« Loi climat et résilience » : bourrons le mou de nos enfants !

C’est une priorité des régimes totalitaires que d’« éduquer » les enfants. Où en est-on en France avec l’article 2 de la loi climat et résilience, chapitre « Informer, former et sensibiliser » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by CDC on Unsplash - https://unsplash.com/photos/GDokEYnOfnE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Loi climat et résilience » : bourrons le mou de nos enfants !

Publié le 24 avril 2021
- A +

Par André Heitz.

On peut cauchemarder quand on entend une Léonore Moncond’huy, maire de Poitiers, déclarer que « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants » et, implicitement, préconiser un formatage, voire une police des rêves.

On cauchemarde également quand le responsable éditorial de Regards.fr tweete  que « les rêves sont aussi les fruits de constructions sociales et il est tout à fait légitime que le politique s’attache à construire et déconstruire les imaginaires. C’est même le cœur de nombreuses batailles culturelles ».

Une inquiétante dérive

On peut s’inquiéter pour sa République – « indivisible, laïque, démocratique et sociale » selon l’article premier de la Constitution du 4 octobre 1958 – lorsqu’une Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, déclare à l’Assemblée nationale : « Le texte que je vous présente aujourd’hui est une nouvelle pierre importante à l’édifice de la République écologique que nous voulons construire. »

On peut avoir mal à sa France quand la même pérore – peut-être inspirée par les techniques d’endoctrinement des États totalitaires, et certainement ignorante des ravages qu’elles ont provoqué et qu’elles provoquent encore : « Le présent texte est un projet de loi de bon sens, tout simplement. Parce que tout commence par l’école, il fera entrer l’écologie dans ce pilier de la République, pour former et sensibiliser les futurs citoyens aux enjeux de la planète. »

On peut encore être atterré quand on entend cette déclaration, disons, passionnée :

Que dit le projet de loi climat et résilience?

Un « changement de dimension », avec des enseignements renforcés à l’école ?

Voici le texte des nouvelles dispositions du code de l’éducation tel qu’il résulte de l’article 2 du projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets dans la version issue de son examen par l’Assemblée nationale en séance publique :

« Art. L. 121-8. – L’éducation à l’environnement et au développement durable, à laquelle concourent l’ensemble des disciplines, permet aux élèves de comprendre les enjeux environnementaux, sanitaires, sociaux et économiques du développement durable. Elle est dispensée tout au long de la formation scolaire, d’une façon adaptée à chaque niveau et à chaque spécialisation, afin de développer les connaissances scientifiques et les compétences des élèves en vue de leur permettre de maîtriser ces enjeux et ces savoir-faire, notamment ceux portant sur le  changement climatique, le respect du vivant et la préservation de la biodiversité terrestre et marine, y compris dans les territoires d’outre-mer […] de maîtriser des savoir-faire et de préparer les élèves à l’exercice de leurs responsabilités de citoyen. Le ministère chargé de l’Éducation nationale garantit les contenus, les modalités de mise en pratique de ces contenus et la cohérence du déploiement de l’éducation à l’environnement et au développement durable dans le cadre scolaire. »

[…]

« [Art. L. 312-9, nouvel alinéa] Cette formation comporte également une sensibilisation à l’impact environnemental du numérique des outils numériques ainsi qu’un volet relatif à la sobriété numérique. »

Non, la majorité ne supprimera pas l’article 2

La majorité a rejeté 51 propositions d’amendement, dont quatre tendant à supprimer cet article et émanant, sans surprise, des bancs des Républicains.

Voici un extrait d’exposé des motifs :

« Si le principe est louable, il n’en demeure pas moins que l’Éducation nationale n’a pas vocation à dispenser des enseignements pour répondre à des problématiques qui dépassent largement celles de l’acquisition des compétences fondamentales que sont le français, les mathématiques, les langues étrangères, les sciences humaines et celles économiques et sociales, l’histoire et la géographie notamment.

Il convient d’ailleurs de souligner que cette éducation à l’environnement et au développement durable est déjà réalisée via les enseignements des sciences et vie de la terre. »

Un autre a ajouté :

« Aussi et surtout, le respect de l’environnement, le développement durable et l’écologie sont avant tout des devoirs de citoyens qui doivent être appris tout au long de la vie et notamment en famille. »

Loi climat et résilience : ce à quoi nous avons échappé

Selon l’article 34 de la Constitution, « La loi détermine les principes fondamentaux » dans divers domaines, dont l’enseignement et la préservation de l’environnement.

À l’évidence, l’article 2 du projet de loi dépasse très largement le cadre des « principes fondamentaux ». Mais pour certains députés et certaines formations, le micro-management n’était pas encore suffisant.

Voici donc ce à quoi nous avons échappé.

La consommation, l’alimentation

Selon une proposition issue curieusement des rangs des Républicains (y compris de députés qui préconisaient la suppression de l’article), mais aussi socialistes, l’éducation à l’environnement et au développement durable devait aussi s’étendre à « la consommation responsable et équitable ».

Ou seulement « durable » pour des membres du groupe Agir ensemble, lié à la majorité.

Ou encore à « l’alimentation » (les Républicains), avec notamment ce motif :

« La gestion du gaspillage et des pertes alimentaires, la sécurité alimentaire à toutes les échelles, les modes de production agricoles et leurs effets sur l’environnement constituent également des enjeux d’avenir dans le cadre d’une responsabilité collective impliquant la formation et la sensibilisation de citoyens responsables.

Cet amendement vise à affirmer le rôle fondamental et continu de l’éducation à l’alimentation du primaire jusqu’au lycée. »

Les socialistes étaient sur une ligne similaire avec une phrase entière :

« Cette éducation à l’environnement, en complément avec l’éducation prévue à l’article L. 312-17-3 du présent code, comporte notamment un parcours de sensibilisation à l’alimentation durable, au bien-manger et à la lutte contre le gaspillage alimentaire. »

L’article cité prévoit un enseignement, « une information et une éducation à l’alimentation et à la lutte contre le gaspillage alimentaire, cohérentes avec les orientations du programme national relatif à la nutrition et à la santé […] et du programme national pour l’alimentation »

Les enjeux planétaires et la « bifurcation écologique »

Du côté de Mme Delphine Batho et de ses collègues (a priori tous non-inscrits), la notion de « développement durable » est dépassée et il faut lui substituer : « [les] enjeux liés à la diversité biologique et [le] changement climatique dans le cadre des limites planétaires ». Dans une autre proposition, c’est une référence à « la sobriété dans l’usage des ressources dans le cadre des limites planétaires » qu’il fallait introduire.

La France insoumise – dont on ne se privera pas de faire remarquer une fois de plus que cette désignation est une insulte à la République – est partisane d’un autre vocabulaire : « la bifurcation écologique ». Selon un exposé des motifs :

« Le terme bifurcation suppose une restructuration de fond en comble de nos économies, un changement de direction. Elle exige la planification d’une nouvelle organisation du territoire et de nouveaux schémas de consommation et de production. La bifurcation écologique doit également être synonyme de conquêtes sociales.

L’enjeu du dérèglement climatique et de la préservation de l’environnement doit être enseigné dans son entièreté. »

Là, on est en plein dans l’endoctrinement ! Mais on peut aussi penser à la collectivisation et la dékoulakisation…

Les socialistes ont proposé une référence à « la protection de l’environnement et des limites planétaires ».

Pour Mme Florence Provendier (LaREM) et collègues, il faut être encore plus précis :

« À cet égard, les élèves sont sensibilisés à la réalisation des dix-sept objectifs de développement durable du programme de développement durable à l’horizon 2030. »

Que signifie « la réalisation » ? Serait-ce une sorte de catalogue des bienfaits dispensés par le gouvernement et plus généralement les pouvoirs publics ?

L’économie sociale et solidaire

L’éducation à l’environnement et au développement durable doit permettre de maîtriser une série d’enjeux précisés par une liste non limitative. Les socialistes et les Républicains ont proposé d’ajouter « ceux relevant des principes de l’économie sociale et solidaire tels que définis par la loi du 31 juillet 2014 ». C’est dans les deux cas le fruit du lobbying d’ESS France.

N’oublions pas la santé

Pour M. Éric Alauzet et des collègues LaREM, la santé devait aussi être au programme. Ce qui est intéressant ici est la motivation :

« Initier et former dès le plus jeune âge les enfants aux questions relatives à l’environnement et au développement durable c’est l’assurance non seulement de créer des générations de citoyens respectueux et impliqués par ces questions, mais c’est également permettre d’apporter ces enjeux au sein des foyers. […] »

C’est un peu le principe des Gardes rouges et du Komsomol, non ?

L’appel à l’émotion

L’éducation a pour objectif de préparer les élèves à l’exercice de leurs responsabilités de citoyen. Pour le groupe Agir ensemble, il y avait lieu de préciser : « et de développer leur lien physique et émotionnel à la nature ».

Instruire les gens du ministère de l’Éducation et leur tenir la main

L’éducation à l’environnement et au développement durable doit donc être dispensée « d’une façon adaptée à chaque niveau et à chaque spécialisation ». C’est si peu évident que cela doit figurer dans la loi…

Mais ce n’est pas assez pour Mme Delphine Batho et ses amis. Il aurait fallu ajouter : « de façon pratique et théorique » !

Le ministère chargé de l’Éducation est bien évidemment chargé de la bonne mise en application du dispositif. Notons que le texte adopté emploie le mot « garantit », ce qui « imposerait aux pouvoirs publics une quasi-obligation de résultat » selon l’avis rendu par le Conseil d’État sur un projet de loi constitutionnelle complétant l’article 1er de la Constitution et relatif à la préservation de l’environnement !

Et le rédacteur du projet de loi n’a pas été avare de microgestion et a énuméré quelques points auxquels le ministère devait veiller (des fois qu’il oublie…).

  1. Jean-Noël Barrot (Mouvement démocrate) a voulu compléter la liste avec « ainsi que l’information, la formation et la sensibilisation du corps enseignant à ces enjeux ».

Pour d’autres, toujours pour le cas où ces gens du ministère seraient distraits, il fallait leur intimer l’ordre de prévoir « précisément le temps qui doit être imparti à cet enseignement ».

Relevons aussi qu’une série de députés a voulu inclure le ministère chargé de l’Enseignement supérieur, etc. et ainsi, implicitement, par une sorte de stratagème, étendre aux étudiants l’éducation à l’environnement et au développement durable.

Végétalisons !

Voici une autre proposition issue sans doute d’un lobbying multidirectionnel : pour des Républicains, ainsi que pour un groupe de proposants qui semble divers, il aurait fallu ajouter : « Elle [l’éducation] s’appuie, notamment, sur des projets concrets tels que la végétalisation du bâti scolaire, composante essentielle de l’éducation au développement durable. »

Une végétalisation dont on s’est plu à décrire les bienfaits indirects sur le microclimat et le bien-être des gens du quartier.

Installons des bacs de compostage !

Mme Perrine Goulet (LaRem) a eu une autre idée inspirée par une rencontre avec des élèves de CM2. Elle a été traduite comme suit (l’exposé des motifs est plus explicite) :

« Les collectivités territoriales peuvent concourir à l’accomplissement du présent article par le développement de projets spécifiques initiés par l’équipe pédagogique et visant à l’appréhension des enjeux environnementaux, du développement durable et de la valorisation des déchets. »

Faisons des classes en plein air

Mme Delphine Batho et ses amis ont aussi été imaginatifs sur cet ensemble de sujets :

« Les enseignements en plein air et sous forme de classe dehors font partie intégrante de la formation scolaire primaire et secondaire dans le cadre de l’éducation à l’environnement mentionnée au premier alinéa. »

Sensibilisons à l’éco-conduite et à ses bénéfices

C’est une proposition de Mme Fiona Lazaar (non inscrit).

Et encore…

D’autres propositions tendaient à introduire des références aux « projets éducatifs territoriaux », au « changement climatique », à la « transition écologique », aux « spécificités naturelles et géographiques de chaque territoire » (la France n’est-elle pas une et indivisible, et les Français ne sont-ils pas amenés à voyager et, le cas échéant, déménager ?), à « la sobriété numérique ».

« Par cet amendement nous [la France insoumise] intégrons à la formation…

C’est une rafale d’alinéas que la France insoumise a proposé d’ajouter au Code de l’éducation :

« Cette formation comporte un volet sur les biens communs (eau, air, alimentation, vivant, etc.), leur gestion ainsi que leur importance dans la lutte contre le dérèglement climatique et la perte de biodiversité. »

« Cette formation comporte un volet sur les liens entre climat et biodiversité, entre changement climatique et érosion de la biodiversité. »

« Cette formation comporte un volet sur les objectifs que se sont fixé la France, l’Union européenne et les États membres des Nations unies, en termes de réduction des émissions de baisse à effet de serre et de préservation de la biodiversité. »

« Cette formation comporte un volet sur les éco-gestes individuels et leurs limites pour lutter contre le réchauffement climatique et la perte de biodiversité. »

« Cette formation comporte un volet sur l’impact environnemental de la publicité ainsi qu’un volet sur le rôle de la publicité dans les pratiques de surconsommation. »

« Cette formation comporte une sensibilisation à l’impact environnemental et social des modes alimentaires ainsi qu’à l’impact de l’agriculture, et notamment de l’élevage. »

« Cette formation comporte une sensibilisation à l’impact environnemental des choix technologiques, notamment sur la 5G. »

« Cette formation comporte un volet sur l’impact des différentes mobilités en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Elle comprend également un volet sur les investissements qu’il est nécessaire de faire pour effectuer la bifurcation écologique. »

Ce n’est pas sérieux !

Ainsi se conclut pour nous ce voyage en Absurdistan. Le constat est implacable : notre système démocratique est vraiment malade.

« La loi détermine les principes fondamentaux… » selon l’article 34 de la Constitution et « Les matières autres que celles qui sont du domaine de la loi ont un caractère réglementaire » selon l’article 37 ? L’article et les propositions d’amendement que nous venons d’examiner démontrent que ce principe fondamental est devenu une coquille vide et que le gouvernement et les députés ont perdu la raison.

Cela contribue au rejet de la classe politique par une part de plus en plus importante de la population. Et quand le législateur n’est plus respecté, sa production ne l’est plus aussi.

S’agissant du système éducatif, la charge mise sur lui ne pourra que réduire encore davantage sa capacité à prodiguer les compétences fondamentales et former des citoyens capables de penser par eux-mêmes.

Quand on sait qu’il y a des politiciens en vue incapables de calculer la surface d’un cercle ou de convertir un hectare en mètres carrés…

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Quand on voit l’andouille de Pesquet…

    une France écologique dit la dame… pas écologiste..

    C’est un déferlement de bêtises..,..

    je le répète mais un média sérieux et sceptique a un boulevard devant lui..

  • Trop tard: ils sont au pouvoir et ne le lâcheront pas

  • Qu’est ce qu’ils s’imaginent ?

    Moi qui travaille un potager de près de 400m2 et possède un verger et une forêt, je sais ce qu’il reste à becter en hiver…

    Patates, pommes, carottes, oignons, poireaux et betteraves rouges; plus les trucs au congélo et quelques confitures (pour les autres, moi je suis diabétique)

    Alors ceux qui vendent des bacs à compost et des carrés potagers sur les toits se foutent royalement de notre gueule, tout en empochant le fric pour se payer le resto, l’avion et le 4×4 pour se rendre dans leur maison de campagne…

    Les autres, pour faire l’appoint de la touffe de persil sur la terrasse, connectez vous à ‘deliveroo’ ou ‘comme j’aime’…

    Ou mangez le mastic des fenêtres ( S’kìtt vum Fanschter) comme on dit en Alsace

    Bande de c…s !

    • ah …interdire les serres chauffées..parce que chauffer pas naturel..mais la serre est « naturelle »..

      un déferlement..de con..ries..

    • Et les choux, légume d’hiver s’il en est? Excellents pour la santé en prime.

      • C’est vrai, mais je ne fais que du Bruxelles, et pas tous les ans, la choucroute je la prend chez un pote qui a tout le matériel pour la faire…

        Le chou classique, trop chiant pour moi, d’abord je dois mettre de la chaux, puis aller voir tous les matins quel parasite de la longue file d’attente est à l’oeuvre ce jour là (il a l’air rustique comme ça, mais sans traitements c’est du Sisyphe…), puis attendre 4 ans avant d’en remettre au même endroit.

        Mais si les gens, entre leur soirée théâtre, leur resto, le télétravail, les cours de yoga, les devoirs des gamins et les réunions politiques veulent s’en occuper, libre à eux…

        Il serait toutefois prudent qu’ils gardent le post-it avec le numéro du traiteur japonais (le chinois est pour les sans-dents) sur la porte du frigo ! Ou des céréales bio au chocolat bio pour les mômes, pour leur éviter de manger des pommes traitées.

  • Il me semble qu’il n’y a pas besoin de lois nouvelles pour le bourrage de crâne des enfants et des autres. Les députés s’occupent et préparent les élections, le vert ayant le vent en poupe, c’est celui qui sera le plus vert. Donc ce n’est pas fini, le pire est devant nous.

  • Paradoxalement, cette tentative d’endoctrinement n’est pas trop difficile à contrer. Il faut juste prendre du temps avec les enfants pour déconstruire le contenu des enseignements, pointer l’idéologie sous-jacente et son absurdité, et faire doucement passer l’idée que les gens qui font les programmes ne sont pas trop nos amis.
    C’est une piqûre de rappel à la vigilance de la part des parents. Il faut juste se souvenir que la responsabilité parentale ne peut être déléguée à une administration (surprise!)
    C’est vrai pour la cocologie et ça vaut aussi pour le woke.

    • Oui, mais cela présuppose des parents éduqués et suffisamment convaincants pour contrer la propagande écolo-fasciste. Pas si facile de contrer l’endoctrinement totalitaire, comme l’ont remarqué les allemands il y a 85 ans.

    • Tiens, je vais enseigner à mes petits enfants que le changement climatique est un bel exemple de pléonasme parce que le climat c’est ce qui change d’un lieu à l’autre et d’une époque à l’autre.
      Et si ça ne changeait pas le mot climat serait inutile et n’existerait pas et la vie sans surprise serait vraiment ennuyeuse.

  • La Tarritude écolo explose littéralement. Quand on voit JOBIDAN qui annonce la baisse de 50 % des émissions de CO2 par les USA en 9 ans. On prend la mesure du niveau d’incompétence, de méconnaissance des simples ordres de grandeurs.

    • Déjà qu’en 20 ans, on a réussi à les diminuer de quelque chose come 5% ou 10%, un enfant de primaire verrait que cette annonce est juste impossible à réaliser… Mais bon, laissons les éduquer nos enfants « pour créer des enjeux au sein du foyer »…

      • Je viens de voir un reportage sur Rtl où on prônait (on allait imposer) l’isolation des maisons. Même celles bâties il y a 10-15 ans. Et la conclusion du gars interviewé, c’était: ainsi, il fera agréable chez vous et vous pourrez y rester plus volontiers. Belgium one point.

  • Pour la faire courte: celle loi est un tissus de merde assaisonnée à la bave écolo.

    • Je me pose de plus en plus la question: mais comment est-il possible qu’on n’arrive pas à les arrêter. On dirait que les gens ne voient pas ce qu’ils sont en train de faire. C’est constitutionnellement intenable leur position.

  • L’autre jour, j’ai interpellé un élu écologiste :
    – éduquons !
    Il l’a mal pris…

  • En fait, ce qu’ils demandent, c’est juste que les enfants apprennent les sciences, mathématiques et biologie… Chose qui est déjà fait… pourquoi donc vouloir tout simplifier ? 🙂

  • « Les objectifs que se sont fixé [sic] la France, l’Union européenne, … ». Ces écolos feraient bien d’appliquer leurs principes d’abord à la langue.
    Cela dit, cet article est profondément décourageant. On a beau connaître les maux dénoncés, les voir ainsi détaillés donnent la nausée. Mais je serai plus pessimiste encore que l’auteur: ce n’est pas seulement la démocratie qui est malade, c’est le pays tout entier.

    • Donne la nausée…

      Cela arrive aux meilleurs et, de préférence, quand on relève une faute chez autrui.

      P.S. : il y a de belles fautes à trouver dans l’article commenté.

      • Ce n’est pas la faute de grammaire qui me donne la nausée, c’est la bêtise révélée par l’article. Mais la faute de grammaire est aussi révélatrice: si on n’est pas capable d’appliquer une règle simple, a-t-on le droit de vouloir transformer la société avec ses pauvres idées ?

        • Tout le monde a le droit d’essayer de changer la société, même les ignares et led idiots.

          À nous d’unir ce qu’il nous reste de moyens pour contrarier les plans des constructivistes.

          Le grand problème est que les politiciens au pouvoir sont précisément les meilleurs soutiens des délires en cours, avec la puissance des armes qui leur permet de nous dépouiller,

          • non, tout le monde a le droit à la liberté et à ne pas être emmerdé par les écologistes !

            • Votre frustration est très compréhensible et je la partage, mais les rouges, même s’ils sont verts à l’extérieur, estiment avoir le devoir supérieur de vous soumettre à leurs croyances. Comme les mahométans.

              Il faut les combattre, dire « non » ne suffira jamais.

  • Ça traînait dans l’air depuis quelques décennies mais c’est maintenant officiel : l’Éducation Nationale doit devenir une gigantesque officine de propagande. Les savoirs ayant été chassés de l’école, les crânes des élèves sont prêts à absorber la bonne parole écolo. Petit exercice pour se détendre : imaginer quel sera l’uniforme des Brigades Vertes. Un deuxième pour la route : quel sera le mode d’élimination des récalcitrants ?

    • étant donné que l’éduc nat a le monopole, cela ne peut être différent.

    • Ça fait longtemps qu’elle est « une gigantesque officine de propagande », peut-être même qu’elle l’a toujours été (voir la période 1881-1914) sauf qu’il fut un temps où cela ne l’empêchait de faire le boulot, maintenant elle ne fait plus que ça, de la propagande.

  • Le formatage des enfants est la marque de fabrique des totalitarismes. L' »écologie » politique n’a qu’un but, détruire le capitalisme. Ce sont ses initiateurs qui le proclament. L' »écologie » n’est qu’un totalitarisme qui recycle les gauchistes de tout poil.

  • Si ce n’était qu’à l’école… mais même les chaînes de télé pour enfant, pour ne pas nommer Gully, sont truffés de dessins animés propagandistes, où la bonne parole écolo est présentée comme l’avenir radieux de la planète, et les anti-éoliennes comme des méchants hargneux et stupides qui ne comprennent rien au progrès.
    Si vous ne pouvez pas faire autrement que d’envoyer vos mouflets à l’école, au moins épargnez-leur la télé!

  • un peu de propagande LREM , beaucoup de socialisme c’est la recette du succès pour un bon formatage en bonne et due forme des futures générations..CPEF comme dit H16

  • Ce qu’on voit ici, ce sont des parlementaires qui n’ont plus de pouvoir réel face à un exécutif tout-puissant et qui se donnent l’illusion d’un travail utile dans la confection de lois en fait imposées par ce dernier, en abondant à qui mieux mieux dans le politically correct bien pensant martelé par la majorité des médias.

  • La constitution du corps des « Greta-jugend » est en cours. Cela fait peur.
    Bientôt les parents seront dénoncés par leurs enfants…

    Pour « la cause » le retour des heures les plus sombres de notre histoire est justifiée…
    Horreur.

  • L’enseignement hors contrat a de beaux jours devant lui. Pas étonnant, que l’Etat essaie à tout prix de limiter son développement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles