La France prise au piège de sa dette

La notion d’argent devient compliquée lorsque l’on dépasse le million d’euros. Pour le milliard d’euros et au-delà, le premier réflexe est de dire « c’est beaucoup d’argent » ! Qu’en est-il de la dette ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Ibrahim Boran on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France prise au piège de sa dette

Publié le 23 août 2021
- A +

Par Claude Goudron.

Si elle est évidente lorsqu’il s’agit de sommes manipulées régulièrement comme le prix d’une baguette où d’un litre de carburant, la notion d’argent est bien maîtrisée.

C’est également à la portée d’une majorité de nos concitoyens lorsqu’ils négocient le prix d’une voiture ou d’un appartement.

Cela se complique lorsque l’on dépasse le million d’euros. Pour le milliard d’euros et au-delà, le premier réflexe est de dire « c’est beaucoup d’argent » !

Quand la monnaie était encore le franc

En 1980 la dette de la France s’élevait à 599 milliards de francs, soit un peu plus de 90 milliards d’euros. En 1997 elle s’élevait déjà à 4727 milliards de francs soit un bond à 720 milliards d’euros.

Elle n’a que légèrement augmenté jusqu’en 2003, année où elle a franchi le seuil des 1000 milliards.

Déjà, à cette époque ces chiffres donnaient le tournis. Afin que ce soit plus parlant, j’avais converti cette dette en nombre de voitures, en l’occurrence des Twingos.

Au prix unitaire de l’époque cela correspondait à 100 millions de Twingos.

Passage à la monnaie unique

En 2003 la dette s’élevait déjà à 1050 milliards d’euros. En 2020 elle atteint la somme astronomique de 2650 milliards1. Là encore, il ne s’agit encore que de beaucoup d’argent…

C’est une progression linéaire qui double tous les 14 ans, ce qui signifie que si nous continuons sur cette lancée elle dépassera 5000 milliards d’euros en 2034 !

Les chiffres devenant abstraits, changeons à nouveau de « monnaie »  et ne parlons plus d’équivalent en nombre de voitures mais d’années de leur fabrication sur le sol français. Le numéro un est la gamme 3008 et 308 Peugeot, soit une prévision de 325 000 véhicules en 2021.

Le prix moyen retenu étant d’environ 40 000 euros il faudrait 204 années de production pour atteindre le chiffre de la dette en 2021. Or, ce n’est pas avec un chiffre d’affaires qu’une dette est remboursée mais avec la marge dégagée, soit dans le meilleurs des cas, 10 %.

Ce qui, à ce rythme, nous amène à 2040 années de production.

La véritable dette de la France

Dans un bilan sincère il faut tout compter :

  • Dette sur le PIB………………………………………………………..    2650 milliards d’euros
  • Dettes hors bilan (retraites et engagement de l’État)…….   3000 milliards2
  • Dette des entreprises (83 % du PIB)……………………………   1900 millliards3
  • Dette des Français (70 % du PIB)………………………………..  1600 milliards4
  • Total………………………………………………………………………..  9150 milliards

Elle représente alors plus de 7000 ans de production de Peugeot 308 & 3008 !

Une situation explosive

Toutes dettes confondues la France est plus endettée que l’Italie.

Déjà largement insoutenable, l’endettement ne prend pas en compte les besoins de financement à venir de la quatrième vague du Covid ni surtout celui des engagements pris contre le réchauffement climatique qui vont là aussi se compter en milliers de milliards d’euros !

Jusqu’à quand nos créanciers continueront-il à nous prêter ? Personnellement j’ai toujours refusé de souscrire à une assurance vie sachant que l’argent collecté sert principalement à répondre aux besoins d’endettement de l’État.

Ce n’est donc qu’une question de temps. En effet, à moins d’être suicidaires eux aussi, les fonds souverains, les fonds de pension et les engagements des Français vont soit se tarir soit s’établir avec une prime de risque, donc une forte augmentation des taux d’emprunt.

Le pire est à venir

Notre Président semble avoir occulté la possibilité d’une reprise de l’inflation, suivie immanquablement d’une hausse des taux d’intérêts. C’est pourtant le risque majeur que rencontre tout pays fortement endetté.

La France est donc l’un des pays les plus exposés. Le coût de la dette, jusqu’à ce jour maîtrisé, deviendra rapidement insupportable et précipitera le pays dans une situation à la grecque puissance dix.

Nous passerons alors progressivement d’un coût annuel de la dette de 30 milliards d’euros en 2020 à des niveaux qui pourraient largement dépasser les 100 milliards.

À ce triste scénario devront s’ajouter les dépenses phénoménales à venir dans la lutte contre le réchauffement climatique. Nous ne devons pas nous laisser entraîner dans les surenchères déjà annoncées par des écologistes irréalistes.

La France prise au piège de sa dette

Quel que soit le scénario, si aucune réforme radicale n’intervient avant qu’il ne soit trop tard, le pays restera l’homme malade de l’Europe. Sa survie est en jeu avec le risque d’entraîner l’Union européenne et l’euro dans sa chute.

Il est illusoire de penser que nos partenaires accepteront d’accorder au pays une rente à vie en épongeant perpétuellement un endettement devenu incontrôlable à cause de la procrastination des gouvernements successifs.

Cet endettement est un cancer économique qui, contrairement aux souhaits du ministre des Finances, ne permettra pas le sauvetage de l’industrie française plombée par des prélèvements insupportables.

Un signe de ce décrochage se retrouve dans la croissance au deuxième trimestre 2021 qui est de +2 % en moyenne européenne, +2,8 en Espagne, +2,7 en Italie, +1,5 en Allemagne et seulement +0,9 en France

La dette française : conclusion

Le temps des réformettes est dépassé. Il faut impérativement baisser drastiquement notre endettement.

Pour cela deux réformes impératives et urgentes :

– Redonner de la compétitivité aux entreprises industrielles et agricoles, seules créatrices de richesse, par une baisse immédiate des prélèvements obligatoires ainsi qu’une refonte de l’environnement législatif et normatif qui les étouffe.

– Baisser drastiquement et très rapidement les frais de gestion de l’État par une forte diminution du nombre de fonctionnaires et un contrôle efficace de toutes les dépenses par un organisme extérieur à la fonction publique.

Tout le reste n’est que poudre aux yeux.

  1. Les chiffres relatifs à la dette française sont publiés par l’INSEE
  2. 5,5 millions de fonctionnaires percevant une retraite moyenne actuelle de 20 000 euros par an avec une espérance de vie à la retraite actuelle de 23 ans donne le chiffre de 2530 milliards d’euros auxquels il faut ajouter les 2,4 millions déjà en retraite disposant d’un reste à vivre de 10 ans en moyenne (480 milliards) ainsi que les engagements pris sur la dette italienne et grecque et les déficit des entreprises d’État (EDF, SNCF etc.) ce qui nous amène largement au-dessus des 3000 milliards annoncés
  3. Données publiées par Les Échos le 9/02/2021
  4. Données  publiées par la Banque de France
Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Réduire le nombre de fonctionnaires est bien, mais ne suffira pas. La plus grande partie des dépenses de l’Etat au sens large ce sont les prestations sociales, en particulier les pensions de retraite. Quel est le politicien qui s’engagera dans la voie de la réduction des dépenses sociales?

    • Il faut commencer par quelque chose de faisable sans heurts, puis voyant que cela donne des résultats, passer à une étape plus délicate, mais sans attendre 5 ans.

    • 50 milliards de fraudes aux prestations sociales (Rapport Ch. Prats)
      Quel est le politicien qui s’y attaquera ?

      • l estimation est entre 14 et 50( https://www.marianne.net/economie/entre-14-et-50-milliards-la-tres-difficile-estimation-de-la-fraude-aux-prestations-sociales) . donc admettons 30 (50 est probablement trop et de toute facon on arrivera jamais a tout eviter). les depense c est plus de 500(https://fr.wikipedia.org/wiki/Comptes_de_la_S%C3%A9curit%C3%A9_sociale_en_France)
        donc supprimer la fraude c ets au mieux -6 % des depenses (et la je suppose qu on ne depense rien pour traquer les fraudeurs)

        Autrement dit, la baisse des prestations est inevitable si on veut baisser les depenses. mais ca c est sur que c est pas populaire chez les boomers (et pour cause, c est eux les gros gagnants du systeme)

      • Les 14 à 50 milliards de fraude sociale sont révoltants, mais se limiter à ce chiffre sert plus une idéologie politique (anti-socialiste) qu’il ne présente de façon honnête le problème.
        En effet, le salaire de ces fraudeurs consomment l’argent ainsi récolté en France majoritairement, ce qui fait augmenter la consommation et la demande. De mon point de vue, cela représente donc plus un injustice qu’un manque à gagner pour l’état. J’aurai le même discours sur le travail au noir généralisé de nos chers artisans, qui conduit plus à une injustice entre artisans qu’à un appauvrissement du pays.
        J’appellerai çà la richesse relative d’un pays, à savoir la répartition juste ou non du « gateau ».

        La richesse absolue d’un pays est plutôt représentée par la balance entre l’argent entrant et l’argent sortant du pays (balance commerciale mais pas seulement). Et ce qui gangrène réellement notre pays n’est-il pas l’évasion fiscale (pas les RICHES, au risque d’être populiste au yeux de certain), l’optimisation fiscale (des GAFA mais pas que, qui ont un taux d’imposition global inférieur au tiers du mien !!!).

        En résumé, c’est dans l’air du temps de taper sur l’assisté, mais ne nous limitons pas à une explication simple et populiste par fainéantise.

        • Je pense que vous n’avez pas bien compris ma remarque.
          Je ne parle ni des « assistés », ni des pauvres (les pauvres ne fraudent pas).
          Je parle de délinquants, qui utilisent des réseaux, de la fraude aux documents administratifs etc…
          Le rapport de Charles Prats est édifiant à ce sujet : faux documents, fausses déclarations, personnes qui touchent les allocs pour 1200 enfants (si, si), personnes parties faire le djihad financé par la Sécu, retraités installés à l’étranger qui ont 128 ans,
          (rien qu’en Algérie, la France verse des pensions à 6000 centenaires, alors que le pays n’en compte que 1200) etc, etc ….
          Alors j’entends déjà la contre attaque, qui consiste à parler de la fraude fiscale (sauf que là, ce n’est pas le sujet), d’exemples anecdotiques ….
          Sauf qu’à la fin, ça finit par coûter 50 milliards d’Euros par an aux cochons de payeurs.
          Je sais, les faits sont têtus.

          • le probleme (outre le fait que vous prenez l estimation max de la fraude) c est que c est un % faible des depense.
            Prenons vote ex des retraites algeriens. supposons qu il n y ait aucun centenaire. on va donc economiser 6000 *1000*12 (retraite de 1000 e) = 72 millions. On va ici imagine que le cout des controle est nul (ce qui est deja impossible). economie de 72 millions sur 500 milliards de budget c est rien (0.0144 %) !

            Je ne dis pas qu il ne faille rien faire mais que l economie n est pas a la hauteur de l enjeu.
            Il faut etre clair, baisser les depenses signifie baisser les prestations et pas simplement llutter contre la fraude ou supprimer l allocation du voisin

            • Sauf que…. le magistrat Charles Prats ne parlent pas en millions, mais en milliards : 50 milliards par an (hypothèse basse).

            • ayant fait parti d’un conseil municipal , combien de fois n’ai je entendu: « une petite depense suplementaire , ce n’est rien , cela représente quelques francs(c’était en francs a l’époque)par an, les gens ne le sentiront même pas »; c’est pareil pour les économies;Le grand plan d’economies que personne n’acceptera jamais ne sert a rien justement car il ne sera pas accepté mais , lutter au quotidien contre toutes les petites pertes et gaspillages de toutes les administrations,organismes et collectivités serait déja un début encourageant

  • Pourquoi persistez vous à démontrer encore et encore que nous sommes dans une impasse ?

    Les politiciens ont compris depuis longtemps qu’il est « plus facile de soulever mille hommes en s’adressant à leurs préjugés que d’en convaincre un seul à l’aide de la logique.  »

    (Citation de R. Heinlein)

  • Mélanger le stock actuel (dette) avec les flux futurs est une erreur méthodologique grave. Et pourquoi essentiellement les retraites? Pratiquement tout le budget de l’état est un engagement futur, on ne va pas fermer écoles, hôpitaux, prisons, …. Les marchés financiers ne voient pas du tout cela sous cet angle: un défaut sur la dette sera durement sanctionné avec des taux à la hausse, voire le refus de prêt; un défaut sur les engagements futurs sera au contraire applaudi comme une réforme courageuse des finances publiques ! Donc cet amalgame est à bannir !!!

  • « collectivisation de tout ce qui ne l’est pas encore dans le pays »
    Là pour le coup, il n’y aura pas beaucoup de travail.

  • La France quittera l’Europe très vite.
    De gré ou de force.
    Je pense que ce sera de force : les autres pays vont nous expulser !!!

    • En fait ce sera même pire, l’Europe va probablement se scinder en deux, et la France aura le « funeste privilège » de devenir l’Allemagne des canards boiteux…

  • Déjà on peut regarder la dette moyenne remmenée a l’habitant:
    ça fait 41000€ pour chacun (y compris les gosses,…).

    On est dans les 100K€ par foyer.

  • Même recette miracle que celle de l’alcoolique: pour se soulager des effets de l’acool, il faut en boire plus et plus souvent…

  • 10 000 milliards…
    N’avons nous pas atteint le point de non retour ?
    Peut-on sérieusement penser que l’on puisse rembourser une telle somme un jour ?

  • C’est ça la démocratie. On vote pour que nos élus nous abreuvent de subventions. Pas de subvention promise, aucune chance d’être élu; et ce, à n’importe quel niveau d’élection.
    Ce que cet article oublié de dire, c’est qu’on a déjà vendu beaucoup de nos bijoux de famille :
    1) les hélicoptères, les missiles et les satellites (SNIAS) ont été vendus aux allemands par Mitterrand.
    2) le TGV (Alstom) donné aux coréens du Sud
    3) les chars (Nexter) aux allemands
    4) les turbines (Alstom) cédées à Général Électrique par Hollande
    5) grâce au programme Scalp (avion 5ieme génération) on donne les moteurs d’avion militaires aux allemands. Et si la France ne donne pas plus, c’est parce que Dassault à mis son véto aux autres transferts de technologie
    6) Bruno Lemaire se vente d’avoir signé avec les allemands un bon accord sur les lanceurs spaciaux (Ariane) : pour 180 millions d’euros, il donne aux allemands le moteur Vulcain. J’en connais qui se frottent les mains de l’autre côté du Rhin !
    Toutes ces technologies sont françaises, payées par des lourds investissements initiées par Charles De Gaulle (donc par nos impôts depuis plus de 60 ans) et cédées à nos futurs concurrents pour une poignée d’euro.
    P. S. Il y a au moins une technologie purement française qu’aucun pays n’a les moyens de se payer : un énarque (ancien ou nouveau). Ouf la France est sauvée !!!

  • @fm06-les dépenses sociales s’élèvent à 730 Mrds € et les retraites pour 325 Mrds. Ces dernières étaient parfaitement prévisibles, il ne fallait pas embaucher ces 2 millions de fonctionnaires depuis 40 ans et il fallait réformer le statut des fonctions publiques d’état, territoriales et sanitaires et leurs systèmes de retraite. Cela n’a pas été fait alors que les retraités fonctionnaires représentent 15 % des effectifs mais 30% des pensions. La moyenne des retraites des fonctionnaires est du double de celles du secteur privé.
    Les dépenses publiques en 2020 ont été de 1.423 Mrds € (retraites comprises) soit 61,8. % du PIB. Nous sommes un pays collectiviste.
    Bon courage

  • L’idée générale semble bonne, mais pêche dans la facilité du Yaka, lequel ici ne tient pas compte de la façon dont tout est parti à la dérive depuis une cinquantaine d’années, alors même que, auparavant, nous formions déjà une entité étatisée et administrée.
    Dégonfler l’administration française, c’est s’attaquer à plus de 6.000.000 de personnes qui en vivent directement, et à ceux qui satellisent autour (les associations notamment, les métiers péri-médicaux, pus d’autres diverses sangsues).
    Pour réduire une administration, il faut annoncer aux 30 % qui ne produisent rien d’autre que des règlements, des réunions et des luttes de pouvoirs que l’on va les reverser dans des activités productives…
    Et pour avoir des activités productives, il faudra supprimer environ 300.000 textes et normes débilitants, issu de leur travail et de celui du Législateur (600.000 individus versant dans l’activité politique, c’est à dire dans ce monde où toutes les questions se déterminent par des règlements…
    Personnellement, je ne crois à un changement que dans la douleur d’une crise majeure ! (si tant est qu’il en est encore temps)

    • plus de 50 % des depenses de l etat c est le social et en particulier le paiement des pensions (apres c est les soins medicaux)
      en quoi reduire le nombre de fonctionnaires va changer ca ?

      La priorite c est pas de reduire l administration mais de reduire le principal poste budgetaire : les pensions et accessoirement le second : les soins medicaux
      On pourrait tres bien imaginer de recuperer sur l heritage les soins medicaux et de faire payer une taxe pour rembourser les dettes de chirac & mitterrand a ceux qui avaient plus de 18 ans en 81 (Mittterrand) et 95 (chirac)

      • Oulalala, je n’aimerais pas être à votre place, toucher au sacro-saint l’héritage (libéralisme=droit de propriété absolu) et prétendre que nos anciens se sont gavés par le passé (et se gavent encore) et pourraient partager un peu de leur magot ??
        Attendez vous à une bordée de flèches et des remontrances (« on a travaillé dur nous, c’était pas facile de trouver du boulot en période de plein emploi! »)
        Amicalement 🙂

        • il ne faut plus rembourser les soins médicaux des vieux.
          il faut supprimer les pensions des vieux.
          il faut piquer les vieux …. Euh, ça c’est en cours.

  • Lorsque cela ira mal, on nous appliquera la méthode allemande.
    – Retraite à 67 ans (c’est dans mon contrat), avec taux de remplacement de 50% du salaire
    – Pas de hors salaire (CE, cheque vacances, etc), pas de RTT
    – 1 seule visite remboursée par trimestre chez un médecin ou une franchise annuelle de 1500€.
    – Facturation directe des frais médicaux
    – 1 an max d’allocation chômage, capé à 2500€/mois et expulsion des chômeurs non-allemand.
    – Electricité facturée au prix du marché.
    Bref, les solutions de rigueur existent. Elles ne sont pas agréables mais 80 millions d’allemand vivent avec tous les jours.

    • Ayant vecu et travaillé en RFA je dois rectifier votre texte:
      – retraite a 67 ans mais incitation a capitaliser (riester)
      – pas de hors salaire (fait le dire vite, les voitures de fonction sont monnaie courante en RFA) mais cotisation sociales bien plus faible.
      – pour le medecin c est un forfait de 10 € par trimestre et apres c est gratuit

      pour le reste, c est clair que si on veut redresser la barre, il va falloir mettre a la diete les boomers (pension de retraite et soins medicaux, les 2 postes de depenses les plus importants). explosif electoralement

      • Vous prétendez que la retraite de nos chers boomers dits « ancienne convention » peut être vu comme une fraude aux prestations sociales en soi? Quand on y pense…

        • j irai pas jusque la, mais je supprimerai la deduction de frais pro pour les retraités dans l IR et je leur rajouterai une taxe pour rembourser les dettes faites par les presidents qu ils ont elu (Mitterrand & Chirac)
          C est pas tant une taxe anti boomer car ceux qui avaient l age de voter Sarkozy devront aussi payer pour l explosion des dettes due a Sarko

          Si on coule ca a une recuperation du cout des soins medicaux sur les 5 dernieres annees de vie, on devrait pouvoir detaxer massivement le travail

          • Et toi tu paieras dans 30 ans la dette de Mélenchon.

          • Chiche, j’aimerai bien voir la tête de ceux qui ont eu 18 ans pour l’élection de hollande et , surtout ceux qui ont participé a l’arrivée de l’inconséquent actuel au pouvoir

  • Votre analyse ne prend pas en compte la situation nette de la France. Vous accumulez les dettes de l’ensemble des agents économiques, il faut également accumuler les créances pour obtenir la position extérieure nette de la France :
    https://www.lefigaro.fr/flash-eco/balance-des-paiements-la-position-nette-de-la-france-s-est-encore-degradee-en-2020-20210720
    https://en.wikipedia.org/wiki/Net_international_investment_position
    Ce n’est pas glorieux, mais c’est déjà beaucoup moins catastrophique.
    La France doit faire un vrai effort de compétitivité pour redevenir positive, nous en étions proche en 2019 avec €7,1mds de déficit… Il reste du travail.

  • La dette? Ils s’en foutent. Ils seront morts comme déjà sont déjà décédés les premieres générations qui ont commencé la dette.
    C’est abstrait et chiant la dette.
    La dette c’est le jeu de la bombe qui se passe de générations en générations
    Chacun espérant que le jour où elle explosera se sera pas sa génération.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d'économie sont "cette fois-ci est différente". La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l'inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d'interventionnisme.

L'indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L'inflation en Ar... Poursuivre la lecture

retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles