Le cercle vicieux de l’endettement au Canada

Au-delà de la centaine de milliards de dollars en nouvelles dépenses, le gouvernement de Justin Trudeau n’envisage aucunement un retour à l’équilibre budgétaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Perpetual motion BY Fabrice Florin(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le cercle vicieux de l’endettement au Canada

Publié le 26 avril 2021
- A +

Par Miguel Ouellette et Maria Lily Shaw1.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Le dernier budget présenté par le gouvernement social-démocrate2 de Justin Trudeau, ou son premier en deux ans, devrions-nous peut-être dire, représente un pas supplémentaire vers l’endettement irresponsable d’au moins toute une génération de Canadiens et de Canadiennes.

Au-delà de la centaine de milliards de dollars en nouvelles dépenses, le gouvernement n’envisage aucunement un retour à l’équilibre budgétaire. Aucun échéancier n’est prévu en ce sens et encore moins le début d’un plan d’action.

En revanche, les nouveaux chantiers et programmes sociaux sont nombreux. Sous le couvert d’une relance économique post-Covid-19, le gouvernement se permet des largesses et couvre de promesses un large éventail d’électeurs.

Pourtant, la reprise économique est déjà plus forte que prévu, et plusieurs de ces dépenses n’ont pas le caractère ponctuel auquel on s’attendrait pour résorber une crise temporaire. Les solutions permanentes aux problèmes passagers finissent souvent par faire plus de mal que de bien.

22 milliards de dollars en intérêts par an pour la dette

Le Canada est désormais pris dans l’engrenage, condamné à voir son endettement augmenter de façon très importante. En fait, les intérêts que nous devons verser annuellement sur la dette s’élèvent présentement à 22 milliards de dollars par an, soit 6 % du budget total du gouvernement fédéral.

Considérant la hausse vertigineuse des dépenses, ce n’est pas moins de 9 % du budget, soit 39 milliards de dollars, qui servira à financer notre dette à compter de 2025-2026.

Bref, près d’un dollar sur dix dépensé par le gouvernement ira vers la dette. Et il ne s’agit là que de la portion des intérêts, sans verser le moindre montant pour le capital!

Que représentent 22 milliards de dollars ? C’est un chiffre énorme qui peut donner le vertige. Pour rendre cela un peu plus concret, on peut dire que c’est 187 fois ce que nous dépensons pour soutenir nos anciens combattants. Rien de moins.

Si l’on compare plutôt aux soins à domicile, à la santé mentale et à la prévention de l’itinérance pris ensemble, c’est près de sept fois plus de ressources qui sont allouées au paiement des intérêts de la dette.

En dépensant autant d’argent afin de rembourser les intérêts sur notre carte de crédit fédérale, il deviendra de plus en plus difficile de répondre à des besoins bien réels et tangibles.

Pire encore, les taux d’intérêt excessivement bas font en sorte que le montant consacré au service de la dette risque d’augmenter de façon importante. En effet, il y a fort à parier que les taux d’intérêt commenceront à grimper au cours des mois et des années à venir.

On voit déjà une pression inflationniste poindre aux États-Unis, et il serait étonnant que le Canada soit épargné. Une toute petite augmentation du taux d’intérêt pourra avoir un effet important, voire dévastateur, sur nos finances publiques et sur la capacité de l’État à accomplir ses fonctions essentielles.

Retour à l’équilibre budgétaire

Il est possible pour le gouvernement de sortir de ce cercle vicieux, mais cela nécessitera de la discipline et des cibles très claires. Un plan de retour à l’équilibre budgétaire est tout simplement essentiel. Malheureusement, tous les indicateurs sont présentement au rouge.

Sur le web

  1. Miguel Ouellette est directeur des opérations et économiste à l’IEDM, Maria Shaw est économiste à l’IEDM. Ils sont les auteurs de « Service de la dette : trop cher payé pour s’endetter » et signent ce texte à titre personnel.
  2. « Liberal » dans le texte.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • c’est y qu’il aurait l’âme d’un socialiste le trudeau ?

    • Il a bien appris la leçon de son grand frère Manu: L’état paiera!

      Le jour où les gens se rendront compte que dans cette phrase, on peut remplacer « l’état » par « Dieu » ou même « le Père Noël », sans changer fondamentalement le sens de la phrase, alors l’humanité aura bien progressé en sagesse.

  • L’Occident court à sa perte! Comment se fait-il que malgré tous les échecs de ces politiques, le citoyen continue à voter contre ses propres intérêts? L’homme est-il fondamentalement stupide? C’est ce que pensait Einstein en déclarant que la bêtise humaine est infinie. Bien obligé de constater qu’il avait raison.

    • le citoyen continue à voter contre ses propres intérêts? Bien sur, car gros nigaud il pense toujours que c’est l autre qui va payer, ça marche un moment puis .. voir la citation de Margarett!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On se souvient qu'au lendemain de la libération de la France, le général de Gaulle avait créé avec Jean Monet le Commissariat général au Plan pour redresser et moderniser l’économie française, et ce fut un succès.

Il avait dit :

« Il faut que les objectifs à déterminer par le Plan revêtent pour tous les Français un caractère d’ardente obligation ».

Aujourd’hui, il serait utile que les Français et leurs dirigeants considèrent que la réindustrialisation du pays est « une ardente obligation » car il n’y a pas d’autre solutio... Poursuivre la lecture

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Les travailleurs du sexe canadiens protestent contre la criminalisation de leurs clients. Une coalition de travailleurs du sexe s'est présentée devant la Cour supérieure de l'Ontario la semaine dernière pour plaider contre l'interdiction canadienne de payer pour du sexe. Les groupes contestent également une série de lois anti-prostitution, adoptées en 2014, connues sous le nom de Protection of Communities and Exploited Persons Act (PCEPA).

La PCEPA a été adoptée après que la Cour suprême ... Poursuivre la lecture

Les constructivistes, les protectionnistes, les enfermistes, ont cru un temps avoir décroché le pompon grâce au virus. La peur, enfin. La peur tant espérée, par les Verts, les experts, les activistes, le philosophie allemand Hans Jonas lui avait même trouvé une vertu heuristique, la peur est passée sans grand succès de l’hiver nucléaire avec son revers « plutôt rouge que mort » au réchauffement climatique devenu changement climatique pour ne pas dépendre des variations météorologiques, mais avec le virus, la peur a enfin triomphé. Même Greta ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles