Élections en Géorgie : un exemple de résilience démocratique en période de pandémie

Pays le plus libre de sa région, la Géorgie se trouve à un moment critique de son développement démocratique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jaanus Jagomägi on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections en Géorgie : un exemple de résilience démocratique en période de pandémie

Publié le 31 octobre 2020
- A +

Par Guillaume Périgois.

Lorsque les électeurs de cette fière nation se rendront aux urnes ce samedi 31 octobre, en pleine pandémie et dans un Caucase en guerre, le résultat qui scellera l’avenir occidental du pays sera le fruit de nouvelles règles électorales plus représentatives.

Une victoire annoncée du parti au pouvoir en Géorgie

Rêve Géorgien, le parti de centre-gauche actuellement aux affaires, conserve une nette avance, entre 40 % à 52 % dans les sondages. Ce parti est dirigé par le milliardaire, philanthrope et ancien Premier ministre Bidzina Ivanichvili.

Face à lui, l’ancien président Mikheil Saakachvili, fort de son contrôle d’une chaîne de télévision, fait actuellement campagne à la tête du Mouvement National Uni de centre-droit qui occupe la deuxième place dans les sondages avec de 19% à 31 % des intentions de vote.

 

M. Saakachvili a mené la Révolution des Roses en 2003 qui a propulsé les Géorgiens du marasme post-soviétique à une gouvernance pro-européenne, en faisant un sort à la corruption et en mettant en place des institutions solides. Mais sa réputation s’est ensuite effondrée en raison de la façon dont il a traité ses opposants politiques et pour avoir entraîné la Géorgie dans une guerre avec la Russie en 2008.

Vers un Parlement plus représentatif

Mais ce que les sondages d’octobre révèlent surtout, c’est que la jeune et dynamique démocratie géorgienne est prête à élire un Parlement beaucoup plus diversifié.

Le gouvernement dirigé par Rêve Géorgien a adopté en début d’année une réforme électorale faisant passer le scrutin à un système partiellement proportionnel.

Cette réforme a reçu le soutien sans équivoque de l’Union européenne et des États-Unis, ainsi que celui du gouvernement français.

Le fait que le nouveau système proportionnel soit semblable à celui utilisé par le Parlement européen n’est pas un hasard.

Cette réforme, qui reçut un soutien massif de la part du public géorgien, est passée malgré le rejet des partis d’opposition menés par M. Saakachvili.

Une pandémie sous contrôle en Géorgie

La victoire de Rêve Géorgien s’explique par l’approbation du public quant à la manière dont le gouvernement a géré la pandémie.

Le pays a en effet l’un des taux de mortalité les plus bas d’Europe, et se situe dans le peloton de tête mondial en termes de maîtrise du virus.

Il semble qu’une gestion de crise réussie soit récompensée dans les urnes. Lors des récentes élections législatives en Corée du Sud, le Parti Démocratique au pouvoir et ses alliés ont renforcé leur position en remportant 57 sièges supplémentaires. L’exemple géorgien pourrait faire une règle de ce précédent.

Le nuage russe, le soleil européen

La principale tension sous-jacente à la politique géorgienne est issue des efforts incessants de la Russie, l’ancien occupant du pays, à faire pression sur son voisin méridional afin qu’il reste dans son orbite, sans tenir compte des souhaits du peuple géorgien.

Douze ans après la guerre, la Russie occupe en effet toujours un cinquième du territoire géorgien. Rêve Géorgien a tenté de réduire les tensions depuis son arrivée au pouvoir mais Moscou a continué à s’emparer de petites portions du territoire. L’influence indirecte de la Russie se fait également sentir par son soutien à certains petits partis et par diverses campagnes de désinformation.

M. Saakashvili a irrité nombre de Géorgiens en exprimant son soutien à l’Azerbaïdjan dans sa récente quête pour reprendre le Haut-Karabakh, une enclave contrôlée par l’Arménie. L’actuel gouvernement tente au contraire de jouer un rôle de médiateur, la Géorgie étant limitrophe des deux pays et comptant d’importantes minorités arméniennes et azéries.

Le gouvernement mené par Rêve géorgien n’a pas hésité à annoncer son désir de poser la candidature du pays à l’adhésion à l’UE et à l’OTAN, un projet plébiscité à 80 % par la population.

Au cours de la dernière décennie, les dirigeants politiques géorgiens ont pris des mesures importantes en vue de leur adhésion à ces deux entités, de la mise en œuvre d’un accord d’association avec l’UE à l’accueil d’exercices multinationaux de l’OTAN en 2019 et 2020.

Pays le plus libre de sa région, la Géorgie se trouve à un moment critique de son développement démocratique et, une nouvelle fois, son sort semble lié à la question plus large de savoir si l’Occident peut réussir à limiter l’influence régionale de la Russie.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • La Géorgie est un très beau pays et ses habitants sont formidables.

    Ils méritent mieux qu’un tel article, qui est manifestement un article de propagande de l’EU et de la Nato.

    « L’ancien occupant russe » a libéré cette province du joug turc et lui a probablement éviter de connaître un destin aussi tragique que celui de l’Arménie voisine.

    Ceux qui ne proposent comme avenir aux Géorgiens que de rejoindre ces deux bureaucraties internationales devraient d’abord déclarer publiquement les montants qu’ils en recoivent -ou qu’ils espèrent en recevoir- pour avancer des agenda de politiques internationales douteuses -c’est un euphémisme- et pour conforter leur carrière politique personnelle.

    L’avenir de ce pays sera démocratique, s’il reste et parcequ’il reste indépendant.
    Il doit servir de pont entre l’est et l’ouest de l’Europe et refuser d’entrer dans la « Kriegstreiberei » menée actuellement.

    Son histoire, quand on la connaît le lui commande.

    • Vous allez cesser de faire de la propagande pour ces assassins de Russes qui oppriment et massacrent les peuples voisins depuis des siècles! C’est au peuple géorgien de décider de son destin, pas au colonel du KGB à Moscou qui rêve, comme Erdogan, de rétablir l’Empire! Contrepoint est libéral, donc non complice avec les oppresseurs.

      • @Virgile : Mais, où donc est passé votre âme ?

        Les Géorgiques : « [Dans ce poème] Virgile trace son chemin propre en infusant à l’intérieur de la matière didactique, ce que l’on pourrait appeler « l’âme virgilienne », faite d’une extraordinaire empathie à l’égard de tous les êtres, qui anime l’inanimé, comprend de l’intérieur végétaux et animaux, participe activement au travail à la fois pénible et exaltant du paysan »

        L’âme russe : « L’âme russe était fondamentalement non européenne, et généralement décrite comme non rationnelle ou irrationnelle, inextricablement liée au paysan russe. (…) Williams souligne que même avant Dostoïevski, la figure de Rousseau du «noble sauvage» influence les écrits des intellectuels russes sur leur propre peuple, et un autre historien de l’âme russe décrit le caractère national russe par opposition à l’Occident dans son accent de «fort sentiments, l’inexprimable, l’illimité, l’hyperbolique, le spontané, l’imprévisible, l’incommensurable et l’immanquable.  »

        Amha, Opposition ne signifie Ennemie que pour les gens sans âme.

        • Je pense au contraire que ce que vous appelez l’ame russe est fondamentalement européenne, ne fût-ce qu’en raison de son héritage chrétien.
          Mais c’est de toute façon très et -fantasitiquement- compliqué:
          au XVIIeme siècle, un tiers des habitants de Moscou parlait l’allemand. Il y a le côté suédois et balte/finlandais, et puis les blancs ruthènes, les ukrainiens, les polonais, et les juifs, auxquels sont venus s’ajouter, eh! oui les lointains géorgiens et d’autres.
          Même Josef Wisarionowitch…
          Si elle nous paraît lointaine, c’est qu’elle est comme le reflet d’une étoile éteinte, de notre propre âme perdue depuis si longtemps que nous avons oublié que c’était la nôtre aussi…

  • La Géorgie est en Europe?
    Alors l’Arménie aussi et mérite notre soutient.

    • Tout à fait, car c’est Erdogan l’islamiste qui a fomenté et soutient cette guerre ouverte de l’Islam contre l’Occident chrétien. On est passé des attentats à la guerre ouverte!

      • Et c’est notre chance…
        L’islam génère des systèmes socio-économiques faibles, il ne peuvent manger que des proies affaiblies et ce sont les collabos de gauche qui ont affaiblis le pays et empêché tous les anti-corps de fonctionner.
        .
        Un conflit ouvert ne permet plus cette compromission.

  • Si la liberté se trouve au sein de l’ue et de l’otan… Je n’aimerai pas être géorgien, ils n’ont pas fini d’en baver

  • bonne chance aux Géorgiens. Je pense qu’il vaut mieux être en bonne intelligence avec la Russie, plutôt que de chercher à rejoindre à tout prix l’OTAN et l’UE, devenus effectivement des bureaucraties…

    • Du point de vue de la bureaucratie ça se discute comme le montre cette blague de Poutine :

      « Un Américain arrive à la Loubianka », le siège du Service Fédéral de Sécurité (FSB, ex-KGB) à Moscou,
      « – Je suis un espion et je veux me rendre
      – De quel pays, espion ?
      – Américain
      – Allez au bureau n°5
      L’homme se rend au bureau n°5.
      – Etes-vous armé?, lui demande-t-on.
      – Oui.
      – Alors bureau n°7
      – Et vous avez des moyens de transmission ?
      – Oui.
      – Alors n°20.
      – Et vous avez une mission?
      – Oui
      – Bon, alors sortez et occupez-vous en, n’empêchez pas les gens de travailler!, finit-on par lui dire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

eurobonds anti-russe Union européenne nucléaire La politique énergétique européenne Vaccination obligatoire
4
Sauvegarder cet article

Prétendre fonder des alliances politiques entre États uniquement sur des ressorts moraux n’est ni très honnête, ni très réaliste, ni très intelligent. Nier que derrière les discours émouvants et la propagande se jouent des rapports de force et des tensions entre puissances relève de la naïveté la plus éthérée.

À écouter le discours sur l’état de l’Union d’Ursula Van Der Leyen, c’est essentiellement sur un fondement moral que toute l’Union s’engage aux côtés de l’Ukraine pour contrer l’invasion russe. Il est moralement impossible de voi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles