Rimbaud et Verlaine au Panthéon : paradoxal et réducteur

L’un était alcoolique et battait sa femme, l’autre a fait du commerce d’armes. Est-il judicieux de proposer qu’ils soient portés ensemble au Panthéon ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paul Verlaine et Arthur Rimbaud by Michael Sineni(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rimbaud et Verlaine au Panthéon : paradoxal et réducteur

Publié le 14 septembre 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Faire entrer Rimbaud et Verlaine « ensemble » au Panthéon eu égard à leurs génies poétiques respectifs d’une part et à leur relation homosexuelle d’autre part – au départ, cette idée fut lancée sur le ton de la blague par un trio de rimbaldiens désespérés de découvrir le manque de charme de la sépulture de leur héros à Charleville-Mézières.

Comment l’imaginer moisir éternellement dans le sinistre cimetière d’une ville qu’il jugeait « supérieurement idiote entre les petites villes de province » ?

Sans trop y croire, le trio constitué de l’éditeur Jean-Luc Barré, qui préparait une réédition de la biographie de Rimbaud écrite par Jean-Jacques Lefrère, du journaliste Frédéric Martel, qui avait accepté d’en écrire la préface et de l’écrivain Nicolas Idier, plume actuelle de Jean Castex, se promet d’obtenir un jour le transfert des cendres du poète au Panthéon et d’inclure Verlaine dans cette opération qui consacrerait ainsi en même temps l’univers poétique et la lutte contre l’homophobie.

Mais peu à peu, la blague s’infiltre dans le monde des arts et des lettres ainsi que chez les anciens ministres de la Culture. Elle séduit tellement les milieux culturels, les associations de lutte contre l’homophobie, le critique littéraire Angelo Rinaldi et l’ex-maire de Paris Bertrand Delanoë que mercredi 9 septembre dernier, elle est devenue pétition officielle au Président de la République et n’a eu aucun mal à conquérir le cœur tendre et enthousiaste de Roselyne Bachelot !

Il faut dire que notre nouvelle ministre de la Culture adore Rimbaud. Il lui arrive même d’entrer en Conseil des ministres avec les premiers vers du Bateau ivre sur les lèvres ! a-t-elle révélé récemment pour expliquer les raisons de son soutien à la pétition, humour involontaire (ou pas) en prime. Mais elle pourrait tout aussi bien réciter du Verlaine ; il suffit de demander.

Et surtout :

« L’histoire d’amour insensée entre Rimbaud et Verlaine reflète tous les engagements que j’ai pris dans ma carrière politique contre toutes les formes de discrimination. » (Le Point, 9 septembre 2020)

De bien douces paroles aux oreilles de tous ceux qui ont mis leur point d’honneur à débusquer partout avec la dernière intransigeance toutes les formes possibles de discrimination.

Colbert déboulonné, mais Rimbaud au Panthéon ?

Prenez Louis-Georges Tin par exemple. En tant que fondateur de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, il a signé la pétition.

Et l’an dernier, en tant que Président d’honneur du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), il n’a pas hésité une seconde à s’associer à l’UNEF pour empêcher par la force la représentation de la pièce d’Eschyle Les Suppliantes à la Sorbonne au motif que les masques cuivrés des acteurs, tel le « blackface » en vogue dans les milieux ségrégationnistes américains, n’étaient rien d’autre que de la « propagande afrophobe, colonialiste et raciste » en bonne et due forme !

Colonialisme ? Parlons-en ! Que faisait Arthur Rimbaud à Harar ou à Aden si ce n’est exploiter les possibilités offertes par l’esprit colonial qui imprégnait son époque et qui le conduira même à se livrer un temps au commerce – certains disent trafic – d’armes ?

Si l’on devait suivre le raisonnement quelque peu anachronique de tous les déboulonneurs de statues, dont notamment Georges-Louis Tin qui appelait il n’y a pas si longtemps à supprimer de l’espace public toutes les références à Colbert, coupable d’avoir été l’instigateur du Code noir, il faudrait bien évidemment faire une impasse définitive sur l’idée de panthéoniser Rimbaud.

Mais M. Tin a signé la pétition, faisant de son côté l’impasse sur des faiblesses petites ou grandes qui révulsent d’habitude les purs de l’antiracisme et de l’anti-machisme. À ses yeux, l’homosexualité (et la poésie, naturellement) aurait-elle le don de gommer ponctuellement tout le reste au gré de ses combats ?

Il est cependant assez amusant de penser que l’entrée de Rimbaud et Verlaine au Panthéon constituerait d’une certaine façon « un Non définitif au déboulonnage des statues et au retranchement des plaques d’hommage », comme le dit Frédéric Martel, l’un des trois instigateurs de la pétition, dans un texte où il avance ses arguments en faveur du projet :

« Aucune des figures qui reposent au Panthéon n’est un Saint ou un surhomme. Tous ont commis des fautes, des excès, des erreurs. Certains ont été colonialistes ; d’autres ont participé à des guerres injustes ; André Malraux a participé au pillage de certaines œuvres, et ainsi de suite… »

Des fautes, des excès, des erreurs ? De ce côté-là, avec Verlaine et Rimbaud, nous sommes servis !

Alcool, drogue, armes, violence

Le premier, perpétuellement sous l’emprise de l’absinthe, battait sa femme Mathilde et rudoyait férocement leur bébé. Quant à la relation homosexuelle qu’il a entretenue avec Rimbaud, 17 ans à l’époque, loin d’être idyllique, elle a tout d’Une saison en Enfer. Émaillée de violences alcoolisées, elle s’achève définitivement dix-huit mois plus tard, le 10 juillet 1873, par deux coups de revolver tirés par Verlaine dont l’un atteint Rimbaud au bras. Ce dernier venait d’annoncer à son amant qu’il allait le quitter.

Pour le biographe de Rimbaud Jean-Jacques Lefrère que j’évoquais plus haut :

« Cette aventure serait purement sordide si elle n’était pas celle de deux poètes de génie. »

Qu’en pensent les féministes ? Qu’en pensent les contempteurs inlassables des violences conjugales ? Qu’en pensent les avocats inlassables de la reconnaissance du matrimoine ? Et qu’en pense Emmanuel Macron, qui a fait de l’égalité entre les hommes et les femmes la grande cause de son quinquennat et à qui revient seul, en tant que Président de la République, de décider qui entre ou pas au Panthéon ?

Si le seul critère officiel d’admission se limite à la mention « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » qui figure au fronton du monument, il existe cependant des critères implicites forgés au fil du temps. Pour Les Décodeurs du Monde qui se sont livrés à une petite enquête à l’époque du transfert des cendres de Simone Veil en 2018 :

« On attend une personnalité exemplaire, qui incarne les idéaux de la République, et dont le combat fait écho aux valeurs du chef de l’État. »

C’est peu dire que nos deux candidats sont assez loin de cette sage description. C’est peu dire d’ailleurs qu’ils n’ont jamais eu ni l’un ni l’autre la moindre ambition d’être exemplaires et fondus dans les canons d’une bienséance républicaine empesée.

De plus, Rimbaud n’a jamais ménagé ses piques contre la France jusqu’à juger Musset « exécrable » tant tout, dans son oeuvre, était « français, c’est-à-dire haïssable au suprême degré » !

Quant à Verlaine, les promoteurs de la pétition ne trouvent à le rattacher à la République que par le biais des « sanglots longs des violons de l’automne » utilisés ultérieurement par les résistants français pour annoncer en code l’imminence du débarquement de Normandie. Un peu tiré par les cheveux comme argument.

Réduire Rimbaud et Verlaine à leur homosexualité ?

Plus fondamentalement, il me semble que lier à tout prix Rimbaud et Verlaine pour en faire « deux symboles de la diversité » qui « durent endurer l’homophobie implacable de leur époque » (comme l’écrit la pétition) revient à effacer les poètes sublimes qu’ils furent l’un et l’autre pour ne plus voir en eux – qui n’ont rien demandé de tel – qu’un argument contre l’homophobie par récupération opportune d’une courte liaison terminée avec fracas dont on voit mal en quoi la nation leur devrait reconnaissance.

C’est aussi une façon d’ouvrir le Panthéon à une sorte de concurrence victimaire où l’on ne distingue plus les individus et ce qu’ils réalisent de grand par eux-mêmes mais seulement des appartenances communautaires réductrices.

Quant aux grands poètes, romanciers et dramaturges de notre vaste littérature, la plus belle reconnaissance ne serait-elle pas plutôt de les éditer et rééditer, de les lire et les réciter, de les jouer sur toutes les planches, de les étudier, les traduire et les faire connaître le plus largement possible ?

En attendant, quelle que soit l’issue de la pétition publiée mercredi dernier, elle n’est pas perdue pour ses auteurs car elle est tombée à pic pour accompagner dès le lendemain la sortie de l’Arthur Rimbaud de Jean-Jacques Lefrère réédité par Jean-Luc Barré et préfacé par Frédéric Martel, comme je l’indiquais plus haut :

De là à n’y voir qu’un instrument efficace de buzz et de controverse médiatique à but promotionnel en cette rentrée littéraire…

En tout cas soyons rassurés : comme il l’a confié à l’hebdomadaire Le Point, Frédéric Martel « ne (va) pas faire de grève de la faim si Macron refuse ; tout cela est aussi un jeu. »

On se disait aussi… Et de toute façon, aux dernières nouvelles, la famille de Rimbaud s’oppose au projet.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • A est associé à des politiciens véreux et consulte des astrologues. Il a eu 2 maîtresses, fume comme une cheminée d’usine, et boit huit à dix Martini par jour.
    B a déjà été viré deux fois, il dort jusqu’à midi, fumait de l’opium au collège, et boit un quart de litre de whisky par jour.
    C est un héros de guerre médaillé, végétarien, boit une bière occasionnellement, et n’a jamais eu d’histoire extra-conjugales.
    Parmi ces trois personnes, lequel choisiriez-vous pour le Panthéon ?
    A est Franklin D. Roosevelt, B est Winston Churchill et C est Adolf Hitler.

  • Rousseau est bien au Panthéon ! Mais s’il faut choisir, je choisi Verlaine !

  • Ouvrir « le Panthéon à une sorte de concurrence victimaire où l’on ne distingue plus les individus et ce qu’ils réalisent de grand par eux-mêmes mais seulement des appartenances communautaires réductrices » est une façon d’officialiser le communautarisme et de piétiner ce qui forge l’unité d’une nation, au-delà de toutes les appartenances: que chacun soit reconnu en fonction de « ses vertus et de ses talents » (cf DDHC art. 6).

    • Bof, on commence bien à mettre des restrictions victimaires pour les compétiteurs des Oscars… Pourquoi pas donc tant qu’on y est, on est plus à ça près…
      D’ailleurs, on pourrait donner une légion d’honneur à tous les transgenres noir.e.s homosexuel.le.s (inclusivité volontaire) 😉

  • Je n’arrive pas à aimer le Panthéon. Il y a quelque chose de malsain qui me met mal à l’aise.

    • Moi non plus. Cette idée de « temple républicain » est ridicule.

      • Je préfère St-Denis et les Invalides. Ca me fait d’ailleurs un peu de peine de savoir que Jean Lannes repose au Panthéon et non aux Invalides (à supposer qu’il faille absolument des cimetières nationaux de ce genre).

    • ce Panthéon est ce que la République fait de plus contraire à ses valeurs : voler un monument qui ne lui appartient pas pour donner un privilège à certains.

  • « Cette aventure serait purement sordide si elle n’était pas celle de deux poètes de génie. »
    Cette phrase est extraordinaire. Elle peut servir à tout justifier, tout excuser.
    « Cette aventure pédophile serait purement sordide si elle n’était pas celle d’un écrivain de génie. »
    « Cette violence conjugale serait purement sordide si elle n’était pas celle d’un artiste de génie. »
    « ce serait un détournement de fond sordide, si ce n’était pas celui d’un haut fonctionnaire de génie »
    etc.
    Pratique pour dédouaner ceux qu’on admire ou soutient… ou pour se dédouaner soi-même du soutient qu’on a apporté à des personnalités… discutables.

  • on marche sur la tête…s’agissant de Céline ou de Polanski, la bien pensance refuse de séparer l’œuvre et son auteur: tout à la poubelle!
    mais on parle de « panthéoniser » deux poètes dont la vie fut loin d’être exemplaire….

  • Je ne vois pas en quoi le trafic d’arme pourrait représenter un opprobre. C’est les entraves au commerce des armes qui sont à mettre à l’index.

  • C’est juste l’occasion pour certains de se faire de la pub, pour d’autres de faire progresser La Cause de notre temps…

  • Rimbaud était donc ‘anti-France’ comme le sont nombre d’intellectuels, politiciens, et media actuels.
    Et la France devrait l’en remercier ?

  • Eternel dilemne… Faut-il continuer d’encenser les qualités littéraires de Voyage au bout de la nuit ou jeter aux oubliettes l’antisémite Céline ?
    Et puis bon, parmi les panthéonisés récents, on trouve quand même un coureur de jupons notoire, qui a fait des enfants à gauche et à droite et un pilleur d’oeuvres d’art, condamné à de la prison…
    Alors Rimbaud et Verlaine, on va dire que c’est du menu fretin !

  • Ca manque de parité quand même dans ce couple qu’on propose de faire entrer au Panthéon…

  • Verlaine?
    Ah oui. Vers l’haine 😉

  • « AUX (…)* LA PATRIE RECONNAISSANTE ».

    * : au choix.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Il est déjà communément admis que la guerre en Ukraine marque un tournant dans l’histoire. En l’espace d’une seule nuit – celle du 24 février –, nous aurions tourné la page sur le Covid-19 et un monde occidental depuis trop longtemps blotti dans un confort paralysant. Nous aurions subitement pris conscience du ridicule de notre réaction devant un virus finalement bien moins menaçant que le risque d’une catastrophe nucléaire.

L’Occident vivrait un grand réveil : la fin de l’histoire n’est pas advenue et nous aurions envie de redevenir c... Poursuivre la lecture

5
Sauvegarder cet article

Comme le faisait remarquer un super-héros en pyjama moulant, un grand pouvoir suppose de grandes responsabilités, ce qui aurait largement convaincu n'importe qui de ne surtout pas nommer Bruno Le Maire ministre de l'Économie et des finances en France, qui a malheureusement prouvé à plusieurs reprises qu'il a bien un pouvoir, celui de tenir des propos totalement irresponsables.

C'est ainsi qu'avec l'actuel conflit russo-ukrainien, il nous a gratifié d'une de ses petites bêtises qui font rapidement les choux gras de la presse nationale e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles