La vague sociale et économique sera de loin la plus violente

À coté de la crise économique qui s'annonce, la pandémie semble mineure. Et grâce aux bons soins des politiciens, ce sera même pire.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La vague sociale et économique sera de loin la plus violente

Publié le 16 novembre 2020
- A +

par h16

On ne va pas se mentir : la France ne va pas tout à fait bien. Sans doute, le fait d’arrêter l’activité économique joue un peu. Probablement, le fait d’entraver les interactions sociales de toutes natures n’aide guère. Éventuellement, la perspective de fusiller complètement Noël et la période des fêtes de fin d’année en famille ne réjouit guère le peuple.

Certes, par l’habile truchement de l’argent des autres déversé à gros bouillon un peu partout, on arrive pour le moment à éviter les faillites, on camoufle un peu le million de pauvres supplémentaires que les mesures gouvernementales ont provoqué. Certes.

Mais on sent confusément que malgré tout, la situation n’est pas exactement optimale, un peu à l’instar de Will E. Coyote qui, encore en apesanteur une fois le bord de la falaise largement dépassé, se surprend à douter que la suite se déroule exactement comme prévu. Et c’est un peu normal : des éléments objectifs permettent d’affirmer qu’il y aura quelques problèmes dans les mois à venir.

Bien sûr, des indicateurs purement économiques indiquent tous que l’année 2021 ne sera pas exactement qu’une marche détendue dans des champs de miel et de lait : on évoque ici et là des faillites à venir, notamment parce qu’ont été retardées les faillites qui auraient naturellement eu lieu en 2020 (plusieurs milliers) auxquelles s’ajouteront les faillites supplémentaires consécutives au hardi pilotage hardi du pays par la fine équipe de paltoquets actuellement en charge du gouvernement.

Il est actuellement difficile de faire des prévisions économiquement fiables sur un événement qui n’a pas vraiment d’équivalent dans le passé ; l’impact se situe probablement entre une guerre et une longue série de grèves particulièrement fermes, et même si la France a connu ce genre de péripéties, nous sommes dans le flou et ne pouvons que tabler sur un fort ralentissement économique, des faillites en cascade et un chômage probablement supérieur à 10 %.

Et si les mauvaises surprises économiques sont à peu près certaines pour les prochains mois, on peut aussi garantir des moments difficiles sur le plan social : si les grèves et les mouvements sociaux auxquels le pays est maintenant habitué impliquaient jusqu’à présent essentiellement les salariés du public et avaient des répercussions notoires sur les salariés du privé, les confinements et les vexations du quotidien touchent à présent les professions libérales, les petits commerces et la trame essentielle du tissu social. Les premiers retours socio-médicaux ne sont pas bons, pour le dire gentiment :

Pire : il apparaît maintenant que les effets psychiatriques du premier confinement sont désastreux et commencent tout juste à se faire sentir, avec un débordement des unités psychiatriques où se pressent à présent un nombre record de malades…

Autrement dit et comme j’en faisais la remarque dans un précédent billet, les intelligentes mesurettes gouvernementables accroissent mécaniquement le nombre de personnes malheureuses qui n’ont plus rien à perdre, ce qui, pour tout pouvoir sourd, aveugle et malheureusement atteint de logorrhée, constitue rapidement un problème puis une faute létale.

Devant ce constat, on pourrait imaginer que nos foutreboules du cirque politique et nos corniauds glorifiés de titres ministériels s’empresseraient de corriger rapidement la trajectoire histoire d’éviter l’échafaud qui semble s’approcher d’eux à petits pas chaloupés.

Il n’en est rien : à mesure que s’empilent les déclarations des brochettes ministérielles et énarchiques s’impose un gros doute sur leur parfait azimutage intellectuel. Dans une sorte de jeu de « pile je gagne, face tu perds », les impétrants ministériels nous expliquent par exemple que si les infections diminuent, c’est grâce à leurs mesures, et si elles s’étendent, c’est à cause des Français. Commode.

Borne, Véran ou Castex semblent décidés à rendre une part croissante des Français directement responsables de l’actuelle épidémie, au prétexte qu’ils enfreindraient le confinement, responsabilité justifiant d’ajouter, régulièrement, une couche de confinement, de cerfas ridicules et de contraintes imbéciles construites par d’obscurs ronds-de-cuir sadiques perdus au fin fond d’une bureaucratie sans objet et sans intérêt.

C’est bien évidemment compactement débile, mais se surpasser dans le domaine reste à la portée de nos ministres puisqu’ils ne comptent pas s’arrêter là. Ils ont en effet toute un batterie de nouvelles idées à appliquer afin « d’aider » (comprendre « enfoncer ») un peu plus le peuple.

Bien évidemment, leur inventivité se cantonne à un domaine : celui de la taxe.

Oui, vous avez bien lu : la solution à la tempête d’emmerdes aux proportions bibliques qui attend la France et les Français consiste essentiellement, pour les branquignoles gouvernementaux et des différentes chambres, à ajouter des taxes aux ponctions fiscales déjà existantes.

Sans surprise (et en parfaite illustration de leur nullité crasse en économie), on sent déjà poindre l’envie de taxer les entreprises qui sont de toute façon vues comme les coupables idéales en cas d’échec des mesures prises, aussi idiotes soient-elles.

Sans surprise toujours, certaines professions ayant l’œil des caméras et l’oreille des gros micros mous, le lobbying auprès des mêmes branquignoles permet d’ores et déjà d’envisager de nouvelles taxes comme, par exemple, sur les appareils audio afin, ici, d’aider la création artistique, pilonnée par les bons soins du législateur depuis plusieurs décennies. Les rares survivants de cette subsidiation compulsive vont donc se prendre le prochain tapis de bombes « subventionnelles » qui achèvera d’étatiser la création artistique dans le pays dont le rayonnement mondial peinera définitivement à dépasser le périphérique parisien. Quelque part, c’est bien fait.

Sans surprise enfin, les idées mortifères de nos ministricules commencent à trouver un écho au-delà de nos frontières puisqu’on retrouve cette idée de taxes inventives outre-Rhin, avec la proposition de chercheurs allemands, parfaitement détendus de la sodomie fiscale, consistant à taxer spécifiquement le télétravail sur la base des gains réalisés à rester chez soi, par comparaison aux frais engendrés par les transports et les bureaux en ville.

Selon le même principe, on regrette que ces fiers Teutons de la Taxe ne proposent pas de taxer chaque gain de productivité obtenu ces 30 ou 50 dernières années par l’utilisation des nouvelles technologies : il est certain qu’il y aurait moult milliards d’euros à gagner ici et là. Après tout, pourquoi s’enquiquiner à créer de la richesse si, grâce à ces gains de productivité, on peut en soustraire toujours plus pour la redistribuer auprès des inactifs, des parasites, des jaloux, des profiteurs et (mélange des précédents en proportions variables) des politiciens ?

Et puis franchement, sans le fauteuil roulant que l’État nous fournit après qu’il nous a coupé les jambes, comment nous déplacerions-nous ?

La vague économique arrive, et elle sera bien pire que la pandémie. Français, tenez-vous prêts.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Ça ne peut pas être pire demain, déjà aujourd’hui on ne peut pas s’acheter de petites culottes par solidarité avec les libraires, demain nous serons sans dents et sans culotte armé d’un Bic, seul outil pour survivre dans un monde de cerfas

  • Tantôt, en voyant le titre d’un billet du Figaro : « Dans dix ans, la SNCF sera rentable partout », j’ai eu un éclat de rire, ce qui est assez rare pour être souligné.

  • Je ne suis pas historien donc j’ai peut-être tort mais a-t-on déjà vu dans l’Histoire de France, une telle conjonction ? un président (ou un monarque) totalement dépassé par sa fonction qui pense vivre l’aventure de sa vie en gérant un virus à la manière d’un condottiere de bazar avec un blouson d’aviateur au milieu de son comité de défense, des ministres dont la platitude et l’incompétence confinent à l’admirable et une administration dont la folie touche au génie et qui ne pensent qu’à sa propre perpétuation quoique cela puisse coûter au pays.
    Que je me trompe ou pas, tous ces gens-là, bien plus par bêtise que par méchanceté d’ailleurs, sont devenus les pires ennemis du pays et du peuple qu’ils sont supposés servir.

  • Ce que je trouve incroyable avec cette équipe gouvernementale, c’est quand même qu’ils s’attaquent en priorité à leur électorat : les entreprises et les libéraux en général. Jamais on n’aura vu un pareil suicide politique. Ils n’ont pas l’air de s’en rendre compte du tout. Encore la droite des républicains dont l’Électorat est plutôt âgé je peux comprendre leur position mais pour LREM c’est du masochisme. Surtout 1 an avant les élections présidentielles

    • Bof, les entreprises ne votent pas, elles diririgent, les grosses, quant à lrem elle ne s’intéresse qu’aux jeux video et au sexe pour les hommes et pour les femmes, ça toujours été un grand mystère…. .Un an des élections, vous rigolez, heureux si nous votons pour les régionales avec une urne et pas un papelard postal.. Dans le meilleur des cas…. Le vaccin n’arrêtera pas l’épidémie ni les complotistes tant qu’un euro ne vaudra pas un rouble et est remplacé par des bons alimentaires.

    • @SebastienC

      « ils s’attaquent en priorité à leur électorat : les entreprises et les libéraux en général »

      Je ne crois pas que les libéraux aient votés pour ce gouvernement. Je ne crois pas non plus qu’ils en constituent l’électorat.

      L’électorat de ce gouvernement est constitué de ceux qui apprécient l’argent gratuit des autres.

      • Le gouvernement discutent avec les grandes entreprises, avec les syndicats et les médias. Il n’attend rien des professions libérales, des PME et des commerçants. Pire, ces derniers n’attendent rien du gouvernement, ils se débrouillent seuls malgré les batons dans les roues. La Covid est un excellent prétexte pour réduire ce bastion libéral.
        Il n’y aura bientôt plus que des alliés et des prisonniers de l’Etat dans ce pays.

      • L’électorat de ce gouvernement est constitué de ceux qui apprécient l’argent gratuit des autres. Et avec le pognon de dingue qu on arrose + les promesses faites avec l argent des autres: élection triomphale en 22. Sinon on les décalera en 23 pour arroser un peu plus. Plus il ya des assités – et cela ne va pas manquer – plus il y a de votes favorables en puissance.

    • @sebastien « s’attaquent en priorité à leur électorat » euh où avez vous vu que cette fine équipe a été portée là par les chefs d’entreprises et les libéraux ? Perso je suis restée chez moi car je n’aime pas les non choix. ipsos.com/fr-fr/2nd-tour-presidentielle-2017-comprendre-le-vote-des-francais

  • Selon le même principe, on regrette que ces fiers Teutons de la Taxe ne proposent pas de taxer chaque gain de productivité obtenu ces 30 ou 50 dernières années par l’utilisation des nouvelles technologies : il est certain qu’il y aurait moult milliards d’euros à gagner ici et là.

    Ah malheureux, ne leurs donnez pas de mauvaises idées. Ils y viendront déjà assez tôt.

    CPEF-TVP 🙁

  • Et bien en limousin et contrairement à ce qu’avance H16 , les hôpitaux psychiatriques ont de nombreux lits de libres…Et pourtant les lits , il n’y en a plus beaucoup avec les restrictions budgétaires….d’où d’ailleurs probablement les difficultés rencontrées par certains confrères…

    • Si les malades mentaux ne sont pas à l’hôpital, sans doute sont ils ailleurs, dans la rue par exemple.

      • Ils sont à la tête de l’Etat, les lits de libres leurs sont réservés. Je leur laisse la place, pas fou le mec !

      • Si, si, ils sont toujours à l’hôpital, mais ce sont des « soignants »… C’est le souci en psychiatrie, on a du mal a différencier « les deux camps » 😉

    • @sigmund
      Bonsoir,
      « Et pourtant les lits , il n’y en a plus beaucoup avec les restrictions budgétaires… »
      Vos pointillés ne servent à rien.
      Les restrictions budgétaires sont le seul fait des gouvernements successifs dont les effets ont été pointés du doigt par le personnel hospitalier que les gouvernements ont successivement ignorés.
      Ce même personnel hospitalier derrière lequel le ministre Véran s’est caché en s’énervant quelque peu à l’A.N en jouant du violon sur les soignants qu’il était allé voir lui-même en chair et en os (tout en ayant besoin des fiches pour s’en souvenir). Il avait aussi évoqué leur sacrifice ainsi qu’une forme de respect dû, voire de la reconnaissance… tout en ne mentionnant pas qu’après la première vague, les soignants ont manifesté et ont eu pour reconnaissance des coups de matraques, des P.V, et une bonne grosse intimidation policière. Il a aussi omis de mentionner que les soignants étaient en première ligne – à se sacrifier donc – parce que sa prédécesseur, lui-même, et leurs fines équipes avaient laissé les soignants à poil et dans la merde.

  • parce que vous pensez que si un jour le parc de bagnole passe à l’électrique l ne faudra pas compenser la tipp?

    ne faudrait il pas taxer les gens qui vont au boulot en vélo ou pire à pied..

  • « taxer spécifiquement le télétravail »

    Idée venant de la Deutsche Bank. Gros, très gros, énorme besoin de subventions publiques pour cette baleine (banque) en faillite. Alors, ils se donnent les moyens de les obtenir, histoire que le zombie déambule encore un peu.

    Edifiante « recherche » pour ceux qui n’auraient pas encore compris les circuits de la spoliation des peuples à l’œuvre dans les divers Etats obèses profonds, plus ou moins obèses, plus ou moins profonds.

    Après, les politiques camouflent le tout, histoire de faire passer la pilule, sous des prétextes variés, solidarité, climat, covid, etc., complaisamment relayés par des médias éhontés et complices comme le Figaro qui activent sans vergogne les pires leviers démagogiques, culpabilisations, peurs, divisions, désignations de boucs émissaires.

  • « trouble musculo squelettiques » expliquez-moi svp et expliquez moi aussi comment on sait qu’un employé lambda fait bien du télétravail et est pas simplement à glander à la maison, ça m’intéresse..(juste pour savoir n’y voyez aucune visée personnelle)

    • @dekkard le commun des mortels n’a pas de bureau adapté pour bosser 7/7 sur ordinateur à la maison, par ailleurs au boulot on se déplace bcp plus et l’humain est bâti pour faire 20km /jour.Et le fait qu’il glande ou non n’est ni votre pb (sauf si vous êtes le patron) et ni le pb de l’état.

  • Evidemment, la pauvreté et la misère qui se pointent auront pour cause le seul turbo-méga-ultra-capitalisme libéral de surcroît.

  • Pas besoin de faire la grève des impôts le covid s’en charge !

  • « tout pouvoir sourd, aveugle et malheureusement atteint de logorrhée » Merci H16 🙂

  • je confirme l’effondrement de l’activité, qui avait d’ailleurs commencé avant le confinement…

  • Tâche à l’image de ses vingt millions d’electeurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alain Goetzmann.

Décidément, nos gouvernants n’arrêtent pas de se prendre les pieds dans le tapis à chacune des décisions qu’ils nous imposent dans la mise en œuvre des mesures contre la pandémie.

L'exemple ne vient pas d'en haut

D’abord, étonnons-nous de leur méconnaissance d’une des règles de base de tout bon management : l’exemple. Il ne leur est pas interdit de se souvenir de cet aphorisme du docteur Schweitzer : « L’exemple n’est pas la meilleure façon d’influencer les autres, c’est la seule ».

Or, si nous sommes... Poursuivre la lecture

Par John Nagle. Un article de The Conversation

Douze mois après la terrible explosion du port de Beyrouth qui a tué plus de 200 personnes, en a blessé des milliers et a laissé environ 300 000 habitants sans abri, la descente dramatique du Liban dans la crise économique et politique s’aggrave. L’effondrement économique du pays est si grave que la Banque mondiale le classe parmi les trois plus graves jamais observés depuis le milieu du XIX esiècle.

Les chiffres reflètent l’ampleur de la catastrophe humanitaire. Plus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles