L’État manipulateur met son index partout

Pour lutter contre les discriminations, introduisons de la diversité en mettant un gros index de l’État dans les entreprises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Egalité murale by Blandine Le Cain(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État manipulateur met son index partout

Publié le 1 février 2021
- A +

par h16

Pour le gouvernement, une chose est claire : couvre-feu ou pas, qu’on confine un peu, moyennement ou beaucoup, ce n’est pas pour ça qu’il faut se laisser aller au vague à l’âme. Après un début d’année qui a vu débouler en fanfare un nouvel indice de réparabilité dont on se demandait comment les entreprises pouvaient se passer jusqu’à présent, c’est le moment de frapper fort, une nouvelle fois.

C’est probablement mû de cette vivifiante pulsion que le gouvernement a décidé de se lancer avec gourmandise dans la création d’un nouvel index de la diversité en entreprise.

Il faut avouer qu’il est difficile de contenir les pulsions créatrices de l’État tant, en ces périodes troubles où la société, l’économie et la politique n’ont jamais été aussi stressées : c’est un peu comme les ateliers d’après-midi pluvieux en maternelle où, pour occuper les chérubins, on les laisse tripatouiller de la pâte à modeler. Ici, pour calmer les tensions de l’État, on lui laisse fourrer des index partout, y compris dans les entreprises.

Cette fois-ci, ce sera Elisabeth Moreno qui s’acquittera, comme ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes, à la Diversité, à l’Égalité des chances et à la Pâte à modeler Inclusive et Intersectionnelle, de ce nouveau tripotage bureaucratique. Ceci était aussi prévisible qu’inévitable : comme on trimballe ce poste bouche-trou depuis Giscard et qu’il faut bien qu’il serve vaguement à quelque chose, qu’on y colle une politicienne qui veut absolument faire parler d’elle (n’y étant guère parvenu dans ses précédentes aventures), il était inévitable qu’elle s’agite de tous les côtés. Ce sera donc pâte à modeler (et surtout pas poterie, qu’elle abhorre apparemment).

Le sujet de la patouille portant sur la discrimination, afin de pousser à davantage de diversité dans les entreprises, qui sont des repaires quasi-exclusifs d’hommes blancs cis de plus de 40 ans, c’est bien connu, la ministricule a d’ores et déjà élaboré un solide plan de bataille pour assurer la réussite à son atelier : pour cela, on va lancer, « dans les prochaines semaines » selon la ministre-déléguée, une « grande consultation citoyenne sur les discriminations ».

Alors ça, voilà qui est une bonne nouvelle, tiens ! Youpi, une nouvelle consultation citoyenne !

Après des consultations citoyennes sur le climat tagada, sur le nucléaire tagada aussi, et sur les vaccinations tsoin-tsoin, et compte tenu de leurs résultats éblouissants, le gouvernement s’est enhardi et nous emmène à présent dans une nouvelle farandole de bonheur consultatif sur le sujet des discriminations.

On sent déjà frémir le pays à l’évocation de ce nouvel appendice qui va fouiller les âmes du peuple pour mieux cerner le sujet des discriminations : on va choisir comme il faut un panel bien spécifique de Français qui auront le bon goût d’être aussi représentatifs que possible des agendas du pouvoir, ce qui évitera étonnement et déconfiture.

En effet, soyons sérieux deux minutes : quelle est la probabilité de voir cette consultation citoyenne se terminer par un petit « ça ne sert à rien, il y a déjà toutes les lois qu’il faut » ou même un « cet index va encore alourdir la paperasserie administrative débile qui encombre les entreprises françaises sans aucun bénéfice palpable ni pour la société en général, ni pour ces entreprises en particulier » ?

Aucune, bien sûr.

En réalité, on sait avant même d’avoir consulté cette brochette de frétillants citoyens volontaires que leurs conclusions vont à la fois abonder dans le sens d’une impérieuse nécessité de ce nouveau colifichet bureaucratique, et dans l’observation que oui, assurément, la société est pourrie de méchantes discriminations qu’il faut au plus vite combattre ; d’ailleurs c’est bien simple, c’est à n’en pas douter l’une des raisons de la faible croissance en France, de son emploi anémique, de sa dette galopante et de son personnel politique bête à manger du foin. Non ?

Dès lors, si l’on connaît déjà les résultats de cette consultation, pourquoi diable la faire et même l’envisager ? Puisque l’on sait que le petit appendice ministériel va, quoi qu’il arrive et quoi qu’il en coûte, continuer son projet idiot, pourquoi s’enquiquiner avec cette consultation d’apparat, cet artifice démocratique ?

Eh bien précisément pour affaiblir les mécanismes démocratiques habituels : l’Assemblée nationale n’est déjà plus qu’une chambre d’enregistrement, et les quelques vagues mugissements de députés encore en vie qu’on entend rarement ne changent rien à ce sombre constat.

Les zombiputés qui forment le gros des troupes ne font plus que voter mécaniquement ce qu’on leur dit de voter, comme en témoigne l’invraisemblable dissolution de la Commission parlementaire chargée d’étudier la gestion (ou son absence pathétique, disons plutôt) de la crise sanitaire par le gouvernement, et qui aurait probablement rendu – l’Assemblée eut-elle été encore vaguement utile – un rapport saignant devant l’enfilade d’âneries que nous subissons depuis plus d’un an.

En fait, à chaque nouvelle consultation citoyenne, on envoie le message qu’une bande de branleurs non élus à l’avis péremptoire absolument sans intérêt vaut plus qu’une autre bande de branleurs, payés ceux-là, mais qui avaient jusqu’à présent au moins la qualité d’avoir été élus sur un programme politique, et qui auront, un jour, des comptes à rendre (au moins par les urnes).

Ne nous leurrons pas : au final, on aura – quoi qu’il en coûte ! – un nouvel index de l’État dans les entreprises qui n’en manquaient pourtant pas. Ceci se traduira par de nouvelles contraintes et de nouvelles sanctions qui vont encore grandement améliorer la compétitivité et la réactivité de nos entreprises face à la concurrence mondiale. Et dans la foulée, on aura subi une nouvelle consultation qui aura servi, une nouvelle fois, à passer au-dessus de la représentation démocratique dont, il faut le dire, tout le monde se fout maintenant ouvertement, Exécutif en premier.

La Cinquième République n’est plus qu’une farce triste, une parodie grotesque de démocratie où une petite coterie de politiciens manipule le peuple, qu’ils tentent d’asservir toujours un peu plus.

Et si l’on constate combien de citoyens semblent heureux de participer à cette bouffonnerie tragique, on peut conclure que ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Bah de toute façon on aura bien un rapporteur ou un ministre qui nous expliquera, à la Véran, que les conclusions de cette commission sont trop techniques pour nous, alors..

    • Les députés sont trop idiots pour lui, alors je n’imagine même pas son estime des gaulois et de leur manque d’acculturation scientifique.

      • C’est malheureusement la caricature du médecin qui se prend pour Dieu le père. A savoir lui il sait et nous, pauvres pêcheurs ne sommes même pas digne d’un début d’explication sur ce qu’il sait. Heureusement Véran n’est pas représentatif de l’ensemble des médecins, mais il exaspère juste par sa présence.

      • vu leur inaction (aux députés), la question mérite d’être posée !

        • Chez l’homme politique hors temps de guerre, l’inaction est une vertu. je tiens à rappeler Coluche qui nous rappelait que les députés ne bossent que le mercredi: « Heureusement! tu vois déjà dans quelle merde on est! »

  • Panem et circences!
    C’est ce que veulent les Français. Le revenu universel testé ce printemps au grand bonheur de ceux-ci. Et un peu de foot à la TV.

    Les français ne veulent pas être libres, juste assuré social.

  • L’agitation des zozos continue surtout sur le mode questions de dernier ordre qui masquent, croient-ils, ainsi leur déshérence intellectuelle !

  • Donc il va falloir faire des statistiques ethniques politiques religieuse et habitudes sexuelles.en France pour voir si l’égalité a l’intérieur de l’entreprise et respectée. ..elle est sortie après 18h et à heurtée un réverbère la Moreno?

  • Eh oui comme d’habitude on embauche des fonctionnaires pour des raisons électorales (un fonctionnaire c’est mieux qu’un chômeur dans les statistiques !!!) et bien sur tôt ou tard ces fonctionnaires parfaitement honnêtes veulent justifier leur salaire par une activité visible et donc se torturent les méninges pour trouver cette fichue justification : résultat , inflation législative et création de tout et n’importe quoi pourvu que ce soit contraignant et un parfait alibi de maintien du poste occupé !!! Vive la socialie mode soviet !!!!

  • À la demande des RH de mon employeur j’ai répondu à un sondage IFOP sur le sujet, j’imagine qu’il est lié à cette « consultation ». Vous pouvez être sûr d’une chose : effectivement, au vu des questions, il n’y a qu’une seule issue possible, les discriminations sont insupportables. Toutes sont orientées vers le but à atteindre, et il va sans dire qu’il n’y en a absolument aucune qui permettrait de dire : « sire, surtout, ne faites rien ».
    Bref, c’est foutu.

    • Si un jour je tombe sur votre sondage, j’espère qu’il y a des questions où on peut se faire passer pour un bon vieux misogyne ou raciste ! 😀

  • C’est non seulement une bouffonnerie tragique mais aussi une extraordinaire arme de destruction massive du tissu social.

    Nos politiques vont créer à l’aide des associations des catégories dites opprimées qui auront de facto des passe-droits. Ceci a pour objectif de détruire la notion même de citoyenneté et d’égalité du citoyen devant la loi.

    Bien entendu, ces pseudo-avantages peuvent être révoqués selon l’humeur du moment pour être attribués à un autre groupe si c’est politiquement avantageux. Et bien sûr, nos politiques rigolent de cette course à l’échalote.

    Il y a également un effet particulièrement pervers pour ces communautés « avantagées » qui vont être perçues par les autres comme non-méritantes parce qu’elles auront obtenu leurs positions basées sur des considérations de races, de religion ou de genres et non sur leurs mérites. Il y aura donc toujours cette suspicion latente qui les desservira grandement pour leur future.

    Un Martin Luther King se retournerait dans sa tombe.

    • On a le parfait exemple avec le décret de sleepy joe aux USA qui oblige les écoles à accepter les transexuels dans le sport féminin. Le féminisme est remplacé par le transgenrisme. C’est profondément inique at va à l’encontre de la science sur le sujet mais c’est pas grave.

      • Comme le gars (pardon la fille) qui pendant des années était 320e et depuis son changement de « catégorie » se retrouve 1er ? Non… C’est dû à ses efforts voyons… Ne soyez pas complotiste quand même ! 😀

  • On est encore une fois typiquement dans le cas de figure ou le politique imagine un faux problème et y apporte une solution qui fera du dégât.

    1. La personne qui obtient le poste ou l’entrée en université ne sera pas légitime aux yeux de ceux s’étant donné tout le mal en bossant jour et nuit pour y arriver.

    2. Une entreprise recrute (théoriquement) sur ses besoins en compétences et cherchera le meilleur profil au meilleur prix.
    Une université devrait simplement sélectionner les meilleurs sur concours.

    3. Bah c’est logique, le niveau baisse de partout à cause de lois débile dans ce genre là.

  • on a aussi un indice da mangeabilité …

    Un peuple qui crie qu’il veut du pouvoir d’achat pour lutter mieux contre la surconsommation…se cache qu’il n’est qu’un peuple de jaloux..

    un peuple qui loue la « méritocratie » ET » l’égalitarisme »;.
    un peuple qui pour lutter contre la discrimination instaure des discriminations positives..

    Et bien sur un peuple pour qui la seule justification acceptable de consommer des fossiles c’est la lutte contre la consommation de fossile.

    La liste est longue de ces absurdités..

  • Le rapport de l’enquête semble avoir été rendu d’après l’article mis en lien, il a pas beaucoup été analysé par les médias je trouve ^^

  • Une image vaut 100 000 milles mots !

    Macron , le plug anal, et ses favoris sur les marche de l’Elysée. cette image,
    dans 50 ans, dans les livres ou l’on évoquera la mort et la disparition de la Nation France, cette image en sera le symbole.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
mythe discrmination
0
Sauvegarder cet article

La société occidentale est-elle caractérisée par l'inégalité raciale et l'injustice ? Faut-il mettre fin à toutes les inégalités et à toutes les discriminations ? Sommes-nous coupables d’oppression à l’égard des minorités ? Les politiques étatiques réduisent-elles la discrimination ?

Telles sont les questions posées dans Le mythe de la discrimination. Et la réponse de l’auteur est chaque fois : non. Avec un style simple et une argumentation solide, Frank Karsten réfute les mythes qui envahissent désormais la plupart des débats : seuls ... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon.

Un article de l'Iref-Europe

En décembre 2016, à Deauville, au Women’s Forum, à l’aube de sa campagne électorale, Emmanuel Macron déclare :

Les progressistes sont ceux qui croient en l’innovation, l’égalité entre les genres, à l’environnement, au numérique, à l’équité et à l’égalité des chances dans notre société et en Europe.

Une fois élu, il affirme – en novembre 2017 – qu’il sera « personnellement attentif » à ce que l’égalité entre les femmes et les hommes, la « grande cause » de son quinqu... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Intéressante controverse, il y a quelques jours, sur Twitter.

Premier acte : l’ancien policier et dramaturge belge Ismaël Saidi, musulman d’origine marocaine, estime sur France Inter au micro d’une Léa Salamé totalement estomaquée que la discrimination à l’embauche à raison de l’origine maghrébine ou subsaharienne des candidats existe en France, mais comme exception, en aucun cas comme norme :

« Vous voulez que je vous les montre, moi, les légions de Mohamed, Rachid, Fatima qui ont des boulots de di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles