Porno : Orange, SFR, Free… chargés de surveiller vos enfants

Deux associations souhaitent faire pression sur les fournisseurs d’accès afin de les obliger à fermer l’accès de leurs clients à des sites pornos.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Red Lips by Jess James (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Porno : Orange, SFR, Free… chargés de surveiller vos enfants

Publié le 9 septembre 2021
- A +

Par Margot Arold.

Où s’arrêtera le transfert de la responsabilité parentale sur un tiers ? Ce jeudi, deux associations, E-Enfance et La Voix de l’Enfant, iront devant le tribunal contre les fournisseurs d’accès à internet, jugeant que l’accès aux sites pornographiques est trop facile pour les mineurs.

Ces associations souhaitent faire pression sur les fournisseurs d’accès afin de les obliger à fermer l’accès de leurs clients à des sites pornos.

Un regard sur la date de l’amendement qui a ouvert les hostilités peut laisser perplexe : en plein début de Covid (mars-avril 2020), les sénateurs planchaient sur l’utilité d’interdire l’accès au porno et il a été intégré dans la Loi contre les… violences conjugales.

Pourquoi s’en prendre aux fournisseurs d’accès plutôt qu’aux sites diffusant du porno ?

Il semblerait plus logique de s’en prendre aux sites directement. L’argument avancé par l’avocat des associations est que les sites diffusant du porno sont dans des paradis fiscaux et que c’est un peu trop compliqué de les atteindre.

« Les sociétés qui détiennent ces sites sont opaques et quasiment intouchables du fait de leur mode d’organisation, étant souvent installées dans des paradis fiscaux. Mes clients vont essayer d’agir sur les tuyaux pour fermer le robinet ».

Soit. On va donc s’attaquer aux fournisseurs d’accès.

Mais il y a une autre raison et elle est bien plus intéressante : il a été imposé aux sites pornos de vérifier l’âge de leurs utilisateurs. Actuellement la plupart des sites se contentent d’une formule comme « Je certifie que j’ai plus de 18 ans » et hop, d’un clic, l’internaute a accès aux paradis du sexe virtuel.

La loi et les associations voudraient obliger les diffuseurs à réellement vérifier l’âge de l’utilisateur. Il faut donc collecter les données d’identité, voire de carte bancaire.

Mais il se pose alors un problème : il est difficile d’assurer une sécurité totale de ces données.

Porno : attention, données sensibles !

Pire, les données peuvent se révéler très sensibles puisqu’il s’agit de la vie privée, et ô combien privée ! Récolter ce genre d’information permet alors de suivre l’internaute dans sa navigation, de connaître son orientation sexuelle… Ce qui est illégal. C’est également un obstacle sur lequel la Grande-Bretagne s’est cassé les dents : ces informations sensibles ne pouvant pas être totalement sécurisées…

Selon L’indépendant, « le Royaume-Uni a par exemple renoncé à la vérification par carte d’identité ou carte bancaire, notamment au regard des problèmes de sécurité des données ».

Par ailleurs, les fournisseurs d’accès ont un contrat avec leurs clients et il n’y est nullement stipulé que l’accès à certains contenus pourrait leur être coupé de façon autoritaire. Les obliger à relever l’identité et l’âge de leurs utilisateurs, pour ensuite jouer les censeurs auprès de ceux qui les payent relève de la vaste blague :  non seulement cela va être difficile à mettre en place car la loi ne l’autorise pas, mais on peut supposer que ce serait le début d’un fichage plus précis encore de leurs clients : que faites-vous sur internet ? Qu’y regardez-vous et à quelle heure ?

Tous fichés, mais pour quoi faire ?

Oh certes, au pays de l’exhibition de statut immunologique pour aller boire un verre, on n’est plus à ça près : s’il est exigé de vérifier que vous êtes bien vacciné pour que vous ayez le droit d’accéder à une terrasse de café, on peut bien vous demander ce que vous allez faire sur des sites certes « inclusifs » mais n’érigeant pas forcément… la vertu en morale…

Si vous pensez qu’on frôle l’exagération, imaginez pourtant qu’au départ, le gouvernement avait envisagé « utiliser son système « FranceConnect », un service permettant de valider son identité sur le web et d’accéder aux institutions de l’État en ligne. »

Rtbf.be, qui révèle cette information, conclut que « cette option n’a toutefois pas été retenue par le gouvernement et a été abandonnée l’été dernier ». Ouf. Mais l’idée de concentrer toutes les informations qui vous concernent n’est pas loin…

Le site France Connect regroupant vos données fiscales et maintenant certaines de vos données de santé avec le pass vaccinal, on a frôlé l’idée d’y ajouter tout de même vos choix personnels en matière de porno. Pourquoi lier ces données à vos données bancaires et fiscales ?

Espérons que le jugement tiendra compte de la liberté de tout un chacun à consulter des sites pornos, et remettra le clocher au centre du village : l’éducation, l’accès à internet, le contenu regardé par les enfants en bas âge, sont du ressort des parents, non de la loi, ni d’associations qui fleurent bon les ligues de Vertu.

Il restera toujours trois vérités incontournables : la technologie permet de verrouiller des contenus ; les contenus interdits sont toujours plus attirants ; ce n’est à personne d’autre qu’aux parents de savoir quoi faire avec leur progéniture, et s’ils font des erreurs, ce n’est pas une loi qui remédiera à des failles humaines.

En tous cas, plus il y aura de lois, moins il y aura de sens de la responsabilité.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Où s’arrêtera le transfert de la responsabilité parentale sur un tiers ?

    en effet…
    mais pas vraiment un » tiers » une autorité choisie par l’etat…les tiers se sentaient naguère tenu de corriger un enfant qui faisait une connerie..

    pendant ce temps la fessée est devenue un crime..

    eh… le nutriscore… le transfert de responsabilité tout court…

    il existe bel et bien une minorité de personnes adultes qui semblent si stupides qu’on se sent tenté de les protéger contre leur libre arbitre..

  • Et si les parents s’impliquaient un peu plus dans l’éducation de leurs enfants au lieu de vouloir sans cesse déléguer aux autres ce qui relève de leur responsabilité car il n’y a pas seulement pour les sites pornos que certains parents ont capitulé et délèguent volontiers aux autres.

  • A toute chose malheur est bon…
    Ces gens-là nous offrent un voyage en Afghanistan sans quitter notre pays !

  • Si seulement nos édiles pouvaient, en toutes choses, s’inspirer du dernier paragraphe …..

  • de toute facon, la demande est simplement de bloquer les sites via le DNS. autrement dit la traduction de porno.com en une adresse ip de type 192.168.10.
    tres facile a contourner (soit vous entrez directement l adresse IP soit vous utilisez un autre dns que celui de votre fournisseur d acces, tout est explique ici https://www.briskbard.com/blog/?q=node/43

  • témoignage:
    Sur un site de santé plutôt banal, je voulais ouvrir un ‘youtube’ et là on me demandait un compte Google et l’envoi d’une pièce d’identité pour prouver mon age (délai jusqu’à 3 jours) Perplexe j’ai laissé tomber. Il m’a semblé que G voulait lier mon compte avec une vraie identité et pas juste adresse mail.

  • De toute façon , croire que ce genre de mesure va empêcher des ados de regarder du porno est illusoire.
    Ca ne sert à rien de jouer les vierges effarouchées, comment on faisait jeunes? On s’achangeait des CD avec des photos/vidéos, et pour la génération d’avant j’imagine que c’était des magazines…

    Alors, on peut bloquer ce qu’on veut sur internet, ça tournera par d’autres moyens.

    • Ben oui… Un VPN, et hop, c’est plié !
      Ces gens-là sont aussi naïfs – ne faut-il pas l’être pour se lancer dans leur combat absurde ? – qu’un gouvernement qui met dans la loi ce qu’il y a mis.
      On est gouverné par des incompétents qui croient que la gesticulation politique peut remplacer l’intelligence et le courage.

      • Non seulement ce sera contourné en trois clic, et ça aura plein d’effet de bord négatif, le remède sera donc pire que le mal :
        – accès à des contenu bien pire que du porno
        – difficulté de traque des cyber criminels par la police
        -…

      • Ca rappelle un petit gout d’Hadopi!

    • l’important est la notion de transgression.. et ça c’est le boulot des parents..

    • De mon temps, on allait Boulevard de Strasbourg.

    • Que les parents s’occupent eux-mêmes de surveiller leurs enfants ou d’installer un logiciel de contrôle parental sans déléguer aux FAI cette responsabilité ? Oui, parfaitement !

  • Quelle bande de nazes ! Un mineur assez futé sait utiliser un VPN.

  • C’est le grand retour des chaisières, totalitarisme electronique en plus.

    Les mêmes il y a 150 ans voulaient mettre des jupes aux pieds des pianos pour éviter aux spectateurs des pensées impures.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Peter Jacobsen.

Après l'acceptation de l'offre d'achat de Twitter par Elon Musk, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a dévoilé des plans pour adopter un conseil de gouvernance de la « désinformation ». L'achat par Musk n'est pas définitif, et ledit conseil de gouvernance est maintenant en pause, mais la réaction à ces événements a été révélatrice.

On pourrait s'attendre à ce que les professionnels du marché des idées s'inquiètent de voir une autorité étatique contrôler la parole. Curieusement, de nombreux... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

censure
0
Sauvegarder cet article

Par Ilya Fomin.

Le monde était sur le point de commencer à se remettre des pandémies, lorsque la Russie a déclenché la guerre en Ukraine. Les terribles images de villes détruites et de civils assassinés rapportées de Bucha, Mariupol, Kharkiv et bien d'autres révèlent le véritable objectif de l'armée russe : non seulement occuper une grande partie de l'Ukraine d'une manière similaire à l'annexion de la Crimée et des soi-disant "DNR" (République populaire de Donetsk) et "LNR" (République populaire de Lougansk), mais aussi créer une crise... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles