Le sulfureux entrepreneur libertarien John McAfee est mort

John McAfee by Gage Skidmore (creative commons) (CC BY-SA 2.0)

Excessif, amateur d’armes, homme à femmes et totalement incontrôlable, le libertarien McAfee a eu plusieurs fois affaire à la justice, principalement pour des affaires de drogue et de détention d’armes.

Par Frédéric Mas.

Entrepreneur, provocateur sulfureux dans le viseur d’Interpol, figure controversée du monde de la Tech, militant libertarien haut en couleur : John McAfee s’est donné la mort mercredi, à l’âge de 75 ans dans une prison espagnole, quelques heures après l’annonce de son extradition vers les États-Unis où il devait être jugé pour évasion fiscale.

John McAfee est surtout connu du grand public pour avoir donné son nom à un anti-virus. McAfee VirusScan a contribué à faire naître une industrie de plusieurs milliards de dollars dans le monde de l’informatique, et a finalement été vendu au géant de la technologie Intel pour plus de 7,6 milliards de dollars. En 1994, McAfee se retire du secteur. Ces dernières, il se concentrait sur les cryptomonnaies.

Militant libertarien

McAfee était libertarien, c’est-à-dire partisan de la dépénalisation du cannabis, de la fin de la guerre sans fin contre la drogue, du non-interventionnisme en politique étrangère, du droit de posséder des armes et d’une économie de marché totalement libre.

En 2016, il est candidat à la présidence du Parti libertarien des États-Unis. S’appuyant sur une campagne disruptive et énergique, il incarne une alternative plus radicale face au candidat Gary Johnson, qui finit tout de même par triompher.

C’est d’ailleurs pour n’avoir pas payé ses impôts, ce système de spoliation légale qu’il n’a cessé de critiquer, qu’il finit en prison. En octobre 2020, il est arrêté en Espagne alors qu’il allait s’envoler pour la Turquie. Le ministère américain de la Justice l’accusait d’utiliser des noms d’emprunt afin d’alimenter des comptes bancaires et d’échange de cryptomonnaies avec ses revenus non déclarés, revenus qui s’élevaient à plusieurs millions.

Totalement incontrôlable, totalement libre

Excessif, amateur d’armes, homme à femmes et totalement incontrôlable, McAfee a eu plusieurs fois affaire à la justice, principalement pour des affaires de drogue et de détention d’armes.

En 2012, sa villa au Bélize est prise d’assaut par la police locale qui le soupçonne de trafic d’armes et de possession de drogue. Libéré quelques heures après l’intervention, il devient le principal suspect dans l’affaire du meurtre de l’un de ses voisins.

Pour Brian Doherty de Reason :

« McAfee était un homme d’appétits, un homme de rêves, un voyou et une canaille qui a laissé sa marque sur le monde grâce à ses défauts et non malgré eux. Il courait après les moulins à vent et se moquait de ceux qui pensaient en attraper un. »

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.