Les géants du Net contre Trump : la guerre culturelle devient partition

L’anti-trumpiste ne reconnait plus le trumpiste comme faisant partie de la même communauté de citoyens raisonnables, et vice-versa. C’est pourtant cette reconnaissance qui est au cœur de la société libérale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump crédits Gage Skidmore (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les géants du Net contre Trump : la guerre culturelle devient partition

Publié le 11 janvier 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Durant la première décennie après l’établissement de la République romaine en 509 avant Jésus-Christ, le petit peuple opprimé et méprisé par une aristocratie patricienne majoritaire au Sénat décide de déserter Rome et de se retirer sur le Mont Sacré.

Là, il célèbre ses propres Dieux et finit par créer ses propres institutions, les tribuns, que les patriciens seront bien obligés d’accepter pour éviter la disparition définitive de la République. Pour Machiavel, de cette tension entre patriciens et plébéiens est née la liberté politique1.

En 2021, à l’ère de l’économie de l’information et des médias numériques, une partie des électeurs et sympathisants de Donald Trump, mais aussi des conservateurs plus classiques ou des libéraux, menacent de quitter les réseaux sociaux dominants pour se réfugier sur d’autres réseaux alternatifs.

Pour eux, il s’agit de trouver un nouvel espace plus propice à une liberté d’expression qu’ils jugent menacée par des GAFAM plus soucieuses d’éliminer des fake news qu’elles trouvent toujours du même côté. Toujours selon eux, les géants de la tech ne font plus mystère de leur agenda politique progressiste agressif.

Les nouveaux plébéiens

Comme les plébéiens, ils se sentent opprimés et méprisés par les nouveaux patriciens que sont les élites progressistes, qui cumulent capital économique, politique et culturel. Celles-ci sont aux commandes à Washington, dans les médias et dans la Silicon Valley, elles sortent des meilleures universités et se sentent investies de la mission sacrée d’éclairer un peuple américain ignorant, idiot et voué à disparaître de toute façon.

Comme les plébéiens, la réponse conservatrice à ce sentiment de mépris se traduit par la volonté d’investir dans des institutions parallèles, plus libres, moins attentatoires à la vie privée et surtout à la liberté de s’exprimer sous toutes ses formes. Parler, Mewe ou Gab sont en quelque sorte leur Mont Sacré, où ils peuvent s’adonner à leurs Dieux et célébrer leurs propres héros.

C’est que la suppression du compte Twitter du président Donald Trump a donné le ton de la nouvelle ère numérique qui s’ouvrait devant nous. Certains se sont scandalisés de cette atteinte à la liberté d’expression, ou encore du double standard observé entre le compte du président des États-Unis et d’autres chefs d’État de régimes dictatoriaux qui n’ont jamais été inquiétés pour leurs positions violentes et liberticides.

D’autres ont applaudi à l’initiative morale de Twitter.

Entreprise privée modérant sa propre plateforme en fonction de sa propre charte éthique, Twitter a fait sauter le compte de l’une des plus grandes menaces existantes pour la démocratie américaine, comme l’a démontré le pitoyable assaut des ultras du président la semaine dernière à Washington.

On imagine que le geste éthique des entreprises du net est aussi motivé par le souci de ne pas trop vexer les nouveaux maîtres de Washington. Le régulateur aurait tôt fait de pondre une nouvelle taxe ou des lois anti-trust pour domestiquer les récalcitrants.

Dans tous les cas, la place des GAFAM comme la nouvelle forme de capitalisme qu’elles représentent dans le fonctionnement de la démocratie américaine pose question. Assisterions-nous à la décorrélation définitive entre une nouvelle forme de capitalisme de surveillance et les vieilles institutions démocratiques et libérales ? La question reste pour le moment ouverte.

Punition des déplorables et rejet des élites progressistes

L’affaire ne s’arrête pas là : la gauche veut punir la droite, et la droite s’enferme dans sa colère et le rejet des élites. La montée aux extrêmes est en train de réduire toute position intermédiaire ou nuancée en miettes.

Parler, le réseau social favori de la droite américaine, devenue le refuge non seulement des trumpistes, mais aussi de tous ceux fatigués de la modération jugée biaisée des Twitter ou Facebook, a été banni par Google, Apple et Amazon. Ce matin, il était hors ligne. Les géants de la tech s’engagent contre Donald Trump, mais aussi pour faire disparaître le trumpisme. Ou tout ce qui peut lui ressembler de près ou de loin.

Forbes, le célèbre magazine économique new-yorkais, a mis en garde solennellement les entreprises qui chercheraient à embaucher les anciens collaborateurs de Trump. En novembre dernier, un cacique du parti démocrate s’interrogeait déjà gravement : comment va-t-on faire pour « déprogrammer » des dizaines de millions d’Américains qui ont choisi Donald Trump ? À ses yeux la situation était similaire à la dénazification de l’Allemagne d’après-guerre ou de démocratisation du Japon à la même période. Rien que ça.

Les défections au sein du Parti républicain se multiplient depuis que le président a totalement perdu sa crédibilité après les événements de Capitol Hill. L’ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, a même brandi son épée de Conan le Barbare devant les caméras pour condamner les excès du trumpisme insurrectionnel. À la parodie lugubre de coup d’État répondent les fanfaronnades d’un vieil acteur fatigué.

Les trumpistes ne doivent pas seulement être ostracisés sur la toile, mais aussi dans leurs carrières professionnelles. La cancel culture doit battre son plein pour faire disparaître les vestiges d’une présidence vécue comme un affront pour l’ensemble de l’establishment progressiste qui domine le pays.

Le débat public n’est plus une conversation entre citoyens, mais un club privé entre gens bien éduqués et conscients des vrais enjeux qui mènent le monde : l’écologie, la justice sociale, la défense des minorités, et éventuellement la guerre contre ceux qui ne sont pas d’accord.

Le sentiment d’injustice s’intensifie

À droite, le sentiment d’écœurement et d’injustice n’a fait que s’intensifier. Les derniers événements visant à invisibiliser en masse tout ce qui peut s’apparenter au clan du Président sortant ne fait qu’apporter de l’eau au moulin complotiste, nihiliste et quasi-insurrectionnel d’une partie d’entre eux.

Pourquoi les médias et les élites condamnent des méthodes qu’ils approuvaient ou excusaient pendant tout le mandat de Trump ? Les manifestations violentes, qu’elles soient antifas ou inspirées par Black Lives Matter, la campagne contre des statues considérées comme des symboles d’oppression, qui s’est fini en procès en règle contre toute l’histoire des États-Unis, tout cela n’apparaît jamais dans les propos des nouvelles élites progressistes. Qui se souvient de la campagne de dénigrement de Brett Kavanaugh ? Des menaces d’invasion faites contre le Capitole s’il était investi à la Cour suprême ?

Tout ceci les fait relativiser l’intrusion du dernier carré trumpiste au sein du Capitole. Ils ont oublié que le monde entier les regardait, et qu’en affaiblissant le symbole, ils avaient affaibli la démocratie américaine elle-même, et cela au plus grand bénéfice d’ennemis qu’ils s’étaient jurés de combattre.

La lutte pour la reconnaissance

Comme au moment de la sécession de la plèbe, ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est la lutte pour la reconnaissance entre deux factions identitaires qui ne se reconnaissent aucune légitimité morale. L’existence même du trumpisme est vécue par une partie de la population américaine, celle des minorités, comme une oppression systémique et la preuve vivante de la perpétuation d’un système qui en font des citoyens de seconde zone.

L’existence même du progressisme anti-Trump diffus qui innerve médias, universités et états-majors politiques, est vécue par une partie de la droite toutes tendances confondues comme une guerre ouverte contre ce qu’elle est et ses valeurs.
Tous s’accusent d’avoir perdu la raison.

Choix moral et liberté politique

Dans un cas comme dans l’autre, c’est l’individu porteur de choix moral qui est nié et dont on demande l’exclusion de la communauté, réelle ou virtuelle. L’anti-trumpiste ne reconnait plus le trumpiste comme faisant partie de la même communauté de citoyens raisonnables, et vice-versa. C’est pourtant cette reconnaissance mutuelle entre citoyens qui est au cœur de la société libérale.

Pour Francis Fukuyama, qui se place dans le sillage de Hegel plutôt que de celui de Hobbes ou Locke, le libéralisme est interprété comme « la poursuite de la reconnaissance rationnelle, c’est-à-dire la reconnaissance sur une base universelle selon laquelle la dignité de chaque personne comme être humain libre et autonome est reconnue par tous2. » Là où la société se morcelle en clans et en factions, l’irrationalité réapparaît et le libéralisme s’évapore. Le risque est aujourd’hui plus grand que jamais en Occident, et pas seulement sur le net.

Comme le disait Machiavel, c’est de la tension permanente entre patriciens et plébéiens que sont nées les institutions libres de la République romaine.

Il ajoutait cependant que les aspirations des peuples libres pouvaient se révéler fausses : « Si ces idées sont fausses, il y a le recours aux assemblées, où peut apparaître un homme de bien qui, par son discours, leur fait sentir leur erreur. Comme le dit Cicéron, les peuples, quoique ignorants, sont capables d’apprécier la vérité et ils s’y rendent aisément quand elle leur est présentée par un homme qu’ils estiment digne de foi. »

Qui aujourd’hui, au sein de la République américaine, sera suffisamment digne de foi pour convaincre les frères ennemis de protéger la liberté contre leurs propres passions destructrices ?

  1. Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, IV.
  2. Francis Fukuyama, La fin de l’Histoire et le dernier homme, Flammarion, 1992, p234.
Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • « On imagine que le geste éthique des entreprises du net est aussi motivé par le souci de ne pas trop vexer les nouveaux maîtres de Washington »

    Exact ! Que Twitter ait par ailleurs attendu que Trump soit devenu inoffensif pour clore son compte en dit long aussi sur le niveau de lâcheté de ses dirigeants.

  • Kavanaugh, effectivement… Bien vu. Des activistes anti-Kavanaugh ont bien manifesté dans les couloirs du Congrès.
    Hélas, l’ironie de l’histoire, pour le sujet qui nous occupe aujourd’hui, est que Kavanaugh voulait abroger la neutralité du net qui selon lui :
    « empêchait les fournisseurs de bloquer l’accès à certains sites ou de ralentir le débit selon les prix payés par leurs utilisateurs, empiétait sur leur liberté d’expression, et était donc anticonstitutionnel ».
    Finalement qu’on soit d’un bord ou de l’autre, la censure représente toujours une sacrée tentation…

  • Bravo, bel article. Je reste persuadé qu’au delà du libéralisme, l’avenir de l’humanité réside dans un état minimal ne garantissant que les droits naturels. Le reste étant dévolu au contrat de droit privé entre individus libres et capables. Tout individu ne doit pas intervenir dans les affaires d’autrui à partir du moment où elle n’ont pas d’impact sur lui (principre de non aggression réciproque). Or, aujourd’hui on assiste à une ingérence extérieure toujours plus grande sur les affaires privées de chacun. Pour les réseaux sociaux, il suffit de boycotter tous ceux qui « modèrent » les contenus publiés. Trump et les républicains ont un avenir en investissant dans des serveurs et réseaux sociaux indépendants. Les GAFAM viennent de se tirer une balle dans le pied, vive la concurrence!

    • « il suffit de boycotter tous ceux qui « modèrent » les contenus publiés. »

      En l’état actuel de la législation, tous les réseaux sociaux sont tenus de faire de la modération.

  • A la vue des réactions au bannissement de Trump (et aussi de nombreux de ses collaborateurs !), je crains que les partisans sincères de la liberté d’expression soient rares, beaucoup plus rares que je ne le croyais. La grande majorité des gens ne soucient que de LEUR liberté d’expression et n’imaginent même pas qu’elle puisse leur être retirée un jour, quand les « conditions d’utilisations » seront discrètement renforcées.

    Les solutions alternatives ne servent presque à rien,. C’est juste de la catharsis, ça soulage, mais ça ne fait pas avancer le débat. La fonction d’un réseau social, c’est de confronter ses idées, pas de prêcher dans sa propre paroisse.

    • Pas sûr. Il n’y a qu’à voir les actions de Twitter qui ont pris un bouillon.

    • Trump et les populistes en général constituent une révélation pour tous ceux qui se disaient à gauche car ils pensaient que c’etait le parti de la liberté d’expression..

  • Voilà une analyse critique qui tient compte du contexte général, et renvie chaque camp à ses responsabilités. Pour sortir de cette partition en 2 camps toujours plus crispés sur leurs positions, c’est de cela que l’on doit s’inquiéter en conclusion: la montée aux extrêmes due à l’abandon de tout socle d’entente commun.

    • Vous avez raison , mais ne pensez vous pas qu’il sera compliqué de faire s’entendre républicains et démocrates sur un socle commun si les uns sont des libéraux et les autres des gauchistes..??? le socle commun serait » centriste » et nous revoilà parti dans ce qui se délite chez nous mais que l’on a bien connu…

  • comment va-t-on faire pour « déprogrammer » des dizaines de millions d’Américains qui ont choisi Donald Trump

    Fastoche : ils peuvent faire appel à Kim. C’est un spécialiste. Aucune trace. Du travail propre, de qualité.

  • « Comme le dit Cicéron, les peuples, quoique ignorants, sont capables d’apprécier la vérité et ils s’y rendent aisément quand elle leur est présentée par un homme qu’ils estiment digne de foi. »

    Qui est l’homme jugé digne de foi par toutes les parties?
    Justement la stratégies de s parties en place semblent eater de discréditer tout contradicteur.

    trump voire lepopualisme est la mauvaise réponse à une tendance plus ancienne..

    on a eu une période populiste en europe.. on a eu en france une dénonciation de la bien pensance, voire de la pensée unique..

  • Cela ne va conduire qu’à une chose chose: la sécession des états républicains de l’union.
    Les états démocrates sont en état de mort cérébrale avancé. Leur politique socialiste ont tué la poule aux œufs d’or. New York, Los Angeles et San Francisco sont des trous à rat et la pandémie a aggravé les choses. Ils ne s’en remettront pas.

    Il sera toujours temps d’aller récupéré la mise qu’ils seront au fond du trou.

  • Ici nous sommes en Amérique. Ils ont une culture et une histoire particulière. Prenons comme exemple les westerns. Souvent dans un saloon il y a une table de poker autour de laquelle se niche un tricheur ou supposé l’être. Ce dernier a une arme cachée dans sa manche car il sait qu’il risque d’être découvert ou suspecté de triche. Le conflit entre joueurs monte en puissance et les armes parlent. Ça fini rarement bien. La question est: est ce que ce genre de situation n’imprègne pas l’âme américaine? Si tel est le cas la table est mise pour que ça finisse mal.

    • La belle époque, la vraie liberté et gare à ceux qui ne respectaient pas la loi de la vraie liberté : « le bon sens » ; principe qui existe dans la législation suédoise il me semble qui permet de résoudre genre 80% des litiges dans les tribunaux 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles