Joe Biden veut punir Facebook pour l’échec de l’État en matière de vaccins

États-Unis : les bureaucrates fédéraux de la santé devraient cesser de prendre les médias sociaux comme boucs émissaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
1280px-Joe_Biden_(48605397927) By: jlhervàs - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Joe Biden veut punir Facebook pour l’échec de l’État en matière de vaccins

Publié le 22 juillet 2021
- A +

Par Robby Soave.
Un article de Reason.com

Le gouvernement fédéral intensifie sa guerre contre Facebook : le président Joe Biden a accusé la plateforme de médias sociaux de Mark Zuckerberg d’avoir échoué à purger les contenus anti-vaccins, contribuant ainsi à l’hésitation à se faire vacciner et à « tuer des gens », selon lui.

La Maison Blanche cherche actuellement comment remanier la section 230, la loi fédérale qui exonère les plateformes internet de toute responsabilité légale, afin de punir Facebook pour ne pas avoir obtempéré aux moindres desiderata du gouvernement.

Nous examinons la question, et il est certain qu’ils devraient être tenus responsables.

C’est ce qu’a déclaré Kate Bedingfield, directrice de la communication de la Maison Blanche, en réponse à une question sur la section 230 posée par Mika Brzezinski de Morning Joe.

Biden et Trump sur la même longueur d’onde

Joe Biden est depuis longtemps favorable à l’élimination de la section 230, même s’il faudrait pour cela un nouveau vote du Congrès.

Ironiquement, la section 230 est également impopulaire auprès de nombreux républicains – y compris l’ancien président Donald Trump qui a demandé son abrogation totale.

Tous deux la considèrent comme une sorte de privilège dont bénéficieraient les entreprises technologiques présumées hostiles aux utilisateurs conservateurs. Mais les nouvelles menaces de l’administration Biden devraient faire réfléchir radicalement les républicains à propos de leur préjugé anti-230.

La Maison Blanche souhaite que Facebook censure de manière proactive davantage de contenus et considère la section 230 comme un obstacle à la réalisation de cet objectif. L’abrogation de la section 230 n’est donc pas la panacée au problème des entreprises technologiques qui bloqueraient trop de comptes provocateurs de droite. Les démocrates du gouvernement fédéral veulent l’abroger afin que les entreprises technologiques n’aient précisément pas d’autre choix que de bloquer davantage de contenus.

Les républicains anti-Facebook commettent une erreur tactique. D’un autre côté, la Maison Blanche de Biden se trompe tout simplement sur l’ampleur de la responsabilité des médias sociaux face à l’hésitation vaccinale. En se concentrant sur les inconvénients perçus d’un trop grand nombre de contenus anti-vax sur Facebook, l’administration néglige une douzaine d’autres stratégies qu’elle pourrait mettre en œuvre pour stimuler la vaccination dans tout le pays.

Des médias sociaux boucs émissaires

Tout d’abord, il est loin d’être évident que les médias sociaux – et Facebook en particulier – soient les principaux responsables de l’hésitation à se faire vacciner, un problème antérieur à Internet. Selon les données de Facebook, ses utilisateurs sont en fait plus susceptibles d’être vaccinés que le citoyen américain moyen.

Selon Guy Rosen, vice-président de l’intégrité de Facebook :

Les données montrent que 85 % des utilisateurs de Facebook aux États-Unis ont été ou veulent être vaccinés contre la Covid-19 […] L’objectif du président Biden était que 70 % des Américains soient vaccinés avant le 4 juillet. Facebook n’est pas la raison pour laquelle cet objectif n’a pas été atteint.

La désinformation existe sur tous les supports et dans toutes les formes de communication, de la radio à la télévision en passant par le bouche à oreille. Le gouvernement lui-même a fait preuve de désinformations sur la Covid-19, depuis les premières (mauvaises) directives sur les masques jusqu’aux déclarations délibérément erronées de la star du coronavirus Anthony Fauci sur l’immunité collective.

Même lorsqu’il s’agit de vaccins, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC, Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) étaient initialement prudents quant à la possibilité de laisser les personnes vaccinées abandonner les masques et les protocoles de distanciation sociale, ce qui aurait pu faire paraître le vaccin inutile pour certaines personnes à faible risque. Il est naïf de présumer que les médias sociaux sont le principal moteur de l’hésitation vaccinale.

Selon Brendan Nyhan, professeur en sciences politiques au Dartmouth College, qui pense que les dommages causés par les médias sociaux sont exagérés :

Nous n’avons pas de bonnes mesures de ce que les gens voient sur les médias sociaux, ni la capacité de les relier à leur comportement en matière de vaccination.

Même la focalisation sur Facebook, par opposition à d’autres sites comme YouTube – où les contenus anti-vaccins sont probablement plus répandus – témoigne de la compréhension limitée du gouvernement de la portée de ces questions.

Il semble que de nombreux démocrates attribuent encore à tort la défaite d’Hillary Clinton en 2016 aux malversations de Facebook : ils ont actualisé leurs griefs mais ont conservé la même cible à leur colère mal placée.

Arrêtez de taper sur Facebook

Si la Maison Blanche veut promouvoir la vaccination – un louable objectif – elle devrait cesser d’être si obsédée par ce qui se passe sur Facebook, et plus largement sur les médias sociaux. Biden devrait plutôt pousser la Food and Drug Administration (FDA, Agence des produits alimentaires et médicamenteux) à approuver vraiment les vaccins actuellement disponibles en vertu d’une autorisation d’utilisation d’urgence.

Malgré la pandémie mondiale, les régulateurs fédéraux procèdent comme s’il n’y avait aucune raison d’accélérer le mouvement : l’autorisation complète du vaccin de Pfizer n’est pas attendue avant janvier. Si le gouvernement souhaite apaiser l’appréhension des personnes réticentes à l’idée que les vaccins sont en quelque sorte expérimentaux, manœuvrer plus vite sur ce front serait plus utile que de s’en prendre à Mark Zuckerberg.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « l’échec de l’État en matière de vaccins »..

    en soi quand un gouvernement se propose de réussir en matière de vaccin on est déjà face à un problème.

  • S’il fallait faire taire ceux qui désinforment, les premiers à l’être seraient les politiques.

  • Les loups se mangent entre eux, c’est peut-être une bonne nouvelle.

  • On ne peut pas mettre sur le même plan une maladie qui tue (au moins 4 millions de morts à ce jour) et des vaccins aux effets secondaires graves très rares ( sur plus de 3 milliards d’injections)
    Le principe de précaution peut aussi tuer.

    • Médiane des décédés « Covid » en suisse: 84 ans.
      Espérance de vie en 2019: 84 ans.
      Grippe de Hong-Kong de 68: de 1 à 4 millions de morts sur 3 milliards.
      .
      La vraie question est:
      -Si ces vaccins sont efficaces les gens à risque sont protégés – aucun besoin de vacciner tout le monde.
      -S’il ne le sont pas, alors le « zéro covid » est une illusion, aucun besoin de vacciner tout le monde et certainement pas des gens qui ont quasi zéro risque avec le Covid. Pour eux, le bénéfice est nul, il ne reste que le risque (inconnu à moyen et long terme pour l’instant).
      .
      Les courbes des pays très vaccinés/peu vaccinés suggèrent que la vaccination a très peu ou aucun impact. La mortalité est fortement retombée en Angleterre… mais aussi en Croatie très peu vaccinée. Elle remonte par contre au Chili très vacciné (71% deux doses).
      .
      Ne pas oublier que toutes les données sont fortement suspectes sur un sujet aussi tendu. Avec une moyenne de 84 ans, ceux qui arrivaient à 89 ans aux urgences quasi en fin de vie ont été estampillés « Covid » alors que leur corp était grevé par des tas d’autres microbes et affections qui les auraient tués quelques jours plus tard.
      .
      L’humain est social, un médecin hésitera désormais à estampiller « Covid » un décès après les hourras des politiques et des médias sur la forte vaccination d’un pays.
      S’il le fait, il pourrait être suspecté de faire le jeu des « antivaxx » et se voir traité de tous les noms. La violence des pro-vaccins dans les médias et sur les réseaux est incroyable.

  • « Nous examinons la question, et il est certain qu’ils devraient être tenus responsables »

    =

    « Reprit l’Agneau, je tette encor ma mère.
    – Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
    – Je n’en ai point.
    – C’est donc quelqu’un des tiens :
    Car vous ne m’épargnez guère,
    Vous, vos bergers, et vos chiens.
    On me l’a dit : il faut que je me venge.
    Là-dessus, au fond des forêts
    Le Loup l’emporte, et puis le mange,
    Sans autre forme de procès. »

  • Une donnée de problème semble échapper a l’auteur de l’article. Si la section 230 disparaît c’est la statut de fournisseur d’accès de ces compagnies qui disparaît aussi. Google, Facebook et Twitter s’en cognent tout simplement. Pourquoi? Parce que leurs algorithmes permettent de purger tout contenu jugé illicite ou non conforme presque immédiatement.
    Les plus petites plateformes ne disposent pas de tels moyens et si d’aventure leur statut de fournisseur d’accès est annulé, ils pourraient être poursuivi par n’importe qui pour un contenu jugé offensant. Ces compagnies seraient tout simplement poussées à la faillite sous le poids des procès intentés.

    Un bon moyen de favoriser la censure et d’exterminer tout concurrence.
    Cette antagoniste entre l’actuelle administration fédérale et Facebook n’est que de façade.

  • « qui bloqueraient trop de comptes provocateurs de droite »

    Pas forcément provocateurs. Souvent, ils sont tout simplement de droite.

    Il est néanmoins vrai que ce qui était de droite hier est souvent perçu comme d’extrême-droite aujourd’huin

  • Si Facebeauf pouvait sombrer…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

Trump
0
Sauvegarder cet article

Depuis la présidentielle de 2016, il semble que l’establishment médiatique et Washington veulent la peau de Donald Trump coûte que coûte. Ça a lamentablement échoué durant sa présidence et même après avec la commission hyper-biaisée du 6 janvier.

Mais maintenant, le ton monte d’un cran. La semaine dernière, non seulement le FBI est arrivé sans crier gare à son manoir de Floride, mais l’État de New York l’a longuement questionné sur ses pratiques fiscales, soupçonnées frauduleuses.

Sur ce dernier point, il est demeuré muet comme ... Poursuivre la lecture

Par J. Bracken Lee.

C'était, bien sûr, "la patrie des libertés et le pays des braves". Les Américains étaient libres simplement parce que le gouvernement était trop faible pour intervenir dans leurs affaires privées - il n'avait pas l'argent pour le faire - et ils étaient courageux parce qu'un peuple libre est toujours audacieux. La condition de la liberté est la volonté de se tenir debout sur ses pieds.

C'est ce que voulait le premier Américain. Il se méfiait de l’État, surtout s'il était hors de sa portée. Il venait de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles