Pourquoi Trump s’obstine-t-il ?

Le phénomène Trump n’est que le symptôme d’une crise profonde de la démocratie occidentale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump By: Matt Johnson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi Trump s’obstine-t-il ?

Publié le 20 novembre 2020
- A +

Par Patrick Aulnas.

Donald Trump apparaît désormais aux yeux du monde entier pour ce qu’il est : un ennemi de la démocratie. Il sait parfaitement qu’il a perdu l’élection. Mais il cherche à entraver par tous les moyens la transition démocratique qui se déroulait jusqu’à 2016 (transition Obama-Trump) dans de bonnes conditions.

Le président sortant admettait la victoire de son adversaire et lui permettait, selon les pratiques en vigueur, d’accéder à l’information officielle et de préparer son accession au pouvoir.

Le dernier président n’ayant pas été réélu pour un second mandat est George Bush père en 1992, qui perd face à Bill Clinton. Le 3 novembre 1992 au soir, il fait une déclaration :

« Le peuple a parlé, et nous respectons la grandeur de la démocratie. Je viens d’appeler le gouverneur Clinton pour le féliciter. Il a mené une solide campagne. Je lui souhaite du bien à la Maison-Blanche. Je veux que le pays sache que toute notre administration travaillera étroitement avec son équipe pour assurer une transition paisible. »

La grande classe d’un républicain de haute tradition tranche avec l’indicible médiocrité de Trump. Hubert Védrine, fin connaisseur en géopolitique, l’a même qualifié de personnage « répugnant ». Pourquoi Trump se comporte-t-il aussi bassement ? Plusieurs éléments de réponse peuvent être fournis

Un personnage cynique qui joue avec la politique spectacle

Tout d’abord, la personnalité de Trump le porte à ne jamais s’avouer vaincu. Pour d’obscures raisons psychologiques, il n’admet pas la défaite et cherche à la transformer en une victoire « volée » par l’adversaire.

C’est une manière pour un leader autoritaire, n’admettant jamais la contradiction, de sauver la face. Ayant toujours raison, il considère la défaite comme une injustice et adopte une posture de résistant à laquelle adhère un grand nombre de ses partisans.

Tout cela n’est que du théâtre médiatique. Cet homme si vulgaire a ressenti toute l’importance de la politique-spectacle. Champion du tweet, familier des déclarations approximatives ou inexactes, manipulant le mensonge s’il peut lui servir, Trump est parfaitement à l’aise sur le théâtre politicien contemporain.

Bon comédien, dépourvu de scrupules, il utilise les leçons de Machiavel sans l’avoir jamais lu mais en actualisant habilement le cynisme préconisé par le Florentin. Il s’agit de nos jours d’utiliser les médias pour s’adresser à ses électeurs et leur dire ce qu’ils veulent entendre. Trump méprise sans aucun doute ceux qui votent pour lui, mais la conquête du pouvoir supposant la conquête des électeurs, tous les moyens sont bons pour y parvenir.

Pérenniser sa popularité par le complotisme

D’où une deuxième raison de l’obstination de Trump à nier sa défaite : maintenir sa popularité. La victoire de Biden est évidemment très nette. Trump ayant obtenu 73,1 millions de voix contre 78,6 à Joe Biden, le verdict populaire est sans ambiguïté.

Mais le suffrage indirect prévu par la Constitution américaine ne l’est pas moins. Le nombre de grands électeurs obtenus par Biden s’élève provisoirement à 290 ou 306 selon les sources contre 232 à Trump. Aucun spécialiste ne pense qu’un contentieux puisse permettre à Trump de combler son retard.

Par suite d’une participation historiquement exceptionnelle (provisoirement estimée entre 65 et 69 % de votants par rapport à l’ensemble des personnes éligibles au droit de vote), les 73 millions de voix en faveur de Trump représentent le score le plus élevé jamais atteint par un républicain. Il en va de même du côté démocrate pour Biden.

Trump sait donc qu’il possède un important socle d’électeurs fidèles. Nombre d’entre eux pensaient la victoire assurée face à un candidat démocrate très âgé, que Trump s’était employé à déconsidérer en utilisant les petitesses dont il est coutumier (« sleepy Joe »).

Il est conforme à l’approche trumpiste de la politique (un jeu théâtral ou médiatique) de poursuivre le récit de la résurrection américaine (« Make America Great Again ») au mépris de la réalité et, si besoin, en utilisant le déni.

Qu’importe que le récit reflète la vérité des urnes ou non. Ce qui compte est d’entretenir la flamme par le discours. Certains électeurs républicains ne sont pas dupes, mais nombre d’entre eux ne s’intéressent que de très loin à la politique et ils sont convaincus d’avoir été bernés par des fraudes électorales.

Le risque politicien est nul pour un leader totalement immoral pour qui tromper ses électeurs ne pose absolument aucun problème. Mais le danger pour la démocratie est très important lorsqu’un ancien président entretient les rumeurs complotistes pour pérenniser sa popularité.

L’avenir politique de Trump

Troisième motif de l’obstination déraisonnable de Trump : son avenir politique. Dans ce domaine, tout est toujours incertain. Mais avec une base électorale solide et un parti républicain largement converti au trumpisme pour des raisons électoralistes, le leader populiste peut estimer qu’il possède encore d’excellentes cartes dans son jeu. Il est impossible d’en dire plus.

Candidature en 2024 ou pas ? Maintien de la popularité de Trump ou lente érosion au fil des ans ? Niveau d’influence qu’il pourra maintenir sur le parti ? Les réponses ne peuvent être que conjecturales. Mais Trump ne renonce jamais et sait que son influence dans l’opposition au président Biden peut être considérable.

Le coup d’État ?

Enfin, dernière hypothèse, mais anecdotique : le coup d’État pour rester au pouvoir en janvier 2021. Les contrepouvoirs sont tels aux États-Unis que cette hypothèse n’est pas réaliste. Au demeurant, un coup d’État suppose l’appui de l’armée et Trump, du fait de son ignorance des questions géostratégiques, suscite les réticences du haut commandement militaire.

S’il voulait se maintenir par la force, il serait probablement délogé manu militari de la Maison Blanche. Mais cet homme qui ne comprend que la loi du plus fort saura certainement s’arrêter à temps.

Crise de la démocratie

Le triste spectacle qu’offre au monde les États-Unis ne peut que ternir gravement l’image de la démocratie. Les dictateurs regrettent déjà Trump mais se réjouissent de la honte qu’il inflige à son pays.

Le fond du problème réside certainement dans l’affaissement progressif de la classe moyenne depuis des décennies dans les démocraties occidentales. Base sociologique du régime démocratique, l’effritement de la classe moyenne inférieure est déjà une réalité. Elle devient la proie du populisme, qu’il soit de droite ou de gauche.

Des personnages charismatiques mais d’une grande médiocrité accèdent donc au pouvoir. Le phénomène Trump n’est que le symptôme d’une crise profonde de la démocratie occidentale.

 

Voir les commentaires (106)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (106)
  • Goddamnit on dirait un pamphlet du parti socialiste americain. Comme le mentionne Filouthal, il y a un processus pour confirmer l’election du president. Ce processus ne prevoit pas CNN ou meme Fox news maintenant. Le president a pose des recours et tant que ces recours ne sont pas regles au plan judiciare, le processus est en plan. Quid des recours? Il est parfaitement plausible que la camp politique qui a entretenu la fable du pion de la Russie et la farce de l’empechement Ukrainien soit capable de tricher pour gagner les elections. Les statistiques de sortie des urnes vont dans cette direction. Il s’agit maintenant de le prouver et ca, c’est une autre affaire.

  • 1) en 1940, ni Churchill, ni de Gaulle ne se sont avoués vaincus…

    2) manifestement l’auteur ignore :
    – qu’il y a un processus électoral en cours et qu’il n’est pas piloté par les médias,
    – qu’il faut chercher d’autres sources d’information que les médias mainstream (ce qui est difficile, faut le reconnaître).

  • Euh…peu importe si trump est répugnant ou non, la question est de savoir si il ya des preuves de fraudes justifiant de recours..

    Si il y une question c’est de savoir pourquoi un pays riche n’est pas foutu de contrôler la régularité de ses élections..

    C’est ahurissant, quoiqu’on pense de trump le grand sujet du début de son mandat à été son illégitimité du fait de l’intervention russe…alors que les chefs d’état ne se cachaient pas pour conseiller aux américains de voter contre trump..ce sont des russes qui votent??? ou des bots russes???

    cessez de tout ramener à la personne de trump…

    preuves de fraude ou pas..puis origine de la fraude..

  • Pas d’accord avec vous, Patrick.
    Ce que nous savons de la tenue de ces élections aux Etats-Unis laisse dubitatifs quant à la qualité de la démocratie dans cet Etat paraît-il démocratique.

    Voyons simplement trois éléments qui (me) dérangent.
    1. Des électeurs viennent voter sans faire preuve de leur identité. Si cela se passait au/en (ordre alphabétique pour ces exemples) Algérie, Bostwana, Russie, Serbie, …, que n’entendrait-on comme cris d’orfraie dans un grand quotidien national, et ailleurs ! Mais que cela se passe dans ce pays qui s’auto qualifie de « plus grande démocratie du monde » ne soulève aucune vaque dans la presse bien pensante. Je vais aller plus loin : si cela se passait sur les terres de Mme Hidalgo, cela pourrait peut-être même passer sans problème ; mais en serait-il de même à Beaucaire ou à Béziers ?
    2. Des votes par correspondance répondent à la même absence de critères (je n’ose plus dire « démocratiques »). Mêmes remarques.
    3. Un candidat éconduit demande des précisions quant à la tenue de ces élections, et de ce fait en conteste les résultats jusque là. Cela ne s’est (vraiment) jamais produit en France ? N’avons-nous pas, ici ou là, à chaque élection, des territoires dans lesquels il est nécessaire de réorganiser l’élection tant la charge de doutes (voire de preuves) est importante ?
    Il est probable que le Président Trump n’aura pas droit à un second mandat.
    Mais de là à le déconsidérer parce qu’il réclame davantage de clarté, voire à l’insulter ouvertement comme l’a fait le « grand » quotidien national (qui s’est ainsi plus que décrédibilisé), n’est-ce pas une forme de totalitarisme ?
    Celui d’une certaine presse, là-bas et ici, qui s’estime au-dessus des Institutions et des Lois.

  • Védrine, belle référence…

    Quant à qualifier d’ennemi de la démocratie et de répugnant un homme qui a fait avancer la paix au MO comme personne avant lui, qui s’est opposé fermement à des régimes vraiment répugnants, eux, comme l’Iran des mollahs, la Corée du Nord, la Chine communiste ou autres, qui a dé-socialisé l’économie américaine, s’est opposé à la folie du soi-disant RCA… article disqualifié dès le départ.
    Je ne parle même pas des fraudes électorales jamais vues aux USA, qui devraient a minima inciter à la prudence avant de condamner un président qui certes peut donner des boutons aux « progressistes » de tout poil…

    • En même temps, quand on prend Védrine comme référence, on a plus tendance à pencher du coté de l’Iran que des USA. Une certaine tradition française…

  • Mais qu’avez vous tous contre Trump. Ou, je sais, ce n’est pas un vrai politicien, il tweet ses vérités, vérités bloquées par l’appareil d’état et les médias. Pourtant, il ne dit jamais de betises, rca chloroquine, fraude.

  • Que vous jugiez Trump soit outrancier, vulgaire, grossier, libre à vous, mais ce ne sont que des jugements personnels hors de propos, et vos lecteurs méritent mieux que ces arguments de bienséance.
    Venons-en au fait: le camp Trump n’accepte pas la défaite, la cause est entendue. Mais quand le camp démocrate a perdu, il n’a pas accepté la défaite non plus et a mené contre lui une cabale insensée pendant quasiment tout son mandat. J’insiste: PENDANT 3 ANS les démocrates ont tout fait pour nier leur défaite, tout fait pour destituer Trump, allant jusqu’à fabriquer de faux témoignages et de fausses preuves impliquant des personnalités haut placées, déchaînant une violence sans nom dans les rues, ce qui est assez proche de la tentative de coup d’état. Que disiez-vous à ce moment-là? Où étaient votre modération, votre sens de la justice et de l’équité? Où étaient ces vertus dont vous vous faites le défenseur?

    D.Trump peut en tout cas tirer une leçon de cette pitoyable pantomime: face au tribunal médiatique, l’habit fait le moine, et selon que vous serez franc ou hypocrite, vous serez jugé coupable ou innocent.

  • Hubert Védrine ? Comment dire…

    En juin 2017, la revue XXI publie un article faisant état du témoignage d’un haut fonctionnaire qui a examiné différents documents des archives non communiquées au public concernant ces événements. Selon ce témoin, les documents incluent une note signée par Hubert Védrine enjoignant aux militaires français de réarmer les génocidaires hutus passant la frontière du Rwanda à l’ex Zaïre lors de l’opération Turquoise. Hubert Védrine n’a pas souhaité commenter cette publication. Un des officiers de l’opération Turquoise, Guillaume Ancel, a confirmé avoir reçu de tels ordres et avoir été témoin d’une de ces livraisons.

    Avec de telles « références », je ne pense pas avoir à développer ce que m’inspire l’article.

  • trump a peut être raison de s’obstiner ; après tout les démocrates sont des socialistes , faut s’attendre à tout les coups fourrés avec ces gens là ;

    • Pas vraiment des socialistes, mais des étatistes, comme Biden ou Obama. Mais c’est vrai qu’il y a des socialistes au parti démocrate, comme AOC ou Sanders, avec des gens qui sont aussi très à gauche comme El. Warren et sans doute K. Harris.
      Sur le reste, on ne peut que constater que Contrepoints vire à gauche (sauf sur les questions écologiques, et c’est très bien, excellent article récent de Rémy Prud’homme par exemple), vire à gauche et donne à fond dans le TDS (Trump Derangement Syndrome), c’est assez étonnant, et désolant.

    • les socialistes sont des communistes .;les communistes des staliniens..les staliniens des..Petits hommes verts..???

  • Un journaliste star du NYT :

    « J’espère que tout le monde déménagera en Géorgie, vous savez, dans un mois ou deux, s’inscrire pour voter, et voter pour ces deux sénateurs démocrates. »
    Thomas L. Friedman (NYT)

    Aucune honte, déni total de l’honnêteté des élections, le gars sur CNN :

      • Et encore, cet article reste « gentil » avec les médias, quand on sait le déchaînement de violence – incluant le mensonge, y compris par omission volontaire, qui est une forme de violence – des médias en question envers Trump durant 4 ans.
        Il y a quelque chose de pourri au Royaume du Danemark… ou on est en train d’assister à la mise en place d’une forme de « Pravda » soft, médias tenus par quelques milliardaires aux objectifs bien arrêtés, et devenus leurs porte-paroles. Sans parler des GAFAM et de leur censure de plus en plus décomplexée…
        Une telle mauvaise foi (euphémisme) de la part de tant de politiques et de gens de médias et autres « pipoles » doit interroger sur les motivations et les buts de ces gens. Quand on prend à ce point des libertés avec la vérité, avec les faits, on trahit la démocratie, celle-ci ne pouvant réellement exister sans une information libre et honnête, condition sine qua non pour que les citoyens votent en connaissance de cause.
        Cordialement,

      • Oui, j’ai dit un truc sur leur site :
        « et cela créée souvent des coalitions »

        Une coquille ici, un ‘é’ en trop : cela crée…

        Sur le fond : « La plus grande menace pour la liberté et la démocratie, c’est l’indifférence et l’apathie. Le contraire de ce que l’on a vu, en l’occurrence. »

        C’est amha exactement le contraire. Comme le regretté Charles Krauthammer l’a bien expliqué. Avec l’argument suivant :
        On a reproché constamment (notamment en Europe) aux Etats-Unis le fait que le taux d’abstention est toujours très élevé : « Comment, ce pays n’est pas une démocratie, puisque 60 % des gens en moyenne ne votent pas ! »
        L’argument de Krauthammer est que c’est justement parce que les institutions sont solides, que la démocratie est forte, que la population a confiance en elles, que beaucoup de gens ne se donnent pas la peine de voter. Et c’est quand la démocratie est jugée en péril, à tort ou à raison, que les gens se mobilisent.
        Autrement dit, dans les périodes de calme, quand la démocratie fonctionne bien, beaucoup d’abstentions. Dans les périodes tendues, comme maintenant aux US, peu d’abstentions.

      • @Alexis Vintray
        Merci pour ce lien, qui montre bien la dérive incroyable et quasi-unanime des médias américains dans une paranoïa anti-Trump (pour les médias européens on peut enlever le préfixe quasi-).
        Cet autre article intéressant de l’IREF montre que ce n’est pas Trump le champion des « fake news » mais bien les médias anti-Trump, qui semblent avoir perdu tout sens déontologique
        https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Etats-Unis-ce-qu-on-dit-et-surtout-ce-qu-on-ne-dit-pas

    • En plus ça semble contreproductif : les locaux seront furieux que des gens de l’extérieur à l’Etat essaient de faire pencher le résultat, et seront peut-être incités à voter républicain.
      Le gars du NYT est non seulement malhonnête, mais en plus, pour cette raison, c’est un idiot.

  • Ah oui? Et les soi-disant démocrates qui ont refusé d’admettre l’élection de Trump et cherché par tous les moyens à le destituer? C’est de la démocratie pour monsieur Aulnas? C’est eux qui ont bafoué l’esprit démocratique, et à voir ce qui se passe dans ce pays avec les mouvements gauchistes, leur cancel culture, leurs émeutes, les libertés américaines sont en grand danger! Des professeurs se font virer de leurs universités pour avoir refusé d’augmenter les notes des étudiants des minorités (black principalement). Quand on ne sait pas ce qui s’y passe on n’écrit pas des articles partisans pour Contrepoints!

  • Modération Contrepoints : insultes

  • Sacré Sigmund, toujours dans les mauvais coup mais c’est intéressant..

  • Des fraudes mais méfiance, nos informations sont pre-machees, la seule certitude, il etait impossible de voter Biden, un vrai pourri.

  • en marge de ce débat, dux chosesz m’inquiètent :
    Si Biden est finalement déclaré vainqueur :
    1- son age et sa santé laissent présager que c’est la vice présidente, très à gauche qui va accéder à la présidence
    2- quels moyens de pression (il y en a forcément) ont certaines puissances étrangères (Russie, Chine…) suite aux démélées politico-financières de son fils, dont tout laisse à penser que Joe Biden savait et a utilisé sa position et son influence.
    Dernière chose, on ne parle plus de l’odinateur du fils Biden « retrouvé » chez un réparateur….

  • Excellent portrait du président Trump ! Mais par contre, Biden, bien que gagnant certain, n’a pas encore été validé à 100%.
    Je note avec grande satisfaction à quel point les gens sont enfermés dans leur doctrine pour en arriver à écrire que CP vire à gauche, que l’auteur est un soutien de l’Iran, etc etc.. Pour avec grande satisfaction ? Parce que ça montre à quel point la définition de socialiste ou de gauchiste est étendue à l’absurde pour y inclure tout ce qui ne plait pas à ces « bons » libéraux.. tellement « libéraux » que les commentaires doivent être fermés sur certains sujets, les torrents de haine « libéraux » incapables de mesure et de critiques constructives se déchainant directement… La démocratie est en danger parce que les opinions différentes et divergentes ne sont plus contredites, mais sont anéanties, niées, dénigrées, insultées (ce que Trump fait en fait…, on y revient).
    Bravo M. Aulnas !

    • C’est assez édifiant ce qu’on observe ces derniers jours de la part de « libéraux »..

      Nous n’avons plus affaire à des conservateurs mais des ultras conservateurs. Qu’ils donnent la leçon aux gauchistes, ils sont du même bois fait de radicalité. Vous ne le voyez pas mais de l’extérieur c’est net !
      Heureusement que la très grande majorité des gens sont modérés, en espérant simplement que nos démocraties n’oublient pas de leur laisser une place ce à quoi faisait allusion M. Aulnas.

      «Nous ne voulons pas de quelqu’un qui se vante, car un jour sa fierté l’amènera à tuer l’un de ses semblables. Alors nous lui disons que sa viande ne vaut rien. Ainsi, nous refroidissons son coeur et l’adoucissons.»

      • C’est sur que les bordées d’injures dont Aulnas gratifie Trump, et le fait de prendre un pourri comme Védrine pour appuyer lesdites insultes, ce sont des magnifiques preuves de « modération »…

        • Vedrine vous ne l’aimez pas c’est votre droit mais ce que vous écrivez est diffamatoire à son endroit..méfiez vous…

          • « Méfiez vous » : vous me menacez maintenant ? De mieux en mieux… Mais menacez moi, je vous en prie, ça me passe à 100 000 et venu de votre part, c’est un encouragement (raté, essaye encore)

            NB : un mec qui rend leurs armes à des génocidaires, en sachant pertinemment que ceux ci vont repasser la frontière à la première occasion, vous le définissez comment dans votre univers mental ? Un candidat au prix Nobel de la Paix ?

      • @Indivisible

        Je suis très étonné que la délinquance politique n’ait pas plus explosé ces dernières années. Quand j’observe les Americains je suis ébahie par leur calme (pour l’instant) . Heureusement que les extrémistes de droite comme de gauche représentent une frange très minoritaire de la population. heureusement !

    • Je suis un peu au-delà de 20 je pense. Faudra demander à mon biographe-harceleur, il note toutes mes paroles.
      Donc, selon vous, tenir à ses valeurs, ses principes et ses idées, c’est être « doctrinaire » ? Vous voulez quoi ? Que je dise blanc quand je suis Cactus et noir quand je deviens Lépine ? Je ne suis pas doctrinaire vu que je recherche le dialogue… mais pas facile quand on me claque la porte au nez en me traitant de troll gauchiste en dépit des évidences. Et point d’effraction, vous le savez bien 🙂

  • Depuis des années les 2 partis ont une attitude opposée sur le mécanisme électoral :
    – Les républicains prônent un contrôle rigoureux des votes, qui n’est vraiment possible que pour un vote « en personne »
    – Les démocrates affichent un laxisme total, et favorisent un vote par correspondance qui ouvre la porte à la fraude. D’ailleurs aucun pays vraiment démocratique n’autorise ce mode de voter, la France elle-même ne le pratique plus et l’a interdit.
    Il est donc tout à fait normal pour Trump de contester, il y a de très nombreux indices de fraude, mais il sera très difficile d’apporter des preuves.
    Monsieur Aulnas a tout à fait le droit de ne pas aimer Trump, mais cela ne devrait pas lui faire perdre toute mesure en niant les succès avérés de son mandat, tant à l’intérieur (économie) qu’à l’extérieur (arrêt de l’aveuglement vis à vis de la Chine, de l’Iran … et premiers pas vers une vraie réconciliation d’Israël avec des pays arabes). Il me semble qu’il se révèle ici, en adhérant complètement aux positions des démocrates et des médias bien pensants (genre NY Times) comme un de ces intellectuels « oints du seigneur » qui prétendent dicter au bon peuple « ce qui est bon pour lui », comme dénoncé dans cet excellent livre de Thomas Sowell « The vision of the anointed ». L’exemple le plus flagrant de ce type de comportement, c’est quand il dit que « Trump trompe ses électeurs » ou qu’il « utilise les médias » alors qu’il a du affronter sans discontinuer quasiment l’ensemble des média « mainstream » américains.

    • Avez-vous des preuves que le vote par correspondance favorise la fraude ?
      Quand vous dites « aucun pays vraiment démocratique ne l’autorise », que faut-il penser de la Suisse ? (En Suisse, on estime que plus de 90% des bulletins de vote sont envoyés par la poste. Source : swissinfo.ch). Et de l’Allemagne ( plus d’un quart lors des élections fédérales de 2017 (28,6%) selon le Figaro).

      • Avez-vous des preuves que le vote par correspondance favorise la fraude ?

        Et vous, avez-vous des preuves que sauter à pied joints d’une hauteur de 6 mètres sur un sol bétonné présente des risques de se casser une jambe ?

        Sinon, argument pour les nuls : un article du NYT ainsi qu’une mission conduite par le Démocrate Jimmy Carter ont eux-mêmes, il y a quelques années, mis en garde contre le vote par correspondance pour cette raison précise.

        • Merci Jacques B pour ces informations. Notons que vous citez pour une fois le NYT, donc c’est une source valable selon vous ? Ou c’est selon le contenu de l’article qui vous arrange ? Je peux vous en trouver autant qui disent l’inverse.
          C’est amusant ce que vous dites d’un côté : le vote par correspondance favoriserait la fraude comme si l’existence de la possibilité de nuire était suffisante pour l’interdire.. Vous invoquez le principe de précaution donc :-).
          Et pour la Suisse et l’Allemagne, un avis ?

          • Quand le camp démocrate représenté par le NYT crie au risque de fraude, ils sont dans leur droit, mais quand c’est un républicain ou un trumpiste, ce n’est qu’un populiste débordant de haine. La mauvaise foi des étatistes, qu’ils soient de gauche ou de droite, est décidément sans bornes.

            Par ailleurs, en Suisse le système électoral est différent, le vote par correspondance est associé à une carte d’électeur, le processus de dépouillement est organisé de manière uniforme dans tous les cantons, à la grande différence des USA où les règles changent d’un état à l’autre.

            La leçon à retenir de tout ce ramdam Clinton-Trump-Biden, c’est que tout le processus électoral américain est compliqué, déséquilibré, il favorise traditionnellement un fort taux d’abstention, et est au final indigne d’une démocratie comme celle des USA.

            • Ben voilà, vous au moins vous savez séparer les choses : le vote par correspondance ne favorise pas les fraudes : ce sont les systèmes de vote américains qui oscillent en moyen-âge et amateurisme qui sont le plus grand problème.

              • Amateurisme qui facilite la fraude, indépendamment de savoir si les accusations de Trump sont établies ou non. CQFD et conclusion.

          • « Principe de précaution » : vous mélangez tout, une fois de plus. Un « principe de précaution » qui permet à 80% des électeurs de se déplacer pour voter (2ème tour de la présidentielle en France, 2002), ce n’est pas un principe de précaution, c’est un principe qui fonctionne, qui atteint son but, et avec un haut niveau de sécurité, le plus haut qui existe : le vote en personne, avec justification de son identité. Le principe de précaution » tel que régulièrement pourfendu, ici et ailleurs, à juste titre, n’a rien à voir avec cela, et soit vous le savez et êtes de mauvaise foi, soit vous ne le savez pas et ça interroge sur votre capacité à comprendre les choses.

            La France a autorisé le vote par correspondance en 1946, puis l’a interdit en 1975 à cause de fraudes.
            La Suisse et l’Allemagne le pratiquent (ainsi que des États américains) : 1- cela reste une minorité de pays 2- cela fonctionne aujourd’hui, mais rien ne dit qu’un jour, ces pays ne l’abandonneront pas, comme la France.
            De toute façon, comme le dit l’adage, qui peut le plus peut le moins. Le vote en personne (ou par procuration, dans certains cas) est le plus sûr de tous. En France, malgré nos défauts, il n’y a jamais de contestation des résultats, et pour cause.
            Défendre par principe un système de vote prêtant le flanc aux accusations de fraude ne tient pas la route. Parce que certains, plus souples et mieux entraînés que d’autres, arrivent à sauter de 6 mètres de haut avec un très faible risque de se casser une jambe (et encore, tant qu’ils sont jeunes, souples et bien entraînés), vouloir généraliser la chose est irresponsable, désolé.

            • «En France, malgré nos défauts, il n’y a jamais de contestation des résultats, et pour cause.»

              Hmm avec un Trump français qui perdrait les élections, on trouverait bien quelques fraudes massives. C’est un fait établi depuis 2020, la fiabilité d’un système de vote est inversement proportionnelle au degré de conservatisme du candidat perdant.

              • Et en 75, quand le vote par correspondance a été interdit en France, c’était parce que des conservateurs venaient de perdre, peut-être ?
                Vous vous décrédibilisez, sur le fond comme sur la forme.

            • Aucun mélange de ma part, simple raisonnement que vous disqualifiez sans aucun raisonnement (ou je n’ai pas pas compris votre mauvaise explication avec les 80% du second tour…)
              Auriez-vous des infos exclusives sur la Suisse ? « rien ne dit qu’un jour, ces pays ne l’abandonneront pas ».. Parce que dire aux Suisses : « jusque 90% des votes ont lieu de cette manière, mais elle n’est pas sûre en fait, on va l’abandonner », ce serait surréaliste :-). Pourquoi ? Parce que ce sera fait au référendum ! Jusque 90% des gens vont voter par correspondance pour dire si oui ou non ils font confiance au vote par correspondance ?
              Minorités de pays ? Ben j’ai pas envie de m’amuser à vérifier tous les pays du monde… mais il est évident que le vote par correspondance comporte plus de risques et que un courrier en Ouganda ou au Pakistan est moins sûr qu’un courrier américain ou allemand. Le risque étant très limité, l’interdire est faire appel au principe de précaution et n’est pas justifié.
              Mais ce n’est pas pour cela que je pousse le vote par correspondance ! Comme d’autres, je supporte le vote « physique » en priorité, mais d’autres options sont possibles. (sauf l’électronique… là, j’ai pas confiance… et là, ya de sérieuses questions à se poser).

              • Le risque étant très limité

                Certainement pas : dans certains États américains, le résultat peut être inversé pour seulement quelques milliers de voix, et changer complètement la donne au niveau national, cela pour 4 ans. Les conséquences peuvent être incalculables, pour seulement quelques milliers de voix. Se souvenir de la Floride en 2000, qui fait basculer l’élection pour très peu de voix.
                Or quelques milliers de voix sur plusieurs millions, c’est très facile à faire avec un système de vote par correspondance ; un ancien responsable Démocrate l’a expliqué il y a quelques semaines, par exemple. Les moyens sont multiples, de l’élimination pure et simple de lots de bulletins en provenance de secteurs connus pour être du camp opposé, à l’anté-datation des enveloppes et autres, surtout quand le contrôle des bulletins se fait par des fonctionnaires (ce n’est pas le cas en France : ce ne sont que des élus, de tous les partis en lice).
                Non, il ne s’agit pas du principe de précaution tel que souvent pourfendu sur CP à juste titre. On n’a pas affaire à un phénomène naturel ici, mais à des actions humaines ! – et Dieu sait si l’humain est inventif, parfois !

                • Et pourtant le nombre de cas de fraudes avérés est ridiculement faible. Si des milliers de bulletins disparaissent, ça se voit un tantinet… Ce n’est pas le vote par correspondance le noeud du problème, ce sont les systèmes américains obsolètes dans certains états.

        • N’inversez pas la charge de la preuve.

      • Apportez moi la preuve que le vote par correspondance n’est pas « fraudable », ainsi que le vote électronique.
        C’est aux organisateurs des élections de certifier que la procédure de vote est sure…

        • Tout est fraudable :-). Pour le vote électronique, nous sommes tous les deux parfaitement d’accord. Pour le vote par correspondance ben… c’est plus compliqué… Comme le dit Dr Slump plus haut, en Suisse, ya des gardes-fous, ici aux USA, ça a l’air moins le cas selon les états. Avec de bonnes règles (merci le régalien), on peut faire un système mois fraudable : selon les règles aussi, la fraude peut être localisée au niveau de l’émetteur du vote ou au niveau du récepteur du vote. Le niveau où l’on fait les listes des votants concernent tous les systèmes je suppose. Un obstacle est que le vote est secret… Ou pourrait imaginer un système émettant un bulletin de vote avec un code aléatoire unique. La personne renvoie son bulletin XWY637, et pourra consulter l’entièreté des codes par la suite sur le net et vérifier que son vote est bien celui qu’elle a émis.. Souci : quid des inévitables emm*rdeurs qui vont faire exprès de pas bien faire ? Quid du vote par procuration ?

  • « que l’armée évacue l’ancien président »

    De quelle armée souhaitez-vous l’intervention ? Celle du Venezuela ou celle de Cuba ?

    • L’attitude de D.Trump n’a rien d’illégal. Ses recours judiciaires sont tout à fait légaux.
      On ne peut pas dire la même chose du russiagate qu’ont essayé de monter les démocrates lors de l’élection de Trump… Toujours le deux poids deux mesures de nos bien-pensants.
      Votre post ainsi que l’article de votre lien sont de parfaits exemples de procès d’intention.

  • « Pourquoi Trump s’obstine-t-il ? »

    Parce qu’ils nous l’ont fait façon industrielle, leur (gerbe) fraude ?

    Parce que cette fois-ci, ils sont allés trop loin dans la corruption et qu’il n’est plus possible de laisser faire sans réagir ?

    Parce que les enjeux dépassent amplement la petite personne de Trump, quels que soient ses défauts personnels ?

    Parce que tout ça à la fois ?

    On se perd en conjectures. Bonne question toutefois.

    • Il s’obstine car il ne supporte pas d’avoir un type plus agé , sur un déclin cognitif et qui représente tout ce que lui honnit lui mettre 5 millions d’électeurs dans le museau…..Il enrage , il fulmine et il ira jusqu’au bout du bout et si j’exagère un peu voire beaucoup parfois , il est à craindre que son jusqu’au-boutisme fasse beaucoup de mal à son pays dans un moment compliqué avec les crises qui s’accumulent….La population qui subit les décès et les faillites va finir par se réveiller et je pense que nos meurtriers radicaux islamistes se disent que le moment est venu pour un petit coup d’éclat qui potentiellement peut réveiller le Kraken….Mais pas celui que l’on croit…

      • 5 millions dans le museau, dont 10 à 15 millions frauduleux ? Oui, c’est insupportable.

        • allez à la louche vous pouvez en ajouter 15 de plus..je vous le fais à 30 millions de votes frauduleux cela vous convient..???

          • Les enquêtes vont d’abord se concentrer sur les 6 Etats clés. C’est l’urgence.

            Mais ensuite, elles pourraient bien concerner d’autres Etats pour l’instant oubliés, jusqu’à impliquer la Californie et New York, deux poids lourds en nombre d’électeurs présidentiels. Déjà, la Virginie et le Nouveau-Mexique sont signalés. Si les républicains parviennent à démontrer leurs affirmations, il serait surprenant qu’ils ne profitent pas de l’avantage pour explorer le thème jusqu’au bout, dans chacun des 50 Etats, histoire de nettoyer les écuries d’Augias.

            • vous sous-entendez donc que Trump aurait remporté à priori tous les états ??? Moi si ça vous fait plaisir je suis HEUREUX…!!

              • Non, mais que le vote populaire est presque partout entaché de fraude. Les démocrates par exemple ne peuvent pas représenter 64% des Californiens, même pas en rêve. 50 à 55% tout au plus dans cet Etat connu pour faire voter les migrants illégaux en masse. Au Texas remporté par les républicains, les preuves de fraudes démocrates s’accumulent également.

                Tout cela devrait être démontré le moment venu, mais ce n’est pas l’urgence du moment.

                Un expert, je ne sais plus lequel, a affirmé que Trump aurait obtenu 410 électeurs présidentiels en l’absence de fraude, ce qui est compatible avec un fraude autour de 10 millions de bulletins, soit en moyenne 200000 par Etat. Rien d’exceptionnel.

                • Les Etats-Unis ont une nouvelle montagne : la montagne bleue des fraudes. Pour la voir il faut néanmoins une paire de lunette à distorsion optique.

                  Ce qui m’étonne le plus ce n’est pas que des démocrates aient pu fraudé, c’est qu’aucun républicain ne l’ait fait. Ah mais oui, mettre de fausses urnes ou en supprimer n’est que de l’obstruction et non de la fraude, sans parler des lois voters suppression qui empêchent, légalement c’est vrai, une partie de la population réputée pro-démocrate de voter. Un partout allez au trou !

              • Savez-vous que dans certains comtés démocrates, le taux de rejet des bulletins pour irrégularité est passé de 5% à 0,5% entre 2016 et 2020 ?

                Etonnant, non ?

                Les statistiques bien menées sont impitoyables pour les fraudeurs.

                • Savez vous, mais il y a prescription, que mon grand père allait voter pour ma grand mère avec sa bénédiction et l’autorisation qui va bien et que le bougre changeait une fois l’enveloppe en main le bulletin qui y était ( très souvent à droite ) et le remplaçait par un vote communiste..c’était il y a 50 ans…argh la démocratie et ses travers…

                  • Et donc, la fraude, quelle que soit son ampleur, serait inhérente à la démocratie et il faudrait laisser faire les truands en toute quiétude ?

                    Pour avoir la paix sociale, sans doute ? Mais voilà. Il y a un moment où même la paix ne vaut plus son prix de revient. On dirait bien que les USA ont atteint ce moment.

                • C’est un fait connu, c’est parce que dans de nombreux Etats il est désormais autorisé par la justice de prévenir l’électeur quand il n’a pas rempli correctement son vote par correspondance. https://www.nytimes.com/2020/11/02/us/election-ballots-rejections.html

                  Je vous encourage à lire par exemple les analyses qui datent d’avant l’élection sur le sujet et qui explique ce taux bas.

                  Mais tout est tellement plus simple à expliquer avec un complot de fraudeurs 🙂

                • Dans l’industrie, en qualité, quand un taux de rejet passe de 5% à 0,5%, on appelle ça un progrès.
                  J’adore votre phrase « les démocrates par exemple ne peuvent pas représenter 64% des Californiens, même pas en rêve. 50 à 55% tout au plus dans cet Etat connu pour faire voter les migrants illégaux en masse » => et vous sortez ça de où ? De sondages (lol, les sondages politiques américains… fiabilité moindre qu’un article acheté sur Wish), de « sites bien informés » ? Et les migrants qui votent ? Vous tartinez des rumeurs et des chiffres fantasques.. on est sur CP, pas sur stop-mensonge hein…
                  Preuves établies devant justice ? Non. L’Etat de droit ne fonctionne pas sur des rumeurs et des chiffres tirés d’un chapeau, sinon ce n’est plus un état de droit, c’est une dictature.

                  • Judicieuse comparaison avec l’industrie : pleins de votes qui apparaissent comme par automatisme, effectivement.

                    Bien vu, l’artiste !

                    • N’oubliez pas de préciser « de votes pour Biden uniquement et pas pour les démocrates aux poste de gouverneurs et représentants ». Faut que votre histoire tienne compte un minimum de la réalité hein. Ne me remerciez pas, je suis votre plus sincère ami, vous le savez bien.

    • Les trois-quarts des Américains sont persuadés qu’il y a eu fraude, la majorité, 40%, qu’elle e eu une influence sur le résultat, 35% que la fraude a été sans influence, 9% ne se prononcent pas.

      Seuls 16% des Américains pensent qu’il n’y a pas eu de fraude. 16% !

      Sondage YouGov du 8 au 10/11/20, page 71 : https://docs.cdn.yougov.com/9j7sr0my95/econTabReport.pdf

      Contrairement à ce que les médias pas très (inter)nets tentent de faire croire, les Américains ont dépassé depuis longtemps le stade du débat sur ce sujet. Le fraude est plutôt une certitude pour eux. Les médias qui refusent avec entêtement les évidences se décrédibilisent chaque jour un peu plus.

      Et si jamais les Américains apprennent un jour que cette fraude est en réalité institutionnelle, organisée par certains pouvoirs, élus, partis, juges, FBI, médias, bigtech…, la réaction de dégoût et de rejet va dépasser tout ce qu’on a connu jusqu’à présent.

      Une réaction parmi d’autres :
      https://www.paulcraigroberts.org/2020/11/05/evidence-mounts-of-a-stolen-election/

      • Les 3/4 des américains sont persuadés de la fraude. J’aimerais bien connaître les éléments factuels qui les ont convaincu. Des suspicions, on est donc dans la croyance. Passez votre tour !

      • Il faut savoir lire :
        à la question de la fraude ne faveur de Biden :
        Definitely true : 30%
        Probably true : 15%
        Probably not true : 10%
        Definitely not true : 44%. -> 54% des américains pensent qu’il n’y a pas eu de fraude en faveur de Joe Biden.

        • Il faut savoir réfléchir. L’origine de la fraude n’a pas d’importance quand, par comparaison, les médias prétendent que la fraude serait du complotisme. En insultant 84% de la population, ces médias en fin de vie scient eux-mêmes la dernière branche à laquelle ils pouvaient espérer s’accrocher.

  • @ Flimz le même Trump qui affirmait qu’Obama n’était pas américain de par sa naissance…un spécialiste des fake-news votre favori..

    • « le même Trump qui affirmait qu’Obama n’était pas américain de par sa naissance »
      Vous parlez d’Hillary Clinton je suppose ? Vu que ces accusations datent des primaires démocrates de 2008 ?

      Je trouverai toujours savoureux ce rapport très particulier à la vérité qu’ont les atteints du TDS, eux qui passent leur temps à projeter leurs propres travers sur Trump 🙂

      • https://www.youtube.com/watch?v=JGc_yYlmpfw….nan nan…Votre favori..2011…Savoureuse votre remarque sur le rapport..etc etc…lol..!!

        • Dommage que ce ne soit pas totalement correct :-). D’après ce que je trouve sur la BBC et autres, la question a été soulevée en 2008 par des démocrates (une question n’est pas une accusation) mais ça a été résolu rapidement vu que le certificat de naissance a été montré cette année-là. Fin de l’histoire de ce côté. MAIS, kiki en 2011 a remonté cette histoire (poussé par certains milieux) ? Trump.

  • tout à fait d’accord avec vous…

  • Et Trump sera cru jusqu’au bout par ses plus fidèles supporters …normal pour eux la Terre a été créée il y 4000 ans, elle est plate, l’humanité descend d’Adam et Eve, et Georges Soros avec les Clinton (pédocriminels notoires) et Bill Gates un comité secret qui dirige le Monde (tiens pourquoi alors Trump a-t-il été élu en 2016 ?) …

    • vous oubliez l’HCQ du savant de Marseille..Roswell , le triangle des Bermudes , Le labo chinois, Amstrong et la lune…etc etc…

      • C’est tellement savoureux de voir des gens qui s’imaginent se rebeller en récitant les poncifs du Miniver. Tellement savoureux de les voir s’imaginer faire de l’esprit en bêlant des caricatures simplistes.

        Notons en passant que les seuls à penser que la Terre est plate sont les mêmes que ceux qui prétendent que le 9/11 étaient l’oeuvre des services et pas d’Al Qaïda, et qu’aux dernières nouvelles, ceux ci ne sont pas à proprement parler des pro-Trump, mais bon, faut pas trop en demander aux gens obligés de se réfugier dans la simplification à outrance, n’est ce pas ?

        PS : j’éviterai le sujet « Clinton » à votre place, tant il est notoire que monsieur avait sa place réservée dans le Lolita Express 😉 (ne parlons même pas de la batterie de cuisine qu’ils se trimbalent…)

  • Quelques éléments pour répondre globalement aux commentaires, que j’apprécie, quelle que soit leur tonalité. Ils montrent tout l’intérêt que l’opinion européenne accorde au sujet.
    – L’article ne fait qu’un constat assez unanimement partagé à la date présente : Trump s’obstine par intérêt politique. Il considère qu’en usant au maximum de sa capacité de nuisance actuelle, il est approuvé par un grand nombre d’électeurs, qui continueront à le soutenir à l’avenir.
    – L’article part du constat, également partagé par tous les spécialistes de la politique américaine, que Trump a perdu cette élection et n’a aucune chance d’inverser le résultat en justice. Ce n’est donc pas moi qui l’affirme, évidemment.
    – Quant au degré de fraude lié à la complexité du système électoral américain, que certains commentateurs soulignent, je n’aborde pas le sujet. C’est un problème complexe réservé aux politologues car il nécessite une analyse approfondie. En tout état de cause, pour la présente élection, les éventuelles distorsions structurelles du système électoral pouvant altérer sa fiabilité (vote par correspondance par exemple) ne seront pas abordées en justice. Cela ne peut faire l’objet d’un contentieux. C’est la raison pour laquelle la plupart des recours intentés ont déjà été rejetés par les tribunaux ou même abandonnés par les avocats.
    – Enfin, mon opinion très négative sur Trump ne présente effectivement aucune originalité, mais elle n’a rien de « socialiste » ni de « gauchiste ». De ce côté-ci de l’Atlantique, elle est partagée par la plupart des sensibilités politiques. Pour s’en tenir à la France, seuls les partis de la droite nationaliste (RN en particulier) ont vaguement cherché à soutenir la stratégie de terre brûlée de Trump, mais sans véritable conviction car même dans ce parti les opinions sont partagées. Quant au libéralisme (au sens large du mot) de Trump, il vaut mieux en sourire…

    • – le 1er constat n’est pas unanimement partagé.
      – le 2nd constat non plus.
      – une opinion négative est une chose, l’emploi de certains termes pour le décrire en est une autre ( » un ennemi de la démocratie… »).

      Bref, c’est de la construction de récit, la seule chose que font encore les médias pour désinformer et effectivement, cela fonctionne bien sur l’auteur !

      • Hum… tout est construction de récit alors et tout est désinformation : quand des « médias » disent que les démocrates manipulés par Soros visent à l’instauration d’un système à parti unique aux USA, c’est pire…
        L’auteur présente un portrait au vitriol de Trump et de ses travers. Il suffit de lire le fil twitter de Trump pour établir le même constant : pas de construction, juste de la donnée brute. Trump ennemi de la démocratie est borderline.. Trump, en pourrissant la passation de pouvoir, en plaçant ses pions, en éjectant des gens très haut placés actuellement, vise à poursuivre sa « politique » (ou plutôt son influence) après avoir quitté la Maison Blanche : ce n’est pas interdit, mais un président attaché aux valeurs démocratiques n’agirait pas ainsi à ce point ! Or, Trump n’a aucune valeur à part l’argent et son ego surdimensionné. Je l’ai déjà dit : il se rêve despote.
        Les politiciens soutenant encore Trump (ils quittent le navire comme des rats) sont des affidés, des parfaits représentants du capitalisme de connivence et du népotisme mis en oeuvre par Trump.

        • « du capitalisme de connivence et du népotisme mis en oeuvre par Trump »
          Tiens, quand il ne répète pas la doxa du Miniver, il se fait l’écho des reproches qu’il reçoit, mais sans visiblement en avoir compris le sens, ce qui donne cette utilisation ridicule mais à mourir de rire finalement.

          • Bonjour Gally. Je coche « doxa » dans votre grille de bingo lexical. Prétendez-vous que Trump ne fait pas de népotisme ? Savez-vous qui est Jared Kushner ? Que dire que Trump a nommé le patron de Exxon secrétaire d’état en 2016. Trump ne supporte pas la contradiction (ce qui explique aussi pourquoi il a changé de porte-paroles autant de fois), il nomme ses gens. En tout cas c’est amusant de voir quelqu’un comme vous défendre ce genre de pratiques.

            • Je note que vous déviez la conversation sur Biden, ce qui serait intéressant si j’avais parlé de Biden… Ai-je dit que Biden était tout blanc ? Non. Mais ça…
              Vous n’arrivez donc pas à dire que Trump ne fait pas de népotisme ni de capitalisme de connivence.. mieux, vous l’admettez ouvertement en essayant maladroitement de dire que Biden le fait.
              Dites, si vous pouviez éviter de me tutoyer… j’ai l’impression d’être pris à partie par un quidam chargé à la 1664. Merci.

    • « De ce côté-ci de l’Atlantique, elle est partagée par la plupart des sensibilités politiques. »
      Que représentent les 70 millions (au moins) de votes pour Trump ?

    • D’abord c’est un bon article. Merci. Les réactions dans cette page montrent comment Trump a hystérisé le débat démocratique. Tenté par tous les moyens de saper les fondements du système démocratique par la mise en cause permanente de tous les contre pouvoirs et de la plupart des institutions du pays. Pas de faits ni d’analyses, des posts-vérités, des insultes, des accusations démagogiques et parfois délirantes contre tout ce qui ne va pas dans son sens ou ne l’encense pas. Mes amis américains me disent que tout débat est devenu caricatural éloigné des faits…à l’extrême gauche démocrate qui gagne du terrain dans les universités les « Trumpistes » n’ont opposé que des accusations de complot du style « bolchévique-mondialiste », les meetings de Trump se résumant à se présenter comme le « Sauveur » (désigné par Dieu pour ses partisans) et à distribuer un discours de haine contre tous ses adversaires…

      • ce n’est pas Trump qui a hystérisé le débat, ce sont les médias et les démocrates qui n’ont jamais accepté son élection en 2016. On retrouve la même chose en France lors de l’élection de Nicolas Sarkozy. Dans les deux cas, les attaques portent d’ailleurs généralement sur des détails, jamais sur le fond (et pourtant pour NS, il y a dire).

        • Ce n’était pas les républicains au temps d’Obama quand ils lui faisaient la chasse avec son acte de naissance et son deuxième prénom Hussein ?
          Sinon c’est vrai que les médias n’ont jamais été tendres avec le président (mais ce n’est pas leur rôle) qui n’a que rarement eu des comportements dignes d’un président… Sur la politique et la gestion des affaires, ce n’est malheureusement pas nouveau que les médias généralistes prennent un peu plus position pour les mesures sociales (sociales =/= socialistes, petit rappel).

          • « Ce n’était pas les républicains au temps d’Obama quand ils lui faisaient la chasse avec son acte de naissance »
            Tu crois qu’il va falloir te rappeler combien de fois que ce sont les Démocrates du camp Clinton, lors des primaires de 2008, qui ont lancé ceci pour que tu cesses une fois pour toute de mentir sur ce sujet ?

  • Au final, quel que soit le résultat, le fait que « Trump s’accroche » oblige à regarder de plus près le système de vote américain et c’est sans doute une très bonne (voire unique) occasion de le sécuriser !

    merci Donald !

  • « Le président sortant admettait la victoire de son adversaire et lui permettait d’accéder à l’information officielle et de préparer son accession au pouvoir. » Je n’ai pas entendu dire qu’Obama a particulièrement facilité l’accession de Trump au pouvoir, il lui a plutôt mis tout ce qu’il a pu dans les pattes, et ce que fait actuellement Trump n’est que la réponse du berger à la bergère.

  • … et j’ajouterai: Il n’est assurément pas Fillon qui, après avoir été battu dans des conditions plus que douteuses, appelle à voter pour son adversaire.

  • Après la conférence de presse de R Giuliano il est clair que Trump sera jusqu’au bout dans l’affirmation qu’il a martelée dès avant les élections et des ses meetings de septembre : si je perds cette élection c’est parce qu’elle est truquée. Peu importent les résultats des recours s’ils vont dans son sens il dira c’était truqué la preuve et s’ils ne vont pas dans son sens il dira …c’était truqué la preuve. Il ne cherche pas la vérité il veut sa vérité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Donald Trump
0
Sauvegarder cet article

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Joe Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la prés... Poursuivre la lecture

Donald Trump à un meeting
0
Sauvegarder cet article

Trump, désormais valet puant des Républicains, est expressément maintenu le plus éloigné possible de la Géorgie et du run-off (deuxième tour) entre Walker (Républicain) et Warnock (Démocrate) qui aura lieu le 6 décembre prochain.

 

Le problème de la Géorgie

Run-off sans enjeu réel, vu que les Démocrates ont déjà remporté le Sénat (tenant compte de la voix de Kamala), suite à la bérézina de tous les candidats sauf un poussés par Trump au Sénat, qui ont perdu la mère de toutes les élections imperdables.

En Géorgie, Wal... Poursuivre la lecture

Alea jacta fere est. Après une trop longue attente, la composition de la Chambre des représentants est enfin connue : les Républicains ont obtenu de peu une majorité (218 sièges) et six sièges sont encore discutés. Le parti de Donald Trump a effectivement « perdu » le Sénat car même s’il obtient le siège en Géorgie, la vice-présidente Kamala Harris votera en cas de parité des voix.

Que s’est-il donc passé avec le raz-de-marée rouge prédit par plusieurs (moi y compris) ?

Les hypothèses fusent de toute part. Pour certains, Trump ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles