Elon Musk joue-t-il avec les cryptomonnaies ?

Quelles qu’en soient les motivations subjectives, le fait que Tesla accepte ou non les bitcoins devient une réalité objective. Elon Musk est-il en train de démontrer que le bitcoin n’est pas encore une monnaie fiable ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sheyene Gerardi spacex ELon Musk BY Telenovela Foro (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elon Musk joue-t-il avec les cryptomonnaies ?

Publié le 24 mai 2021
- A +

Par Gérard Dréan.

Le 8 février, Elon Musk annonçait sur Twitter que Tesla accepterait le bitcoin pour l’achat de ses voitures. Le 12 mai, il annonçait que Tesla n’accepterait plus le bitcoin, à cause de l’impact écologique des crypto-monnaies.

Pourtant, en trois mois, la consommation d’énergie de Bitcoin est restée à peu près la même, et le problème était largement connu et discuté depuis plusieurs années. Donc de deux choses l’une : ou bien Elon Musk a voulu manipuler les cours à son profit, ou bien une (au moins) de ces deux décisions – celle d’accepter le bitcoin et celle d’y renoncer – était irréfléchie.

En même temps, il est indéniable que même irréfléchies ses déclarations ont eu une influence considérable. La première a propulsé le cours du bitcoin et par mimétisme celui de toutes les cryptomonnaies vers un sommet historique à la mi-avril ; la deuxième les a fait plonger vers des abîmes dont le fond n’est pas encore en vue.

Ces péripéties prouvent à quel point ceux qui investissent aujourd’hui dans les cryptomonnaies, ou qui font l’opinion en la matière, le font sans grande connaissance des fondamentaux qui régissent l’avenir de chacune d’elles.

Il est vrai que c’est très difficile car ce sont essentiellement des caractéristiques du système informatique sous-jacent, dont la compréhension exige une solide culture informatique. Il est plus simple de suivre Elon Musk que d’essayer de se faire une opinion indépendante, qui restera de toute façon subjective.

Quelles qu’en soient les motivations subjectives, le fait que Tesla accepte ou non les bitcoins devient une réalité objective. Elon Musk est-il en train de démontrer que le bitcoin n’est pas encore une monnaie fiable ?

Qu’entend-on par « fiable » dans le cas d’une monnaie ?

Remarquons d’abord que les objections d’Elon Musk ne portent pas sur une quelconque forme de fiabilité, alors que le manque de fiabilité de Bitcoin est très réel, largement d’ailleurs à cause des déclarations d’Elon Musk et de ses semblables les whales (baleines) dans le jargon des cryptomonnaies.

Revenons sur les deux fonctions de la monnaie considérées comme fondamentales. En tant que moyen de paiement, Bitcoin est totalement fiable : chaque transaction est validée et revalidée un nombre incalculable de fois par une multitude d’acteurs, et quand elle est finalement publiée dans le Grand Livre des transactions, il devient impossible de la modifier ou de la supprimer.

Pour la fonction de réserve de valeur, « fiable » ne veut pas dire grand-chose. Rien ne peut garantir de façon absolue qu’une chose conservera sa valeur, voire s’appréciera à long terme. En économie plus encore que dans bien des domaines, la prévision n’est pas seulement « un art difficile, surtout en ce qui concerne l’avenir » comme disait très justement Pierre Dac, mais quasi-impossible puisque la valeur d’une chose est la résultante de toutes les valorisations subjectives, dont chacune est elle-même imprévisible et fluctuante.

Quel que soit le support envisagé comme réserve de valeur, il faut examiner les sous-jacents, notamment les mécanismes de fixation des cours. Quelles garanties offrent-ils ? Dans le cas de Bitcoin, aucune, si ce n’est une protection contre les manipulations monétaires des États et de leurs instruments les banques centrales, par l’inscription de la logique d’émission « en dur » dans le logiciel, ce qui rassure les investisseurs. Mais en l’absence d’un très grand nombre d’utilisateurs raisonnablement avertis des fondamentaux, les foucades des gros spéculateurs l’emporteront toujours.

Dans ses tweets ultérieurs, Elon Musk trahit sa connaissance insuffisante du sujet en promettant que « les transactions reprendront quand le minage du bitcoin sera moins gourmand en énergies fossiles », puis en annonçant « travailler avec des développeurs de Doge pour améliorer le système de transaction ».

Le principe même de Bitcoin est de confier la sécurisation des transactions à ceux qui y consacrent le plus d’énergie, les « mineurs ». Une forte consommation énergétique est consubstantielle à Bitcoin, et il est très hautement improbable (pour le moins) que Bitcoin évolue vers une moindre consommation d’énergie autrement que de façon marginale. La même chose est vraie du dogecoin, dont le logiciel est un clone de celui de Bitcoin, à la valeur de quelques paramètres près.

En revanche, Tesla pourrait se tourner vers d’autres cryptomonnaies qui utilisent d’autres technologies de consensus que la preuve de travail, et sont de ce fait infiniment moins gourmandes en énergie.

Les candidats ne manquent pas, mais sont encore beaucoup moins utilisés que le vénérable bitcoin car le plus souvent encore en phase expérimentale : soit les monnaies internes des systèmes qui sont en lice pour succéder à Ethereum en tant que plateforme généraliste et moteur de systèmes de paiement (dont les plus importantes sont Ada, Solana, EOS, IOTA et Tezos), ou les monnaies spécialisées des systèmes de paiement qui fleurissent aujourd’hui sur la base d’Ethereum et qui ne manqueront pas de fleurir sur Cardano, Iota et consorts. Ou peut-être Diem (ex-Libra) si elle sort de sa léthargie et de ses contradictions ?

Cette attention portée à la consommation énergétique pourrait être pour quelque chose dans le subit engouement pour « The Internet Computer » qui le 11 mai a bondi en une heure depuis les profondeurs du classement vers les dix premières places, et a ensuite perdu les trois quarts de sa valeur en une semaine. L’irrationalité continue à dominer l’univers des cryptomonnaies.

Mise à jour le 24/05/2021

 

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • un bidule ne devient monnaie que si elle est acceptée comme moyen d’échange. tout peut être monnaie.

    des gens ont créé des crypto monnaies avec des caractéristiques similaires aux métaux rares, un forme d’inalterabilité, et une production » a priori onéreuse »… qui fait que le stock disponible ne varie que peu. Et lesmétaux précisuex sont supposés être désirés car ayant des usages spécifiques..

    les gens ont la connaissance que trouver de l’or est difficile…mais en ce qui concerne les cryptomonnaie, sauf à se plonger dans les algorithmes et constater que les moyens de les contourner sont « impossibles », votre monnaie est à la merci d’un génie de 12 ans et demi.

    le problème de l’emergence de ces monnaie est qu’elle sont au départ très spéculatives…donc décalée..

    • avant tout ce ne sont pas des crypto monnaies ce sont des cryptomachins..

      leur valeur dépend de leur capacité à convaincre que ce sont de futures monnaies..

      je n ‘utiliserai le bitcoin que quand j’aurai regardé en détail la technologie du blockchain..

      un des problèmes aussi des cryptomachins est que on peut en crée autant qu’on imaginer d’algorithmes ingénieux…

      non des avantages..bien sur similaires mais aussi un caractère spéculatif que le péquin moyen ne peut pas saisir..

      • ben si…ou tout est monnaie ou rien n’est monnaie, ce qui fait la monnaie est l’usage quasi universel dans les échanges…

        donc c’est un cryptomachin…désolé..

        c’ets une monnaie pour ceux qui disposent d’un accès au net..
        vous n’échangerez pas de bitcoin sans technologie…

        je n’y connais rien en monnaie..mais je pense dire des banalités qui sont curieusement omises..

        pourquoi cette affirmation que c’est une monnaie..?

  • « les transactions reprendront quand le minage du bitcoin sera moins gourmand en énergies fossiles »
    Lors d’un précédent voyage en Islande, en me documentant sur ce magnifique pays, j’avais noté que de nombreux serveurs utilisés par les mineurs de bitcoins étaient installés là pour cause d’énergie abondante, presque gratuite, grâce à la géothermie et l’hydro électricité ( énergie qui sans cela aurait été de toutes façons perdue tout en participant au réchauffement de la planète!) Si la tendance à localiser le minage de bitcoins dans cette partie du monde se poursuit, il faudra dire à Elon Musk qu’il pourra bientôt reprendre les transactions!

    • je ne connais pas le blockchain..y a til une quantité max supposée de bitcoin possiblement produite? ou le minage devient il de plus en plus gourmand en ressources de calculs pour en produire? rendant son minage dépendant de son cours, comme les métaux précieux?

      • et que le est la procédure de verification de la validité des monnaies en cours? est elle falsifiable..

        donc d’or et déjà celui qui ne paie ni l ‘énergie ni le temps de calcul. gagne un pognon foi avec une machin très cher..

        • La procédure de vérification est que l’ensemble des monnaies est dans un registre dont qui le veut possède une copie, que ce registre ne peut donc être qu’allongé, et que pour prouver qu’on est bien le propriétaire désigné dans le registre, il faut avoir la clé privée qui colle avec la clé publique du registre.
          Quant à celui qui ne paie ni l’énergie ni le temps de calcul à ces niveaux, il a aussi une infinité d’autres moyens de concrétiser sa fortune.

      • merci..bien sur..

  • Elon a un peu speculé, il a acheté pour 1 milliard ou plus, donc, ça grimpe et ça attire les grimpeurs qui lui rachetent son milliard, ensuite, c’est de la daube, et il rachete sans doute en douce à bon compte, attendons le prochain épisode..

    • ce qui serait étonnant serait l’absence de spéculation….!!!!

      avec un problème une monnaie à large usage …on préfère justement que son cours ne varie pas trop…

  • Je prends le pari d’un Acte III du sieur Bezos:

    Le minage des bitcoins produit autant d’énergie qu’il n’en consomme en vertu de l’effet Joule.
    Il suffit de récupérer la chaleur!
    Je vois bien Bezos mettre sur le marché des centrales à bitcoins de bon rendement, voire un maillage de milliards de chauffages domestiques connectés se répartissant le travail du minage.
    Voilà qui va verdir le bitcoin et la planète et nous débarrasser de la fausse monnaie fiduciaire et de l’inflation …

    • Ca fait quand même une sacré quantité de moteurs stirlings à produire. Et des bons. Pas des jouets.

      • Dans le cas des installations domestiques, nul besoin de jouet Stirling ni de toute autre récupération de chaleur puisqu’il s’agit justement de se chauffer ou de cuisiner.
        Simplement au lieu de chauffer avec une simple résistance électrique, on chauffe avec des processeurs de minage (GPU ou puces ASIC) qui communiquent avec un pool assurant éventuellement une ristourne à ses abonnés sur les bitcoins produits (diminution de la facture de chauffage).
        J’imagine très bien l’entrepreneur Bezos se lancer dans ce genre de projet pharaonique et techniquement plausible.
        Autrefois on pouvait miner avec un bon PC plein temps tout l’hiver, cela suffisait à chauffer la pièce et donnait selon l’équipement 20 à 60% de chances de gagner 25 bitcoins dans la saison (800000$ au cours de ce matin).

        • Plus clair: à la maison, on récupère la chaleur émise par le processeur de minage sans aucun autre intermédiaire que la conduction puis la convection.
          Le bonus individuel: intéressement au produit du minage.
          Le bonus collectif: réduction du coût énergétique du minage puisque recyclé dans le chauffage.

          • La température récupérable d’un processeur est de l’ordre de 80°C, pour le chauffage, ce serait envisageable, pour cuisiner, c’est plus limité.

            Une startup Francaise s’y était intéressée:
            https://www.fredzone.org/qc1-le-radiateur-mineur-de-cryptomonnaies-554

            Mais le principal facteur limitant est la rentabilité de l’opération: les calculateurs coutent cher et ne les utiliser que pour le chauffage pose un gros souci d’amortissement sur un taux d’utilisation bien trop faible.

            Cette initiative est a mon avis +/- vouée à l’échec car le minage nécessite des puces très avancées et qui s’obsolètent trés vite.

            Noter en sus qu’une boite Française est très désavantagée par le contexte fiscal pour se lancer la dedans, même si ça pouvait marcher, la faillite serait quasi certaine…

            En revanche, pour ceux qui minent chez eux, ils profitent d’un chauffage « gratuit ».

    • ça a malgré tout une réalité..tout monde nets pas égal vis à vis du minage… produire le la chaleur..certes à partir d’lectricité.. certains payent pour ça..

      miner de l’or COUTE du temps de travail qui est la vraie ressource finie….. miner des bitcoin beaucoup moins…

    • Désolé de ma confusion, il ne s’agit pas de Bezos mais de Musk.

  • Salut les experts, moi c’est Candide.
    J’ai bien compris que le Bitcoin c’est techniquement solide (pour l’instant, quid de l’informatique quantique qui arrive ?) et indépendant des magouilles étatiques.
    Mais je constate qu’aucun des magasins, réels ou virtuels, que je fréquente ne me propose de payer en bitcoins. D’autre part je me demande si le Bitcoin serait capable d’assurer les innombrables échanges qui se déroulent chaque seconde dans le monde. Car une monnaie, c’est avant tout un outil pour gérer des transactions, non ? Dans l’article, il me semble que c’est seulement un actif.

    • Une monnaie, c’est d’abord un étalon, une mesure de valeur, sur lequel se fait l’accord entre vendeur et acheteur. Ensuite, l’échange peut se faire sans que la compensation soit autre qu’un jeu d’écritures dans les banques… si les états ne viennent pas mettre la zone dans tout ça. Le Bitcoin est destiné à jouer le rôle d’une monnaie de réserve, et pas plus que l’or à être échangé pour acheter le quotidien chez le marchand de journaux.

      • une monnaie de reserve… l’or n’ets plus une monnaie de fait ou alors on se met d’accord sur le sens du mot monnaie..

        problème des crypto monnaie on peut en imaginer autant qu’on veut… qui vont se concurrencer..et se déprécier et s’apprecier relativement..

        il ya des tas de problème avec le bitcoin…qui se semble étre monnaie que de façon secondaire, il me semble que ça a été conçu comme un objet de speculation…

        • demain je relance un tour de bitcoin… puis un autre je possède autant de jeux de bitcoins que je veux.. pourquoi l’originel serait plus évalué

          • Au contraire, Bitcoin a été conçu comme moyen de paiement (voir le Pizza Day : https://journalducoin.com/analyse/le-bitcoin-pizza-day-et-leconomie-circulaire/). C’est plus tard qu’il est devenu principalement objet de spéculation.
            Cela dit cher Jacques Lemiere, vous devriez vous documenter sérieusement sur Bitcoin et les autres cryptomonnaies, car vous écrivez quand même pas mal de bêtises ???

            • L’article en lien indique que la solution technique envisagée, le lightning network si j’ai bien suivi, n’a pas la faveur des acteurs du Bitcoin. Sont-ils trop occupés à gagner en spéculant ?

            • très agaçant…un monnaie est par nature un objet de spéculation!!!! en général sur le fait qu’elle conserve un pouvoir d’achat qui varie moins vite que le temps que vous pensez la garder..

        • La monnaie est une affaire de tiers de confiance. Les crypto décentralisent la certification de la confiance et la font échapper à l’état, mais il n’en demeure pas moins que tu ne peux pas créer de la confiance ex nihilo… Et pour les achats mineurs, tu n’as pas besoin de tiers de confiance, juste d’un moyen commode de transfert. Pour les achats majeurs, le tiers de confiance parmi les plus reconnus est souhaitable, donc le bitcoin est un bon candidat, mais l’Etat se pose en tiers de confiance qui n’aime pas la concurrence, et les ennuis fiscaux attendent au tournant.

          • non je ne veux pas me documenter sur le blockchain j’en ai juste une vague idée..et c’est délibéré..

            .
            non…on aurait pu tout aussi bien dès les départ produire un stock de bitcoins sécurisés…..le simple fait d’annocner la quantité finie…de préciser que produire des unités va devenir de plus en plus coûteux induit que c’ets un objet de speculation AU D2PART..car à l’evidence..qu’avez vous comme argument contre ça ?

            à l’evidence la première speculation est que le bitcoin sera une monnaie, il ne suffit pas de dire je n’ai conçu comme tel…

            je suis navré je ne dis que des banalités..

            • alors je comprends bien que c’est conçu comme un truc qu’on peut échanger…virtuellement.. qu’il y’en a une quantité limitée à tout moment et que son authenticité est prouvée… sauf que réfléchissez un peu..ok l’agorithme doit assurer tout cela..

              des machins ayant ces qualité, s on peut en créer autant qu’on veut… bitcoin1 bitcoin2, etc etc… Mycoin, Yourcoin..

              l’or les pierres précieuses possèdent un attrait intrinsèque pas le bitcoin.qui n’a que celui d’etre pratique comme monnaie éventuellement, mais justement ce n’est pas très difficile!!!

              le bitcoin va être concurrencé par les autres monnaies virtuelles..et le problème est qu’on peut en produire autant qu’on en veut….

              quelle bêtise ai je dites??? sinon que le bitcoin est d’abord un objet de speculation..

              mais la confiance est une spéculation!!!! ça s’envole en un rien de temps..

              je repose la question avez vous des bitcoins..si oui i pensez vous que votre avis sur le bitcoin peut être altéré..

              ça me fais penser aux tests de QI… dites à un personne qu’elle a un QI élevé…elle aura tendance à accorder du crédit aux teste sde QI pour mesurer l’intelligence..

              donc il ya les types qui ont regardé le blockchain.. pour moi c’est même risible..

              • quand vous cherchez une nouvelle monnaie possible il faut un truc « pas facile » à produire… sinon rare…

                métal inaltérable, pierre précieuse,…pas tant de trucs que ça…
                elles se concurrencent en valeur..
                des monnaies virtuelles on en aura autant qu’on veut..

              • J’ai regardé le bitcoin pour me faire un avis AVANT d’en acquérir, et c’est cet avis qui m’a conduit à m’y intéresser. C’était il y a 8 ans, et les fondamentaux n’ont pas changé, mon opinion non plus, malgré ces 8 ans et l’envol de la valeur. Tout ce que je raconte, mal sans doute, faisait partie de mes conclusions quand le truc valait 50€.

            • @ Jaques « non je ne veux pas me documenter sur le blockchain j’en ai juste une vague idée..et c’est délibéré.. »

              Pour discuter des avantages et des inconvenients d’une techno, il est tout de même préferable, pour rester dans la vérité, de savoir de quoi on parle…

          • donc un objet de spéculation par nature!!!! quand tu introduis le terme de confiance d’achat majeur ou mineur , tu ne fais intervenir que un speculation intrinsèque sur le temps que la monnaie est entre tes mains..

            même pour des achats mineurs une monnaie qui pose un problème que tu appelles confiance qui n’ets en fat que la speculation sur la maintien de sa valeur ..n’est pas souhaitable..

            l’or est pratique car il est quasi i inaltérable et difficile à produire…on spécule donc d’unepart sur l’attrait qui perdure de l’or et sur le fait qu’il y en aura une quantité stable…

  • un truc purement spéculatif où des particuliers prennent le rôle de banques centrales avec une création d’argent à l’infini, c’est sûr, ça va bien finir :rolleyes:

    • documentez-vous un peu : personne ne prend le rôle de banque centrale et la création de bitcoins est programmée une fois pour toutes. Il n’y aura jamais plus de 21 millions de bitcoins en circulation.

      • et alors!!!!

        justement… question avez vous des bitcoins? si oui comment pouvez vous émettre un avis neutre sur le bitcoin??

      • mais il ya aura autant d’unité de monnaie virtuelles qu’on veut!!!!

        on a autant de monnaie papier que de pays…

        comme si il n’y avait que le bitcoin pour échanger virtuellement..

        • S’il est vrai qu’on ne peut pas inventer de nouveaux métaux précieux alors qu’on peut inventer de nouvelles cryptomonnaies, encore faut-il pouvoir amorcer la pompe pour qu’elles ne restent pas confidentielles.
          Le bitcoin-Lemière ne fera concurrence au bitcoin-Nakamoto que lorsque de puissants groupes type Paypal ou Elon Musk l’accepteront en paiement de leur production. Et vous ne pourrez toujours pas acheter vos pizza avec n’importe quelle cryptomonnaie d’opérette.

          • mais qu’est ce qui fait du bitcoin une autre monnaie qu’une monnaie d’operette!!!! sinon son état actuel de « monnaie »

        • Mais l’état peut imprimer éternellement du papier, selon son bon désir, utilisant la force. Ce n’est pas mieux.

          • oui….c’est pire on est d’accord et c’ets l’interet « théorique » du bitcoin échapper à cela…sauf que contrairement à l’or …le bitcoin n’a pour valeur intrinsèque QUE sa rareté…
            l’or est rare est cher ( constat historique en occident) c’est une « bonne monnaie » à court moyen terme…le bitcoin est rare..et on essaye de me convaincre qu’il sera cher…

            la monnaie papier n’est pas rare et l'(état essaie de me convaincre que sa valeur est « adéquate »..et je suis contraint de l’accepter!

            je viens que je raconte des bêtises mais qu’on m’explique comment un machin qui n’ pas de valeur intrinsèque mais qui n’a que sa rareté peut devenir une monnaie sans que les gens le veuille…

            il faut un facteur de « cristallisation » de la confiance..

            je ne veux pas, par principe, regarder l’agotithme..et je réfute l’argument que celui qui refuse de le faire ne peut pas voir ces évidences…c’est assez simple non…

            je raconte des bêtises certes… mais je ne dis pas QUE des bêtises..

            • pas valeur , qualité..il y en aura 21 millions..dépêchez vous ‘en « acheter » au mineurs …ils seront difficiles à miner , donc plus cher( vraiment???)

              c’est une spéculation sur le fait que ce sera effectivement une monnaie!!!
              tu comprends pas? tu es un con…ou stupide..il faut comprendre le blockchain..vraiment?????

              au moment même ou musk fait plonger le cours en disant qu’il ne l’accepte pas comme monnaie!!!

              • argument de la complexité numérique…magique…

                non je e crois pas à la valeur d’unensemble de modèle climatique non plus!!!! et ce n’est pas lié au fait que je refuse de les regarder …

                désolé..mais je trouve le sujet interessant…et exemplaire ..

                • Commence par regarder les concepts clé publique clé privée, c’est simple pour qui a un minimum de culture mathématique. La crypto est le titre de propriété infalsifiable dont on rêvait depuis longtemps. La spéculation est bien venue APRES.

        • très exactement 10034 recensées sur le site coinmarketcap.com au moment où j’écris, et entre 5 et 20 nouvelles chaque jour
          dont au moins 9900 sont tout à fait confidentielles, mais qui sait ?
          la difficulté n’est pas de les créer, mais de les faire accepter

      • et il n’y aura pas d’autres monnaies, personne ne peut créer une autre monnaie? il y a plus de 4000 crytocurrencies, quand on arrive aux 21 millions, on en créé une autre et ainsi de suite et donc on créé de la monnaie à l’infinie.

        • Vous pouvez dupliquer un picasso à l’infini, cela n’enlève pas forcemment la valeur de l’original. Rien ne garantit que un jour les collectionneurs s’en désintéresseront et que le picasso vaudra 30€. Cepandant c’est pas le cas pour le moment.

          Si le monde entier achète du bolivar, le cours remonterait . Mais personne le fait car ceux qui tiennent l’émission du bolivar ne sont pas fiables. Il en est de même pour les pseudo cryptos exotiques… mais pas pour bitcoin et certains dérivés.

    • Pour le moment, ce sont les banques centrales « officielles » qui créent de la monnaie sans la moindre retenue.

      • attendez oui mais ils ont un atout , les prendre comme monnaie est obligatoire…

        vous expliquez ici que toute autre monnaie est relativement appréciée par les folies des monnayeurs officiels… rien d’autre..

        TOUTE AUTRE MONNAIE…

      • et on a vu le résultat donc vous trouvez que c’est une bonne chose que l’on fasse la même chose avec des créateurs de monnaie privés?

  • Bitcoin, qui s’appuie sur la « Blockchain » est inquiétant et irritant, car il faut bien comprendre le processus informatique, qui est un énorme consommateur d’énergie électrique (ce sera pareil en Islande). Pour arriver à comprendre un peu plus et se faire encore plus peur, il suffit d’essayer de spéculer, donc d’y jouer en balançant ses « picaillons ». J’ai tenté le coup et j’ai reculé d’horreur. En effet, pour le bitcoin rapporte il faut l’échanger en monnaie étatique (€, $,£…etc.). Mais alors, il faut passer par une structure internet opaque et qui vous demande des tas d’identifiants personnels. Par exemple, Coinbase. Or, cet autre machin internet en prends un coup à chaque fois que Bitcoin en prends un. En peu de mot, sa cotation (car, il en a une dégringole ou augmente). Mais, Coinbase n’a rien d’un changeur officiel : une banque centrale évidemment. Cherchez l’embrouille…

    • Les plateformes d’échange sont +/- opaques (il y en a des trés sérieuses) mais vous n’etes pas obliges de passer par elles. Si vous connaissez un ami qui a des bitcoin il peut vous les vendre de la main a la main sans passer par les plateformes.

      En revanche vous avez raison sur le fait que lorsque on débute dans ce domaine et si on n’a pas quelques compétences, il faut être prudent car si le système est fiable, de nombreux escrocs gravitent autour et exploitent la principale faiblesse du système, placée entre le clavier et la chaise…

  • Il existe déjà des exemples de monnaies robustes, avec de nombreuses années d’existence, et ayant résolu la plupart des problèmes du Bitcoin.
    Par exemple le Digibyte, basé sur 5 algorithmes différents permettant une vraie décentralisation du minage (ce qui n’est pas le cas de Bitcoin dont d’une part 80% des coins sont détenus par quelques adresses, et d’autre part dont le minage est centralisé sur quelques gros regroupements chinois), sans ICO ni prémining, existant depuis 7 ans, 40x plus rapide que le bitcoin, 10x moins énergivore, avec des fees ridicules et plein d’autres caractéristiques qui pourraient en faire une monnaie d’échanges quotidiens si elle est adoptée en masse (portefeuille mobile via l’application, envoi/réception quasi instantané).
    C’est une vraie blockchain décentralisées, avec des dizaines de milliers de nodes, aucun orgasnisme de contrôle, typiquement l’avenir. C’est aussi l’accès à la vraie indépendance des individus, pour cela il suffit de décider de l’utiliser en tant que monnaie, et ni l’état, ni les banques n’auront plus aucun pouvoir sur ces échanges.

    • Le bitcoin s’il n’évolue pas ne sera pas une monnaie largement utilisée pour les échanges, comme personne ne paye son pain en louis d’or. La dessus oui, probablement.

      Le bitcoin est un prototype qui a plein de défaut, oui, mais y a t il eu défaillance: jamais!

      La centralisation du minage rends les mineurs tellement dépendant d’une perte de confiance qu’ils refusent toute évolution du protocole, ce qui constitue en fait une excellente garantie… C’etais pas prévu au départ, mais rudement efficace!

  • Merci pour votre commentaire, car on se sent un peu seul quand sa petite contribution passe inaperçue.
    Quant à votre réponse, c’est non, désolé ! Autant troquer directement. Oui, faire du troc en compensant la différence de valeur des objets physiques troqués par des picaillons. Comment qu’ils faisaient les ancêtres et ils se démerdaient bien, non ?
    Autre chose. Vous avez bien dû remarquer que la Chine se défausse du bitcoin. Les dirigeants chinois sont en train, soit d’expulser le minage du bitcoin de chine, soit d’en « nationaliser » les activités de minage sur leur sol. Aie…

    • A mon humble avis, ça n’est pas le minage qui inquiète les dirigeants chinois mais les risques sur les banques chinoises du fait de la spéculation. La Chine a interdit à ses banques de proposer des produits bitcoin, et du coup les banques n’ont plus besoin de posséder des bitcoins pour y appuyer ces produits. Sans doute une péripétie de plus dans l’histoire, dont je doute qu’elle s’arrête là pour autant…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le fabricant de véhicules électriques Tesla a indiqué vouloir réaliser une division du nominal de son action (stock split) de 3 pour 1. La résolution sera proposée lors de l’assemblée générale des actionnaires du 4 août.

Dans le document remis à la SEC le 10 juin, on peut lire que :

Le succès de Tesla dépend de sa capacité à attirer et retenir des talents grâce à un système de rémunération attractif. À la différence de ses concurrents, Tesla offre la possibilité à ses salariés de percevoir des actions. Depuis le dernier split de ... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Depuis quelques semaines, les mauvaises nouvelles sur le front des crypto-monnaies se multiplient. D’aucuns n’y voient qu’une nouvelle occasion d’y investir  — « Buy the Dip ! », telle une incantation chamanique — d’autres prédisent l’effondrement de tout le système crypto. L’hypothèse ici soutenue est que le concept le mieux à même de rendre compte de la phase actuelle est celui de bank run — ou panique sur les banques cryptos.

Le défi actuel du monde crypto est facile à comprendre. Le concept-clef est celui de convertibilité. Il faut... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles