« Un Afghan à Paris » : une leçon de vie

Comment la découverte et l’amour de la littérature peuvent venir sauver un homme qui avait perdu sa liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Un Afghan à Paris » : une leçon de vie

Publié le 27 juin 2021
- A +

J’ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu’est Mahmud Nasimi en le voyant dans l’émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l’itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j’ai eu envie d’acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l’entendant) qu’après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2013, sans même pouvoir dire adieu à ses proches bien-aimés, puis de traverser à pied de multiples pays au péril de sa vie dans des conditions terribles sur lesquelles il ne s’étend pas, par pudeur et retenue, cet homme est arrivé en France sans parler un seul mot de notre langue.

La suite est incroyable. Et c’est là que débute la narration de ce petit livre.

Car aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est en errant seul et misérable dans les rues de Paris, sans attache ni ami à qui parler, que le jeune homme entre dans le cimetière du Père Lachaise. Il se trouve subjugué en y découvrant pour commencer la tombe de Balzac dont il ignore tout, venant de l’autre bout du monde. Et il explique comment, par une simple recherche sur Google à partir de son téléphone, il lève le voile sur l’identité de cet inconnu manifestement prestigieux, avant de se passionner pour son œuvre, comme il le fera ensuite pour d’autres grands auteurs de notre littérature dans les mêmes conditions.

Et voilà qui va changer sa vie, sa manière de vivre et de voir les choses. Petit à petit, il va quitter sa prison extérieure pour gagner sa liberté intérieure.

« Un Afghan à Paris » : la capacité de surmonter les obstacles et construire son bonheur

Car rapidement, lui qui n’aimait pas les livres et souffrait de solitude et de désespoir, va se laisser guider par sa curiosité et sa passion. Méthodique, à l’aide de son cahier sur lequel il note tout de manière scrupuleuse, il va non seulement apprendre par lui-même (dans un premier temps) le français, mais surtout dévorer les œuvres de Balzac, Proust, Éluard, et d’autres encore. À telle enseigne que moi qui ne suis pas un petit lecteur (ni un très grand), je me trouve tout petit au regard de la culture française que cet homme – en à peine trois ou quatre ans – a déjà acquise, au-delà de son vécu déjà exceptionnel.

Mais ce qui le caractérise avant tout est un certain état d’esprit dont beaucoup auraient à s’inspirer, une force de caractère et une liberté intérieure si remarquables qu’ils en deviennent un vrai modèle. Ou comment, par un certain état d’esprit, alliage d’optimisme et de volonté, on peut parvenir à surmonter une succession de malheurs intenses et se forger un avenir qui semblait en grande partie compromis.

Le livre est écrit dans une langue remarquable, à la fois soignée, pleine de finesse et très poétique. Le propos est intelligent, réfléchi, et dégage un souffle de vie et de sérénité en partie retrouvée qui forcent le respect. La nostalgie, la solitude et le désespoir – jamais bien loin – parviennent à être surmontés grâce à une force vitale trouvant son inspiration dans la haute littérature. Pas si banal.

À nous, peuple râleur, qui a l’habitude de se lamenter pour un rien, Mahmud Nasimi offre une leçon de vie dont chacun gagnerait à s’inspirer. Je lui souhaite tout le succès et le bonheur qu’il mérite, et de pouvoir retrouver un jour ses proches, toujours présents dans son cœur.

 

Mahmud Nasimi, Un Afghan à Paris, Les Éditions du Palais, avril 2021, 120 pages.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • En si peu de temps , seul ? dans la rue ? ce récit est forcément une forfaiture , il manque des bouts. Je dis cela car je suis très douée en langues et je sais l’effort et les conditions qu’il faut pour un bon apprentissage. On ne lit ni Balzac ni Eluard tout seul dans son coin avec google . Ce type est un hoax

    • Et enfonçons le clou : par curiosité, j’ai été voir à quoi ressemblait la tombe de Balzac et j’ai du mal à imaginer que cela subjugue quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler.

      Mais bon, c’est une jolie histoire et après tout, vraie ou pas, cela ne fait de tort à personne.

  • Cet homme qui n’aimait pas les livres a fait des études en droit et sciences politiques, puis de journalisme et une formation pour être animateur radio selon ses propres dires.
    En 2016 (5 ans avant ce livre) il a rencontré en Belgique Annabelle Rihoux qui a été émue par son histoire et qui l’a aidé à co-écrire et publier « De loin, j’aperçois mon pays ». A cette époque il lui passait les textes en anglais et elle les traduisait en français.
    Il a été aidé par diverses associations comme JSR (Jesuit Refugee Service) pour qui il a donné une interview.
    .
    L’auteur de la préface, Ayyam Sureau, est la fondatrice d’une association d’aide aux réfugiés, il est douteux que bien introduit dans ces milieux au moins dès 2016 il se soit retrouvé dans la rue seul et sans amis à Paris en 2017 et ce n’est pas en visitant la tombe de Balzac qu’il découvre une soudaine passion pour les livres, un an après en avoir écrit un.
    .
    Le récit n’est pas crédible de base et il n’y avait pas besoin de charger la barque avec le couplet sur les « français qui se lamentent », surtout quand un récit conçu pour susciter des émotions militantes est remplis de mensonges, au moins par omissions.
    Quand on connaît l’état du pays, on pourrait même dire que ceux qui sont du mauvais côté des impôts et des quartiers se laissent mener à l’abattoir socialiste avec beaucoup de docilité, moyennant, il est vrai, quelques yeux crevés et beaucoup de propagande mensongère y compris sur les littéraires et les ingénieurs qui affluent dans le pays.
    .
    Il y a bien une leçon de vie dans tout ça.
    Tout ce qui est conçu pour faire vibrer notre empathie d’occidental judéo-chrétien est truffé de mensonges et sert à la gauche pour nous étrangler, nous piller, nous imposer des populations à forte natalité qui reproduisent les schémas de leurs pays illibéral et tout ceci pourrait bien mettre fin à la seule civilisation qui a conçu et diffusé les droits de l’Homme et le libéralisme, si ce n’est le monde moderne capitaliste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Ce fichu Covid a tout bouleversé : même la quinzaine de la Pléiade en a été retardée. Cette année la collection rend hommage à Joseph Kessel dont romans et récits viennent d’être publiés en deux volumes sous la direction de Serge Linkès. Ce joli cadeau, offert pour l’achat de trois volumes de la prestigieuse bibliothèque de la Pléiade, offre comme à l’ordinaire une biographie richement illustrée de l’écrivain retenu. Gilles Heuré a ainsi signé cet album Joseph Kessel.

Peut-être un peu oublié, cet écri... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce roman de la japonaise Ito Ogawa, tout en simplicité, délicatesse et élégance, dresse le portrait d’une jeune femme de 25 ans, Hatoko, de retour à Kamakura après quelques années passées à l’étranger. Elle revient s’installer dans la papeterie familiale, qui appartenait à sa grand-mère et dont elle va à présent reprendre le flambeau.

Un métier un peu oublié

Riche de tous les enseignements reçus de sa grand-mère – l’Aînée, comme elle la nomme – Hatoko s’apprête à mener à son tour l’activité d’écrivain public. Un métier un peu oublié, m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles