Donald Trump : une incertaine réélection

Ces élections ne ressembleront à aucune autre et si Donald Trump n'est pas élu avec une victoire écrasante, un chaos américain est possible.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump : une incertaine réélection

Publié le 26 octobre 2020
- A +

Par h16.

Tandis que la presse française, coincée entre des affaires louches pas trop favorables à Biden et les récents succès de Trump sur la scène internationale, commence à montrer quelques signes de fébrilité alors que les élections américaines approchent, il semble nécessaire d’analyser la situation électorale américaine tant son résultat aura d’impact sur les prochaines années dans le monde, France comprise.

En préambule et comme je le faisais remarquer dans un précédent billet, il est important de noter le décalage entre ce que la presse rapporte de l’actuelle campagne électorale et la réalité de terrain : cette presse, largement acquise à la cause démocrate, a largement perdu sa crédibilité et a même démontré, ces dernières semaines, une volonté farouche de grandement favoriser son candidat de choix comme en témoigne le silence assourdissant qui accompagne les révélations pourtant fracassantes entourant la famille de l’ancien vice-président.

trump

Dès lors, les informations en provenance de cette presse, qui présentent systématiquement Biden comme grand gagnant de l’actuelle course à la Maison-Blanche, doivent absolument être prises avec le recul nécessaire et tenir compte du biais énorme de confirmation que les médias développent sans la moindre vergogne. Partant de là, on se rend compte en collectant différents éléments que l’actuel président américain est bien mieux placé dans la course que ce que laissent croire les journaux des deux côtés de l’Atlantique.

Parmi ces éléments, on pourra par exemple noter qu’au contraire d’autres élections et pour d’autres présidents, plusieurs États enregistrent actuellement un regain d’intérêt des citoyens pour s’inscrire sur les listes électorales et dans les partis (démocrates ou républicains). C’est notamment le cas en Floride et en Pennsylvanie, deux États clés pour obtenir une majorité de Grands électeurs, où le nombre d’électeurs officiellement enregistrés chez les Républicains a bondi, alors qu’il s’est effondré chez les Démocrates.

De la même façon, les sondages portant sur les groupes d’électeurs Latinos montrent une augmentation du soutien à Donald Trump de façon persistante, à tel point que ce groupe lui donne une majorité (50 %) contre Biden (46 %). Chez les Afro-américains, on note là encore une augmentation notable des soutiens à Trump (45 %), alors qu’il n’avait que 8 % des votes de cette communauté en 2016. Rien que cette différence laisse songeur.

En outre, Trump apparaît clairement, et notamment après le dernier débat qu’il a tenu avec Biden il y a quelques jours, comme un président voulant diminuer les impôts, là où Biden ne cache pas vouloir les augmenter (à tel point que le rappeur 50 Cent a officiellement apporté son soutien à l’actuel président). Or, de façon historique, le président qui promet des augmentations d’impôts (mêmes ciblées, mêmes partielles) tend à perdre : ce fut le cas pour Carter ou Mondale contre Reagan, pour Dukakis contre Bush père (qui perdit lui-même après avoir augmenté les impôts), Bush fils contre Gore et John Kerry, Obama contre McCain, et enfin Trump contre Clinton…

Enfin, signalons trois éléments, plus subjectifs mais qui confirment la tendance :

1/ Gallup a récemment établi le niveau de satisfaction des Américains après les quatre années de présidence Trump pour aboutir au résultat qu’une franche majorité d’entre eux s’estimaient mieux lotis à présent qu’avant l’arrivée de l’actuel président.

2/ À ceci s’ajoute l’enquête de satisfaction de Rasmussen qui montre un taux d’approbation de 52 % en faveur de Donald Trump ; il est généralement admis qu’un président se doit d’obtenir une telle majorité pour espérer l’emporter.

3/ À la différence de 2016 où Trump, véritable OVNI politique, devait convaincre que voter pour lui n’était pas un gaspillage d’énergie et qu’il avait bel et bien une chance réelle d’accéder à la présidence, l’actuel président a montré qu’il pouvait parvenir à ce poste ; psychologiquement, la barrière qu’un électeur indécis pourrait avoir est maintenant passée.

À ces différents éléments et au contraire de 2016, on doit maintenant aussi tenir compte de son bilan contrasté : s’il a créé de l’emploi, c’est au prix d’un endettement record du pays et de facilités monétaires qu’il faudra bien payer un jour, douloureusement. Il a plutôt fait œuvre de protectionnisme tout au long de son mandat, tout en parvenant à conserver une certaine indépendance énergétique américaine.

trump

Enfin, signalons que c’est au plan international, où il était le moins attendu, que son bilan est largement le plus flatteur : n’ayant déployé de troupes sur aucun nouveau terrain, au contraire de ses nombreux prédécesseurs, il est même parvenu à certaines victoires diplomatiques avec la normalisation des relations diplomatiques de plusieurs pays avec Israël (dont, très récemment, le Soudan), il a calmé la Corée du Nord, a tenu tête aux Chinois et a fait en sorte que les industries américaines relocalisent ailleurs qu’en Chine et préférablement aux État-Unis.

Ce bilan et l’atmosphère américaine générale, volatile, rendent bien évidemment les pronostics difficiles mais, comme il y a quatre ans, je pense qu’il sera réélu.

Ceci posé, cette élection ne ressemblera probablement pas aux précédentes : pour qu’elle se passe dans un calme relatif, il faudra rien de moins qu’une victoire écrasante et sans le moindre doute. Toute autre configuration dans laquelle Joe Biden et Donald Trump se retrouvent au coude-à-coude pourrait bien transformer la nation américaine en véritable poudrière, prête à exploser à la moindre étincelle : entre les dépouillements tardifs des votes par correspondance, les possibilités très réelles de fraudes, les médias partisans et la volonté farouche de certains de ne surtout pas admettre la victoire de l’autre camp, tous les ingrédients sont réunis pour que la soirée électorale se transforme en semaine de rebondissements douloureux voire pire si la situation s’envenime vraiment.

Parallèlement, les marchés qui abhorrent de telles incertitudes pourraient bien dévisser, rendant la présidence suivante (qu’elle soit pour Joe Biden ou pour Donald Trump) particulièrement épineuse.

Indépendamment, si Trump gagne (comme je le pense), on peut s’attendre à plusieurs choses, à commencer par beaucoup d’atermoiements et de larmes des bien-pensants qui rempliront plusieurs piscines olympiques à n’en pas douter, avec la promesse de quatre nouvelles années d’une mémétique aussi hilarante qu’humide.

Pour le reste, on sait de quel bois l’homme est fait et on ne peut donc pas s’attendre à une politique économique qui redresse les comptes catastrophiques de l’Amérique. Le risque est même grand de voir le dollar partir en sucette comme jamais. Donald Trump s’ingéniera donc peut-être à continuer de faire une grande Amérique (Keep America Great) mais à quel coût ? La facture finale promet d’être très salée et probablement pas circonscrite aux seuls États-Unis.

Mais enfin, cela veut aussi dire que le gouvernement chinois se trouvera en face d’un dirigeant américain qui, au contraire d’un Biden totalement vendu aux intérêts de Pékin (au sens littéral), n’entend pas se laisser faire.

Ce n’est peut-être pas une mauvaise chose : l’absence de fermeté finit par coûter bien plus cher que ce que peut entraîner une position claire et ferme, comme l’a amplement démontré la République française vis-à-vis des islamistes…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (76)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (76)
  • il a crée de l’emploi au prix d’un endettement record…..en France aussi nous avons un endettement record….sans création d’emploi….au contraire , on les détruit….

    • En effet, et c’est pourquoi l’argument subjective de dire qu’il a dépensé sans compter montre justement que pour relancer la machine, il faut dépenser énormément…

      • Non, Trump n’a pas dépensé pour faire de la relance. Il a dépensé pour ne pas taxer. En gros il a baissé les impôts au prix du deficit, et il a fait ça parce qu’il le peut parce que le dollar est la monnaie mondiale. C’est tout.

    • Certes le déficit sous Trump a été important, mais deux bémols doivent être apportés :
      1- Obama avait lui aussi endetté considérablement l’État fédéral,
      2- le Congrès est à majorité Démocrate depuis 2 ans, ce qui freine voire rend impossible toute réduction des dépenses. Si Trump est réélu et qu’il ait à nouveau la majorité au Congrès, il lui faudra tailler dans les dépenses.

    • et ça fait de lui un bon président alors? donc en France on devrait continuer à payer beaucoup d’impôts pour avoir plus d' »emplois …pas sûr que ce soit la solution dans l’absolu.

      • Bah à priori chez nous ça ne fonctionne pas… Est-ce que ça aurait un rapport avec la lourdeur de notre administration et de notre système fiscal ? Non… Pas possible… ça doit être la faute des suprémacistes blancs… 😉

  • Trump perdra et finira ses vieux jours en prison rattrapé par une multitude d’affaires personnelles ….Biden ne fait pas rêver loin de là ….Tout autre républicain un poil consensuel aurait raflé la mise…Dommage

    • Ben voyons s’il y en a un qui doit finir en prison c’est sleepy joe avec ses magouilles avec la Chine et l’Ukraine ,les passes droits en millions de dollars accordé à son fiston.

    • Vous voulez dire comme cette sombre buse de Romney qui s’est empressé de soutenir les émeutes de BLM?

    • Le procureur spécial a enquêté pendant 2 ans sur Trump avec objectif personnel et très fortes pressions de ses amis démocrates de trouver quelque chose pour le destituer. S’il y avait eu la moindre affaire pour faire tomber Trump, il l’aurait trouvée et Trump aurait été destitué. Il ne s’est d’ailleurs pas privé de faire tomber plusieurs proches de Trump.

      Son enquête est la preuve que Trump est complètement clean au niveau des finances, au contraire des Biden, Clinton et Obama qui sont tous devenus multi-millionnaires grâce à leur job de fonctionnaire, mais qui bénéficient encore de nombreux appuis dans la justice, faisant d’eux des intouchables.

    • Cessez donc de dire des sottises directement inspirées par les media. Il n’y a AUCUNE affaire qui peut le conduire à une inculpation, et donc encore moins en prison. Vous prenez vos désirs hystériques pour la réalité. Ni Hillary Clinton, pourtant mouillée dans des affaires de corruption avec les Russes, tout comme Biden avec les Ukrainiens, n’ont été inquiétés.

      • Le seul problème de Trump c’est qu’il n’est pas corruptible…que lui apporteraient quelques centaines de millions de dollars ? De nouvelles toilettes en or massif ? Il en a déjà…

  • Excellent résumé de la situation.

    Il existe un site qui permet de faire ses propres prévisions, très simplement, en modifiant les données de la carte :
    https://www.realclearpolitics.com/epolls/2020/president/2020_elections_electoral_college_map.html
    Il suffit de cliquer sur le bouton « create your own map » puis de changer la couleur de chaque Etat.

  • Vu l’ambiance mondiale actuelle, Trump ne pourra pas être élu sauf avec une majorité écrasante, impossible à obtenir avec la fraude titanesque en cours…. Mais, mon petit doigt me dit que même les démocrate veulent sa victoire… Sleepy Joe allant direct à l’hôpital après l’election, ils ne veulent sans doute pas sa vice présidente a la tête du pays.

    • « la fraude titanesque en cours »

      La cour suprême de Pennsylvanie a récemment interdit le contrôle de la validité des signatures des votes par correspondance. La Pennsylvanie est un des Etats dont le résultat peut décider de l’élection.

      C’est par la corruption des juges que la fraude prospère. D’où l’importance d’avoir une SCOTUS au complet et avec une majorité claire, pour trancher les litiges en dernière intention.

    • En fait, Biden a indiqué ce weekend qu’il était avec Obama en charge de la plus grande fraude électorale jamais enregistrée dans l’histoire de la politique aux USA…

      Ce clip est extrait de la campagne de Trump, les sources originelles faisant l’objet d’une certaine censure par un certain moteur de recherche:

    • C’est un peu la même chose dans les deux camps, l’Amérique ne c’est pas construite avec des bisounours.

      • Il n’y a pas de comparaison possible, un Républicain aurait fait le centième de ce les clinton ou biden ont fait qu’ils auraient été cloués au piloris,les démocrates qui sont loin d’en être tiennent la presse comme la gauche en France le résultat est le même la justice est également borgne comme chez nous.

        • Et qu’est-ce qui empêche les républicains d’en faire autant ? Rien, que le plus rusé gagne.. Trump en tant que bâtisseur à dû lui aussi faire quelques compromis avec les règles de droits, c’est la vie, mais certains sont meilleurs que d’autres.. Il n’est pas mauvais d’ailleurs, il a même tâté avec succès du showbiz.

          • Vous appelez ça de la ruse ?Utiliser son mandat de vice president pour faire nommer son fils dans une compagnie Ukrainine d’energie dont il ne connait rien avec un salaire de 80 000$ par mois, recevoir de son fiston de l’argent venant d’entreprises chinoises en échange de son carnet d’adresse et d’infos stratégiques ? reconnaitre ouvertement dans une interview télévisé d’avoir avec Obama monté la plus grosse machine de fraude electorale ?vous n’avez aucune morale de justifier cela au non de « les autres n’ont qu’ à faire pareil »

            • He, un démocrate est aussi pourri qu’un socialiste français, je n’ai aucun doute sur le sujet mais, c’est vie, il y a des pourris qui réussissent et d’autre pas , les démocrates, comme chez nous, s’occupent des gens qui comptent, les artistes, les journalistes étant uniquement une question de pirx et évidement gagnent le plus souvent dans des sociétés où l’argent est plus important que l’intelligence.

      • Pas du tout ! Même si cela vous déplaît, il n’y a qu’un seul camp totalement pourri actuellement : celui des (prétendus) Démocrates, le groupe d’Obama, Clinton, Biden, Ilhan Omar, Rachida Tlaib, etc .

        Les affaires concernant tous ces gens sont avérées et énormes. Elles pourraient être sanctionnées par de la prison à vie … s’il n’y avait l’appui inconditionnel des médias et des hauts fonctionnaires du « deep state » pour les enterrer ou au moins ralentir les enquêtes en cours.

        En France, on a les mêmes pourritures : tous ces gauchos bobos ecololos, tendance homard, qui méthodiquement ne cherchent qu’à détruire la culture, l’histoire et les valeurs du pays !

  • Trump n’a pas pu s’attaquer à la problématique de la dette, car il a dû composer avec un congrès démocrate qui n’avait aucunement l’intention de réduire les dépenses.

    Tout comme avec l’Obamacare, où Trump n’a pas pu y mettre fin officiellement, mais laisse le truc mourir de lui-même, Trump a dit qu’il comptait sur ses talents de négociateurs pour renégocier avantageusement la dette, le jour où elle exploserait…

  • La seule prédiction quasi certaine est que le résultat sera lamentable.

  • Vos propos à tous ou à peu près tiennent d’un délire de type interprétatif..paranoiaque donc…!! Ce pays est vraiment foutu..

  • la seule chose importante, à mon avis
    ce matin le baril était à42 $
    même avec la montagne de taxes citoyennes ce prix me permet d’encore me chauffer et me déplacer, et je remercie Trump, et le dynamisme du secteur des shale pour ce bienfait
    Si Biden, et sa clique passe, comme il veut se conformer aux délires de Ursula, je vois bien le baril dans les prochains mois à 150 $
    en dehors de mon petit confort, je vois mal comment notre économie en pleine déconfiture pourrait survivre à un tel choc?

    • Même avec un pétrole gratuit l’économie mondiale est morte comme sans doute une bonne partie de ses habitants dans un futur proche. Vous ne croyez quand même pas qu’on va un jour sortir du cov virus, il en sort tous les jours une version améliorée.

      • la léthalité du virus est de 0.8% comme une grippe saisonnière

        • Pas. Vraiment et pour cause la grippe même sans vaccin il suffit d’une fois pour en être immunisé à vie.. Chaque année elle est la à l’affût de sa victime… Ce virus est nouveau il lui faut du temps pour avoir la letalite grippale.nouveau et étrange, pas vraiment naturel ni dans sa propagation ni dans notre lutte contre lui…. Bizarre puisque ce qui marche est interdit ce qui tue autorisé.

          • Vous avez du bien vous laver les mains ces dernières années.
            Continuez 🙂

            • Non, il suffit d’une grippe, une vrai pour être immunisé à vie. Le corona virus…. Vu ma localisation, j’ai dû en rencontrer plusieurs versions sans effets majeurs… Faut pas croire un instant qu’un vaccin est utile pour ce genre de virus commun si vous avez une vie au grand air, en ville c’est différent,.. Et je ne me lave jamais les mains, se laver, mais croyez vous qu’un chat se lave ou une autre bestiole du bon dieu, c’est du pipeau.

              • Les virus mutent chaque année et les vaccins sont donc créés en fonction des souches qui circulent dans l’autre hémisphère ou c’est l’hiver.
                Le vaccin est assemblé à partir de plusieurs souches pour « ratisser large » mais c’est en partie prédictif, c’est pour cela qu’il est plus ou moins efficace suivant les années.
                Pour le pékin moyen en bonne forme, il n’a quasiment aucun intérêt sauf métier spécifique, par contre il peut sauver la vie de vieillards

                • Non, car c’est chez les vieillards qu’il est le moins efficace (<50%). Certains décèdent même des suites de la vaccination. Mais il ne faut pas le dire…

  • J’ai regardé le face à face Trump Biden. Les journaux disent match nul, or les journaux sont contre Trump et donc la vérité est que Trump a gagné.
    Biden a accusé Trump de racisme parce qu’il ne voulait pas laisser entrer les musulmans sur le sol américain, ou encore que Trump voulait que les demandeurs d’asile demandent l’asile depuis leur pays d’origine et non depuis les USA où ils seraient entrés illégalement!!!
    Trump a gagné ce face à face car il s’est montré indestructible, lui qui a eu le Covid il y a seulement 15 jours, quand Biden s’est montré sénile.
    Ce débat montre que les mêmes questions agitent les pays occidentaux que les progressistes, Macron, Biden, etc. ont les mêmes solutions et poursuivent les mêmes buts.

    • Qui vous dit qu’il a eu le COVID..???? Lui ….???? Il ment comme il respire…!!! ( oui je sais je suis un complotiste…MDR)

      • Quel était son intérêt de mentir sur le sujet ?

      • Il ne l’a pas eu mais il s’est mis big pharma dans la poche, il faut des alliés pour vaincre.

        • Avez vous le moindre début de preuve des accusations que vous avancez ? A son age la plupart des gens atteints du covid survivent…et il est probable qu’il ait été soigné avec les meilleurs traitements disponibles comme cela est de coutume avec le président.

          • Ah c’est sûr qu’il a tout eu ….!!! Corticoides ( ça c’est certain avec sa rafale de tweets), remdesivir ( celui que Raoult n’aime pas), anticorps monoclonaux..(ça marche pas ou peu ) et antibio ( je ne peux vous dire lequel) il ne manque plus que l’HCQ…Pour une forme très légère car en cinq jours il pétait le feu…Tout cela n’était guère utile…Nous dit-on simplement le quart de la vérité..??? parce que sinon c’est abracadabrantesque ce traitement..Même chez les militaires..MDR

            • On ne meurt pas du virus mais de ses complications type surinfections bacteriennes.si au début de l’infection vous faites baisser la charge virale et que vous prescrivez un antibiotique bien dosé et si d’autre part vous n’avez pas de pathologies délétéres sous jascente type obésité diabet insuffiance cardiaque vous n’avez quasiment aucune chance d’en mourir même sans être un surhomme. la léthalité du virus est de 0.8% comme la grippe saisonnnière
              Je pense que les médecins du président des USA ont traité leur président non pas en fonction d’une étude randomisé en double aveugle mais avec bon sens et efficacité en regardant ce qui à tendance à marcher à travers le monde.

            • @sigmund
              Bonjour,
              Ce n’est pas que Raoult n’aime pas le remdésivir, l’émotion, le ressenti, la sensation, l’impression, n’ont pas de sens pour lui. Il lui faut des résultats. Il a eu les meilleurs avec HCQ+Azythromicine. 30 patients sont morts dans son service. Il a un taux de létalité de 0,5% avec son traitement. Vous avez trouvé mieux ?
              Si le remdésivir était efficace, il s’en serait servi.
              A ce que je sache, Trump était favorable à l’HCQ et au protocole de Raoult.

              « Pour une forme très légère car en cinq jours il pétait le feu…Tout cela n’était guère utile »
              C’est ce qui arrive quand on est pris en charge correctement et à temps, qu’on est diagnostiqué correctement et qu’on est soigné avec le traitement adéquat. Pour que vous preniez son infection au sérieux, il aurait fallu qu’il eût été admis en réanimation sous respirateur ? Vous en êtes à lui souhaiter du mal ?
              La gravité du virus, sa virulence, dépend de l’état physique et des défense immunitaire. C’est pourquoi des personnes âgées, avec d’autres pathologies (comorbidité) sont les plus durement touchées et celles qui en meurent le plus.

              • Bonjour STF….Pas de problème avec votre énoncé mais vous savez aussi que sur les formes dites légères il n’y a pas besoin d’un quelconque traitement juste d’une surveillance..Les corticoides sont prescrits lors de la phase immunitaire…à ce moment là vous n’avez pas besoin d’antibiotique ou d’anticorps cela ne sert à rien..le remdesivir à la phase auto immun pourrait être efficace….Trump à en croire le médecin militaire, qui s’est pris deux ou trois fois le tapis rouge en changeant son récit, a eu ces traitements lors de son séjour hospitalier ce qui est très très étonnant…

                • Les formes les plus légères sur les sujets les plus jeunes, il est impératif de les hospitaliser, ça fait baisser garanti le taux de létalité.

                • @sigmund
                  Bonjour,
                  « sur les formes dites légères il n’y a pas besoin d’un quelconque traitement juste d’une surveillance »
                  Le protocole du Pr. Raoult se met en place dès le début du diagnostic. Comme il l’a expliqué aux parlementaires, son protocole ne sert à rien en réanimation où il est plus question de maintenir en vie le patient en détresse pulmonaire que de lui retirer le virus du corps. D’ailleurs à ce stade, le virus y est moins présent, il a déjà occasionné les dégâts qui ont conduit à la réanimation. A ce stade aussi, en réanimation, l’HCQ sert à faire diminuer les troubles pulmonaires, donc à stabiliser le patient voire à lui sauver sa vie.
                  Le Covid n’envoie pas tous ceux qu’il infecte en réanimation entre la vie et la mort.
                  Le Pr Raoult a soigné jusqu’ici plus de 5600 patients avec HCQ + Arythromicine et a eu 30 morts dans son service. Les morts avaient en moyenne 84 ans et des comorbidités.
                  Trump n’est pas obèse, n’a pas l’air d’avoir de diabète, et en gros très peu de pathologies susceptibles d’aggraver son Covid. (J’ai cru comprendre qu’il avait une phobie des microbes.)

            • C’est hors sujet, mais ça me gonfle. Quoi vous répondre, @sigmund, il n’y a pas que Raoult qui n’aime pas le Remdesivir. https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/10/25/chloroquine-le-plus-grand-scandale-sanitaire-francais-du-siecle/

          • @Charles.w
            Bonjour,
            Au nôtre de président « père de la Nation » si jamais il contractait le Covid, je lui souhaiterait bien du courage pour attendre l’arrivée de son vaccin actuellement en phase 3 et d’être soigné avec du Doliprane et/ou du remdésivir. L’hyrdoxychloroquine a été interdite hier par le haut comité de santé publique (sans le moindre vote comme l’a souligné le Pr. Perronne). Je ne pense pas que le protocole qui est de laisser les patients être très atteints jusqu’à devoir être mis sous respirateurs (état qui nécessite l’HCQ pour les problèmes respiratoires) serait appliqué pour notre anciennement Jupiter Ier.

            • Dans ce que j’avais compris, l’exception dont bénéficiait l’IHU permettait à ce dernier de prescrire l’HCQ tout en étant remboursé. Dans ce que j’en comprends cette dernière peut toujours être prescrite hors AMM, comme c’est le cas de nombreux médicaments…c’est juste qu’elle est désormais vendue 50€ (de votre poche) par Sanofi là ou elle était vendue 5€ il y a un an…

          • Positif comme des millions de personnes sans nécessiter de soins particuliers.. Et on lui inflige un traitement de cheval avec tout ce qui ne marche pas mais à un bon potentiel boursier, pas médical et même dangereux avec le gilead. Invraisemblable.

      • MODÉRATION CONTREPOINTS >> Commentaire modéré pour insultes.

    • a gagné quoi?

      la vérité est que les deux peuvent qu’ils ont gagné..comme toujours..ou presque..

  • on devrait parler programme non?
    le gros défaut de trump devient devant les démocrates un atout..
    ils ont un programme…

    • Ha, un programme…… Biden ou les. Démocrates?
      Notre président n’a pas eu besoin de programme, seulement dezinguer ses adversaires.

    • En attendant, Trump a tenu pas mal de ses promesses (ok le mur mexicain c’est pas ça, mais il y a eu l’intention non ?) 🙂

      • Le mur mexicain n’a pas été construit, certes. Mais sa menace de construction à amener le gouvernement mexicain à négocier avec Trump pour limiter immigration illégale de leur coté. Chose que tous les démocrates n’ont même jamais envisagé.

  • Plus je réfléchis, plus j’observe, plus je comprends que pour la France, l’Europe, et l’équilibre mondial, l’issue de l’élection américaine n’a strictement aucune importance.
    La seule conséquence pour la France est que nos Journaleux devront trouver une autre « Tète de Turc ».
    Malheureusement ils n’auront jamais ni le courage ni la lucidité de choisir Erdogan.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est bien connu : quand un politicien/un groupe de politiciens ne peut arriver à ses fins, il tentera de changer les règles pour y arriver. C’est prévisible, mais cette fois-ci les démocrates dépassent les bornes.

En effet, avec le support de Joe Biden et de leurs laquais des médias, les démocrates se précipitent pour abolir la pratique du filibuster (l’OQLF suggère « obstruction systématique »), qui vise à étirer les débats à un point tel qu’un projet de loi a peu de chance d'être adopté puisque le temps limite sera dépassé.

C... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles