11 septembre : le moment où nos sociétés ont sombré

Le 11 septembre a créé un précédent. Depuis lors, n’importe quel apprenti politicien se croit en droit d’appeler à l’état d’urgence.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Steve Harvey on Unsplash https://unsplash.com/photos/fiUtcbwezic

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

11 septembre : le moment où nos sociétés ont sombré

Publié le 11 septembre 2021
- A +

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images lointaines provenant de pays exotiques. La guerre, c’est sale, très sale. Et la saleté n’a plus de place dans notre monde aseptisé de marques, de paraître, de superficialité et de conventions. Elle n’a plus sa place dans notre représentation positive du monde. La guerre ce n’est pas quelque chose que notre société peut comprendre.

Nous voulons croire qu’elle a disparu, qu’elle n’est plus qu’un souvenir du passé qui ne survit que dans la saleté des gens sales ou dans sa version romanesque, aseptisée et virtuelle. Mais quand les soldats d’une cause que personne n’a envie d’essayer de comprendre sont venus le 11 septembre 2001 faire exploser les deux plus hautes tours de la plus grande ville du plus grand pays du monde, le miroir s’est brisé.

Le lendemain du 11 septembre, les dirigeants américains ne sachant pas comment réagir, n’arrivant pas à prendre la dimension de l’événement et ne voyant pas comment y répondre, ont alors essayé de décrire la sidération qui les avait envahis avec le seul mot qui leur venait à l’esprit : la guerre.

Le 11 septembre 2001, le monde occidental est entré en guerre, en guerre contre le terrorisme. Certains diront que ce sont les terroristes qui ont déclenché la guerre. Mais non, les terroristes ont déclenché les hostilités, les puissances occidentales, confiantes dans leur toute-puissance, y ont répondu par la guerre.

De la guerre contre le terrorisme à la guerre contre tout

Depuis ce jour, la guerre a tout envahi. Le rêve d’un monde sans guerre s’est soudainement transformé dans le cauchemar d’un monde où la guerre serait partout : guerre contre les inégalités, guerre contre la maltraitance animale, guerre contre le racisme et l’antisémitisme, guerre contre les violences faites aux femmes, guerre contre la pandémie, guerre contre le réchauffement climatique, guerre contre les injustices sociales…

Le monde est entré en guerre, et il n’est pas près d’en sortir : on ne peut ni perdre ni gagner des guerres qui n’en sont pas. En vingt ans, le mot guerre a envahi chaque discours politique et s’est invité à chaque journal télévisé. Et avec lui, il a fait entrer la peur.

Cette question revient systématiquement dans chaque reportage, dans chaque micro-trottoir : « avez-vous peur ? ». Comme s’il fallait avoir peur. Comme si la peur était normale. Normale en temps de guerre. Un citoyen a peur ? Un politicien lance une nouvelle guerre. Les terroristes n’ont pas déclenché la guerre, ils ont déclenché la peur. Et cette peur a plongé l’Occident dans un monde en guerre où la peur est partout et où la guerre est censée répondre à chaque nouvelle peur, alors qu’elle ne fait que l’accroître.

L’État de guerre post-11 septembre

Avec la guerre vient son cortège de décisions brutales et radicales. On ne sait pas du tout si elles vont être utiles, efficaces, applicables, sensées, mais il faut les appliquer. Sans étudier vraiment la question… juste « parce qu’il faut faire quelque chose ». Le 11 septembre, la chanson Chop Suey du groupe américano-arménien System Of A Down était en tête des hits aux USA. La chanson abordait la vacuité de la vie moderne, tout en apparence, en faux-semblants et en course poursuite et qui nous entrainait dans le nihilisme d’un « suicide conventionnel ». Le mot était de trop. La chanson a été interdite à la radio.

La guerre se joue d’abord dans les mots et depuis le 11 septembre, la liberté d’expression a été progressivement supprimée et remplacée par la police de la pensée, condamnant à l’exil et à la clandestinité ceux qui ne suivraient pas ses exigences.

Le 26 février 2020, l’équipe de foot de Lyon rencontrait celle de Turin en Ligue des Champions. Chaque jour des milliers de véhicules, des dizaines de milliers de personnes traversent les Alpes. Il est loin le temps où la montagne était infranchissable. Mais l’événement était de trop. Les rassemblements, les déplacements, les interactions sociales ont été interdits, les gestes règlementés. En temps de guerre, on construit des murs, des tranchées, des tours et des mâchicoulis.

La guerre des uns contre les autres

Mais en temps de guerre, il faut aussi des victoires. Il faut des ennemis vaincus dont on pourra fièrement exhiber la tête et célébrer la défaite. Faute de les affronter dans un champ de bataille, on les a désignés. Tous ceux qui sont contre ces guerres justes sont forcément des traitres à la patrie.

Alors on ressort les costumes des ennemis d’antan et les monstres imaginaires. Vous remettez en question la justesse des décisions, vous questionnez leur efficacité, vous appelez à d’autres solutions, vous osez comparer les atteintes au droit, dénoncer les coups de sabre donnés dans les libertés ?

Vous êtes Darth Vader, vous êtes envahi par le côté obscur de la force. Vous êtes Adolf Hitler, Néron et le comte Dracula. Vous êtes dans le camp du mal. A minima, on vous accusera de complot. Couramment, on vous traitera d’assassin, de criminel. Vulgairement, on vous trouvera tout une liste de sobriquets pour vous décrédibiliser et vous avilir.

On vous attrape, on vous épinglera et on vous raillera. Tout comme on exhibait les criminels au pilori. Tout comme on crucifiait les ennemis vaincus. Tout comme on faisait des rangées de têtes coupées posées sur des piques.

Faute de victoires contre des ennemis introuvables, on a multiplié les batailles des uns contre les autres. Parce qu’en temps de guerre, il faut qu’il y ait deux camps. Il faut qu’il ait des ennemis que l’on puisse voir, haïr, insulter, railler, moquer, détester…

Avant le 11 septembre, les étudiants américains partaient abuser de la fête à Cancún et étaient tout fiers de passer à la télé dans MTV Spring Break. Aujourd’hui, transformés en soldats de la justice sociale, ils sont prêts à vous mordre au moindre indice de désaccord.

Quels résultats pour le post-11 septembre?

Cette guerre, on ne la gagnera jamais car ce n’en est pas une. Pas plus que l’on ne gagnera les autres guerres qui ont fleuri depuis que la mobilisation générale est devenue la solution à tout.

La guerre contre le terrorisme et toutes les autres guerres contre des ennemis que l’on ne peut pas voir sont le reflet de l’incapacité totale des États à assurer leur mandat. Elles ne sont que la conséquence de la violation de leur seule et unique justification : celle de détenir le monopole légal de la violence.

Les instigateurs des attentats du 11 septembre auraient dû être localisés, interpellés ou éliminés dans la semaine, dans le mois qui a suivi l’événement ! Il a fallu 10 ans pour trouver Ben Laden.

On a préféré envahir des pays, déplacer des populations, détruire des infrastructures, créer des milliers de victimes collatérales… des milliers d’enfants, de femmes, de vieillards et de combattants qui sont instantanément devenus des martyrs dans la bouche des agitateurs.

On a préféré la guerre à la justice. Le 11 septembre a clairement marqué un profond changement dans nos sociétés. L’effondrement des tours a été le révélateur de l’effondrement de l’État, de l’effondrement des États occidentaux qui, dans les années d’euphorie de la fin du XXe siècle, ont totalement perdu de vue leur raison d’être, pour se transformer en immenses méduses administratives et politiciennes, impotentes, pleurnicheuses et prêtes à tout pour essayer de cacher leurs innombrables incompétences.

Le 11 septembre a créé un précédent. Depuis lors, n’importe quel apprenti politicien se croit en droit d’appeler à l’état d’urgence et de s’attribuer les pleins pouvoirs au moindre prétexte.

Dommage que la machine à remonter le temps n’existe pas. Cela aurait été intéressant de demander à Gengis Khan, à Attila ou à Jules César ce qu’ils pensaient de lever des armées et d’entamer une campagne pour mener une guerre contre la peur ou contre la chaleur en été.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Merci à Bush et à ses sbires rapaces….

  • Merci à Olivier Maurice surtout, qui a condensé avec ses mots toutes ces pensées confuses, ces réalités mal appréhendées qui me (nous) traversent l’esprit sans toujours les relier les unes aux autres.
    Merci d’avoir été clair et concis…

  • Bof , article qui part dans tous les sens . Le 11 septembre c’est un Pearl Harbour . Un immense camouflet à la tête de la plus grande puissance d’alors. Vous dites « Cette guerre, on ne la gagnera jamais car ce n’en est pas une » : en êtes vous bien sûr ? Vous dites cela car vous êtes comme je le suis bien calé dans votre fauteuil un verre à la main. Mais dans le monde combien de gens fuient ou se battent contre l’islamisme hydre montante aux mille visages ? Ou alors comme beaucoup d’occidentaux, cette guerre , ça vous arrange de ne pas la voir comme telle car vous avez déjà capitulé. Prêt à tout sacrifier pour garder votre confort : votre fauteuil et votre verre à la main ?

  • Extraordinaire inversion accusatoire qui ne mentionne même pas une certaine religion de paix et d’amour comme responsable même partielle de la situation actuelle de nos sociétés.
    Il n’a rien eu de spécial pour le monde le 11 Septembre.C’est juste une des multiples occasions ou l’Islam a répandu la mort et la terreur sur le reste du monde
    Il y en a eu d’autres et il y en aura d’autres

  • Ah! « …ces immenses méduses administratives et politiciennes, impotentes, pleurnicheuses et prêtes à tout pour essayer de cacher leurs innombrables incompétences… »
    Merci à Olivier Maurice pour son analyse du prétexte au recours aux pleins pouvoirs et autre état d’urgence.
    Le fond du problème c’est précisément l’incurie de nos « démocraties » occidentales à persister dans une volonté hégémonique à vouloir imposer un certain concept de tolérance à une partie de l’humanité qui se complait dans le féodalisme, le tribalisme et l’obscurantisme religieux.

  • Le 11 septembre marque le retour des guerres de religion. Une guerre que le monde musulman déclare formellement à l’Occident judéo-chrétien. L’islam, par la voie de ses cadres, prend conscience que son mode de pensée et de société est irrémédiablement distancé par un modèle plus matérialiste et confortable auquel aspire chaque citoyen du monde. Les musulmans prennent leur distance avec leur religion comme l’ont fait les chrétiens il y a 100 ans.
    Mais le clergé musulman est contre.
    Il doit reprendre en main l’asservissement de sa population.
    Un clergé qui perd son influence est voué à disparaître et à s’appauvrir. N’oublions pas qu’en Iran comme en Afghanistan, le clergé a mené ses révolutions religieuses parce que les dirigeants laïcs reprenaient les terres des cadres religieux pour les redistribuer.
    Les pays du golfe et l’Iran et le Pakistan ont un modèle de société incompatible de celui des sociétés occidentale. Mais leurs élites ne veulent pas perdre leurs pouvoir.
    La guerre est ainsi déclarée contre un modèle plus performant qui a amené, entre autre, la médecine moderne, la science moderne, le confort individuel, etc dont il suffit de regarder 200 ans en arrière pour voir qu’ils n’existaient pas en période d’obscurantisme chrétien. Se libérer de la religion à permis à l’humanité un énorme bon en avant au détriment des élites religieuses.

    • @JR autant je suis d’accord sur le début de votre thèse , autant je suis vent debout sur votre analyse chrétienne . La chrétienté c’est au contraire la lumière : loi donnée à Moïse , égalité de tous devant dieu , amour du prochain, responsabilité de chacun devant dieu. La prospérité de notre continent a démarré dans les monastères . Nos démocraties sont les filles du christianisme et de rien d’autre , pourquoi croyez-vous qu’elles n’ont fleuri que chez nous ? . Ne pas le voir , ne pas le comprendre est assez classique dans notre pays pétri d’athéisme revanchard et inculte, une certaine façon de tuer le père , de renier sa filiation en se complaisant dans une ignorance crasse et en balançant les poncifs mille fois entendus sur les bancs de l’école. Nul n’est contraint et bien heureusement de croire en qui que ce soit , mais nier l’apport du christianisme à notre civilisation est juste un non sens. Bon sang cultivez vous !

      • Une terre plate, un soleil qui tourne autour de la terre… voilà des dogmes chrétiens qui ont valu des bûchers, excommunications et autres amabilités religieuses pour ne pas remettre en cause une religion qui détient la VÉRITÉ absolue. Une religion qui brûle et torture des gens parce qu’ils pensent différemment. Qui refuse que les femmes aient une âme, comme les animaux…
        Durant des siècles, chaque avancée scientifique à dû se faire dans la clandestinité pour échapper aux bourreaux
        -inquisiteurs de la région.
        Heureusement petit à petit la science a émergé de cet obscurantisme grâce à un affaiblissement du clergé.
        Les religions ne sont qu’une invention d’un groupe qui veut étendre son pouvoir sur un autre.

        • @JR quand je dis qu’il faut vous cultiver c’est vraiment une urgence … quand la religion catholique brûle et tue ,elle est hérétique à ses propres dogmes . Longtemps l’église a protégé les artistes et les scientifiques , tout simplement parce que son dogme pose l’homme comme co createur du monde , elle est foncièrement pour le progrès. Son souci quand elle renâcle c’est la protection de l’humain (ex les lois bioéthiques ) . Comment expliquez vous l’essor de l’occident ? un pur hasard ? c’est tres fréquent de penser que les lumières étaient athées , c est faux , les athées étaient minoritaires . Les français croient avoir découvert le saint Graal en refusant toute transcendance , les anglais n’ont jamais eu cette vision , ça ne les a pas empêchés de démarrer plus vite que nous , qui étions il est vrai empêtrés dans notre révolution.

        • J’ai souvenir d’un de mes profs qui affirmait qu’il fallait une bonne quinzaine de siècles pour qu’une religion cesse d’avoir recours à la violence. Pour l’Islam, il y a de l’espoir, mais pas de notre vivant…

  • Bonne analyse sur les égarements des Etats.

    Je pense toutefois que l’existence de l’Etat Islamique montre qu’il y a une guerre qui existe bel et bien. Et elle nous touche. Elle n’est pas par contre usuelle avec deux camps bien identifiés et une zone d’affrontement claire. À son fondement, il y a surtout une lutte d’idées et beaucoup en Occident refusent de la mener par idéologie, lâcheté ou que-sais-je.

    Bien vu aussi pour la justice, délaissée pour la guerre. Bien asseoir la justice requiert entre autres de nommer les choses, autant l’ennemi que ce qu’on lui reproche. La guerre permet de s’agiter dans tous les sens pour montrer qu’on est sur le pont et masquer qu’on n’a pas la moindre idée de ce qu’on fout. À un moment, en justice, on doit aussi délibérer et juger et donc boucler la boucle. On s’est lancé dans des guerres d’autant plus interminables qu’on n’a pas envie du fin mot de l’histoire. On ne fait que s’agiter dans le vide.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Méfions-nous des révolutionnaires. Et de tous ceux qui entendent proclamer « la Liberté » - et non pas « les libertés » - en lui prêtant une vision qui leur est propre et est faite bien souvent de profonde intolérance, s’assimilant plutôt à des formes de totalitarisme qui cachent leur nom.

Ces révolutionnaires proclamés sont la plupart du temps des nostalgiques de la Révolution française, qui constitue leur point de référence, ainsi que pour ceux qui ont pu mener des révolutions par la suite, à l’instar de ce qui s’est produit en Russi... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles