Les pièces de 1 et 2 centimes d’euros cassent leur pipe

OPINION : dû à l’inflation grandissante et des prix toujours plus ronds, les pièces de 1 et 2 centimes sont délaissées, et si elles étaient supprimées ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jonathan Brinkhorst on Unsplash - https://unsplash.com/photos/6tG_liBojOk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pièces de 1 et 2 centimes d’euros cassent leur pipe

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 avril 2021
- A +

Par Matthieu Verry.

Ferraille encombrant notre porte-monnaie, les pièces de 1 et 2 centimes sont délaissées. De Paris à Marseille ou de Nantes à Strasbourg, ces pièces sont laissées à leur sort dans la rue. Anciennement données à l’Église ou aux Pièces Jaunes, cet argent utile dans un autre temps doit trouver le chemin du repos.

A cause de l’inflation grandissante et des prix toujours plus ronds, la pièce rouge se meurt. Enterrée dans les tirelires d’enfants ou les pots de confiture, la petite monnaie sort régulièrement du circuit de distribution pour être stockée.

La monnaie fiduciaire française

Comprenant pièce de monnaie et billets de banque, la monnaie fiduciaire est remise en question. Cette forme de monnaie qui est la plus ancienne n’arrive pas à se réinventer alors que l’euro est utilisé par 342 millions de citoyens, dans 19 États membres de l’Union européenne.

Ces pièces rouges sont émises par les pays de la zone euro et par les pays ayant établi des accords avec les autorités européennes – Andorre, Monaco, Saint-Marin et le Vatican – soit actuellement 23 pays. Les Français possèdent en moyenne 150 pièces par habitant, contre 250 pièces par habitant en Allemagne.

« Statistiquement parlant, chaque citoyen de la zone euro détient 181 de ces pièces », souligne la Commission européenne dans un rapport de 2018.

La France étant la première destination touristique mondiale, les deux tiers du temps, les pièces qui circulent sur notre territoire ne proviennent pas de l’Hexagone. Or, les centimes d’euros ne font que très peu de va-et-vient, par exemple, pour les achats de pain, de journaux ou de cigarettes.

Au 1er janvier 2021, il y avait 37 421 979 853 pièces de 1 centime en circulation au sein de la zone euro, pour une valeur totale de 374 219 799 euros. La petite monnaie représente 48 % des pièces fabriquées chaque année ce qui représente 61 milliards de pièces frappées tous les ans – soit près de la moitié des pièces émises dans la totalité de la zone euro.

Une enquête de la BCE en 2018, rapporte que la majorité des citoyens de la zone euro serait favorable à la suppression des pièces de 1 et de 2 centimes dont 58 % des Français.

Comment supprimer les pièces de 1 et 2 centimes ?

L’idée de ces suppressions est d’arrondir l’ensemble des prix1. Par exemple, 2,98 euros donnera 3 euros et 2,97 euros donnera 2,95 euros. Dans cette idée, entre septembre et janvier une consultation en ligne a recueilli l’avis des citoyens européens. Si la décision de règles d’arrondi est faite d’ici fin 2021 par la Commission européenne, la France ne retirerait ces deux pièces rouges qu’en 2022.

Les pièces ont un prix, combien coûte la frappe de ces centimes d’euros ?

Chaque pièce de 1 centime d’euros coûte 4,5 centimes à fabriquer selon une étude de 2005.

La Monnaie de Paris précise qu’elle fabrique environ 300 millions de pièces de 1 et 2 centimes par an. Ce qui revient à un coût de 1,350 milliard d’euros pour une valeur créée de 300 millions d’euros.

Quels arguments contre la suppression des pièces de 1 et 2 centimes ?

Ces pièces ont de l’importance en particulier chez les ménages aux revenus modestes. Cela peut représenter quelques euros voire quelques dizaines d’euros non négligeables. Ces pièces rouges ont un effet psychologique qui pousse à être plus attentif sur les prix et la manière dont les arrondis sont effectués : cela permet de prendre conscience de la valeur de l’argent.

Au niveau européen, les clivages grandissent sur le maintien de ces pièces. Au niveau français, certains citoyens – qui estiment déjà négatif  le passage à l’euro – y verraient encore une inflation. La monnaie perdra sa légitimité.

Or, la monnaie c’est in fine la confiance. Ce sujet est très sensible, et si les prix des produits du quotidien sont arrondis à la hausse – par exemple le prix du café – cela sera très mal perçu. Selon certains économistes, les petits commerces risquent d’être davantage impactés que le secteur de la grande distribution car ils n’acceptent pas tous la carte de crédit –  encourageant ainsi l’argent liquide.

Quels arguments pour la suppression des pièces de 1 et 2 centimes ?

Ces pièces sont composées d’acier recouvert de cuivre rouge – d’où leurs couleurs caractéristiques – ce qui en fait un produit toxique. Si le gouvernement ne donne aucun chiffre sur le bilan carbone de la création des pièces rouges, l’impact écologique est réel.

La Banque de France estime que depuis 2002, 8 milliards de pièces en euros ont été perdues nécessitant d’en créer d’autres. Ainsi, les Français reçoivent davantage de pièces qu’ils en dépensent.

Ils utilisent également toujours davantage le paiement sans contact pour de petits achats. Selon la Banque de France, 68 % des paiements dans le commerce de détail sont réalisés en liquide en France, avec 40 % de la consommation intérieure française réglée par carte bancaire. L’État pousse vers le zéro cash en privilégiant les transactions numériques. Ainsi, le gouvernement veut mieux contrôler les flux financiers et éviter les fraudes des transactions non déclarées. De plus, le consommateur sera gagnant en étant moins manipulé par des prix psychologiques – consistant à mettre un produit à 99,99 euros au lieu de 100 euros.

Cela signifie-t-il une hausse des prix ?

Cinq pays en Europe ne fabriquent plus les pièces de 1 et 2 centimes pour leur marché intérieur : les Pays-Bas, la Finlande, l’Italie, l’Irlande et la Belgique – soit près de 100 millions de citoyens de l’UE.

En arrondissant les prix au 0 ou au 5 centimes le plus proche du chiffre exact, aucune inflation n’a été visible. De même, quand l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont supprimé leurs pièces de 0,01 dollar aucune inflation n’a été observée.

Supprimer les pièces de 1 et 2 centimes, encore un pas vers la monnaie numérique ?

Il est temps que la Commission européenne tranche ce débat et se débarrasse de ces vieilles lunes. Dans son rapport d’une cinquantaine de pages, elle envisage quatre possibilités pour ces pièces de 1 et de 2 centimes : l’émission à coûts réduits, le retrait rapide, la suppression progressive et le statu quo.

Par ailleurs, la Banque de France croit en l’avenir des billets puisqu’elle a réalisé un investissement de 250 million d’euros dans une nouvelle usine d’impression près de son implantation historique de Chamalières en Auvergne. Ainsi, La Banque de France a révélé dans un dernier rapport que la demande de billets de banque est en hausse de 7 % en moyenne par an malgré l’avancement des monnaies dématérialisées.

Comme les billets de 5 euros doivent être changés en moyenne tous les 6 mois à cause de leur circulation, une idée serait de mettre en activité des pièces de 5 euros : plus résistantes dans le temps, plus écologiques et économiques.

  1. Le SPF Finances a précisé que le montant total de l’addition sera arrondi et non chacun des articles.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Ça fait longtemps que les Américains ont compris ça avec le billet de 1 $.
    Si l’Europe rachetait ces pièces à un prix correct on les verrait réapparaître comme par magie. Avec cet article les citoyens vont les stocker de plus en plus puisque intrinsèquement elles valent plus que leur valeur faciale.

  • « nouvelle usine d’impression de billets » : les progressistes français envisagent-ils d’imprimer des assignats ?

  • moi je supprimerais aussi les pièces de 5cents.
    Comme pour l’essence (prix au litre x,xxx€ arrondi à la caisse à x,xx€) on pourrait arrondir à x.x0€. Beaucoup de commerçants feraient plaisir d’arrondir vers somme inférieure.
    Existe-t-il quelque chose à 0.05€? Éventuellement on pourrait modifier le poids d’un bonbon.
    Et si un courageux lançait un pétition?

  • Quand on se rappelle lors du passage à l’euro : « il faut des pièces de 1 ou 2 cents, sinon les commerçants vont tout arrondir au supérieur ».

    En pratique ; ils l’ont fait tout de même (car plus pratique).

    Et aujourd’hui, on traine ces……. reliquats.

    Et comme dit dans l’article, qu’on arrête les attrapes-nigaud des prix à X,99…

    2021, et le marketing croit encore qu’on tombe encore dans le panneau.

  • Euh, mais soit-disant, y a pas d’inflation…

    L’État pousse vers le zéro cash en privilégiant les transactions numériques.
    Bien, mais d’où vient le courant alimentant les appareils de paiements?
    Du charbon allemand, ou du gaz en provenance de Russie?
    Pas de pollution? Pas de coût? Gratuit?
    Et que se passe-t-il en cas de panne généralisée de l’ordre d’une semaine?

    Ainsi, le gouvernement veut mieux contrôler les flux financiers et éviter les fraudes des transactions non déclarées.
    Des fraudes avec des pièces de 1 et 2 centimes?
    On marche sur la tête là!!! C’est un 100m, avec Ben Jonhson?

    De plus, le consommateur sera gagnant en étant moins manipulé par des prix psychologiques – consistant à mettre un produit à 99,99 euros au lieu de 100 euros.
    On verra alors :
    – 100.00 si paiement cash
    – 99.99 si paiement CB remise de 1 centime.
    La « manipulation » sera toujours là 🙁

    Le plus simple et économique : il suffirait de n’en plus émettre. Ou très peu.

  • Je vois que mon message un tantinet rageur a été soustrait à la vue d’un public outragé…

    En gros, je pense que si nous avons le loisir de nous pencher sur le problème des piécettes de 1 et 2 centimes, c’est que les milliards de dettes sont maitrisés.

    Remarquez que mes voisins (j’habite sur le Rhin) , qui maitrisent leur dette, eux, n’ont aucun souci avec les dites piécettes, crées à leur demande et reprenant toutes les caractéristiques de leurs anciens ‘Kupferpfennige’;
    il faut dire que pour eux (et moi qui fait la majorité de mes courses outre -Rhin hors Covid) un sous est un sous.

     » Auch Kleinvieh macht Mist « 

    • Jo, dat ass richteg 🙂
      Kleng Baachen maachen grouss Flëss.

      • Oh ! En Lëtzebuerger Schwäizer !

        Grüezi wohl, liabe Nochber, wenn m’r beidi in d’r Fluss pinkla fliasst alles nach Rotterdam …

        • Moien léif Noper. D’Musel fléist roueg no Rotterdam mat Saar an Rhein.
          D’Museldal ass extra schéin.

          • 🙂 🙂

            • je ne l’ai pas fait, mais naviguer depuis Remich en passant Bernkastel, jusqu’à Coblence, cela doit être super. Les vignobles surplombant la Moselle, Bernkastel, Coblence, tout cela est bien plus joli que tout le reste en Europe.

  • Faire disparaître la monnaie…
    Belle idée. Le Venezuela la plébiscite : plus de $ en billets concurrençant leur PQ…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle réglementation interdisant les emballages en plastique des fruits et légumes est entrée en vigueur au 1er janvier 2022. Relater sa genèse est plus intéressant et instructif que gloser sur les désagréments et catastrophes à venir. Ce fut priorité à la bien-pensance et la démagogie au détriment de l'efficacité économique et sociale.

Le 1er janvier 2022 est entré en application le Décret n° 2021-1318 du 8 octobre 2021 relatif à l'obligation de présentation à la vente des fruits et légumes frais non transformés sans conditionn... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

L'année commence avec un gros bruit de casseroles pour Bitcoin et ses descendants : les cours des principales cryptomonnaies ont largement dévissé alors que l'année 2021 avait été remplie de plus hauts historiques et de mouvements violents, parfois propulsés par les déclarations plus ou moins intelligentes de l'un ou l'autre gourou industriel, et la médiatisation rapide des Non Fungible Tokens (NFT ou jetons non fongibles) a largement ajouté à la fébrilité du marché très spécial des cryptomonnaies.

Cependant et comme j'en faisa... Poursuivre la lecture

À la première vision, la grosse production de Netflix et son lot de stars séduisent. Il y a ce mélange de film catastrophe et de critique sociale distanciée qui en font un divertissement réussi. La métaphore climatique est un sous-texte intéressant mais laisse un arrière-goût d'à-peu-près. C'est à la réflexion que l'on perçoit le hic.

Que raconte Don't look up

En effet, le problème réside dans la dynamique du film, évidente pourtant, mais dont l'évidence même révèle notre faiblesse à la penser. Car de quoi s'agit-il ? D'un couple de sc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles