Les canicules d’avant la canicule au cours du XXe siècle

Canicule : quelques précédents météorologiques survenus au XXe siècle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
sun source https://unsplash.com/photos/BC49M6wl--8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les canicules d’avant la canicule au cours du XXe siècle

Publié le 13 août 2021
- A +

Par Jo Moreau.
Un article de Belgotopia

Nous sommes abreuvés d’avertissements affolés devant l’épouvantable canicule qui nous attend la semaine prochaine, alimentée par notre inaction devant le thermostat climatique, pourtant dénoncée par notre future doctoresse honoris causa et ses suiveuses.

Je me suis penché sur quelques précédents météorologiques survenus au XXe siècle, dont le début est caractérisé par une succession d’étés chauds et secs, et je vous en livre quelques exemples spectaculaires ici.

Anno 1900

Janvier est doux et printanier. Février connait un véritable ouragan sur toute la France, avec des vents atteignant 180 km/h.

Le mois de juillet est le plus chaud à Paris depuis 1859. Longue période de fortes chaleurs avec des températures atteignant 40 degrés à Châteaudun. Paris manque d’eau.

Londres : on relève des cas d’insolation.

Cette période sera suivie de violents orages.

Plusieurs tornades en Belgique.

En octobre, nouvel épisode de chaleur exceptionnelle à Paris. Le 26 octobre inondations en Angleterre. Violentes tempêtes en Angleterre les 20, 27, 29 décembre et grandes inondations le 31 décembre.

Anno 1911

L’été a été si sec en juillet et août qu’en Flandre, des centaines de personnes font la queue avec des seaux devant les fontaines publiques. En France, juillet août et septembre sont très chauds et les températures dépassent fréquemment 35°. On dénombra 40 000 morts dus à cette canicule, aussi bien des personnes âgées que des enfants en bas âge. Les premières vraies averses de pluie surviennent le 20 septembre.

La canicule a également sévi en Angleterre.

En septembre, violente tempête sur la côte belge.

Anno 1921

Après la sécheresse qui a commencé à l’automne 1920, le 1er janvier 1921 la vague de douceur se poursuit : 19,4° à Bordeaux, 16,5° à Châteauroux, et s’aggrave en février. Mars et avril sont toujours exceptionnellement secs et ensoleillés.

Du 14 au 17 avril, il neige fréquemment sur presque toute la France – un orage déverse 20 cm de grêle sur le Languedoc dans la soirée du 14 avril.

En juin, la sécheresse devient dramatique, aucune goutte de pluie n’est observée dans l’Oise, la Somme et le Languedoc-Roussillon ; à Paris, c’est le mois de juin le plus sec depuis 1810, une vague de chaleur exceptionnelle se produit entre le 24 et le 28 juin ; le 28 juin, un orage de grêle ravage les Deux-Sèvres avec des grêlons de 125 grammes.

Un été caniculaire s’abat sur la Lorraine. Le déficit de pluie atteint des records. Les récoltes s’annoncent faibles ; les prés, pâturages et parcs sont « grillés » comme les arbres qui « se laissent déplumer » par le vent brûlant.

Juillet reste extrêmement sec, absolument sans pluie dans la Beauce, le pays de Caux et la Picardie ; du 22 mai au 11 juillet, il ne tombe que 2 mm à Paris.

Cette sécheresse concerne également les Pays-Bas et l’Angleterre (le débit de la Tamise est réduit au 1/10eme de la moyenne) – La sécheresse perdure en Angleterre. On y dénombre de nombreux décès dus à la chaleur. Record de chaleur depuis 40 ans.

Aux USA, les températures élevées perdurent depuis août 1920, avec des températures mensuelles supérieures de 3,4° (F) supérieures à la moyenne. Le mois de mars vit une température supérieure à 10,8° (F)

Le 13 juillet, on observe également une chaleur torride et un maximum de 44,8° aurait été mesuré à Bourg  (il s’agit de la valeur non officielle la plus élevée mesurée à l’ombre, en France). Le vent déclenche des incendies en Champagne et le village de Loisy-sur-Marne est totalement détruit.

La vague de chaleur atteint son maximum les 28 et 29 juillet où l’on mesure des températures supérieures à 38° sur les trois quarts de la France (40 à 42° à Vesoul, Besançon, Albertville, Bourg en Bresse et Moulin)

Le 29 juillet, véritable « sirocco » en Lorraine. Les fils téléphoniques sont distendus par la chaleur.

En août, la grande sécheresse en Europe, combinée avec des températures élevées, est la cause d’une fonte rapide des glaciers alpins.

Le déficit de pluie atteint des records. Début août, les mirabelles se font rares et comme la terre des jardins des maraîchers est brûlée, les légumes « ont pour ainsi dire disparu. Un pied de salade très dure se paie à des prix inconnus. On n’arrive presque plus à obtenir le bouquet nécessaire au pot-au-feu », peut-on lire dans les comptes-rendus de l’époque. Les prés, pâturages et parcs sont « grillés » comme les arbres qui « se laissent déplumer » par le vent brûlant.

Octobre est le plus chaud et le plus sec depuis 1757. Une vague de chaleur exceptionnelle se produit du 1er au 20 octobre. Au cours de la première semaine, les températures dépassent partout les 30° -le 5 octobre, on atteint même 36° dans les Basses Pyrénées.

Le 4 novembre 1921 voit enfin le retour de la pluie, mettant fin à la sécheresse mais le beau temps dominera pratiquement jusqu’à Noël.

Après qu’un véritable ouragan ait balayé les Flandres et toute la Belgique dans la journée du 7 novembre, de l’air glacial envahit tout le pays entre le 11 et le 14 novembre

Du 4 au 7 décembre, les gelées restent très fortes. Les 28 et 29 décembre, sont à l’inverse très doux, les températures dépassent 15° sur presque tout le pays.

L’année 1921 aura été la plus chaude et la plus sèche à Paris depuis le début des observations météo (1851) ; au total, il ne tombe que 270 mm d’eau contre 625 mm en moyenne. L’insolation fut également très élevée avec 2314 h de soleil contre 1650 h en moyenne.

Anno 1934

USA : pratiquement l’ensemble du pays subit une sécheresse sévère. En juin, on relève des températures supérieures à 100°F (38°C)dans 48 États. Le Texas, l’Oklahoma et le Kansas sont l’objet d’une véritable  catastrophe, qui provoque l’exode majoritairement définitif de 3 millions d’habitants vers des cieux plus cléments.

Chine : vague de chaleur inhabituelle. Dans certains endroits, on relève des températures de 40 à 45° entraînant de nombreux décès. Les récoltes sont ruinées.

Japon : 4000 morts dans un typhon apocalyptique.

France : vague de chaleur torride et sécheresse au printemps et en été. Mi-avril, la température atteint près de 30°. Mi-septembre, 36° à Clermont-Ferrand. En décembre, la température moyenne est supérieure de 5° à la normale.

Australie : sécheresse catastrophique, la majorité des forêts sont détruites.

Afrique du Sud : sécheresse sur tout le pays. Mort d’environ 10 millions de moutons.

Belgique : tornade dans la région du Centre. Plusieurs maisons détruites à Binche, où un train déraille, soufflé par les rafales.

Je vous épargne les années ultérieures, dont plusieurs ne furent pas tristes non plus !

Article initialement publié en juin 2019.

Sur le web

Voir les commentaires (117)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (117)
  • Bien chers frères, bien chères sœurs, « avant tout débat, ayons une pensée pour celles et ceux qui seront victimes du réchauffement climatique aujourd’hui. » Amen.
    Citation de la phrase d’introduction prononcée, pas plus tard qu’hier, par un (prêtre) journaliste sur une chaîne d’information.

    • Une chaîne d’infantilisation continue certainement..

    • Oui, ayons une pensée pour les victimes de la canicule à Beyrouth après qu’un entrepôt d’engrais soit parti en fumée.

      N.B. Une trentaine d’incidents de ce genre en un siècle. On recherche donc l’origine terroriste de l’explosion.

  • Un des moyens de manipuler les masses pour qu’elles payent plus de taxes , c’est de les effrayer..
    Donc les médias y vont de leur couplet catastrophiste..
    j’ai une grande nouvelle pour vous..
    en été IL FAIT CHAUD!
    et je vais aller plus loin en hiver il peut faire froid..
    ceci posé si on ne supporte pas une temperature de 30° , il faut vite émigrer en écosse ou en islande..
    Ah les veaux!

    • Très bien, bravo ! En même temps, il faut quand même dire que les veaux aiment bien et ne veulent pas se défaire de l’anneau de métal qu’on leur a passé dans le nez pour mieux les emmener à l’abattoir. Savez-vous pourquoi ? Parce que justement ils sont effrayés de ne pas savoir comment cela sera sans cet anneau ! Alors, frayeur contre frayeur, ils préfèrent celle de l’esclavage qui leur est imposé depuis quelques décennies. Ils râlent. Eh, ça, pour râler, ils râlent ! Comme des veaux …

      • Ce n’est quand même pas aisé de se rebeller contre ce système de peur. Ils ont trouvé LA solution: des amendes à tout va, des taxes à tout va, des pv tant qu’ils peuvent en diminuant par exemple les vitesses à des niveaux souvent impossibles à respecter.
        Avez -vous les moyens financiers de vous rebeller? Bien sûr que non. Alors, vous suivez. Que voulez-vous faire d’autre et comment?

        • On peut partir… c’est ce que j’ai fait….je ne les supportais plus et je ne voulais pas qu’ils me gâchent les quelques années (j’espère) qui me restent à vivre.

  • la terrible canicule …..on ne nous parle que de ça , sur toutes les chaines , heure après heure , région après région , …..et pendant ce temps on ne parle pas de ce qui fâche…..mais ON nous donne des leçons , les mêmes que l’année dernière , pour contrer les effets de la canicule ; ON nous prend vraiment pour des cons ;

    • Même technique que celle utilisée pour le « grand monologue national ». Ca marche à tous les coups avec les veaux de @claude henry de chasne ! « On » ne nous prend pas pour des cons » : nous sommes, en grande majorité des cons. Quand je dis « nous », je veux parler des français « populistes », ces gaulois récalcitrants qui ne cherchent même pas à traverser la rue pour se trouver un peu d’ombre sous un arbre …

      • En fait on constate que les populistes ne sont pas les plus cons. Ceux qui suivent aveuglément les consignes du politiquement correct sont en fait les bobos, sensés être les plus cultivés de la population. Ce sont eux les farouches défenseurs de toute l’idéologie post moderne, refusant les vaccins, les OGM, la chimie les pesticides, etc… et consommant bio, naturel et durable. Ce sont eux les plus chaud partisans du réchauffisme, alors qu’ils sont sensés connaître l’histoire de notre planète que la paléontologie étudie!

    • Faites comme moi, évitez les chaînes d’information!

  • Annonce, vente de clim dans un magasin , 380€…. Et ils osent nous parler de canicule , avant c’etait catastrophique , pas d’eau pas d’isolation pas de frigo mais aujourd’hui la catastrophe c’est l’etat

  • Cet article ne prouve rien. Seules les statistiques sont un fondement scientifique indiscutable.

    • Les statistiques ne sont que des additions justes de chiffres faux. On leur fait dire ce que l’on veut. Et comme le disait W. Churchill : « Je ne crois qu’aux statistiques que j’ai moi-même falsifiées ».

    • C’est sûr les stats il y a que ca de vrai d’ailleurs avant de jouer au loto je consulte les stats…un jour je serais millionnaire….

    • Les statistiques sont effectivement un fondement scientifique indiscutable, mais un scientifique peut leur faire dire ce qu’il veut sans que nul ne s’en aperçoive. En revanche, un contre-exemple suffit à démonter n’importe quelle théorie, et n’importe quelle extrapolation des statistiques, d’où l’intérêt de l’article en tant que réfutation indiscutable de bien des théories.

      • Je dirais plutôt ont » un fondelent scientifique. Car si la partie mathématique est indiscutable, les prémisses peuvent être fausses.

      • Dit autrement : le fondement scientifique, en tant que statisticien et scientifique, je m’assieds dessus.

      • oui un manager avait peur de prendre l’avion a cause des bombes.. suite a une etude des ses statisticiens on s’est aperçu que la probabilité d’avoir 2 bombes dans l’avion était très proche de zéro
        depuis il voyage avec sa propre bombe

      • @MichelO, les statistiques : un fondement scientifique indiscutable ?????
        A part dans certains domaines bien précis qui correspondent à des entrées formelles et non ou peu contestables (par ex nombre d’enfants vaccinés, etc…), les statistiques (chômage, délinquance, résultats économiques) sont majoritairement dans nos pays, de la poudre au yeux.
        On modifie les critères d’entrée des données en fonction des résultats souhaités.
        Cela peut changer selon les années et les bons ou mauvais résultats. Le tout est de paraître crédible.

        Ensuite certaines statistiques formellement incontestables comme le nombre de bacheliers reçus chaque année, dissimulent derrière une augmentation du nombre de bacheliers, la chute vertigineuse du niveau de ce diplôme.
        Il n’est même pas sûr que les reçus au bac actuels aient pu décrocher le certificat d’études de nos grands parents.

        S’agissant du climat, les banques de données internationales ou nationales sur les catastrophes, pour les plus anciennes datent d’une quarantaine-cinquantaine d’années.
        N’ayant pas été renseignées par des historiens, elles sont quasi vides de catastrophes climatiques pour des années antérieures à 1970-80-90, d’où la grande illusion qu’il ne se passait rien avant.

        Pire les comparaisons de statistiques entre pays sont objectivement quasi impossibles, tant les critères d’entrée sont différents d’un pays à l’autre, comme d’ailleurs le souci d’honnêteté de ceux qui les commandent.
        Certaines (rares) cultures ont le souci de la réalité vraie, d’autres se fichent totalement de se rapprocher d’une véracité quelconque. On est un peu au milieu….

        Rapprochez vous de gens travaillant dans la haute administration, dans différents pays, le sujet est passionnant.

        • michel ne vous a pas dit que les mauvaises stats sont un outil scientifique indiscutable .. vous jetez un beau bébé avec l’eau du bain.

    • « Il y a trois sortes de mensonges : mes mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques » MT
      Seules les données sont un fondement scientifiques. Ils faut en avoir en quantité suffisante et de qualité. Alors, donnez-nous les données de température dans, disons, 1000 endroits du monde, et disons sur les 2000 dernières années…
      Ah, il n’y a rien avant le XIXe siècle !?
      Et seulement dans quelques villes d’Occident et du Japon !?
      Merci.

      -1
      • N’oubliez pas la précision. Parce-que les données à 5° près, vous n’en ferez pas grand-chose.
        Autre « détail » : il faut qu’elles soient comparables, c’est à dire prises dans un environnement normé. Il me semble que pour les températures, c’est à la campagne, dans un petit abri fermé, peint en blanc et à l’ouverture orientée vers le nord, à une heure constante. Quant aux points de mesure qui étaient à la campagne jusqu’en 1970 et qui sont maintenant en ville… ils sont biaisés et doivent être écartés, vu que les températures en ville sont par nature plus élevées que dans la campagne environnante.

    • « Seules les statistiques sont un fondement scientifique indiscutable » Quel perle ! Merci mon Fredo, tu fais ma journée !

    • Je pense que le propos de l’auteur est une réaction à la propagande ambiante. A chaque fois qu’il y a un événement météorologique dans le sens du réchauffement on nous dit vous voyez bien les effets du réchauffement.
      L’article montre qu’il y a déjà eu de tel Evènements avant les émissions de CO2 anthropiques. Cela prouve qu’on ne doit pas laisser conclure quoi que ce soit sur un épisode de quelques jours voire quelques mois. C’est déjà pas mal.

      • Vous devriez plutôt dire : « à chaque fois qu’il y a un événement météorologique », pas besoin de préciser qu’il doit aller dans le sens du réchauffement. D’ailleurs, ledit réchauffement est devenu changement maintenant, ça change tout.

      • @cyberfred
        Je suis d’accord avec vous. Voilà exactement ce que veut dire l’auteur de cet article. Il ne donne pas de statistiques mais quelques exemples souvent pires que ce que nous pourrions trouver aujourd’hui. Ceci dit, à tous ces intervenants qui critiquent les statistiques sans plus de précisions, il faut ne pas confondre « statistique expérimentale », « dénombrement complet, comme les reçus au bac », etc. La statistique comme outil descriptif doit être interprétée en fonction des critères de dénombrement. La plupart des erreurs d’interprétation sont dues à la méconnaissance des théories statistiques. La grande qualité des statistiques mathématiques est de faire dire à un échantillon ce que dirait la population complète avec une probabilité connue de se tromper.

    • Si au lieu de vous borner aux statistiques vous réfléchissiez un peu! Je sais faut-il encore pouvoir, ce n’est pas permis à tout le monde! Donc selon vous, il n’y a jamais eu de canicule avant 2003 et cette année? Vous êtes écervelé pour une telle absence de mémoire?

    • il faut comparer ce qui est comparable les épisodes similaires chauds et froids à travers le temps et là on voit bine que la soi disant canicule n’a rien d’historiquement exceptionnel et si vous voulez des statistiques il faudrait plus de 41 d’ici la fin du mois tous les jours à Bordeaux pour battre le record de 2003 et 45 pour battre celui de 1976 ….

    • cet article prouve bel et bien qu’il ya eu des canicules.. donc cet article prouve un truc…
      les statistiques ne sont pas le « seul fondement scientifique » sauf bien sur quand on regarde des trucs comme la probabilités;. donc c’est faux aussi…

      remarquable débunkage…

      le plus amusant est qu’on peut deviner ce que vous vouliez dire..

      que pour savoir si la probabilité de voir des canicules augmente on doit regarder les statistiques..

      vous remarquez que les médias ne font pas ça.. justement, ils mettent en avant un événement..disent qu’il est inédit, historique, sans précédent ( depuis deux ans) etc etc..

  • C’est le grand défoulement catastrophiste, il y a eu trop de retenue en mai et juin pour cause de météo déplorable!
    Ce qui est effarant, c’est tout de même le nombre de gens qui gobent le discours des grands médias.
    On a de plus en plus une opposition et souvent, une impossibilité de dialogue entre ceux qui sont informés de manière pluraliste et ceux qui ne le sont pas.
    Et le plus préoccupant, c’est l’endoctrinement des jeunes
    https://www.bvoltaire.fr/nevrose-climatique-suicide-infecondite-cessez-de-desesperer-nos-enfants/


    • Voyez l’insupportable Aymeric Carron quittant le plateau de sud radio parce qu’un auditeur ne croit pas à le théorie réchauffiste

      • et tous avec leur bouteille d’Evian négligemment posée devant eux.. et Aymeric n’arrêtant pas de boire, boire, boire…pas de probleme de prostate, c’est déjà un bon point..

    • @La petite bête
      Bonsoir,
      « C’est le grand défoulement catastrophiste, il y a eu trop de retenue en mai et juin pour cause de météo déplorable ! »
      Nous avons eu un printemps pourri. J’ai passé le printemps à rappeler à tous mes collègues se plaignant du temps (pourri : pluvieux, nuageux, frais voire froid) que : « C’est le réchauffement climatique ! ». A part deux, les autres ont sourri jaune.

  • Les français n’acceptent plus ce qui (leur semble t-il) sort de l’ordinaire…Ils veulent du sensationnel, sans doute pour avoir l’impression d’exister ?
    Ce petit rappel est très utile ! Merci !

  • Merci de remettre tout cela en perspective. Personnellement, je préfère les désordres climatiques à la guerre!

  • Les climatologues prévoient que le réchauffement climatique devrait entraîner une plus grande fréquence des épisodes caniculaires, et de plus grande intensité. Cela ne nie pas qu’il y a toujours eu des épisodes caniculaires.
    Cette canicule peut être en partie dûe au changement climatique, mais ce dernier s’inscrit dans la longue durée: il y a autant de non sens à dire « aujourd’hui il a fait froid donc il n’y a pas de réchauffement » que « aujourd’hui il fait chaud donc il y a un réchauffement ». Cet article ne fait que de tomber dans la facilité de choisir des idiots utiles, mais il ne présente aucun argument contre le réchauffement climatique.

    • Si, il prouve que le climat n’a jamais été stable et que les réchauffistes ne peuvent s’en servir comme argument en faveur de leur délire!

      • Cela tombe bien car les scientifiques climatologues n’ont jamais affirmé que le climat était « stable ». Peut-être pouvez-vous trouvez ce type de réflexion erronée chez quelques personnes comme vous utiloisez comme des idiots utiles, mais pas chez les climatologues.

        • Bien sur que si. Faites par exemple une petite recherche avec les termes IPCC TAR MBH99 WG1.

          Ce qui est bien avec les ecologistes c’est que l’on sait qu’ils écrivent systematiquement des conneries. Les boussoles qui indiquent le sud sont aussi utiles que celles qui indiquent le nord quand on le sait.

    • Vous inversez les propositions. Vous même ne proposez aucun argument contre l’inscription des observations dans la variabilité climatique usuelle et normale, laquelle doit être réfutée préalablement à l’affirmation d’un réchauffement climatique.

      • Les climatologues ne disent pas que le climat est normalement stable, et leurs modèles non plus.
        Cet article dit que le climat n’est pas stable.
        En quoi cet article réfuterait les climatologues ?
        (Encore faudrait-il définir précisément ce qu’on appelle « stable »).

        • « Stable » signifie qu’à l’échelle de temps considérée, moyenne et variance (je vous épargne les moments d’ordre supérieur) sont des variables aléatoires dont les distributions ne dépendent pas de la variable temps.
          Cet article dit que les arguments avancés aujourd’hui pour soutenir une nouvelle dépendance de la variable temps n’ont aucune valeur, puisque les observations restent parfaitement compatibles avec les distributions statistiques qu’on pouvait déjà évaluer par le passé.

          • C’est un raisonnement fallacieux climato-sceptique classique: prendre ponctuellement des échelles de temps courtes pour montrer qu’aucune tendance ne se dégage.
            La climatologie s’intéresse à des échelles de temps plus longues sur lesquelles des tendances constatées viennent confirmer des modèles théoriques.
            Enfin cet article ne montre rien du tout: c’est une liste à la Prévert de moments et de lieux tout à fait ponctuels, il est bien difficile d’en tire quoi que ce soit de scientifique sans un traitement systématique de plus de données sur une longue période et pour une zone géographique restreinte, par exemple. C’est même démagogique, avec pour seule valeur argumentative quelquechose dans le genre « il est faux de dire qu’il pleut plus en hiver en été parce qu’on peut faire une liste de jours pluvieux en été ».

            • je peux me tromper, mais il me semble que les échelles de temps considérées médiatiquement ne peuvent pas être qualifiées de « longues » – quand on dit : « le climat de la Terre se réchauffe depuis 1980 », on est sur 30 ans, d’un point de vue géologique on est très loin du « temps long » dont vous parlez.
              De-même, quand on annonce « une hausse de température de X° en 2030 par rapport à l’époque pré-industrielle » – je vous accorde que là, on entre plus dans du temps long, mais on sait par ailleurs que l’ère pré-industrielle se trouvait dans une période globalement froide (on a parlé de « petit âge glaciaire », ce n’est sans doute pas pour rien), quelle est la raison pour prendre cette période comme référence…?

              Je suis d’accord avec vous sur le fait que cet article ne montre rien d’un point de vue scientifique. Mais de ce côté, il n’a pas plus de valeur que les dizaines d’articles qui disent actuellement : « une canicule en juin ? C’est la faute au changement climatique anthropique, repentez-vous ! »

              • Effectivement les médias maîtrisent souvent mal le sujet qui est complexe. Prendre 30 ans comme référence est à peine significatif au niveau de l’élévation des températures, mais par contre peut l’être au niveau de la concentration de CO2.
                Avant l’ère industrielle les variations de températures s’expliquent en gros par les fameux cycles de Mankovic, par contre à partir de l’ère industrielle ce modèle s’avère insuffisant. Par contre les modélisation prenant en compte l’explosion de la concentration en CO2 (entre autre) est cohérente vis à vis de l’évolution du climat, et ces modélisations prévoient une forte augmentation des températures dans les prochaines dizaines d’années même si cette augmentation est difficile d’évaluer en précision à cause de nombreuses boucles de rétroactions qui rendent le système extrêmement complexe. Mais même les scénarios « optimistes » prévoient des changements radicaux assez catastrophiques.
                On prend donc comme référence le début de l’ère industrielle car le réchauffement depuis cette période s’explique en très grande partie par l’activité humaine qui est sous notre contrôle.

                • je le répète, au début de l’ère industrielle, on commençait la sortie du « petit âge glaciaire », période « anormalement » froide où on était entrés à la fin de la Renaissance. Est-ce vraiment une bonne référence pour parler de « réchauffement » ?
                  Ensuite, les paramètres de Milanković collent peut-être bien à une certaine période de l’Histoire climatique, mais ils semblent ne concerner que la situation de la Terre (en tant que planète) par rapport au Soleil. Quid (entre autres) de l’activité solaire ? Est-ce que la situation qu’on observe aujourd’hui est causée par le CO2 (humain), à l’exclusion de toute autre cause ? « Oui », répondent le GIEC (dont le but politique est l’étude des causes humaines du changement climatique et des moyens de le réduire, on a vu moins désintéressé), la classe politique et l’ensemble des médias.

                  • Oui nous sortons d’un petit ère glaciaire, mais le réchauffement est anormalement élevé: l’activité humaine explique bien cette accélération anormale, même si l’augmentation est en partie dû à des raisons naturelles. Le GIEC prend bien sûr en compte ces facteurs, tout comme il prend en compte les variations d’activité du soleil, mais ces facteurs ne pèsent que très peu dans cette augmentation. Le GIEC n’exclue pas les autres causes mais les intègre.

                    • @BGJBL
                      Bonsoir,
                      Les variations d’activité du Soleil ne pèsent que très peu ? Alors que dès qu’il tousse un petit peu (éruptions solaires, taches solaires) on nous prédit la fin de la planète.
                      Comme ici, il y a tout juste une semaine (le 19/06/2019)
                      « LA TERRE MENACÉE PAR UNE ÉRUPTION SOLAIRE DE GRANDE AMPLEUR » – https://www.cnews.fr/monde/2019-06-19/la-terre-menacee-par-une-eruption-solaire-de-grande-ampleur-850052

                      « Oui nous sortons d’un petit ère glaciaire, mais le réchauffement est anormalement élevé: l’activité humaine explique bien cette accélération anormale, »
                      Ok, donc comment expliquez-vous la sortie de l’ère glaciaire d’il y a 10.000 ans ?
                      Et puis, puisque certains esprits birllants savent comment (et par la faute de qui) on entre en période de réchauffement climatique, comment fait-on pour entrer en ère glaciaire ?

                    • @STF
                      Votre article parle des éruptions solaires qui peuvent avoir des impacts electro-magnétiques, il ne s’agit pas de climat.
                      Concernant les cycles des ères glaciaires, regarder ce que sont les cycles de Milankovitch, ici par exemple: https://www.youtube.com/watch?v=MXcY8Cf6hsI

                    • Anormalement élevé par rapport à quelles mesures antérieures ?
                      Où sont les mesures mondiales terre – mer du 6e siècle ? Oui, celles avec deux décimales après la virgule ?
                      Il faut se poser les bonnes questions.
                      Quelles mesures avec quelles précisions ?
                      Avant la fin du 19e siècle, il n’y a PAS de mesures, tout simplement.
                      Des gugusses, parce qu’on ne peut pas les appeler autrement, prétendent pouvoir faire des reconstitutions à partir de carottes de glace du pôle sud qui ne représente que le pôle sud; avec des cernes d’arbres de 2000 ans ? avec des sédiments de lacs qui ne représentent qu’une infime partie du monde et qui ne sont de toute façon PAS des mesures de température, etc. MAIS PAS DE MESURES !!!!
                      Nous n’avons aucune espèce d’idée de ce que pouvait être la température au niveau global à deux ou trois degrés près. Tout juste pouvons-nous dire que c’était vivable pour les humains depuis une vingtaine de siècle.
                      Lisez ou relisez l’histoire du Sahara. Soit il faut mettre cette littérature à la poubelle, soit le climat change et peut changer rapidement sans voiture 4×4.

                    • @BGJBL
                      Bonjour
                      Il est constamment question de climat. En cours de S.V.T, il est expliqué aux élèves de 3ème que la météorité ayant frappé la Terre a causé un changement climatique lequel a fait disparaître les dinosaures. La conséquence devient la cause.

                      Il n’est question que de conséquences électro-magnétiques mais cet article montre bien que dès que le Soleil tousse un peu, c’est la fin du monde. Sans compter les déjections solaires qui grilleraient la planète si jamais elles la touchaient.
                      Je ne suis pas scientifique pourtant je sais que dès que le soleil se met à s’échauffer un peu, ça chauffe sur la Terre.

                    • « Le GIEC n’exclue pas les autres causes mais les intègre. »
                      Probablement pour cela que j’ai réussi à faire admettre à Bréon, un des pontes du GIEC, qu’il mettait de coté toute étude allant contre ce qu’il voulait « prouver »…

                • BGJBL « On prend donc comme référence le début de l’ère industrielle car le réchauffement s’explique en très grande partie par l’activité humaine ». C’est surtout très pratique : on exclut ce qui a précédé pour ainsi ne plus parler, définitivement, que de l’activité humaine (vous reprendrez bien un peu d’auto-flagellation-taxes chers amis ?).
                  J’aime aussi l’affirmation comme quoi l’activité humaine explique le réchauffement : et pourquoi donc cette affirmation ?
                  Savez-vous que le réchauffement est terminé depuis 20 ans et que c’est pour cela qu’on n’entend plus parler que de changement climatique désormais ? Encore quelques années et l’arnaque au réchauffement sera découverte.

                • Vous ne connaissez visiblement pas bien le sujet pour dire qu’avant l’ère industrielle les variations de température s’expliquent en gros par les cycles de Milankovic.
                  Les cycles de Milankovic expliquent parfaitement les évolutions du climat terrestre sur de très longues périodes (plusieurs millénaires voire dizaine de millénaires mais n’apportent pas d’explications sur les variations plus courtes de l’ordre de la centaine d’années par exemple.
                  Ils n’expliquent pas des épisodes climatiques particuliers pourtant bien identifiés de réchauffement comme les minimum romains ou médiéval ou de refroidissement comme les minimum de Maunder ou de Dalton plus près de nous. De ce point de vue, la théorie de Svensmark avait l’avantage de donner un début d’explication, ce que ne font en aucune façon les théories actuelles basées essentiellement sur l’accroissement du taux de CO2 atmosphérique.
                  Pourquoi croyez-vous que certains se soient donner tant de peine pour minimiser ces épisodes particuliers par des arguments qui se sont avérés faux (épisodes locaux, variations de températures plus faibles et/ou moins brutales que celles d’aujourd’hui par exemple) ou par des courbes d’évolution qui les ont carrément gommé après des tripatouillages scientifiquement peu déontologiques (crosse de hockey de Mann)?
                  Le jour où nos glorieux climatologues (en France toujours les mêmes, avez-vous remarqué?) nous donneront une explication crédible et compatible avec la théorie actuelle de ces évènements, je commencerai à douter de mon scepticisme. Ce doute sera entièrement levé quand nos mêmes climatologues auront donné une preuve expérimentale irréfutable de la seule responsabilité des émissions anthropiques de gaz carbonique dans la période de réchauffement actuelle (désolé dérèglement, ça colle mieux avec tout!).

                • Non l’évolution du CO2 n’explique pas celle du climat, c’est l’inverse la preuve expérimentale ici : https://www.climato-realistes.fr/climat-et-co2-levidence-contre-le-dogme/

            • Au départ, ce n’est pas un problème de température, ni de climat, mais politique.

              • Belle pirouette pour ne pas parler du fond.
                Cela dit c’est assez révélateur de ce site: le réchauffement climatique ne pouvant pas être vrai vu qu’il contredit les thèses libérales, il ne peut être que faux. Les climatologues ne peuvent donc qu’être guidés par l’anti-libéralisme des politiques qui veulent imposer un Etat totalitaire et/ou de nouvelles taxes.

                • pour info, les « thèses libérales » n’ont rien à voir avec le climat – lisez ou relisez bien Smith, Say, Turgot, Bastiat, Friedman, pour prendre quelques exemples, je doute que vous trouviez beaucoup d’éléments sur le climat.
                  Ce que disent les libéraux (ici), c’est : arrêtez d’utiliser les théories sur climat comme prétexte pour ajouter des taxes sur tout et n’importe quoi. D’autant plus que les montants « exigés » pour « sauver le monde » dépassent le PIB mondial. Si problème il y a, il faudrait plutôt orienter les investissements vers ce qui nous aidera à y faire face, plutôt qu’essayer d’empêcher ce qui est présenté comme inéluctable.

                  • Je ne dis pas que les auteurs classiques parlaient de climat, je dis que leurs conclusiones (du type laissez-faire ») ne sont pas compatibles avec le problème du réchauffement climatique d’origine anthropique.
                    Ce site ne dit pas « n’utilisez pas le réchauffement climatique pour imposer de nouvelles taxes », ce site affirme que le réchauffement climatique d’origine anthropique n’est qu’une invention politique pour inventer de nouvelles taxes, c’est très différent et beacoup plus dangereux.

                    • Le réchauffement climatique d’origine anthropique? Là est la question.

                    • @BGJBL
                      « c’est très différent et beaucoup plus dangereux. »
                      Plus dangereux que ceux qui écrivent sur des pancartes et éructent : « Save the planet kill yourself ! » ?

                      Le R.C.A est une invention politique, c’est bien pour cela que le G.I.E.C existe.

                      Je me permets de vous demander pourquoi les français devraient payer des montants astronomiques « pour sauver la planète » alors que le pays n’est « responsable » que de 0,9% des émissions de CO2 mondiales ?

                    • Je pensais avoir compris les termes du débat jusqu’à ce que je tombe sur le fameux « c’est beaucoup plus dangereux ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce l’infidèle ou plutôt l’apostat qui est dangereux pour le pouvoir religieux en place ?

                    • @Cavaignac
                      C’est dangereux dans la mesure où il s’agit presque de négationnisme sous couvert « d’esprit critique » et de « on refuse le débat » alors qu’il s’agit d’aligner des arguments maintes fois réfutés et d’ignorer des arguments scientifiques solides si on veut bien prendre le temps de s’y pencher sérieusement et d’avoir une position ouverte.

                    • @BGJBL
                       » d’avoir une position ouverte. »
                      Whahaha !! Il n’y a pas plus esprit obtu qu’un réchauffiste. Les réchauffistes sont ceux qui refusent le débat et qui invectivent leurs interlocuteurs dès qu’ils sont un peu chatouillés, brillamment démontré dans l’émission de Pascal Praud.

                      « il s’agit presque de négationnisme sous couvert « d’esprit critique » »
                      Ou comment dire à autrui de fermer son clapet vu qu’il ne sait rien, cet ignare.

                    • Pour l’instant et par des voies diverses et variées, il faut bien admettre que théorie du réchauffement d’origine anthropique n’a conduit qu’à des décisions politiques souvent stupides et à l’invention de nouvelles taxes à défaut d’avoir été prouvée expérimentalement.

            • Quelle arrogance prétentieuse !
              Ca n’est pas un raisonnement fallacieux, c’est la seule manière scientifique de raisonner. Je suis effaré, non pas que ces notions de poser une hypothèse réfutable et de montrer qu’elle n’est pas réfutée soient ignorées, mais que ceux qui les ignorent se posent en donneurs de leçons et en juges suprêmes, alors qu’ils ne sont manifestement pas scientifiques pour un sou.
              La climatologie s’intéresse à toutes les échelles de temps assez longues pour que les moyennes et les variances y bénéficient d’une certaine confiance. On peut tenter de modéliser par des modèles théoriques ce qu’on observe, mais c’est assez puéril tant qu’on n’a pas ajusté des distributions statistiques empiriques sur ces observations. Ces distributions empiriques rendent forcément compte des canicules décrites dans l’article, et par conséquent les observations récentes, pas significativement différentes, ne peuvent les remettre en question.

              • « alors qu’ils ne sont manifestement pas scientifiques pour un sou »

                Oui, il y en a qui feraient bien de consulter l’article « pseudo-science » de Wikipedia.

    • euh…. la temperature globale de surface tend à augmenter depuis quelques décennies.. en fait depuis 1980 en france je crois..

      ça c’est un fait observé…

      que la fréquence des canicule va continuer à augmenter est une théorie.. qu’on pourra confirmer dans disons 30 ans..

      le problème n’est pas ce que vous dites, mais il est que » les climatologues  » pour des raisons obscures ne mettent en évidence que certaines lacunes..

      je ne vois pas beaucoup de corrections du flux de conneries que débitent les médias..
      cet article erst une parfaite réponse aux médias..sur « sans précedentisme » généralisé..n’est ce pas???

      • @Jacques lumière

        le problème n’est pas ce que vous dites, mais il est que » les climatologues » pour des raisons obscures ne mettent en évidence que certaines lacunes..

        Quelles sont vos sources ?

  • En fait, vous avez plusieurs chaines d’info continues, qui doivent capter votre attention pour vous faire patienter d’une pub à l’autre.

    Et des infos vraies, il n’y en a pas des masses (enfin si, mais ils ont décidé que ça ne nous concerne pas), alors il nous abreuvent de micros trottoirs de glandus tous fiers de passer à la télé :

     » Voila, il faut beau, on en profite encore avant qu’il fasse chaud, puis on se mettra à l’abri en s’abreuvant bien (les veaux s’abreuvent cqfd), voilaaaa… »

  • On a beau essayer de raisonner les gens à propos de cette psychose démente, rien à faire! A croire qu’ils adorent péter de trouille.

    • a moins d’un miracle Lourdes ne devrait pas être à nouveau recouvert de glace

      https://www.persee.fr/doc/rgpso_0035-3221_1930_num_1_3_3967

      • Excellent article de géomorphologie ! Toute ma jeunesse, quand j’étais étudiant en géographie et qu’on faisait de la climatologie, la vraie, celle qui est une branche de la géographie et qui a été profondément renouvelée par le regretté Marcel Leroux en 1983, lequel est honni des pseudo-climatologues du GIEC, comme par hasard.

    • On a beau essayer de convaincre les gens qu’il faut agir sur le réchauffement climatique, rien à faire ! à croire qu’ils souhaitent que leurs descendants meurent de faim et de soif

      • oh…agir sur le rca..
        on nous propose une ruine économique certaine pour éviter une catastrophe essentiellement hypothétique…

      • Le réchauffement climatique est normal puisqu’il succède directement au Petit âge glaciaire qui se termine en 1870. Depuis la température a remonté de 0,7°. Il a fait plus chaud lors de l’optimum romain et ils ne sont pas mort de soif, au contraire aucune cité n’a eu autant d’eau que Rome à cette époque, ni de faim. Bien au contraire les périodes chaudes produisent de meilleures récoltes. Cela ce sont des faits historiques avérés et documentés, les romains nous ayant légués des ouvrages sur l’agriculture où ils nous fournissent les chiffres des récoltes. Au lieu de répéter bêtement les poncifs frauduleux des écolos il vaut mieux se renseigner! Vous tombez mal car je suis historien spécialiste de la Rome antique.

  • Suis-je le seul a remarquer ce paradoxe. Quand on a un ete ou un hiver plus froid que d’habitude et qu’on s;interroge sur le soi-disant rechauffement, on recoit invariablement le desormais classique « il ne faut pas confondre meteo et climat ». Par contre quand il fait plus chaud que d’habitude en ete, les memes utilisent l’argument pour demontrer que le climat s’emballe, que c’est un signe irrefutable et qu’on va ENCORE tous mourir…

    • Cela a l’avantage de faire ressortir Jean Jouzel de sa tanière comme ce matin sur BFMTV à 8h30 après seulement un jour de températures normales pour le mois d’aout.

  • Chez moi ce matin à 10 km de Montauban,à la campagne à 8h ce matin 17° maintenant à 16h13 31°6 un 25 juin rien que de très normal

    • A montauban le record de chaleur pour un mois de juin remonte au 22 juin 2003, 38,9°.
      A suivre.

      • @MD
        Bonjour,
        Quelle était la température à Montauban en juin 1000, pendant l’optimum climatique médiéval ? L’optimum Romain a d’ailleurs été plus chaud et plus bref que l’optimum médiéval. (ici : « http://www.histoire-passy-montblanc.fr/histoire-de-passy/de-la-prehistoire-au-xxie-s/xvi%C2%B0-xix%C2%B0-siecles/le-petit-age-glaciaire/ », premier graphique)

        • Il y a bien eu une période de réchauffement au Moyen-Âge, entre 900 et 1300 ce que vous appelez « optimum médiéval ». Mais elle concernait surtout l’Atlantique nord, et n’était donc pas globale comme ce que l’on connaît aujourd’hui et elle n’avait pas du tout la même ampleur.(sauf peut-être à Montauban ?)
          Selon les scientifiques, ce redoux climatique était au mieux de quelques dixièmes de degré au-dessus de la moyenne des températures de la période 1881-1980, prise comme référence, soit similaire, à ce que l’on a connu en France dans les années 1930 et 40.

          • C’est faux ! Cet optimum médiéval a été documenté par les scribes des empereurs chinois ! Et selon d’autres scientifiques, il a été beaucoup plus important que ça !

          • @MD
            Bonsoir,
            « Selon les scientifiques, ce redoux climatique était au mieux de quelques dixièmes de degré au-dessus de la moyenne des températures de la période 1881-1980, prise comme référence, soit similaire, à ce que l’on a connu en France dans les années 1930 et 40. »
            A moins que l’optimum médiéval ne soit dû aux activité carbonnées de l’Homme, avec des températures moyennes semblables (« quelques dixièmes de degré »), le réchauffement actuel n’a rien d’anthropique. Idem si on compare avec l’optimum Romain. Les Romains puis les médiévaux s’en sont sortis sans la technologie actuelle, laquelle est très sensible à la chaleur, au froid, à l’humidité, ainsi qu’aux orages.

          • @MD
            Cessez de dire Les scientifiques, car ils sont loin de partager cet avis qui découle de la falsification du Climategate. A ce sujet Michael Mann, l’auteur de la courbe en crosse de hockey, a perdu le procès qu’il avait intenté à Tim Ball qui l’accusait de fraude et falsification, ayant été incapable de fournir les données la justifiant. Les media ce sont bien gardés de diffuser l’info. Le tribunal a donc déclaré: « Michael Mann a refusé de remettre aux experts mandatés par la justice les chiffres de l’augmentation des températures qui révèlent selon le défendeur des manipulations de données ayant conduit à la modification du graphique dit du bâton de hockey. Cette réticence à divulguer l’algorithme du graphique et les points de données, révèle le manque total de transparence et d’intégrité scientifique qui entache le travail prétendument scientifique de Mann. »
            La Revue du M.I.T conclue: la courbe de Mann est un artéfact mathématique médiocre dont on ne peut tirer aucune conclusion. 
            L’optimum n’a pas été spécifique à l’Atlantique nord, les Chinois conservant les archives on sait ce qui se passait de l’autre côté de la Terre! Par contre le Petit âge glaciaire lui est très bien documenté. Après un tel refroidissement il est normal que la température remonte.

            • Mann rejoignit l’Université Yale pour l’obtention d’un doctorat en physique. Il reçut d’abord et sa maîtrise, puis un M.Phil en physique en 1991.

              Mann rejoignit le Département de géologie et de géophysique de Yale, obtenant un second M.Phil en géologie et géophysique en 1993

              The judge noted that Ball’s words « lack a sufficient air of credibility to make them believable and therefore potentially defamatory » and concluded that the “article is poorly written and does not advance credible arguments in favour of Dr. Ball’s theory about the corruption of climate science.

              In response, Ball filed a lawsuit against Johnson. Johnson’s statement of defence was provided by the Calgary Herald, which stated that Ball « …never had a reputation in the scientific community as a noted climatologist and authority on global warming, » and that he « …is viewed as a paid promoter of the agenda of the oil and gas industry rather than as a practicing scientist. »[50]‹See TfM›[failed verification] In the ensuing court case, Ball acknowledged that he had only been a tenured professor for eight years, and that his doctorate was not in climatology but rather in the broader discipline of geography,[43] and subsequently withdrew the lawsuit on June 8, 2007.[50][52]

              Ton Tim Ball est un looser.

          • Des mesures effectuées en Tasmanie semblent aussi montrer que l’optimum médiéval a aussi été observé dans l’hémisphère comme des documents semblent aussi montrer son existence en Chine et au Japon.
            Par ailleurs, à cette époque la culture de la vigne s’est étendu jusqu’à 500km environ plus au nord, ce qui sous nos latitudes à correspond à des température en moyennes plus élevés plutôt comprises entre 2 et 3°. De ce point de vue les témoignages de l’agricultures sont plus fiables et représentatifs que beaucoup de ‘proxies’ sujet à de nombreux biais.

      • ah et comment pouvez vous établir un record de chaleur absolu quand l’environnement a changé??? si il s’agit d’une temperature urbaine, je suis désolé de vous dire que ça change tout…
        sauf bien sur si on baigne dan s le biais de confirmation et que le scepticisme est le mal en science…

        • arrêtez de défendre cette théorie, elle sera éventuellement validée par ceux qui essaient de la mettre à bas..

          vous détruisez la science…

        • @Jacques Lemiere

          Vous pouvez consulter les fiches climatiques complètes, y figure les records de température par mois depuis 1981 sur le site de données publiques de météo France, des relevés de stations implantées en plein désert rural donc non touché par l’étalement urbain sont présents, par exemple la station de l’Oudon Lieury dans le 14 il y en à d’autres bien évidemment …

  • A force de nous faire croire tout et son contraire, j’ai une bonne nouvelle (incertaine?): Si les cons volaient il ferait nuit et en plus ils nous feraient de l’ombre!

  • jusqu’à la fin du festival de Cannes, on allumait le poêle matin et soir car on n’avait pas chaud du tout (dans le Sud pas loin de la mer). Alors quoi de plus normal de quelques jours de grosse chaleur en été ? et en plus ce matin j’ai entendu les premières cigales, donc la nature sait ce qu’elle fait

  • Ce matin j’avais 37.2 au réveil. Je suis allé chez le médecin. « vous ressentez quelque chose? » m’a t il demandé……

  • La canicule, c’est la période de brillance maximum de Sirius (Canicula – grand chien – pour les Romains) entre le 24 juillet et le 24 août. C’est donc pas spécialement récent.

    Au fil des années de bulotisation médiatique, c’est devenue une période de plusieurs jours de nuits tropicales, puis une vague de chaleur et maintenant une journée avec une température maximale supérieure à la « normale » saisonnière.

  • Vous prenez des événements particulier à des endroits particuliers. Pour la période allant de 1850 à aujourd’hui, la température moyenne annuelle sur tout le globe étaient en fait au plus bas pendant la période 1900-1920 selon météofrance: http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/le-rechauffement-observe-a-l-echelle-du-globe-et-en-france

    • « des événements particulier à des endroits particuliers »

      Tous les jours, les media nous annoncent des pics de chaleur « jusqu’à xxx », que je ne retrouve jamais sur les cartes de meteociel.fr (ou les maximales à l’échelle de maillage de stations météo sont en général 3 degrés en dessous).

      Mais quels sont ces endroits particuliers ? Des surfaces d’asphalte de parking à Trifoully en Provence ?

      • Je fais le même constat qu’alan avec le site ‘https://classic.nullschool.net/fr’
        source: GFS / NCEP / US National Weather Service.
        Les écarts se situent entre 5 et 10°C en dessous pour une région donnée.

  • Ah le Rouméliote je ris ! Si vous regardez des instruments scientifiques et fiables où allez-vous ? Branchez-vous plutôt sur France Inter par exemple pour SAVOIR et l’on vous dipsensera tous les éléments pour comprendre !
    Lâchez ce thermomètre ! (j’espère que vous n’êtes pas équipé AUSSi d’un baromètre !) non, mais n’importe quoi ces gens qui vérifient par eux mêmes ! sus à ces gêneurs ! 🙂

  • Nos tarés écologistes ne comprennent pas qu’il fasse chaud l’été! Leur ignorance crasse est la raison pour laquelle ils ne comprennent rien à la nature qu’ils prétendent défendre, mais à laquelle ils sont en fait nuisibles!

  • On nous ressort encore et toujours le GIEC qui aurait modélisé, calculé, analysé inclut, tenu compte de …

    Mais le GIEC ne fait rien que compiler des études (de manière discutable).

    Or on a vu avec le Covid ce que valait des comités d’experts pour des problèmes mille fois plus simple que le climat. Et on a vu ce que valait les études « publiées de de grandes revues à comité de relecture ».

    On parle de coloniser Mars. Qui est prêt à monter dans une fusée construite par le GIEC ou les comités d’experts de Macron ?

    • il me semble que c’est surtout imbécillité de vouloir toujours être préparé au pire… ça SEMBLE raisonnable.. mais on ne le fait, et heureusement, au point de vue individuel et ce n’est certainement pas plus malin au plan collectif…

      le pire à venir… je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas arrêter le pays pour une épidémie de grippe.. un jour on se retrouve prisonnier de ses propres pièges argumentaires..
      tout comme les gens uqi disent qu’il faut interdire un produit CAR il est cancérogène..

      du moins dans mon monde , ces gens se foutent de cela ..les raisons qu’ils donnent pour interdire des trucs sont juste « ornementales »..leur vérité est qu’ils ont raison et vous avez tort..parce que..

      .

  • Le catastrophisme dans l’histoire a quand même un intérêt: il montre que des évènements du passé s’ils se produisaient aujourd’hui, seraient des catastrophes immenses pour l’humanité. Il semble donc que nous vivons une période plutôt calme à ce sujet et que nos dirigeants feraient bien de se préparer à des situations extrêmes. Malheureusement, la petite pandémie qui nous touche en ce moment a montré le faible niveau de nos décideurs.

    • C’est ce que je me suis dit au mois de mars : on a un problème ET il est peu vraisemblable que nos dirigeants soit capable de prendre de bonnes décisions avant que cela ne tourne à la cata (et c’est là le plus gros problème).

  • Avous tous, chers commentateurs…
    J’ai trouvé LA solution !!
    Je n’écoute, ni ne regarde plus aucun média (sauf contrepoint bien sûr), j’ai jeté mon smartphone.
    Depuis, je suis heu-reux et zen comme jamais.
    Et je n’ai aucun problème ni aucun manque pour gérer ma modeste existence au quotidien.

    • « Ah mais vous vivez égoïstement sans penser aux générations futures!!! »
      😉

      • Non, pas du tout, nous agissons à notre modeste niveau, tous les jours, tel le « colibri » de la fable.
        Mais les média me soulent et me dépriment tellement par leur conneries !!!

  • Autant ceux qui disent qu’un événement climatique spécifique est du simple fait du réchauffement climatique est stupide. Par contre on ne peut pas nier que le réchauffement accroît ces phénomènes et leur intensité. Les canicules ont toujours existé et on ne peut pas dire que cette canicule a été causée par le réchauffement climatique. Par contre le fait qu’on se tape autant de canicules avec autant de records de températures depuis le début des années 2000 n’est pas anodin mais bien la conséquence du réchauffement climatique.

    • Euh, sachez qu’une parie des capteurs de température de météo France ont été déplacés de zones rurales en zones urbaines….Alors, bien sûr, la moyenne des températures mesurées actuellement est supérieure à celle mesurée voici 50 ans !!

      • @Evans94
        Sachez que des capteurs implantés en désert rural non pas bougé par ex la station de Lieury dans le 14. vous trouverez les sats de record de températures pour ce charmant village de notre belle France sur le site de donnée publique de météo France.

  • Merci pour ces rappels très instructifs.
    C’est certain que vu comme ça, les prévisions apocalyptiques de nos miss météo anorexiques font beaucoup moins peur !

  • c’est simple..
    il faut « prouver que la canicule en cours est « causée » par le réchauffement, comment en admettant que les modèles sont corrects sur ce point..

    on est donc dans ce monde curieux où au lieu de questionner la capacité predictive des modèles voire leur utilité…on l’admet..

    les modèles sont la réalité…

  • Vous partez de 1910, mais à cette époque, il y avait déjà des avions et des voitures. Donc déjà des coupables!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste.

Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait : « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible aux conséquences dangereuses, celle de l’ex... Poursuivre la lecture

livres d'été
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Un élève de Terminale m’ayant demandé une bibliographie d’été pour préparer ses études à l’université, je l’indique ici, pouvant servir à d’autres. Sélectionner sept livres à lire l’été est évidemment un choix difficile et critiquable. J’ai choisi ces sept livres tout d’abord parce qu’ils m’ont beaucoup apporté, et parce que je crois leur lecture utile pour comprendre le monde actuel. Ce sont des livres qui aident à penser, et dont la langue est souvent belle.

L’Étrange défaite, Marc Bloch. Un classique, q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles