Benalla : le bodyguard qui voulait tutoyer les puissants [replay]

Qui est Alexandre Benalla et de quoi l’accuse-t-on ? L’affaire est aussi fameuse qu’embrouillée. Tentative pour s’y retrouver.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Benalla : le bodyguard qui voulait tutoyer les puissants [replay]

Publié le 13 septembre 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Avec les enregistrements publiés par Mediapart le 31 janvier 2019, l’affaire Benalla rebondit de plus belle car ils nous confirment que l’ex-membre du cabinet du président de la République n’est pas à un petit mensonge ni à une petite infraction près. Mais aurait-elle rebondi aussi haut si le parquet de Paris s’était abstenu de diligenter une perquisition dans les locaux de Mediapart pour essayer d’identifier les sources du journal ? Ce n’est pas l’un des moindres paradoxes de cette affaire.

On imagine sans peine que l’Élysée a tout intérêt à ce que « l’affaire Benalla » reste bien l’affaire de M. Benalla et lui seul – et à vrai dire, c’est ce que sous-entendent les nouveaux éléments apportés par l’article de Mediapart. Mais avec la tentative de perquisition réalisée quelque jours plus tard dans des conditions qui ont surpris magistrats et avocats, le regard se tourne inévitablement vers l’exécutif.

Rappel : le procureur de Paris, Rémy Heitz, a été nommé cet automne selon une procédure inhabituelle qui n’est pas de nature à renforcer l’indépendance du parquet et on ne peut s’empêcher de constater qu’il a agi suite à un courrier du Premier ministre faisant état « d’allégations » circulant sur l’origine des enregistrements – en l’occurrence, au domicile de Marie-Élodie Poitout, la commissaire de police qui dirigeait le Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), ce qu’elle a formellement démenti avant de démissionner afin d’ « écarter toute polémique ».

Pas d’ordre direct, donc, mais un empressement du parquet aussi malvenu que mal argumenté juridiquement à s’enquérir des sources des journalistes alors qu’on attend de la justice qu’elle s’occupe plutôt d’enquêter sur les mis-en-examen de cette affaire.

En réalité, c’est bien ce qu’elle fait : avant même l’arrivée de l’équipe de perquisition dans ses locaux, Mediapart avait déjà accepté de répondre favorablement à la demande de réquisition des enregistrements formulée par les magistrats qui instruisent l’affaire des violences commises par Benalla et son comparse Vincent Crase lors des manifestations du 1er mai 2018, jour où tout a commencé.

Il est donc certain que l’affaire Benalla connaîtra au moins un nouvel épisode, ne serait-ce qu’au moment où la justice rendra ses conclusions, sans compter tous les rebondissements qui pourraient encore intervenir d’ici là. Pour ne pas perdre le fil de cette affaire aussi fameuse qu’embrouillée, déroulons-la aussi factuellement que possible depuis ses débuts.

Un passionné de sécurité de longue date

Benalla n’avait que 26 ans au moment des faits qui lui sont reprochés. Commençons par sa biographie. On y apprend qu’il est né en 1991 à Évreux (Eure) de parents enseignants originaires du Maroc. Il se passionne pour tout ce qui est sécurité et protection des personnalités depuis très longtemps.

Sa première expérience se concrétise en 2006 alors qu’il est en classe de troisième : il effectue son stage d’observation1 auprès du Service de protection des hautes personnalités. En 2007, lycéen, il décroche un job dans la sécurité au Festival du film de Cabourg où on le voit assurer la protection rapprochée de Marion Cotillard. Remarquez son sérieux, remarquez sa main protectrice. Il a 16 ans, il arpente le monde avec les stars et ça lui plaît beaucoup :

Du côté des études supérieures, il a une licence de droit de l’Université de Rouen (2013) et il a effectué une année de master en sécurité publique à l’université de Clermont-Ferrand (2014), mais il n’a pas continué. « C’était un étudiant quelconque » dit de lui un professeur qui l’a connu à cette époque.

Tout en participant à des stages de gendarme réserviste sous le commandement de Sébastien Lecornu, ancien élu UMP de l’Eure et actuel ministre dans le gouvernement Philippe, Benalla rejoint le Mouvement des jeunes socialistes en 2010.

En première ligne auprès de Hollande

Au même moment, il contacte le responsable national du service d’ordre du PS, Éric Plumer, qui le forme à la sécurité politique puis le recrute dans son service dès 2011. C’est ainsi qu’il assure la protection de Martine Aubry lors de la primaire socialiste de 2011, puis celle de François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012.

L’émission Quotidien de Yann Barthès a retrouvé de nombreuses images qui le montrent en première ligne auprès de Hollande, quand celui-ci se fait enfariner, et même le soir de son triomphe électoral à la Bastille (vidéo, 02′ 16″) « Il est partout » s’exclament les journalistes de Quotidien.

C’est en effet l’impression qu’il donne. Il est partout, toujours devant, toujours près des puissants. Éric Plumer souligne son ambition, mais la qualifie positivement :

« Il est très estimé par l’ensemble des dirigeants politiques parce qu’on voit sa capacité de travail et qu’on voit qu’il a envie d’y arriver. Il a envie de monter des échelons au sein d’un service d’ordre. »

Mais d’autres responsables2 du PS sont moins élogieux. L’ancien ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant dit avoir tenté d’avertir le staff de l’équipe Macron au moment de son recrutement par En marche ! :

« C’est de source policière qu’on m’avait alerté qu’il fallait être prudent à l’égard de ce monsieur. »

Le souvenir qu’il a laissé en Normandie n’est pas impérissable non plus. Selon l’un de ses co-équipiers au rugby :

« C’était surtout pour s’imposer aux autres et auprès des filles. Il rêvait d’être indispensable aux stars. »

Il n’en demeure pas moins que fin 2016, alors qu’Emmanuel Macron annonce sa candidature à la présidence de la République, Benalla se rapproche d’En Marche ! et devient directeur de la sécurité de la campagne sur recommandation d’un certain Ludovic Chaker, l’un de ces hommes de l’ombre de l’Élysée, ces « mecs out of the box » dont la Macronie raffole, comme le rapporte Ariane Chemin dans Le Monde.

Après l’élection, Benalla est nommé chargé de mission au sein du cabinet du nouveau Président sous la direction du directeur de cabinet Patrick Strzoda et du chef de cabinet François-Xavier Lauch.

Devant la commission d’enquête sénatoriale, ce dernier a expliqué que les missions de M. Benalla consistaient à organiser et synchroniser les déplacements nationaux du Président et les événements à l’Élysée, ainsi qu’à coordonner les deux services de sécurité. Il pouvait intervenir aussi dans l’organisation de déplacements non officiels du Président, mais aucune mission de police n’entrait dans ses attributions (vidéo, 02′ 47″) :

Dès les premiers jours, Benalla ne peut s’empêcher de jouer de son pouvoir tout neuf et d’en agiter frénétiquement les symboles : il parvient à obtenir une arme du ministère de l’Intérieur, alors que toutes ses demandes antérieures lors de la campagne avaient été refusées, et il dispose d’une Renault Talisman de fonction équipée d’un gyrophare bleu et d’un pare-soleil « police ».

Fidèle à Macron seul

De plus en plus infatué par sa position auprès du chef de l’État, il sait se rendre serviable et indispensable, n’acceptant d’ordres que d’Emmanuel Macron. Lors de la soirée organisée pour remercier tous les bénévoles de la campagne, il pointe les convives qui arrivent, accepte les uns, refuse les autres, sous l’œil de gendarmes étonnés de ses initiatives. Ariane Chemin indique même que, du haut de ses 26 ans, il aurait eu l’audace de demander à Patrick Strzoda de reformuler sa lettre de mise à pied plus à sa convenance…

Privilèges et avantages s’accumulent à ses pieds : il avait ses petites entrées à l’Assemblée nationale pour bénéficier de la salle de sport et il était sur le point de se voir octroyer un appartement de fonction pour lui et sa famille sur les 63 dont dispose l’Élysée dans un immeuble du quai Branly à Paris.

Et voici qu’éclate « l’affaire Benalla » :

Le 18 juillet 2018, le journal Le Monde révèle une vidéo montrant un chargé de mission de l’Élysée équipé d’un casque à visière et d’un brassard de police en train de frapper des manifestants place de la Contrescarpe le 1er mai 2018 à Paris. Il s’agit d’Alexandre Benalla. Il est entouré de policiers qui le laissent agir.

Les diverses investigations qui se déclenchent suite à ces révélations mettent au jour d’autres vidéos de la scène. Elles nous apprennent que Benalla était en compagnie de son ami et comparse Vincent Crase, ancien gendarme de réserve employé dans le service de sécurité de LREM, que sa présence avec les forces de l’ordre était prévue – il avait reçu une invitation de la préfecture de police suite à un intérêt qu’il avait exprimé à ce sujet – mais qu’il devait se cantonner à observer les opérations de maintien de l’ordre.

On apprend également qu’Alexandre Benalla a été sanctionné par Patrick Strzoda dès le lendemain 2 mai par une mise à pied de 15 jours et une rétrogradation assortie d’une lettre d’avertissement qui vaudrait licenciement en cas de récidive. C’est pourquoi on le voit lors de l’hommage à Simone Veil le 5 juillet ou lors de la réception des « Bleus » à l’Élysée le 16 juillet.

Le 30 juillet, Mediapart publie deux vidéos qui impliquent Benalla et Crase dans des violences similaires à celles de la Contrescarpe, mais cette fois au Jardin des plantes. Suite à la publication par Libération d’une première vidéo peu lisible, Benalla avait d’abord nié toute implication.

Toujours à propos des événements du 1er mai, des policiers de la Préfecture de police ont transmis à Benalla des images de vidéo-surveillance qui pouvaient être utiles à sa défense. Il s’agit d’une vidéo « du gars et de la fille en train de jeter des projectiles sur les CRS ».

Le 20 juillet 2018, l’Élysée a annoncé avoir engagé une procédure de licenciement à l’encontre d’Alexandre Benalla. Le motif utilisé est celui de la vidéo-surveillance évoquée ci-dessus. Vincent Crase a été licencié de LREM fin juillet.

Suite à tout cela, Alexandre Benalla a été mis en examen trois fois : pour les violences de la Contrescarpe et du Jardin des plantes (y compris port d’un brassard de police sans autorisation) et pour recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection.

Le « gars et la fille » de la Contrescarpe interpellés violemment par Benalla et Crase ont été condamnés vendredi 8 février dernier à 500 euros d’amende pour avoir jeté des projectiles (carafe d’eau et cendrier) sur les policiers le 1er mai. Ils avaient reconnu les faits.

Le 27 décembre 2018, Mediapart révèle que Benalla voyage avec un passeport diplomatique qui lui a été délivré par le Quai d’Orsay (affaires étrangères) le 24 mai 2018, soit après sa mise à pied. Il l’a utilisé à plusieurs reprises après son licenciement (environ 20 fois d’après Patrick Strzoda) pour se rendre à Londres, en Afrique (Tchad, notamment) et en Israël. Pourquoi un passeport diplomatique ? Un passeport de service aurait dû lui suffire.

Pour sa défense, Benalla invoque ses activités de consulting en diplomatie et sécurité privée qui le font rencontrer les plus hauts dirigeants africains. Il présente le passeport diplomatique comme un simple outil facilitant ses déplacements. En voyage au Tchad peu après, Emmanuel Macron a tenu à faire savoir au président tchadien qu’Alexandre Benalla « n’était en aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel » de la Présidence française.

Les révélations de Mediapart en entraînent d’autres. Le Quai d’Orsay indique qu’il a demandé par deux fois à Benalla (juillet et septembre 2018) de restituer non plus un mais deux passeports diplomatiques. De plus, Patrick Strzoda l’accuse d’avoir produit un faux document à en-tête du chef de cabinet de l’Élysée pour obtenir un passeport de service.

Benalla a finalement rendu ses deux passeports diplomatiques le 9 janvier 2019.

Il a été mis en examen le 18 janvier 2019 pour usage public et sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle et il a été placé sous le statut de témoin assisté pour faux et usage de faux document administratif.

Et nous voici arrivés aux enregistrements de Mediapart. Publiés le 31 janvier 2019, ils montrent d’abord que Crase et Benalla se sont rencontrés le 26 juillet 2018 en rupture totale du contrôle judiciaire qui leur interdisait de se contacter.

Ils montrent ensuite que Benalla, alors qu’il travaillait encore à l’Élysée, était bien partie prenante d’un contrat de sécurité privée noué en juin 2018 par Vincent Crase (qui, lui, travaillait encore à LREM) via sa société « Mars » avec un oligarque russe passablement sulfureux et proche de Poutine du nom de Iskander Makhmudov. Benalla avait affirmé en septembre 2018 devant la commission d’enquête sénatoriale qu’il était au courant des activités de Vincent Crase mais qu’il n’y avait aucune part.

Au ton employé par Benalla, se dégage la vive impression qu’entre Crase et lui, c’est lui le chef. Crase est inquiet et Benalla lui donne la procédure à suivre pour dissimuler des preuves afin de brouiller les pistes.

Dans ces enregistrements, Benalla se prévaut de plus du soutien du président de la République en parlant d’un SMS qu’il aurait reçu :

— Vincent Crase : « Donc le patron nous soutient ? »
— Benalla : « Ah bah, il fait plus que nous soutenir […]. Il est comme un fou […]. Et il a dit comme ça, il a dit, il m’a dit : Tu vas les bouffer. T’es plus fort qu’eux. C’est énorme quand même. »

L’Élysée dément l’existence de ce SMS. Il ne serait pas impossible que Benalla cherche par ce biais à rassurer Crase, dont le ton est clairement inquiet, et à maintenir la pression sur lui.

Voici quelques extraits des enregistrements tels que reproduits dans l’émission Quotidien de Yann Barthès (vidéo, 04′ 41″).

Concernant le « contrat russe », le parquet national financier a ouvert une enquête pour corruption.

Benalla risque des poursuites supplémentaires pour dissimulation de preuve et mensonges devant une commission d’enquête.

Véritable feuilleton à tiroirs, l’affaire Benalla présente de multiples autres curiosités :

Il n’a rendu son téléphone Teorem secret-défense que six mois après son départ de l’Élysée.
Lorsque la police a voulu perquisitionner son domicile d’Issy-les-Moulineaux, le coffre-fort était vide.
Un troisième homme aurait été présent lors de la conversation enregistrée entre Benalla et Crase, et cet homme, impliqué dans le « contrat « russe », ne serait autre que le compagnon de Marie-Élodie Poitout, l’ex-chef du GSPM dont il est question plus haut !

Reste maintenant à la justice à trancher tout cela.

Chez Benalla, se dessine nettement le parcours d’un ambitieux peu scrupuleux et affabulateur, trop convaincu que sa proximité avec les puissants lui vaut impunité totale.

Chez Macron, qui est le puissant, même histoire d’ambition, même ivresse des sommets, avec en plus la terreur de la solitude du pouvoir et la difficulté de faire confiance, d’où la propension à vouloir tout contrôler tout en se rapprochant d’individus out of the box censés lui garder les pieds sur terre et le protéger de la toute-puissance de la haute administration mais qui, par leurs ambitions propres, le détachent encore plus de la réalité.

On attend la suite. [NDLR : elle se trouve déjà dans ces nouvelles révélations et dans celles-ci.]

Cet article a été publié une première fois en 2019.

Sur le web

  1. Stage que les collégiens doivent effectuer en fin de collège afin de découvrir le milieu de l’entreprise et faire leurs choix d’orientation.
  2.  Arnaud Montebourg qui l’a eu comme chauffeur en 2012 a raconté qu’il s’en était séparé au bout d’une semaine parce qu’il avait provoqué un accident de voiture en sa présence et voulait prendre la fuite. Mais selon Closer, le renvoi (au bout de 3 mois) serait dû au fait que Benalla aurait raconté au chef de cabinet de Montebourg qu’il avait dû suivre le ministre alors que ce dernier circulait à vélo sur le périphérique…
Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Bonne synthèse de cette « affaire » qui interesse surtout le microcosme politique. Ce petit personnage ne vaut pas grand chose. Et en tant que citoyen lambda j’avoue que je m’en fiche complètement.

    • Vous êtes bien léger. Et pourtant le dessin de M. Honzec qui, en chapeau, illustre l’article décrit bien le fond de la situation et de l’affaire. Ne dit-on pas qu’une « bonne » image – et c’est le as en l’ocurence – donne infiniment plus d’informations que le plus long et les plus fourni des écrits ? A moins que vous n’ayez pas d’yeux pour voir, ni d’oreilles pour entendre. Evidemment …

    • En tant que citoyen lambda aussi, je suis d’accord que ce petit personnage ne vaut pas grand-chose, mais ça me tracasse profondément qu’un pas grand-chose puisse avoir une telle place, et surtout ne pas vraiment la perdre à la première incartade, auprès du chef de l’état. Benalla ne s’est pas glissé là tout seul, il y a été accueilli à bras ouverts, il avait manifestement le soutien de Macron, sinon autant qu’il le prétendait, du moins en apparence non démentie, c’est ça qui pose problème.

    • Moi, en tant que citoyen lambda, les « lettres de cachet » de Son Altesse commence à m’inquiéter.

      • moi en tant que citoyen tout court, la question que je me pose est la suivante :
        jusqu’où cette petite frappe, ce malfaisant serait t il allé s’il n’avait été pris en vidéo dans ces actions sauvages, et hors toute légalité?
        serions nous face a un pouvoir dictatorial et mafieux?

  • Ce type montre bien le fonctionnement de cette dictature. Les nettoyeurs vident un coffre, d’autres perquisitionnent, etc… merci Benalla. Fillon avait essayé lui aussi, mais là c’était dans l’autre sens.

  • Le problème ne vient pas du sous-fifre, mais de celui qui l’a embauché malgré les mises en garde :
    – sottise ? Difficile à croire (à moins que l’euphorie du pouvoir…)
    – ou couverture d’un appui sulfureux venant des affaires faites par Benalla avec l’étranger ?
    Espérons que la commission du Sénat et la Justice parviennent, malgré les pressions, à faire la lumière.

  • « On attend la suite. » Il semble que cet article soit déjà en partie dépassé si on tient compte des révélations hier soir du patron de la société de sécurité…

  • Je pense que le terme « légèreté » est trop… léger!

  • La Ripoublique est gangrénée de peronnages qui n’ont d’autre boussole que leurs intérêts et ceux de leur caste.
    Machiavel a fait des dégâts: si le prince n’a pas besoin d’être vertueux – puisqu’il suffit qu’il en donne l’apparence – la sociéte pourrit par la tête…

  • pauvre bénalla , il s’est pris pour un demi dieu sous la protection d’un jupiter ….beau panier de crabes dont l’exemplarité reste à trouver ….

  • A mon avis , le cas « Crase » ,son comparse , est plus intéressant à decouvrir…il faut toujours chercher au delà de la vitrine et des apparences.

  • Quelle belle opportunité de chantage pour la RUSSIE qu’aurait eu Poutine sur ce duo de Charlots.

  • Heureusement qu’il y a l’affaire Benalla pour occuper les médias, ce qui les dispense d’évoquer les vrais problèmes comme la dérive des dépenses publiques ou les atteintes aux libertés, ou la tolérance à l’immigration musulmane clandestine.

    • Si le pouvoir s’occupait de ces vrais problèmes, l’affaire Benalla serait reléguée au second plan. Or ça arrangerait bien le pouvoir qu’elle le soit, donc la conclusion est que le pouvoir ne sait pas comment s’occuper de ces vrais problèmes non plus.

  • Y a un petit côté entrepreneur (tendance Corleone) chez Benalla, je suis sûr qu’il a déjà négocié les droits pour House of Jupiter, la grande série de l’été 2020.

  • @duglimbule, je ne vois pas de différence avec ses copains policiers. Pourquoi lui en prend plein la tronche alors qu’à priori c’est courant « dans la maison ». Je sais de source fiable que la police est violente et souvent injuste. Le manque de moyens, effectifs, fatigue, n’expliquent pas suffisamment un comportement devenu « normal ». Donc Benalla coupable mais pas plus qu’un autre. Ni même qu’un ministre qui défonce un collègue avec un casque de moto. Pour conclure je dirais que cette sphère (police, fonctionnaires, technocrates) devient violente et incompétente.

  • Un parasite au grand jour.
    le mot mafia se dit comment en anglais ?

    Corleon sort de se corps
    Pas très propre tous ca

  • Benalla n’était ni plus ni moins qu’un « exécutant des basses oeuvres » qu’ont tous les partis politiques.

    En principe ces gens sont relativement discrets. La ça ressemble à un souci de casting… L’incompétence de ce gouvernement touche décidément tous les domaines…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles