Incendies californiens : encore un coup du Grand Réchauffement !

Les choses sont claires et la propagande formelle : les incendies californiens sont liés au réchauffement climatique. Et à Donald Trump.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Christopher Michel - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Incendies californiens : encore un coup du Grand Réchauffement !

Publié le 23 septembre 2020
- A +

par h16

Comme si l’épidémie de covid ne suffisait pas, voilà à présent l’Amérique touchée à la fois par de solides intempéries sur la côte est et des incendies ravageurs sur la côte ouest. Bien sûr, ce n’est pas encore officiellement la faute du président Trump (bien qu’on soupçonne qu’il ait évidemment un fort rôle dans ces horribles événements), mais c’est déjà, forcément, l’une des conséquences du réchauffement climatique. Forcément.

Pour tous ceux qui savent bien que l’Homme est le responsable de tout ce qui va mal dans ce monde, il ne fait bien sûr aucun doute que le réchauffement climatique est à la base de cet abominable phénomène de feux massifs dans la Californie démocrate américaine. Le Monde, journal d’excellence jamais en retard d’une information précise, pointue et solidement fact-checkée, nous l’explique d’ailleurs doctement en quelques lignes :

Les feux qui se multiplient à travers la planète sont associés à divers phénomènes anticipés par les scientifiques en raison du changement climatique : augmentation de la température et baisse des précipitations notamment.

C’est d’une logique implacable : comme l’Homme pollue, forcément, il fait plus chaud. Forcément. Et comme il fait plus chaud, forcément, il pleut moins. Comme il pleut moins, forcément, c’est plus sec. Comme c’est plus sec, forcément, ça s’enflamme mieux. C’est à la fois indépassable et à la portée d’un enfant de 5 ans, ce qui correspond d’ailleurs pile-poil à ce que les journalistes de la presse grand public visent directement avec leur production.

Dès lors, imaginer que ces feux de forêt de la côte ouest américaine ne sont pas reliés, d’une façon ou d’une autre, au dérèglement climatique, c’est sombrer dans un conspirationnisme qui, d’ailleurs, ne rebute pas Donald Trump qui ose ainsi prétendre qu’ils seraient davantage dûs à une « mauvaise gestion forestière ».

Cette explication est honteuse. Car oui, il est vraiment honteux de rappeler que cette région a un climat de type méditerranéen doublé de périodes de foehn (ici, des vents secs et chauds de Santa Ana) et qu’il faut en conséquence avoir une politique de prévention des incendies adaptée au climat de la région. Rappeler ceci, c’est faire le jeu du Rassemblement National capitalisme destructeur d’environnement !

De la même façon, il serait contre-productif de voir dans ces récents épisodes pyrogéniques un quelconque lien, même ténu, avec des événements particulièrement secs, comme La Niña, qui affectent un peu trop commodément cette partie du Pacifique comme en atteste assez stérilement le Climate Prediction Center dont on se doute qu’il roule un petit peu trop pour Trump, à l’évidence. Et puis à la limite, tenir compte de ces phénomènes cycliques serait assez probablement faire le jeu des fachistes du turbolibéralisme carbopollueur !

De même, est-il vraiment pertinent de rappeler que dans le budget fédéral de prévention des incendies le travail de débroussaillage des forêt fédérales a été supprimé il y a de nombreuses années ? Est-il utile, pertinent même, de lourdement rappeler que certains États de la région ne font pas leur travail préventif ? Bien sûr que non puisque ces causes sont directement imputables aux administrations et aux décisions politiques. Et chacun sait (ou doit savoir) que les décisions politiques, toujours prises en concertation avec les citoyens et en accord avec les promesses électorales, aboutissent forcément à des actions positives et efficaces.

Ainsi, au contraire des autres activités humaines qui, polluantes, font grimper les températures, diminuent les précipitations et provoquent des catastrophes depuis ces incendies jusqu’à l’élection de gens pas comme il faut à des postes importants, l’évaporation des budgets de débroussaillage et le jmenfoutisme fédéral ne doivent pas être évoqués tant il est clair que ceci reviendrait à faire de la propagande néolibérale anti-gouvernement. Ce qui serait pro-Trump, voire fasciste, rappelons-le.

Enfin, compte-tenu du contexte californien où les énergies renouvelables ont enfin une part importante de la production électrique, il semble assez inopportun d’évoquer l’état de délabrement des infrastructures électriques de la région. Le sujet ne sera donc pas abordé et sera même cancelled écarté pour ne pas trigger déclencher d’émotions trop vives chez certaines personnes sensibles.

Il faut se rendre à l’évidence : l’Homme est mauvais par nature, il rote, il pète, il se gratte le nez en remettant ensuite son masque avec ses doigts pleins de germes, et c’est lui qui, en polluant, en rejetant tout ce CO2, est responsable des feux de forêt californiens.

Oui, c’est indubitablement le réchauffement climatique et son porte-parole quasi-officiel, Donald Trump, qui sont responsables de ces incendies massifs de la côte ouest américaine. Ces feux n’ont rien à voir avec l’arrivée massive de citadins incultes des choses de la campagne, fuyant les villes invivables à force d’écologisme de combat, s’installant dans ces régions très sèches et qui tentent parfois d’intéressantes expériences.

Non, il faut se faire une raison : si tout ceci arrive maintenant alors que des élections américaines approchent, que la planète traverse une phase difficile sur le plan sanitaire et sur le plan économique, c’est évidemment parce que Gaïa a décidé de nous envoyer un message.

Et de la même façon que Greta, exhortant une salle vide, nous a fait prendre conscience de Notre Grande Culpabilité Dans La Mort De La Nature Et Des Ours Et Des Oiseaux Et Des Pandas, la pandémie, les feux de forêts, les inondations et les articles à ouverture facile qui refusent de s’ouvrir facilement sont tous autant de messages que la Nature nous adresse pour dire « Bon, ça va, là, ça suffit, il faut décroître un bon coup ».

C’est pourtant évident, saperlipopette !


—-
Sur le web

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • Toujours aussi excellent de vous lire H16 ! 😀

  • Faut comprendre les Californiens, ils vivent dans l’attente du grand séisme, celui qui détruira la Californie, alors à quoi bon entretenir les forêts, faisons la fête. La civilisation américaine sera sans doute très courte et périra dans les flammes de l’enfer… Du Yellowstone sans doute qui ne supportera pas l’arrivée du petit ou grand âge glacière.

  • Pire, on va perdre un degré juste après avoir fermé les centrales nécessaires pour se chauffer l’hiver, au lieu d’en construire quelques dizaines supplémentaires, alors que ce sont des investissements à prévoir avec 30 ou 40 ans d’avance. Les moulins à vent anémiques ne seront évidemment d’aucun secours. Heureusement, il y aura un peu de gaz russe, mais à quel prix ?

    Rarement dans l’histoire, des décisions politiques auront été prises aussi clairement à contre-temps. En même temps, l’Etat obèse est tellement endetté qu’il ne peut plus envisager d’investissements à la mesure du problème. Loin d’être sans inconvénients contrairement à ce que certains prétendent, la dette passée obère toute capacité d’adaptation future.

    Pour faire fortune, investir dans les fabriques de couvertures polaires, les fabriques de poêles à charbon, ou pourquoi pas dans les fabricants de skis.

  • Il va neiger dans le Jura la semaine prochaine. Du froid après des températures agréables sans être excessives comme en plaine.

    Le climat n’est pas régulé par le CO2, même à la marge. Le CO2 n’a qu’une influence nanoscopique ( ouh ouh les trolls verts). C’est écrit dans les carottes glaciaires et analyses isotopiques.

    • mais on va vous dire que c’est le réchauffement climatique!!!

      • Pas une bonne idée d’isoler quand il n’y a rien d’autre pour se chauffer que les rayons du soleil…

      • Les auto-proclamés, experts, tous finançés par les impôts des gens, ne connaissent même pas les « régles » du climat.

        Avant de parler de « dérèglement » du climat, il faudrait en connaìtre les règles!

        La principale étant qu’il n’existe aucune température idéale pour la planète.

        La seconde étant la règle universelle de la modestie en matière scientifique.

        Et sur ce plan, le « dérèglement » des experts est total!

    • le climat n’est évidemment pas régulé par le CO2..pour autant, je suis désolé, vous ne pouvez pas réfuter la part radiative de la théorie du RCA, pure théorie et invérifiable sur terre en tous les cas, mais par contre quasiment tout le reste est douteux..

      ça se résume au fait qu’il est périlleux de spéculer les effets d’une petite perturbation du climat quand on ne connait fondamentalement pas les mécanismes qui régissent le climat..

      la théorie du rca c’est la validation par l’émotion..

  • Je suis allée à Long Island en 1972 tout le mois d’août. Et déjà il y avait des feux gigantesques en Californie qui faisaient la une des journaux, c’est récurrent depuis longtemps.

    De plus les écolos d’opérette s’opposent à cultiver la forêt et donc à entretenir les routes qui la traversent ce qui empêche les pompiers d’intervenir facilement.

    Ces écolos d’opérette ne sont que des dictateurs obscurantistes et dogmatiques qui n’ont rien à faire des statistiques, des chiffres, ils ne sont pas scientifiques pour la plupart et donc tout ce qu’ils prêchent relève de la croyance et non de démonstration scientifique et rationnelle. Ras le bol de ces gens d’extrême gauche qui veulent nous faire vivre comme les Amish.

    • Quand je suis allé au parc de Yellowstone il y avait une vidéo qui décrivait un énorme incendie qui avait ravagé le parc dans les années 60 pendant 18 mois avec des flammes de 200 m de haut…
      le problème avec les êtres humains c’est leur mémoire de poisson rouge.

  • Vidéo intéressante sur la situation au pied de la monntagne sainte-victoire 30 ans après un incendie ravageur: https://www.youtube.com/watch?v=LcC1DtsjVYI
    Ne pas attacher trop d’importance aux dernières minutes sur le réchauffement climatique.

  • Et les incendies de Sibérie sont aussi dù à un manque d’entretien du permafrost ? Grèce, Portugal, Australie,…?

    • Pour l’Australie, c’est clair que c’est un manque d’entretien flagrant, avec en prime, des essences (eucalyptus) très inflammables: les décisions « écolos » ont limité les feux préventifs pratiqués depuis des lustres par les autochtones (ces sots…). ça n’a fait qu’augmenter le combustible qui finit par brûler un jour.
      Pour la Grèce et Portugal, je ne sais pas, mais il faut garder à l’esprit qu’en France, dans les années 70 et 80, nous avons eu droit à des incendies importants. Depuis que des règles préventives ont été mises en place, les feux de forêt restent limités sur le territoire.
      Pour la Sibérie, il faut avoir l’historique des incendies pour en tirer des conclusions.

      • Avec des températures supérieures à 40 degrés des vents violents et une végétation exceptionnellement sèche depuis plusieurs années déjà. Les feux préventifs est une des stratégies, mais pas le saint Graal en tous cas dans cette configuration c’était très largement insuffisant pour contenir la catastrophe. Le pin de Wollemi a eu chaud aux fesses il a failli disparaitre.

        • ah et donc quoi faire..les accords de paris??? pour gérer les incendies??? mieux en quoi les futures politiques vont changer quoique ce soit aux feux de forêts?

          une question ..et répondez honnêtement , pensez vous que le monde va diminuer volontairement sa consommation d’energie fossile? moi je ne le crois pas et par dessus le marché je ne crois que les modèle et des capacité prédictives utiles..autrement que poltiquement.

          • Ai je une fois utilisé le terme réchauffement climatique ? J’ai juste rappelé que les niveaux de sécheresse et chaleur étaient exceptionnels rien de plus.

          • Si nous devions respecter les accords de Paris cela supposerait avec les technos dispo et fins de la transition à la date de 2030 de revenir à un mode de vie années 50 60 , bon courage pour le candidat fou qui voudrait se faire élire avec un tel programme. Je suis d’accord avec vous.

        • « c’était très largement insuffisant pour contenir la catastrophe. »

          Quelle catastrophe ? La faune et la flore australienne sont adaptées aux incendies récurrentes à tel point que certaines plantes en ont besoin pour se reproduire. C’était un épisode un peu plus sévère que d’habitude, mais absolument pas exceptionnel. 1851 détient un record inégalé, 1974 était pire que 2019 et 38 et 61 étaient assez proche.
          Ce qui est exceptionnel et jamais vu dans l’histoire par contre, c’est le traitement médiatique, il ne faut pas confondre la réalité avec cette loupe grossissante et déformante ou se mêle en plus de la propagande politique depuis 50 ans.
          .
          Deuxièmement, il restait 100 survivants du pin archaïque de Wollemi c’est un fossile vivant précieux pour certains (rares) scientifiques.
          Mais ça veut dire que la nature a exterminé tout le genre Wollemia, soit probablement quelques milliers d’espèces sans que nous y soyons pour rien et que cette espèce n’a pas « failli disparaitre » elle est vouée à l’extinction de toute manière.
          Elle n’a pas commencé à se réduire au 20ème siècle ni même au 15ème, mais bien avant. Elle n’était plus adaptée et une espèce endémique est une espèce morte à court terme (« court » temps naturel, j’entends).
          .
          Ce que note la NASA globalement, c’est une diminution des incendies et une augmentation de la couverture végétale depuis 30 ans. La planète verdit parce que les plantes adorent la chaleur et le Co2.
          Cette bonne nouvelle ne fera pas la une des médias.

          • Catastrophe par les dégâts matériels pour le stress causé aux habitants et la saison touristique.
            Le pin de Wollemi c’était juste pour attirer l’attention que pour la « première fois » une des espèces « fossile » icône de l’Australie aurait disparue d’ou le caractère extraordinaire de cette sécheresse.

            Moi je regarde le site européen de surveillance Copernicus l’accès aux données est gratuit nous avons déjà payé par nos impôts. Pour les feux de forêt, mes collègues de travail récemment ont été très surpris quand je leurs ai affirmé que le record d’incendie mondial est de 2003 à 8000 MegaT et 2019 seulement 6700 MegaT.

    • Ok les surfaces brûlées diminuent elles diminuent ils ou augmentent elles?

      voila ce qui pêche avec le catastrophisme..

      il faut un narratif catastrophiste….
      donc un évolution des surface brûles..

      et un historique des feux en sibérie..

      • Un systeme de surveillance par satellites projet Copernicus à été financé par la commission européenne sur les feux de fôret.

        https://www.copernicus.eu/fr/systeme-europeen-dinformation-sur-les-feux-de-forets

        • ok..en tant que tel ce genre de système permet l’annoncer qu’il se passe un truc, c’ets changer de thermomètre..ce qui fait que ce genre de chose, tout à fait saine, peut devenir un outil poltique..

          • À suivre de près pour la suite. Ça serait vraiment sympa que Mr Benoit Rittaud nous face une analyse critique des derniers modèles de prédiction climat pour en révéler ce qui pour lui est problématique biais, données erronées dans ces simulations . Les données du modèle CIMP5 le lien http://climexp.knmi.nl/selectfield_cmip5.cgi
            peut-être qu’un adhérent de l’asso Climato réaliste compétent en science du climat me lira et sera en faire une synthèse et nous expliquer pourquoi la trentaine de modèles se trompent sur le site web de mr Rittaud.

  • Le réchauffement climatique est un excellent moyen de se responsabiliser. Ce n’est pas de notre faute si ça brûle, l’entretien, le débrousaillage, la surveillance et les capteurs ne servent à rien. Il n’y a qu’à accuser le RC(A,bien sûr) !
    Calamiteusement vôtre. JEAN

  • Les Gaïatollahs sont responsables de l’arrêt de l’entretient préventifs de ces forêts.

  • L’image était trop belle !

    Sans douter de la valeur des autres arguments, la carte utilisée pour illustrer que les incendies de forêt qui ravagent la côte ouest s’arrêtent à la frontière canado-américaine n’utilise que des données américaines. Il y a également eu des incendies de forêt au Canada cet été. 

    https://cwfis.cfs.nrcan.gc.ca/report

    https://www.politifact.com/factchecks/2020/sep/15/viral-image/no-wildfires-dont-stop-us-canada-border/#sources

  • Quand Trump justifie les incendies par une « mauvaise gestion forestière », il a été très bien conseillé.

    La science abonde désormais d’études qui mettent en évidence que les déficits pluviométriques sont liés à une mauvaise gestion des forêts et surfaces boisées. Qu’est-ce ça veut dire concrètement ? Cela veut dire qu’on déboise à de mauvais endroits et qu’on plante des arbres n’importe comment, avec n’importe quoi.

    Le secret de pluies régulières : planter intelligemment (bocages, bosquets….) et convertir les sols pauvres en forêts de feuillus avec des essences endémiques plutôt qu’avec des panneaux solaires.

    Mauvais exemple criant : les Landes. Mono-spécifique, immonde, assèchement de l’Aquitaine. Et plus globalement, la gestion catastrophique de l’ONF et ses dogmes éculés.

    Au Sahel, le reboisement intelligent des lisières désertiques a permis un recul modeste mais bien réel du désert. La savane reprend du terrain chaque année grâce à cette bonne gestion.

    Les écologistes ne s’intéressent pas, ou très peu, à la question des forêts, surtout en Europe. Enfin, je ne vais pas vous apprendre que les écologistes ne sont pas écologistes.

    • Oui, et le climat ne connais pas de frontière et a des répercutions à de grandes distances (voire la planète pour « el nino ».

      Je me demande si on ne fait pas les frais de l’extension du désert en Afrique du Nord ?

      Et comme vous dites : « les écologistes ne sont pas écologistes ».

    • alors je ne coannais pas ces études mais j’ai un doute sur le contrôle et donc ce qu’on devrait faire..par contre j’admets un truc.. la modification de l’environnement a des impacts météorologique, une foret c’ets aussi, un modification de l’hydrometrie de hygrométrie, une interaction avec les masses d’air, des aérosols.. avec d’ailleurs un impact sur les temperatures de surface..

  • et pour décroitre quoi de mieux qu’un bon petit confinement des familles relooké pour la circonstance ?????

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Ce dimanche, Elon Musk s’est entretenu avec Seth Dillon, président du site satyrique Babylon Bee, ainsi qu'avec Kyle Mann et Ethan Nicolle pour une interview approfondie sur les impôts, le Metaverse, le rôle de l’État, et comment la gauche tue la comédie.

Elon Musk est un entrepreneur. Il est le fondateur, président et ingénieur en chef de SpaceX, investisseur initial, président et architecte produit de Tesla, Inc., fondateur de The Boring Company, co-fondateur de Neuralink et de OpenAI.

Avec une valeur nette de ses acti... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles