Emmanuel Macron, la perfection au masculin

Emmanuel Macron by GUE-NGL(CC BY-NC-ND 2.0) — GUE-NGL, CC-BY

Emmanuel Macron peut tout faire, et c’est d’ailleurs pour ça qu’il peut gouverner tout seul. En filigrane des critiques adressées au chef de l’État, c’est la concentration de pouvoirs au sommet qui est visée.

Par Frédéric Mas.

Depuis quelques jours Twitter enchaîne les blagues sur le président de la République sous le hashtag #EmmanuelMacronFacts. Dans le viseur des rieurs, l’ego jugé surdimensionné du chef de l’État. Derrière les plaisanteries, des piques contre une communication gouvernementale accusée de minimiser ses erreurs et de célébrer sa compétence, parfois contre les faits eux-mêmes.

À en croire la cour qui entoure l’exécutif, Emmanuel Macron est devenu tellement compétent qu’il fait la leçon aux scientifiques sur la crise sanitaire. Un article paru mardi dans Le Monde explique ainsi que s’il y a un an, le Président suivait à la lettre les recommandations des experts du conseil scientifique qu’il avait lui-même nommé, aujourd’hui, il se serait émancipé de leur « tutelle » et serait suffisamment compétent pour challenger les scientifiques. Sa connaissance du sujet fait l’admiration de son entourage : « Le Président est devenu épidémiologiste. »  

Si la campagne vaccinale européenne est un échec retentissant, c’est finalement à cause de nos qualités, expliquait Emmanuel Macron à la télévision grecque mercredi dernier.

« Nous, on n’a pas été assez vite, assez fort là-dessus [sur le démarrage de la campagne vaccinale]. C’est tout à fait vrai et on a pensé que le vaccin mettrait du temps à décoller […] Et donc, on a sans doute moins rêvé aux étoiles que certains autres. Et je pense que ça doit être une leçon pour nous-mêmes. On a eu tort de manquer d’ambition, j’allais dire de folie, de dire : c’est possible et on y va. On est trop rationnel peut-être. »

Si nous échouons, c’est que nous sommes trop rationnels et que nous manquons de la « folie » qui caractérise les Anglo-saxons et plus largement ceux qui ont mis le paquet sur la campagne vaccinale.

Emmanuel Macron peut tout faire, et c’est d’ailleurs pour ça qu’il peut gouverner tout seul. En filigrane des critiques adressées au chef de l’État, c’est la concentration de pouvoirs au sommet qui est visée. Tout se décide à l’Élysée : les décisions politiques, économiques et sociales qui engagent le pays entier dépendent d’une poignée d’hommes émancipés des contre-pouvoirs démocratiques traditionnels de la démocratie représentative. La vitrine légale de cet exécutif omnipotent, c’est Emmanuel Macron, dont on reconstruit l’image de roi omnicompétent pour faire accepter l’indiscutable autorité sur tout.

Mais si c’est l’homme « le meilleur » qui gouverne et non plus les meilleures lois, c’est que nous avons quitté l’esprit libéral des institutions pour celui de la monarchie1. Et le monarque ne doit rien à personne, surtout pas à des sujets qui n’ont pas ses excellentes qualités.

Seulement, si les titres du monarque sont usurpés, la monarchie peut vite se changer en tyrannie. Nous n’en sommes pas encore là, bien heureusement, mais il serait temps que les contre-pouvoirs se réveillent, et bousculent la solitude d’un exécutif qui ne touche plus le sol.

  1. Aristote, Politique, III, 15, 1286a.
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.