La Norvège est-elle un exemple à suivre ?

En Norvège aussi, trop d’impôt tue l’impôt. Le gouvernement en a pleinement conscience et envisage maintenant de réduire les taux d’imposition pour encourager la croissance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Mikita Karasiou on Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Norvège est-elle un exemple à suivre ?

Publié le 18 décembre 2020
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon.
Un article de l’IEDM

Au cours des dernières années, les gens plus à gauche ont souvent cité la Suède – plus souvent à tort qu’à raison – comme exemple de pays capitaliste, certes, mais qui serait aussi plus « égalitaire ». Un pays où le gouvernement interviendrait beaucoup, mais avec une certaine efficacité.

La Norvège est aujourd’hui la dernière muse à la mode pour les socialistes en herbe. Un article récent du Huffington Post faisait en particulier l’éloge de sa taxe sur la richesse, qui y serait apparemment plus facile à collecter.

La Norvège aurait-elle trouvé la formule magique de l’État-providence et réussi à supprimer les inégalités ? Pas selon les Norvégiens eux-mêmes, qui lui tournent déjà le dos.

Les effets pervers de la fiscalité

La taxe norvégienne sur la richesse est de 0,85 % et s’applique dès 165 000 dollars de revenus, ce qui concernerait 10 % de la population. Elle est par ailleurs collectée en grande partie (0,7 %) par les municipalités et donc dépensée localement.

Elle vient s’ajouter à une taxe sur les dividendes, principale source de revenus des plus riches, et à une Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) parmi les plus élevées du monde.

Les déclarations de revenus sont préétablies par des tiers (comme les banques) qui ont légalement accès à toutes les informations patrimoniales des citoyens. Le calcul de la base imposable s’effectue à partir d’une évaluation comptable plutôt que marchande des entreprises.

Selon une étude allemande, cette évaluation comptable incite les petits propriétaires à recruter plus que nécessaire afin de réduire leur base imposable. Or, les profits réinvestis en salaires ont pour effet de diminuer l’investissement en équipement, et le niveau de productivité (et de rémunération réelle) des Norvégiens s’en trouve amoindri.

La pénurie de capital pour le développement des entreprises est aussi renforcée par le fait que les entrepreneurs ne sont pas incités à introduire leur société en bourse et à voir leur richesse nette imposable augmenter drastiquement.

L’autre effet pervers est que la compression fiscale des écarts salariaux et la forte redistribution conduisent logiquement à une bureaucratisation des emplois privés, du fait d’une moindre incitation à s’élever dans la société par l’effort individuel.

Outre le fait que l’État est l’un des premiers employeurs du pays, le salarié norvégien moyen est parmi les plus fidèles du monde envers son employeur et son taux d’absentéisme est aussi hors du commun.

Le manque d’incitation à travailler explique aussi que les Norvégiens effectuent moins d’heures de travail par année que la plupart de leurs homologues dans l’OCDE, précisément 17 % de moins que les Canadiens et 22 % de moins que les travailleurs américains.

Les inégalités persistent

Malgré un budget de dépense publique deux fois supérieur à celui des États-Unis, l’accès universel au soin et à l’éducation ne produit pas en Norvège le miracle égalitaire que les socialistes espèrent. Les élites savent toujours mieux tirer parti du système que les classes moyennes, y compris en matière de santé.

Aussi, les Norvégiens les plus aisés détiendraient un pourcentage de la richesse nationale deux fois plus élevé que ce que les statistiques officielles donnent à voir. La classe moyenne paie au final de plus en plus d’impôt sur ses revenus. Le salarié médian paye 22 % d’impôts sur le revenu contre 36 % pour le 1 % le mieux rémunéré, un écart relativement modeste surtout si les revenus des plus riches sont sous-estimés.

Enfin, le service public n’est pas dispensé uniformément dans tout le territoire, à tel point que certaines municipalités du nord du pays, à l’instar de Bò, ont décidé de réduire leur taxe sur la richesse pour attirer des capitaux et créer des emplois. L’initiative est un succès auprès d’entreprises dont les propriétaires cherchent à investir dans leur entreprise plutôt qu’à se verser des dividendes pour payer leur taxe sur la richesse.

Trop d’impôt tue l’impôt

Le fait même que la taxe sur la richesse incite les propriétaires de petites entreprises à recruter plus pour payer moins d’impôts contredit l’idée selon laquelle les Norvégiens auraient une plus grande disposition culturelle que d’autres à payer des impôts. De la même manière, l’introduction d’un impôt sur les dividendes en 2006 a significativement réduit le montant du revenu imposable des 1 % les plus riches qui ont décidé de moins se servir de dividendes. Enfin, l’attractivité des zones franches montre qu’il n’y a pas d’exception culturelle norvégienne en la matière.

En Norvège aussi, trop d’impôt tue l’impôt. Le gouvernement en a pleinement conscience et envisage maintenant de réduire les taux d’imposition pour encourager la croissance et augmenter à terme ses recettes. S’il y a une leçon à tenir de l’exemple norvégien, c’est celle-là.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • la France pourrait elle aussi les taux d’imposition ….à condition de baisser les dépenses publiques…..et ça c’est pas gagné ;

    • Entre l’effet Laffer et celui sur la croissance d’une bonne simplification de notre empilement fiscal, la baisse des dépenses publiques — souhaitable et nécessaire par ailleurs — n’a même pas à être avancée comme préalable !

  • L’article oublie de préciser que la Norvège tire encore une part importante de ses revenus du pétrole et du gaz, ce qui fausse la question de l’imposition.

  • Quitte à choisir un exemple autant prendre le meilleur, la suisse…. Mais un grand pays peut il être géré comme un petit… Même pas certain que l’Allemagne puisse guider nos choix. A chacun sa stratégie économique en fonction de sa culture et de sa population.. Entre des vikings et des veaux, peu de points communs.

  • De toute façon, l’exemple ne peut être suivi par la France; ils ont là mane pétrolière et nous n’avons que les idées…

  • bizarrement en France, quand on baisse la fiscalité sur les plus riches, ils ne donnent pas moins de dividendes. Y aurait-il une exception française?

    • « en France, quand on baisse la fiscalité sur les plus riches »…
      Vous faites référence à quoi, là ? Parce que des réaménagements recentrages de la fiscalité sur les plus riches, suivis d’ailleurs de mesures compensatoires dès qu’on pourrait s’y habituer, on en a vus, mais pour des baisses, ma mémoire me fait défaut.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'économie planifiée connaît un nouveau regain d'intérêt. Les défenseurs de la protection du climat et les anticapitalistes exigent que le capitalisme soit aboli et remplacé par une économie planifiée. Sinon, disent-ils, l'humanité n'a aucune chance de survie.

En Allemagne, un livre intitulé Das Ende des Kapitalismus (La fin du capitalisme) est un best-seller et son auteur, Ulrike Hermann, est devenue une invitée régulière de tous les talk-shows. Elle promeut ouvertement une économie planifiée, bien que celle-ci ait déjà échoué une foi... Poursuivre la lecture

La gauche a besoin d’une idéologie, contrairement à la droite. Elle prétend en effet penser le devenir des sociétés et instaurer la justice, principalement par l’égalité. La droite agit avec pragmatisme, en tenant compte rationnellement des contraintes du réel mais elle n’éprouve pas le besoin de dessiner un idéal à atteindre. La gauche est plutôt idéaliste, la droite plutôt réaliste.

Un idéal à atteindre suppose une construction intellectuelle plus ou moins ambitieuse qui détermine la voie à suivre. C’est là que les difficultés commen... Poursuivre la lecture

oxfam
10
Sauvegarder cet article

Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus entendu parler d’Oxfam.

L’ONG britannique sort à peine d’une série de scandales qui ont grandement entamé sa crédibilité mais la prochaine mobilisation sur la réforme des retraites présentait une trop belle occasion pour qu’elle tente à nouveau de faire parler d’elle. Et comme d’habitude, Oxfam aura mis les pieds dans le plat en prétendant que « taxer la fortune des milliardaires français à hauteur d’à peine 2 % permettrait de financer le déficit prétendument hors de contrôle des retraites »... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles