Catastrophes naturelles : répondre par le marché

Pour faire face aux catastrophes naturelles, l’économie de marché est plus efficace que les mécanismes d’allocation gouvernementaux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
https://unsplash.com/photos/-iretlQZEU4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Catastrophes naturelles : répondre par le marché

Publié le 6 septembre 2021
- A +

Par Gary Galles.
Un article du Mises Institute

Nul ne doit profiter du malheur des autres.

J’ai entendu et lu de telles affirmations à maintes reprises, pratiquement chaque fois qu’il y a une urgence ou une catastrophe quelque part, ou chaque fois qu’une bonne action est considérée par quelqu’un comme essentielle ou quelque chose dont il a « besoin ».

C’est pourquoi, lorsque j’ai trouvé cette citation en tête de l’article de Leonard Read intitulé « To Alleviate Misfortune », dans le numéro de novembre 1963 de The Freeman, elle a eu exactement l’effet attendu d’une citation : elle m’a attiré. Et ce que j’ai trouvé était certainement mieux pensé que les nombreuses fois où était répété présomptueusement que personne avec un peu d’empathie ne pourrait avoir une opinion différente.

Les socialistes… utiliseront invariablement la mauvaise situation, le désastre, la malchance comme argument en faveur de la socialisation… [mais] il est important de ne pas se laisser prendre par ce « raisonnement ».

Le raisonnement principal de Read est une version intéressante de l’argument de la pente glissante concernant la défense des droits de propriété privée et des associations volontaires des marchés.

Dès lors que nous admettons que le socialisme est un moyen valable de soulager la détresse, quelle que soit la gravité de celle-ci, nous affirmons la validité du socialisme dans toutes les activités.

Il semble que lorsqu’une chose est exceptionnellement rare, comme lors d’une situation de crise ou d’urgence, surtout lorsqu’il s’agit de ce dont nous avons prétendument besoin plutôt que simplement envie, alors faire le meilleur usage de ce qui est disponible pourrait être considéré comme encore plus important que d’habitude, ce qui plaide encore plus en faveur des mécanismes de marché par rapport aux mécanismes d’allocation publique maladroits et inefficaces, plutôt que de concéder que c’est une cause de prise de contrôle par l’État.

Lorsque nous excluons le profit ou l’espoir de gain comme motif approprié pour fournir des médicaments, soulager les maladies ou fournir d’autres remèdes au malheur, nous devons, par la force des choses, exclure le profit comme motivation appropriée pour la réalisation de toute fin économique.

Read illustre son propos par un exemple auquel peu de gens auraient pensé : les outils électriques.

Considérez la portée du malheur. Il est vrai que la maladie est un malheur, tout comme la non-disponibilité de médicaments. Mais… l’absence de tout bien ou service dont nous sommes devenus dépendants est un malheur.

Imaginez la disparition de tous les outils électriques. Ce serait désastreux. Notre dépendance aux outils électriques est telle que la plupart d’entre nous périraient s’ils venaient à disparaître. Mais la possibilité de leur disparition (et les inévitables souffrances et morts massives qui s’ensuivraient) justifie-t-elle la mise en place d’une industrie de l’outillage électrique détenue et gérée par l’État ?

Les efforts économiques pour éviter les catastrophes

Read pose ensuite une question intéressante à laquelle je n’avais jamais pensé auparavant : presque tous les efforts économiques que nous déployons ne sont-ils pas une tentative d’éviter une sorte de malheur ou de difficulté dans un monde de pénurie inévitable ? Par exemple, ne travaillons-nous pas régulièrement pour avoir les ressources nécessaires pour éviter de devenir sans abri ou d’avoir faim, ou pour combattre la maladie ?

En termes économiques, l’homme passe ses journées  à travailler pour se prémunir contre tel ou tel type de malheur. Le mauvais sort est notre lot, sauf si nous parvenons à nous en sortir.

L’économie, en tant que discipline, s’intéresse aux moyens de surmonter la pénurie de biens et de services, et peu importe le bien ou le service qui fait défaut.

Par conséquent, les principes de l’économie s’appliquent aussi bien aux crises et aux catastrophes qu’à toute autre chose. Et ils devraient éclairer notre réflexion sur le fait que « de manière générale, deux systèmes, aujourd’hui très contestés, sont avancés comme moyens appropriés pour surmonter les malheurs économiques ».

Le premier, pour tout observateur occasionnel, ressemble plus à un chaos qu’à un système. Son credo est la liberté dans l’échange : que chacun agisse de manière créative comme il l’entend, sans se soucier des plans quinquennaux ou autres ; c’est-à-dire que chacun puisse poursuivre son propre gain ou profit… à condition qu’il laisse la même liberté aux autres. L’État, l’agence sociale de la contrainte, n’a pas son mot à dire dans les actions créatives ; il se limite à formuler et à faire respecter les tabous contre la fraude, la violence, la prédation et autres actions destructrices. Cette philosophie ne permet à aucun homme de dominer les autres. Dictateurs en puissance, mêlez-vous de vos affaires ! Le droit aux fruits de son propre travail est son essence, la liberté de choix individuelle son privilège, l’opportunité ouverte à tous sa promesse, l’espoir d’accomplissement personnel – gain ou profit – sa motivation. C’est ce qu’on appelle l’économie de marché.

La seconde est définitivement un système : une hiérarchie politique organisée qui planifie tout pour tout le monde. La hiérarchie prescrit ce que les gens doivent produire, quels biens et services ils peuvent échanger, avec qui et à quelles conditions… Il s’agit d’un contrôle arbitraire des personnes par les quelques personnes qui réussissent à obtenir l’autorité politique… la liberté de choix, la propriété privée et le profit sont parmi ses tabous. En bref, c’est la propriété et le contrôle par l’État des moyens et des résultats de la production. C’est ce qu’on appelle le socialisme.

L’importance de la propriété privée

Le problème est que l’économie de marché est fondée sur la défense des droits de propriété et de la liberté d’association des personnes, ce qui empêche l’expropriation de certains pour d’autres, alors que la socialisation des choix est souvent le mécanisme de mise en œuvre de cette expropriation.

Il ne fait aucun doute que les résultats de la production peuvent être et sont socialisés avec succès, c’est-à-dire qu’ils peuvent être et sont effectivement expropriés. En outre, ils peuvent être et sont redistribués selon les caprices de la hiérarchie et/ou les pressions politiques. Mais le socialisme, comme le Robin des Bois, exige et présuppose une situation de richesse que le socialisme lui-même est totalement incapable de créer. Il peut redistribuer les œufs d’or mais il ne peut pas les pondre. Et il tue l’oie !

Read se tourne ensuite vers les Pèlerins pour une illustration particulièrement claire et douloureuse, car les systèmes de propriété commune utilisés à l’origine à Plymouth et à Jamestown ont produit des résultats terribles. Soixante-six des 104 premiers colons de Jamestown sont morts dans les six mois, la plupart de famine. Seuls 60 des 500 arrivants deux ans plus tard ont survécu aussi longtemps. Les conséquences de cette « période de famine » incluent le cannibalisme. Les premiers colons de Plymouth ne s’en sortent guère mieux, puisque seulement la moitié d’entre eux survivent à six mois. Certains, en désespoir de cause, ont vendu leurs vêtements et leurs couvertures aux autochtones ou sont devenus leurs domestiques.

Référez-vous à l’expérience des premiers Pèlerins… Tous les produits étaient acheminés de force dans un entrepôt commun et distribués selon « les besoins ». Mais l’entrepôt était toujours à court de provisions ; les Pilgrims mouraient de faim et de soif. En fait, ils ont socialisé les résultats de la production mais, ce faisant, ils ont affaibli les moyens et n’ont donc eu que peu de résultats à distribuer.

Read aborde ensuite une autre idée fausse qui contribue à l’incapacité des gens à voir comment les marchés (c’est-à-dire les mécanismes que les gens adoptent volontairement lorsqu’ils en ont le choix) les servent mieux que la répartition centralisée – à savoir que les profits augmentent les coûts des mécanismes du marché au lieu de découler de la diminution des coûts pour les consommateurs.

Ceux qui n’ont que peu ou pas de connaissances sur le miracle du marché sont amenés à croire que la communalisation, la communautarisation ou la socialisation d’une activité réduit les coûts parce qu’aucun profit n’est autorisé. La réalité est tout autre.

L’économie de marché se caractérise par un système de pertes et profits. Mais, contrairement à ce que révèle un examen superficiel, les bénéfices ne sont pas ajoutés au prix ; ils sont, en fait, retirés du coût. Le système des pertes et profits est un système de signalisation impersonnel et indifférent : l’espoir de réaliser des profits incite les entrepreneurs potentiels à se lancer dans une activité donnée et les pertes éliminent impitoyablement les producteurs inefficaces et à coûts élevés.

Avec une analyse de l’affirmation selon laquelle « Nul ne doit profiter du malheur des autres » très différente de celle que nous entendons si souvent, il n’est pas surprenant qu’il arrive à une conclusion différente.

Lorsque [menacé par] le malheur, nous ne devrions pas tenter de le faire renaître en recourant au socialisme, car il ne peut accomplir rien de plus qu’un dysfonctionnement… [Au contraire] enlevez les entraves ! Libérez le marché… laissez l’espoir du profit attirer tous les producteurs en herbe et laissez le coup de fouet sévère, intransigeant et impersonnel des pertes éliminer les inefficaces, laissant aux seuls plus efficaces le soin de surmonter nos mauvaises situations.

Si l’on considère uniquement l’énorme bilan, les individus triés par le marché sont des gestionnaires plus efficaces (à moindre coût) des ressources humaines et naturelles que les personnes nommées par les politiques. Si nous supprimons l’espoir du profit comme moyen d’atténuer les malheurs – pauvreté, maladie, misère, catastrophe – nous augmenterons nos malheurs.

Traduction de Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Sur le Web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Cet article est bien écrit, ou du moins met bien en valeur de texte sous-jacent très bien écrit.
    Mais…nous en revenons toujours au même point :
    Oui la libre concurrence, la loi du marché, la loi de l’offre et de la demande… Oui tout cela fonctionne magnifiquement bien sur le papier et devrait être le système économique idéal…MAIS…en pratique çà ne fonctionne pas sur la durée et on l’a constaté en 10 000 ans d’histoire.
    * Ce système fonctionneRAIT SI il ne conduisait pas à des conglomérats et monopoles effaçant le principe de libre concurrence.
    * Ce système fonctionneRAIT SI il n’existait pas une asymétrie de connaissance comportementale entre le vendeur (armée de publicitaires) et l’acheteur. La science comportementale a largement démontré l’aptitude du vendeur à orienter ses choix, tirer profit de la frustration engendrée par ce système.

    En bref, oui ce système libéral est souhaite, non ce système libéral n’est pas stable dans le durée

    • Pour marcher et avancer, vous devez créer un déséquilibre; c’est la même chose pour un système économique. Trop de stabilité le fige et bloque le progrès, trop de déséquilibre provoque la chute. Et où avez vous vu qu’un système illibéral ( capitalisme de connivence) ne conduit pas également à des conglomérats et monopoles effaçant une saine concurrence?

      • Je parlais pas de ce système (capitalisme de connivence) qui d’ailleurs pour moi n’en est pas un.
        Et je ne détiens pas la vérité sur le système idéal, je pense simplement que :
        – Le système libéral et capitaliste est instable par nature et ne sait pas s’auto-réguler par lui même. C’est un système de balancier « Croissance exponentielle/Accumulation de richesse par les possedants Explosion financière/sociale/guerre »

        J4ai peur de le dire ici, mais je pense que Keynes avait saisi l’aspect « naturel » de l’économie, à savoir la nécessité de réguler le marché dans ses excès intrinsèques. Mais j’accepte qu’on puisse ne pas être d’accord là dessus et croire à l’autorégulation des marchés.

        • Vous avez sans doute raison si on ne considère qu’un système libéral en économie : à la longue les plus efficaces vont dominer et chercher le moyen de perpétuer leur domination (c’est humain). C’est pourquoi il faut aussi un système libéral politique qui garantit la liberté de chaque citoyen et avant tout la liberté d’entrer sur un marché en interdisant les barrières artificielles (corporatismes, syndicats etc …), et en ne laissant pas s’établir des situations de monopole. Je concède que ce n’est pas évident et qu’on n’a pas encore trouvé la recette qui empêche d’évoluer vers un capitalisme de connivence. Ce qui est certain toutefois, c’est que l’Etat doit être limité au strict minimum : le régalien (assurer la sécurité physique et juridique). Le socialisme est une voie encore plus certaine vers l’inefficacité et la privation de liberté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Occident semble avoir accéléré son déclin dans une espèce de folie autodestructrice rarement égalée.

Les sociétés occidentales subissent les conséquences de la scandaleuse gestion de la pandémie de covid de leurs dirigeants politiques et souffrent d’une inflation des prix, auto-infligée par leurs propres sanctions contre la Russie.

C’est dans ce contexte qu’il faut lire le dernier livre de Olivier Piacentini, La Chute Finale : l’Occident survivra t-il ?.

 

Ce déclin ne date pas d'hier

Comme l’explique avec b... Poursuivre la lecture

Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

Par Gary Galles.

 

Il est relativement courant que ce qui devrait être reconnu comme un signal d'alarme annonçant des problèmes majeurs est souvent ignoré jusqu'à ce que la situation devienne si mauvaise qu'il est presque impossible de ne pas les remarquer (à moins d'être très déterminé à ne pas les voir). Leonard Read a canalisé de telles pensées sur les dommages que les politiques publiques ont causés aux Américains. Il est même allé jusqu'à dire « Thank God for the Mess We're In » (The Freeman, mars 1975), le gâchis éta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles