un défaut majeur l’entravant dans la poursuite de la Félicité : l’Orgueil, mauvaise estimation personnelle de sa propre puissance.

Quelque chose manque dans ce début d’enquête cependant : la nature humaine étudiée est celle d’un humain solitaire. Hobbes complète donc son étude en s’interrogeant sur la conduite de l’être humain confronté à d’autres hommes dans un état de nature, c’est-à-dire avant l’institution d’une société civile. Dans cet état, les hommes sont tous concurrents, ennemis même, dans leur recherche de la Félicité. S’ajoute une aversion majeure, celle d’une mort violente.

Or, les hommes étant égaux en termes de puissance, l’état de nature est donc une situation de guerre de tous contre tous attisée par l’orgueil et où une mort violente s’avère plus probable que la Félicité. Dans ces circonstances peu enviables, l’individu a néanmoins besoin des autres pour échanger, notamment des biens nécessaires à sa félicité. Des accords gré-à-gré peuvent donc exister mais sans moyens indépendants de les faire appliquer ils ne sont pas nécessairement respectés.

Il y a donc conflit entre la nature humaine, solitaire, ennemie de ses semblables, et la condition naturelle de l’humanité, la nécessaire coexistence entre hommes. L’homme n’est donc pas, pour Hobbes, un animal politique ou social, différence majeure avec les penseurs classiques.

Pour Hobbes, la résolution de ce conflit et l’instauration d’une paix civile passe par l’inhibition de l’orgueil humain grâce à la peur de la mort violente complétée de l’usage de la raison. En effet, le raisonnement permet de dégager des vérités relatives à la poursuite concurrentielle de la Félicité. Ces vérités, ces articles de paix que l’on peut résumer par : « ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fît à toi-même », permettent, si suivies par tous, d’atténuer la compétition, d’éviter la guerre de tous contre tous et d’accroître la certitude de la satisfaction des désirs de chacun.

Ces articles de paix sont cependant sans effets tant qu’ils n’ont pas été transposés en Lois (dites naturelles quand elles émanent de Dieu ou d’un souverain) associées à des punitions sanctionnant leur non-respect. Une puissance visible visant à contraindre ceux sous sa juridiction à suivre ces règles, condition de la paix civile, est donc nécessaire. Pour cela, les hommes s’accordent, au moyen d’un contrat social, à transférer à un souverain, personnage artificiel sans intérêts propres, leur Droit naturel à être gouverné inconditionnellement par leur propre raison. Dans cette association civile (artificielle, car fruit de la volonté des hommes, et non naturelle comme le pensait les philosophes du Droit naturel ancien), sont délégués au souverain les fonctions d’instaurer et d’imposer ces articles de paix à tous ses sujets et de les protéger de l’hostilité des individus extérieurs.

Le souverain, contre lequel les sujets n’ont pas droit de résistance, est doté de nombreux pouvoirs afin d’exercer ses fonctions : celui de maintenir l’ordre public, de faire la guerre, de lever des impôts et des armées, de faire des lois, de censurer les opinions morales et religieuses susceptibles de mettre à mal la paix civile. La société civile hobbesienne vise ainsi à assurer à ses membres, non plus leur parfait accomplissement moral, mais leur préservation physique par la paix civile et l’abondance matérielle. De plus, si le meilleur régime repose, pour les classiques, sur des devoirs naturels, l’association civile hobbesienne est fondée, elle, sur un Droit naturel dérivant d’une passion, celle de la préservation de son existence.

Cet abaissement dans les exigences de la société civile est censé rendre possible son apparition, contrairement au meilleur régime classique, utopique. Ces deux derniers éléments marquent la différence majeure, la rupture, entre, d’un côté, Hobbes et ses successeurs de la tradition du Droit naturel moderne, et de l’autre les auteurs classiques rattachés à la tradition du Droit naturel ancien. 

Du fait de l’autorité accordée au souverain et de l’absence de séparation des pouvoirs dans la pensée hobbésienne, faut-il pour autant faire de ce philosophe un apologiste de l’absolutisme ? Non. En effet, la loi édictée par le souverain législateur n’a pas vocation à être arbitraire.

De plus, celle-ci, en instaurant la paix civile, vise à augmenter la liberté de ses sujets, ces derniers pouvant enfin vaquer à leurs occupations sans craindre la féroce concurrence de leurs semblables ou une mort violente. De plus, la loi du souverain, contrairement celle de la Raison, ne cherche pas à prescrire l’ensemble de la conduite humaine. Et là où la loi ne dit mot, une liberté totale demeure. Par ailleurs, les sujets du souverain conservent deux libertés absolues : celles de ne pas s’accuser ou de se donner la mort.

Enfin, la pensée politique de Hobbes possède un caractère profondément individualiste : sa société civile repose sur un accord qui n’est pas une volonté commune mais un objet commun de volontés d’individus différents ne se dissolvant donc pas en s’associant. Bien que non libéral (car il octroie trop de pouvoirs à un souverain qui pourrait être tenté d’en abuser, ne reconnait pas à un peuple le droit de résister à l’oppression et ne fait pas de la propriété privée un des fondements de sa pensée), Hobbes est cependant parfois considéré comme un précurseur du libéralisme. La paternité de ce courant de pensée reste néanmoins réservée au philosophe britannique John Locke (1632 – 1704).

John Locke et la naissance du libéralisme

Entre ses références au théologien Richard Hooker (1544 – 1600) inspiré par saint Thomas d’Aquin et à une Loi naturelle considérée comme étalon de tout code de lois civiles, la pensée politique de Locke semble marquer un retour vers le Droit naturel classique. Il n’en est rien cependant et dans sa recherche (reposant sur sa théorie de la connaissance) du fondement, du but et des limites du (bon) gouvernement, le « sage Locke » se rapproche à maintes reprises des positions hobbésiennes.

Considérons ainsi le point de départ de la réflexion lockéenne : à l’instar de Hobbes, notre philosophe anglais part d’un état de nature compris comme un état de liberté et d’égalité parfaite, un état où personne n’est investi de l’autorité de juger les hommes entre eux et où il n’existe d’autres lois que la Loi naturelle3. Cette dernière, ne visant pas l’excellence morale de l’homme, dispose que chaque homme a pour devoir de se préserver lui-même ainsi que l’ensemble de l’Humanité.

De là, tout homme peut tuer toute personne menaçant son existence, cette dernière devenant de fait une menace pour tous les autres êtres humains. Seulement, cette Loi naturelle n’a de naturelle que son nom : en effet, fruit de la réflexion, elle n’est pas innée chez l’homme mais repose sur une passion puissante qui est de ce fait un Droit naturel : celui de sa propre conservation.

Par opposition à cet état de nature, Locke définit la société civile comme une situation où une ou des personnes sont investies de l’autorité de juger les hommes entre eux et où sont établies des lois dites positives (ou conventionnelles car édictées par les hommes). Locke ajoute cependant deux autres états dans lesquels peuvent se trouver les hommes : l’état de guerre, défini comme un état où des hommes usent de la force indépendamment de tout droit, justice ou autorité, et son opposé, l’état de paix. Et si ces deux états existent aussi bien dans l’état de nature que dans la société civile, l’état de guerre est cependant plus probable dans l’état de nature.

En effet, dans l’état de nature, la pauvreté (qui lui est généralement associée) couplée à un désir de conservation parfois démesuré (car mal orienté ou canalisé) menacent la paix générale, les hommes en venant à considérer le reste de l’humanité comme une menace potentielle. Trois points communs entre Hobbes et Locke sautent donc aux yeux du lecteur attentif : l’état de nature est un état qu’il convient d’abandonner car le conflit y est plus que probable ; la Loi naturelle, censée guider l’homme hors de cet état de nature, trouve son fondement et son but dans le désir de conservation de soi ; enfin, cette Loi naturelle fait signe vers la société civile comme condition d’une paix générale.

La violence est cependant moins grande dans l’état de nature lockéen, celle-ci prenant source, non dans un défaut majeur de l’homme comme l’orgueil, mais dans la pauvreté. De ce fait, la société civile comme remède à l’état de nature présente des différences majeures entre Locke et Hobbes.

En effet, là où Hobbes fait de la propriété privée l’objet des lois du souverain, Locke en fait un Droit. Pour ce dernier, Dieu a donné la Terre en commun aux hommes. Dans l’état de nature originelle, antérieur à la société civile, il n’y a donc pas de propriété privée initiale à une exception près : les hommes étant libres et égaux dans cet état, ils sont donc propriétaires de leur propre personne.

Or, le travail effectué par un individu donnant de la valeur à une chose (une pomme n’a de valeur que cueillie ou ramassée par exemple), son produit appartient, de fait, à cet individu : nous avons ainsi ici la source de la propriété privée. Locke ajoute cependant une condition à ce droit de propriété privée dans l’état de nature originelle : cette propriété n’est valable que tant que les denrées premières restent abondantes pour tous, tant en quantité qu’en qualité.

Seulement, Locke note que ces denrées tendent à se détériorer (ainsi les fruits par exemple). L’état de nature est donc un état de pénurie car tout surplus, source de prospérité, finit par pourrir et devenir ainsi inexploitable. Pour Locke, c’est l’émergence de l’argent, un bien durable, qui a mis fin à cette misère en permettant l’échange et ainsi l’utilisation des denrées périssables, la formation de surplus et donc l’augmentation de la production de biens4.

Cette introduction de la monnaie entraîne cependant une raréfaction des denrées premières et des inégalités économiques qui sont néanmoins justifiées par l’augmentation générale de la richesse globale : le plus pauvre des manœuvres, dans ce nouvel état de nature inégalitaire, reste en effet plus riche que le plus riche des hommes dans l’état de nature originel. Dans cet état de nature inégalitaire, une denrée naturelle n’a donc plus besoin d’être en abondance pour devenir la propriété de quelqu’un. Seulement, ces inégalités économiques engendrent la cupidité et la jalousie. Dans cette situation, l’état de guerre est plus probable et l’existence d’un gouvernement protégeant la propriété privée devient alors nécessaire.

Le but d’une société civile dotée d’un bon gouvernement nous apparaît donc clairement : elle vise à conserver la propriété au sens large, à savoir conserver la vie, la liberté et les biens de ses membres.

Étudions de plus près les détails de la formation et des fonctions de cette société civile. Celle-ci prend vie sous la forme d’un corps politique avec gouvernement au moyen d’un contrat social.

Ceux qui reconnaissent ce contrat quittent ainsi l’état de nature et, dans son cadre, transfèrent deux pouvoirs naturels (celui de tout faire en vue de conserver sa vie et celles des autres conformément à la Loi naturelle et celui de punir les hommes qui contreviennent à cette Loi) à la communauté ainsi formée. Ces pouvoirs deviendront deux pouvoirs politiques séparés (afin de limiter les abus), à savoir le législatif (auquel est rattaché le judiciaire selon Locke) et l’exécutif. Cette société civile permet donc, contrairement à l’état de nature, d’établir des lois fixées et connues par tous, appliquées à tous (membres du gouvernement inclus), de juger les litiges et de faire exécuter les jugements et punitions appropriées.

Le gouvernement de cette société civile ayant pour but de réduire les incertitudes présentes dans l’état de nature et de protéger la propriété au sens large, son pouvoir, le pouvoir politique, ne peut être que limité : ni arbitraire, ni absolu, ni instable dans ses lois et choix. En effet, une société civile tyrannique est pire pour ses membres que l’état de nature. Locke est donc plus strict que Hobbes dans les limitations imposées à son bon gouvernement, visant à le rendre plus respectueux du droit à la conservation de soi.

Mais que se passe-t-il quand un gouvernement abuse de ses pouvoirs au détriment des membres de la société civile ?

Pour Locke, il se met hors de la société civile. Et si vient s’ajouter l’usage de la force contre le peuple, un tel gouvernement se met en état de guerre avec celui-ci qui a un Droit naturel de se défendre. Pour autant, ce droit face à la tyrannie n’est valable que dans la situation où il n’est plus possible de faire appel à la loi, où le gouvernement est dysfonctionnel.

Ainsi s’achève notre périple historique. Celui-ci, en partant du Droit naturel ancien, nous aura permis de comprendre comment se justifient les trois grands principes libéraux pour les tenants du Droit naturel libéral et quel est le gouvernement le plus approprié pour les préserver.

Il s’agit d’un gouvernement ayant des pouvoirs limités afin de limiter les abus et respectant la Loi naturelle visant à défendre les Droits naturels de ses membres, à savoir le droit de préservation de soi, le droit d’être libre et le droit de posséder des biens. Un tel gouvernement ne cherche donc pas à guider ou orienter ses citoyens dans leur choix mais vise à les protéger des menaces extérieures et à arbitrer entre eux en cas de conflit.

Bien qu’ancienne et souvent réduite à une caricature d’économisme auprès de nos contemporains, la pensée libérale s’avère donc peut-être, encore et toujours, le meilleur antidote aux maux actuels.

En effet, en défendant, en premier lieu, la liberté et la propriété privée des membres d’une société civile, le libéralisme favorise l’émergence d’institutions et de principes visant la coopération, le dialogue et la prospérité plutôt que le conflit et la discorde et permet, ainsi, la coexistence pacifique d’individus et de groupes aux fins divergentes. Ce type de gouvernement prôné par les libéraux, aux fonctions et fins réduites, ouvre, par ailleurs, la possibilité d’une cohabitation apaisée d’utopies variées, le « canevas d’utopie » cher au philosophe Robert Nozick (1938 – 2002).

 

Sources :

Strauss, Leo. Droit naturel et histoire, 1953
Strauss, Leo. Les trois vagues de la modernité, 1975
Strauss, Leo et Cropsey, Joseph. Histoire de la philosophie politique, 1963
Oakeshott, Michael. L’association civile selon Hobbes, 1975
Oakeshott, Michael. Morale et politique dans l’Europe moderne, 1993
Locke, John. Traité du gouvernement civil, 1690

Article modifié le 25/09/2021 à 8h40 : rajout de notes de bas de page.

  1. Ainsi, et à titre d’illustrations, la survenance de ce meilleur régime repose, pour Platon, sur la coïncidence entre la philosophie et le pouvoir politique. Pour Aristote, elle nécessite le bon substrat, une population dont la nature convient à ce régime. Notons que des alternatives existent à ce meilleur régime théorique : sur un plan politique, le meilleur régime « en pratique » ; sur un plan extra-politique, la vie philosophie, vie conforme à la nature.
  2. Deux remarques complémentaires : tout d’abord, si la vision hobbesienne semble inspirée de la physique moderne émergeant à cette époque (Hobbes est, en effet, contemporain de Galilée, qu’il rencontre entre 1634 et 1637, et de Kepler), elle repose sur le raisonnement pur et non de l’expérimentation comme la science moderne. Par ailleurs, la philosophie ne peut rien dire des causes finales, des choses éternelles et, de manière générale, de tout ce qui touche à la Foi ou à la révélation.
  3. Notons que cet état de nature n’est pas nécessairement antérieur à la société civile mais peut apparaître dès lors que deux individus ne peuvent faire appel à l’autorité d’un juge afin de régler leur conflit immédiat.
  4. Nous pouvons d’ailleurs remarquer que, pour Locke, l’argent émerge non dans la société civile mais avant celle-ci, dans l’état de nature.
Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • J’ai toujours eu beaucoup de mal avec le droit naturel.
    Je suis libéral par choix, mais je connais de nombreuses personnes qui préfère obéir. C’est un fait. Les régimes autoritaires le sont car une partie de la population a une appétence pour la servitude.

    • Moi itou ! Et je comprends mieux si cela vient de Platon…
      Pour moi, le droit naturel est une fiction, un mythe commun, pour reprendre les termes de Harari. La seule chose qui soit fondée sur la nature humaine, c’est la loi du plus fort…
      Le libéralisme ne découle donc pas de la nature humaine mais constitue au contraire une lente construction philosophique qui s’y oppose pour aboutir à la mise en oeuvre d’un systeme politique qui préserve l’intégrité physique et morale (qu’on peut appeler droits et libertés) des individus, et dont la principale vertu est de construire des sociétés pacifiées. Un homme, ça s’empêche, disait Camus. C’est à cela que je pense en pensant au libéralisme.
      Le droit naturel en tant que source objective du droit fondée sur la nature humaine, je n’y crois pas une seconde. C’est bien pratique pour faire du libéralisme une philosophie politique supérieure à toutes les autres, au motif qu’elle serait issue des données de base du « logiciel humain », mais c’est analogue à l’irruption du divin dans l’explication de la naissance du monde.
      Je suis comme Laplace : nous n’avons pas besoin de cette hypothèse – de cette facilité – pour montrer que le libéralisme conduit au meilleur des systemes politiques.

      • Nous, le Peuple des États-Unis, en vue de former une Union plus parfaite, d’établir la justice, de faire régner la paix intérieure, de pourvoir à la défense commune, de développer le bien-être général et d’assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à notre postérité, nous décrétons et établissons cette Constitution pour les États-Unis d’Amérique.

        • On ne peut pas mieux dire! C’est pour cela que les démocrates refusent de suivre cette constitution!

        • vous oubliez le préambule de la déclaration d’indépendance des USA qui fait explicitement référence au droit naturel :
          « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. »

          • Quand je vous parlais de l’irruption du divin…
            Je ne pensais pas que vous alliez si vite, à votre corps défendant, confirmer mon propos !

            • que certains croient au créateur et d’autre à la nature immanente, cela ne remets pas en cause le fond du sujet. quand on vous montre la Lune, vous préférez regarder le doigt …

          • Vous me faites penser au croyant qui ne peut se passer de l’hypothèse de Dieu (le droit naturel) pour expliquer la création du monde (le libéralisme).
            Vous croyez qu’il existe un droit naturel pour les singes, les oiseaux ou les baleines ?

            • le droit naturel n’est pas lié à Dieu ? Et le libéralisme n’a pas pour but d’expliquer la création du monde ?
              Vous n’avez pas lu mon post que vous qualifiez de bouillie : La différence entre l’espèce humaine et les autres espèces y est bien expliquée, veuillez vous y référer avant de sortir de l’hors sujet à la pelle …

      • @ Lapurée (intellectuelle ?)

        Pour faire simple la nature humaine implique que vous êtes capable de raisonner (différence fondamentale avec les animaux) donc avoir le libre arbitre et capable de reconnaitre le bien du mal.

        A ce titre, vous êtes seul propriétaire de vos pensées qui sont uniques, donc de vos actes, donc de la création d’objets suite à vos actes, d’où la justification du droit de propriété et de la liberté comme droit naturel.

        La nature vous pousse à vivre, ce qui n’est possible pour un être humain qu’en utilisant sa pensée (seule espèce où l’acquis est plus important que l’innée, l’instinct) d’où la justification du droit naturel en tant que source objective du droit.

        Même un enfant comprends inconsciemment que ses actes peuvent être bien ou mal en se référant à ces lois naturelles qu’il comprends malgré tout.

        Un être humain peut choisir la force (la prédation) pour acquérir ce dont il a besoin pour vivre, c’est la loi du plus fort, et il peut choisir (car il a le libre arbitre, conséquence de sa nature) de s’associer et de participer à la division du travail pour améliorer son bien être.

        IL est bien évident que le premier choix ne mène pas bien loin, contrairement au second, et compte tenu du développement actuel de la société humaine, c’est le second choix qui a été fait par une très grande majorité d’être humain.

      • Justement, cette « lente construction philosophique qui s’y oppose », c’est le droit naturel.

        Tous les autres droits ne sont rien d’autre qu’une émanation de la loi du plus fort.

        Vous pouvez nier l’existence d’un Dieu créateur, mais vous ne pouvez pas nier qu’il existe un ordre naturel.

        Sans ordre naturel, ce serait simplement le néant, toute existence dépend d’un ordre naturel. Toute la science dépend de lois naturelles, si une seule loi naturelle changeait du jour au lendemain, toute la science serait remis à zéro et ce monde risquerait de disparaître complètement.

        Si donc notre existence dépend de l’ordre naturel, il est logique que pour gérer au mieux cette existence, on établisse un droit qui dépend également de cet ordre naturel… Si vous faites un droit contre-nature, comme par exemple la loi du plus fort, le plus fort est actuellement l’homme, et comme le rappelle tous les médias et écolos, l’homme a aujourd’hui la force de détruire la planète.

        • « Dieu créateur, mais vous ne pouvez pas nier qu’il existe un ordre naturel »
          Pour ma part je suis agnostisque… et méfiant !
          Les trucs qu’on me présente comme évidents… bof !
          Par ailleurs, je crains que vous ne confondiez ordre naturel (kesaco ? ), droit naturel (lié à la nature humaine) et lois naturelles (lois physiques).
          A vous lire, vous et Stephane, j’ai franchement l’impression d’avoir plus affaire à des théologiens qu’à des philosophes (politiques)…

          • La théologie et la politique sont des branches de la philosophie… Et d’ailleurs, la plupart des régimes politiques se réclament plus ou moins ouvertement d’une théologie. Par exemple, quand on affirme que la France est laïque, c’est une position théologique…

            Les lois naturelles sont considérées comme une évidence par la communauté scientifique, vous dites malgré tout « bof »?

            Certes, Descartes s’est permis de douter de tout, même jusqu’à sa propre existence… mais il ne s’est pas arrêté à cela, et il a fini par considérer que son existence était une évidence avec son fameux: « je pense, donc je suis ». Si donc je vous dis que votre existence est une évidence, vous dites malgré tout « bof »? Après tout, je pourrais moi aussi commencer à en douter et considérer que vous pourriez être un bot informatique…

            Blagues à part, dès lors que les lois naturelles et l’existence d’êtres qui répondent à ces lois naturelles sont une évidence, cela est la démonstration qu’il existe un ordre naturel. Si vous niez l’ordre naturel, vous niez les lois naturelles, ce qui revient à rejeter toute la science actuelle…

            Dès lors que l’ordre naturel est une évidence, on peut essayer d’en déduire un droit, c’est-à-dire l’ensemble des facultés qui vont découler des lois naturelles, qui vont découler elles-même de l’ordre naturel. C’est ce qu’ont commencé à faire les pères du libéralisme en essayant de déduire un droit naturel.

            Je vous donne un exemple:

            • une loi naturelle est que l’homme a besoin de manger et de boire pour vivre, aucun scientifique ne conteste ce fait.
            • de cette loi, on en déduit un ordre naturel qui est que l’utilité de manger et de boire pour l’homme permet à l’homme d’exister, et plus généralement à la vie de subsister.
            • de cet ordre, on en déduit un droit: si on veut préserver la vie (autrement dit maintenir l’ordre naturel), il faut que l’homme ait le droit de manger et de boire afin qu’il puisse subsister

            Avec ce droit naturel, on peut dénoncer tout autre droit qui s’y oppose et que l’on appellera alors « droit positif ». Par exemple, si un écolo voulait établir un droit qui interdirait à des gens de se nourrir pour préserver l’environnement, ou si un socialiste voulait établir un droit pour interdire à des gens de se nourrir afin de redistribuer leur nourriture à d’autres personnes pour un monde plus égalitaire.

    • @gilib : il n’y a que 2 sortes de droit : le droit naturel ou le droit positif.

      Si vous avez du mal avec le droit naturel, alors vous n’êtes pas libéral, le libéralisme étant issue de ce concept (une réalité pour les libéraux)

      • Le monde se divise en deux. Ceux qui tiennent le pistolet. Et ceux qui creusent.
        Ha ha ha !

        • @ la purée : pour reprendre une phrase d’un roman d’un autre niveau que ce film de Leone : « il n’y a que 2 choix : le fouet ou le Dollar » moi je choisi le dollar.

      • J’adore sur CP les procès en excommunication du vrai libéralisme.
        Si je ne suis pas libéral, je dois être un libéral-traitre.. ou bien je fais de l’entrisme et je suis envoyé par des trotskystes 🙂

        • Biden est qualifié de « liberal » aux USA, puisqu’il est démocrate. Macron était aussi présenté comme un « libéral » sur ce site, pendant sa campagne. Comme vous n’êtes pas un adepte de l’excommunication, j’imagine donc qu’ils sont des « libéraux » authentiques à vos yeux?

          En fait « libéral » signifie aujourd’hui « favorable aux libertés individuelles », donc n’importe qui, qui aime une ou deux libertés individuelles peut prétendre être « libéral ».

          Mais à l’origine, ceux qu’on appelait « libéraux » étaient surtout des « jusnaturalistes ». C’est-à-dire qu’ils ne se contentaient pas simplement d’être favorables aux libertés individuelles, mais leur but était de trouver le système philosophique le plus juste et le plus objectif pour gérer toutes les problématiques de la société.

          •  » leur but était de trouver le système philosophique le plus juste et le plus objectif »
            Et oui, l’enfer est pavé de bonne intention.
            Justement je ne veux pas de système constructiviste, je ne veux pas de système le plus juste.. qui finit toujours en enfer.
            Je veux un système qui va cahin-caha, qui va brinquebalant suivant la route, qui soit fait de bricolage, comme tout système biologique.
            Je me méfie des penseurs, des philosophes en chambre qui ont créé des dystopies.
            PS Aux US liberal veut dire gauchistes.

            • Donc idéologiquement, vous rejetez bien les bases du libéralisme, alors que pratiquement, le libéralisme est probablement le système qui s’approche le plus de celui auquel vous aspirez.

              Car tous les autres systèmes exigent des sacrifices au nom de la promesse d’un monde meilleur.

              Mais pas le libéralisme, celui-ci ne prône pas un monde meilleur, il ne fait que recadrer l’emploi de la force en cohérence avec l’ordre naturel dans le but de le préserver.

              Pratiquement, le libéralisme laisse l’homme bien plus libre de suivre sa route et de bricoler, que les autres systèmes qui exigent de renoncer à cela au nom de la sécurité et du bonheur… Les expériences de ces autres systèmes ont d’ailleurs montré que cela provoque bien plus la destruction et le malheur.

              PS: que signifie « gauchiste »? Le terme « gauche » ne fait que désigner la place où siègent les députés dans l’assemblée. Ce terme a été utilisé la première fois pour désigner les députés qui ont voté la mort de Louis XVI, mais il ne se réfère à aucune idéologie précise. Un « gauchiste » du XIXème serait aujourd’hui casé à l’extrême-droite…

  • Ludwig Von Mises n’est absolument pas utilitariste ?????

    ET l’auteur passe sous silence l’école de Salamanque, étape pourtant fondamentale dans l’évolution de la pensée libérale ???

  • Dommage que l’article s’arrête là. Ces pensées sont bien anciennes et inabouties. Il y a une évolution chez Bastiat qui limite le rôle de l’état à la sécurité et la gestion des biens communs + la perception de contributions pour financer ces missions.

    Les libertariens vont encore plus loin en disant que tout ce qe fait l’état peut être fait par des contrats privés.

    La logique du droit naturel est la suivante :
    Tout être humain aspire à vivre libre et à jouir de ce qu’il possède.
    Aucun être humain ne souhaite être agressé ni volé.
    En tant qu’être humain, je ne vais donc pas agressé ni voler les autres et la liberté de jouissance de ma propriété se limitera ainsi naturellement aux droits naturels des autres.
    Les droits naturels issus de cette logique sont donc la liberté, la propriété et la sûreté. S’y ajoute la résistance à l’oppression d’autres humains qui ne respecteraient pas les trois premiers.

    Pas besoin d’état pour ça !

    • Pas besoin d’Etat pour ça ? Ben si, un peu quand même pour que ces droits puissent être respectés.
      Sans un Etat minimal, ces droits ne peuvent exister. Les libéraux ne s’y trompent pas lorsqu’ils réclament un Etat (réduit au) régalien.
      Pour reprendre les propos de Harari, sans cette fiction commune qu’est l’Etat il n’y aurait pas cette autre fiction commune du droit naturel ou des droits humains.

  • « faut-il pour autant faire de ce philosophe un apologiste de l’absolutisme ? Non. En effet, la loi édictée par le souverain législateur n’a pas vocation à être arbitraire. »

    Bien sûr que si, en lisant le Léviathan de Thomas Hobbes c’est une évidence que sa conception de l’Etat est la dictature. C’est seulement parce qu’il invente le concept du contrat social qu’il est toujours étudié, voir admiré de nos jour. John Locke ne vient pas compléter sa pensée mais est en opposition complète dans sa conception du pouvoir et de la liberté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles