Livre : Économie mondiale, prospérité locale

Dans ce nouvel essai préfacé par l’économiste Jean-Marc Daniel, le spécialiste du développement Guilhem Delon-Saumier montre comment le pays et les régions françaises réussissent dans la mondialisation.

Par Guillaume Périgois.

Réactions à la pandémie, repli commercial américain entamé sous Donald Trump et prolongé par Joe Biden, montée des populismes hostiles à l’ouverture des frontières : le monde semble séduit par l’isolationnisme.

La France n’est pas en reste : ses extrêmes conspuent la mondialisation et les investissements étrangers y sont régulièrement torpillés par Bercy pour mieux « protéger ».

Mais protéger qui et de quoi ?

Car voilà le paradoxe : la France doit 60 % de son PIB au commerce international et ses régions sont conquérantes dans la mondialisation.

Telle est la thèse du nouvel essai Économie mondiale, prospérité locale – Comment les régions françaises réussissent dans la mondialisation signé par le spécialiste du développement Guilhem Delon-Saumier et publié gratuitement par Librairal ce mois-ci.

Six millions d’emplois en France

Le commerce extérieur de la France représente en effet 60 % de son Produit Intérieur Brut (PIB) et plus de six millions d’emplois, soit un actif sur cinq. Huit entreprises exportatrices sur dix ont moins de vingt salariés.

La France est aussi le premier pays d’accueil des investissements étrangers en Europe. Et ces investissements ne sont pas réservés aux grandes métropoles puisque plus de quatre investissements étrangers sur dix sont réalisés dans des villes de moins de 20 000 habitants.

Les régions Grand-Est et Auvergne-Rhône-Alpes championnes dans la mondialisation

L’essai s’intéresse particulièrement aux deux régions de province les plus ouvertes au commerce international.

Industrie pharmaceutique, industrie lourde, agriculture : la région Grand-Est est la championne de l’export. Et sur 12 500 entreprises exportatrices, plus de la moitié sont des PME/PMI.

L’Auvergne-Rhône-Alpes brille par ses investisseurs étrangers, notamment dans l’industrie 4.0 et la santé. Plus d’un salarié sur deux y est employé par une entreprise multinationale.

Les Français plus favorables au libre-échange que protectionnistes

Nombreux sont ceux qui prétendent que la mondialisation tracasserait les Français à tel point que ceux-ci seraient fortement isolationnistes.

Rien de plus faux. La population française est divisée sur la question, avec une majorité préférant le libre-échange.

Selon un sondage OpinionWay pour Contrepoints commandé pour la publication de cet essai, 37 % des Français estiment en effet que les barrières commerciales devraient être baissées (et 13 % de manière unilatérale), 31 % pensent qu’il faudrait les maintenir ou les augmenter et 29 % sont sans opinion.

« Il faut faire le point sur la réalité de notre commerce extérieur afin de rappeler que les partisans du libre-échange ne sont pas moins patriotes que les protectionnistes de tous horizons politiques » lance l’économiste et éditorialiste Jean-Marc Daniel dans la préface de l’ouvrage.

COVID-19 : relocaliser ou diversifier ?

En ayant durement frappé l’économie internationale, la crise de la Covid-19 a fait naître des doutes sur la capacité de notre pays à assurer la sécurité et la stabilité de ses approvisionnements.

Pourtant, dans le contexte actuel de pandémie et de crise économique, les politiques commerciales de repli protectionniste augmentent les prix et créent des pénuries.

L’autosuffisance n’est pas la solution selon l’auteur, Guilhem Delon-Saumier. Mieux vaut une plus grande diversité de sources d’approvisionnement afin d’avoir des voies de substitution en cas de défaillance d’un partenaire commercial, tout en maintenant les gains obtenus par l’intégration économique mondiale.

Chiffres et exemples à l’appui, ce nouvel essai remet l’église hexagonale au milieu du village mondial. Laissons notre coq chanter !

Économie mondiale, prospérité locale – Comment les régions françaises réussissent dans la mondialisation est publié par Librairal et est gratuitement accessible en cliquant sur ce lien.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.