Haro sur le fioul à l’issue du Conseil de défense écologique

C’est un monde d’écologie punitive qu’on nous prépare, sans fondements autres qu’une idéologie mortifère basée sur des idées reçues.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Morning Brew on Unsplash - https://unsplash.com/photos/djyuCzcX1yQ

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Haro sur le fioul à l’issue du Conseil de défense écologique

Publié le 5 août 2020
- A +

Par Michel Negynas.

Dans une société où tout doit être propre et net, où l’élite a complètement oublié que certains se salissent encore les mains, diesel et mazout font horreur.

Pour les transports, leur élimination était déjà actée. Pour le chauffage, leur bannissement était déjà un objectif ; il devient une obligation réglementaire, et à très court terme. Peu importe l’analyse factuelle des éléments techniques et économiques.

Haro sur le fioul domestique

Annonce du gouvernement à l’issue du Conseil de défense écologique, délivrée à la presse et retranscrite ainsi par tous les journaux :

Il perdure en France 3 millions de chaudières au fioul ou au charbon. Celles qui tomberont en panne devront être changées à partir de janvier 2022 par une chaudière plus vertueuse. Leur installation sera interdite dans des logements neufs. Les ménages les plus modestes pourront prétendre à des aides allant jusqu’à 80 % de prise en charge.

Et l’entourage de Mme Pompili ajoute :

Il est impossible d’obliger les ménages à changer leur chaudière à fioul ou charbon d’ici 2022 […] Nous interdisons donc les remplacements et nouvelles installations : si demain, votre chaudière au fioul tombe en panne, vous devrez la remplacer par une pompe à chaleur, une chaudière à gaz ou à granulés. Mais en aucun cas par un équipement aussi polluant.

Cette mesure figure parmi les propositions de la Convention citoyenne sur le climat, mais à l’instar de nombre de ces propositions elle a été plus que suggérée par les soi-disant experts.

Le couac du remplacement sur panne

On évacuera la question des chaudières à charbon chez les particuliers : on ne voit pas ce qui peut tomber en panne dans un équipement dont l’élément le plus sophistiqué est le bilame qui régule l’ouverture du tirage…

Qu’en est il d’une chaudière à fioul des années 1960/70, cas de la plupart des chaudières existantes dans les nombreux pavillons individuels construits à cette époque, et non raccordés au gaz ? Eh bien c’est une boîte où circule de l’eau et devant laquelle a été placé un brûleur. Avec la pompe à fioul, il est le seul organe qui peut tomber en panne.

On ne voit pas bien comment l’État pourrait vous interdire de remplacer un brûleur…

En réalité, Mme Pompili a rectifié le tir suite à un tweet de madame Le Pen :

Et sur le site du ministère de l’Écologie, on peut lire le texte exact en proposition :

« INTERDICTION DE L’INSTALLATION DE CHAUDIÈRES AU FIOUL ET AU CHARBON POUR LES BÂTIMENTS NEUFS ET EXISTANTS EN JANVIER 2022

Cette mesure est la mise en œuvre immédiate d’une proposition de la Convention citoyenne pour le climat qui demandait l’interdiction de l’installation de ces équipements très émetteurs en cas de rénovation globale et de construction dès la promulgation de la loi. Le gouvernement décide d’aller encore plus vite et plus loin en généralisant l’interdiction à janvier 2022 pour le cas du renouvellement des chaudières au fioul ou au charbon arrivant en fin de vie. Les ménages, notamment les plus modestes, qui seront placés dans l’obligation de remplacer leur chaudière existante, bénéficieront des aides tels que MaPrimeRénov’ et les coups de pouce chauffage (dispositifs des certificats d’économies d’énergie). »

Il faut donc comprendre que si votre chaudière est vraiment fichue, irrécupérable, si par exemple elle fuit de partout… vous ne pourrez pas la remplacer par une autre chaudière à fioul.

Ouf ! Le conseil n’a pas accouché d’une mesure impossible à mettre en pratique. Mais à l’évidence, ses porte-parole n’avaient pas bien vu la question… Pour eux, panne et fin de vie, c’est la même chose. Pas très économie circulaire, n’est-ce-pas ?

La mesure est-elle justifiée ?

Le problème se pose dans les foyers qui ne sont pas raccordés au gaz, soit environ la moitié des utilisateurs de chaudières à fioul.

Dans ce cas, l’alternative citée par tous les membres du gouvernement est soit le chauffage bois, soit la pompe à chaleur. Il y a aussi le propane, passé sous silence : livré par camion, il nécessite l’achat d’une citerne pressurisée et il est hors de prix. Mais de plus, si on fait le bilan complet du CO2 sur toute la chaîne, il n’est que légèrement moins émetteur que le fioul. Et l’écart se réduit en valeur absolue si on considère les chaudières à condensation.

Le chauffage au bois est réputé écologique, mais c’est plus par une vision bisounours de la forêt que par l’analyse des faits.

Sa production est limitée : certaines communes françaises importent déjà leurs pellets du Canada… Ensuite, le calcul du bilan CO2 nul des pellets est basé sur l’hypothèse que les émissions à la combustion sont compensées par la poussée d’arbres équivalents quelque part dans le monde… ce qui en général est une profession de foi. Enfin, la combustion du bois est parmi les plus polluantes.

Les pompes à chaleur ne sont pas non plus la panacée : elles tournent vite, et donc s’usent. Leur durée de vie n’excède guère 10 ans ; elles font du bruit, sauf à ajouter de coûteux équipements ; et elles fonctionnent à l’électricité, ce qui demande d’acheminer la puissance nécessaire chez l’habitant. On aboutit vite à la nécessité de construire des centrales nucléaires si on généralise (huit Fessenheim selon certains calculs).

Encore une décision idéologique

Comme on le voit, la situation n’est pas aussi simple que ce qu’on veut bien nous montrer. Chaque système présente des inconvénients et des avantages.

Les chaudières modernes à fioul, à condensation, n’ont rien à voir avec leurs aînées. Et interdire signifie stopper la recherche de progrès. En outre, le fioul est un stockage d’énergie. Avec lui, on se fiche de la pointe de consommation, ce qui n’est le cas ni du gaz, ni de l’électricité.

Ainsi, cette décision idéologique cache les vrais sujets : comment avoir un chauffage peu polluant répondant aux besoins des citoyens, économe des ressources de la nation et maximisant notre indépendance énergétique.

C’est évidemment le nucléaire qui est la réponse : chauffage électrique avec accumulation, pompe à chaleur, voire chauffage urbain alimenté par des petits réacteurs sécurisés comme on commence à en voir sur les marchés internationaux.

Mais le sujet était tabou lors de la Convention… Le chauffage au gaz sera le roi, au bénéfice du Qatar, de la Russie et autres…

Diesel et fioul, mêmes bêtises

Le diesel (ou gazole) et le fioul domestique, c’est quasiment la même chose. Il ne faut donc pas s’étonner de les voir attaqués ensemble. Or, certains diesel polluent plutôt moins que l’essence, et une bonne chaudière fioul à condensation peut être meilleure qu’une mauvaise chaudière à gaz…

Les deux histoires sont parfaitement superposables.

Se donner des normes environnementales à respecter est légitime puisqu’il s’agit d’un sujet de salubrité publique. Que soient imposés les moyens au lieu, ou en plus, des résultats n’a aucune légitimité.

Contrairement aux dénégations de nos politiques, c’est bien un monde d’écologie punitive qu’on nous prépare, sans fondements autres qu’une idéologie mortifère basée sur des idées reçues.

D’autant que sur le plan économique, le sujet n’est pas bien bordé non plus : pour un équipement d’au moins 6000 euros, 20 %, ce sont encore 1200 euros, inacceptable pour un smicard. L’écologie positive consisterait en ce que l’État paye intégralement les travaux à tout le monde. Où trouver l’argent ?

Eh bien on prévoit de construire 30 GW d’éoliennes, soit environ 50 milliards d’investissement, qui ne serviront à rien puisqu’il faudra quand même construire les centrales classiques en parallèle pour les nuits d’hiver sans vent. Si on s’en servait pour installer des chaudières ?

Voir les commentaires (105)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (105)
  • Encore des décisions prises par des politiques et fonctionnaires parisiens, locataires d’appartements de la mairie de Paris, et qui don n’ont jamais eu à se préoccuper des moindres travaux d’équipement ou de rénovation de leur logement. Quand on est en province, sans accès a un réseau de gaz de ville, le fuel est la seule solution, sauf à se payer une pompe à chaleur hors de prix, inefficace en cas de grand froid, ou une chaudière à pellets, mais il faut se trimbaler les sacs dans la plupart des cas: imaginez une personne âgée…

    • « Quand on est en province, sans accès a un réseau de gaz de ville, le fuel est la seule solution »
      Pas la seule, non. Il y a le propane ou l’électricité, avec éventuellement le solaire thermique et le en appoint…

      • Oui mais le propane c’est au moins 30% + cher que le fuel + installation de la cuve, alors que la cuve à GO est déja installée (en cas de changement de chaudière). Quand à l’électricité, hors pompe à chaleur, c’est hors de prix.

        • Les cuves propane peuvent aussi DEJA être installées !
          Et elles sont souvent louées ce qui évite d’avoir à payer l’installation (on la paie dans le prix du gaz).
          La seule vraie contrainte, c’est le contrôle périodique. Raison de plus pour la louer, c’est alors le gazier qui s’en occupe.

          • j’insiste, le prix du gaz en cuve individuelle est très élevé par rapport au gaz de ville, et par rapport au fuel

  • « une chaudière plus vertueuse »…

    ben si vous le dites…

    gilets arc en ciel en vue…

  • Le leitmotiv de ce « gouvernement » est simple : on casse tout ce qui marche, pour racoler en 2022 (au 1er tour) les quelques % d’illuminés écolos. Le sort du pays est secondaire.

    • Pour racoler les quelques % d’illuminés d’écolos il risque d’y avoir quelques % de mécontents qui ne voteront pas en leur faveur.

    • je ne vois pas ça comme ça..effet d’aubaine, convergence temporaire et circonstancielle de court terme avec les verts..
      mais..sarkozy.. »l’ecologie ça comme à bien faire… »

      on va se servir de l’ecologie pour lever de nouvelles taxes, on pourra m^me présenter l’économie poussive et la baisse du nivea de vie comme un résultat souhaité

  • Il a été dit hier que les surfaces boisées françaises n’avaient jamais été aussi grandes : c’est l’occasion de faire du pellet :-). Il en existe déjà, comme du pellet belge.

    • Ce qui n’empêche pas 30 à 50 % de ces pellets consommés en Europe d’être importés des USA et du Canada

      • Source ?
        A souligner que les pellets sont principalement issus de résineux (rebuts et déchets). Je vous laisse deviner où l’on trouve d’immeeeeeeenses forêts de résineux, autre qu’en Europe du Nord.
        Votre pétrole, gaz, uranium sont made in France ?
        Au final, c’est un commerce comme un autre. Des pays disposent d’abondantes matières premières, etc etc. Vous connaissez la suite.

        • autre qu’en Europe du Nord.

          Dans les Landes, les Vosges, le Jura… Dans les Alpes…

          • Je me suis géographiquement mal exprimé. En tant que Belge, l’Europe du sud est Espagne, Italie, Grèce, et l’Europe du Nord est, inconsciemment, ce qu’il y a plus au nord.
            Si on regarde les chiffres :
            EU : conso de granulés de bois : 24 millions de tonne/an en 2017. Production : 18 mT/an.
            Amérique du Nord (USA et Canada) : conso : 3 mT/an. Production : 10 mT/an.
            Export de Amérique du Nord vers UE : 7 millions de tonne.
            (source : https://www.bioenergie-promotion.fr/58204/le-marche-du-granule-de-bois-en-europe-et-dans-le-monde-en-2017/)
            La filière bois se développe et a encore de beaux jours devant elle. Le bois, ce n’est pas seulement des planches et des pellets, mais aussi la matière première dans de nombreuses applications chimiques, fibres de verre et fibres de carbone.

    • mais dans un autre article on lira qu’il faut laisser pousser des arbres et surtout ne pas les brûler..ailleurs..en récolant des subventions, tandis qu’on subventionne aussi le fait d’en brûler..

    • Question : Où peut-on disposer de l’étude d’impact sur l’utilisation de pellets ? Tout le monde sait que les pellets déversent des tonnes de particules fines dans l’atmosphère. On fera donc la politique inverse de celle des masques. Après avoir encouragé leur utilisation on les interdira (à juste raison) dans quelques mois ! Vive l’incompétence de nos technocrates ! Rappelez-vous les décisions prises pour réduire la production de viande bovine qui entraîna l’abattage de milliers de vaches et, ensuite, l’importation de viande de veau. Ceci avait fait dire à un technocrate parisien : Il faut élever des veaux à la place des vaches !!!! Bien évidemment, il aurait fallu aussi arrêter de donner des responsabilités à des incompétents. La France restera la France et nos technocrates arriveront par nous faire mourir de rire !!!

  • Ils font ça pour la pollution ou le chgt climatique… Il me semblait que leur mission était la baisse du co2 donc le mazout gagne contre le gaz et gagne contre les pellets.. Et aussi sur la pompe à chaleur qui ne pompe rien très rapidement sauf sur le compteur électrique.. Forcément à gaz ou charbon.

    • A priori, ils font ça pour contrer le CO2 et en terminer avec les énergies fossiles.
      De ce point de vue, le bois est une bonne solution. Mais c’est polluant !
      Gaz versus mazout, j’ai un doute sur les émissions de CO2…

  • Il faut rappeler qu’on est passé de l’essence au diesel pour des questions de CO2. On abandonne maintenant le diesel pour des questions de particules fines. On promeut les poëles à pellets / granulés pour des questions de CO2, en édictant des normes leur permettant d’être largement plus polluants en termes de particules fines, avec un problème pire que pour le diesel automobile : les tests sont effectués en puissance nominale, pour lesquels ils sont optimisés, mais quasi-jamais utilisés. Les quelques mesures que j’ai trouvées donnent, en conditions réelles, un facteur multiplicateur de 3 à 5 !

    • Et en alternative au chauffage bois polluant, on fait la promotion de la pompe à chaleur qui ne fonctionne pas en cas de grand froid et se transforme en chauffage électrique, augmentant le problème de l’intermittence.

      C’est pas grave, on va construire des centrales de backup … au fioul pour écouler les surplus d’hydrocarbures lourds des raffineries.

  • Merci pour cet article.
    Sauf que la dernière phrase est malheureuse.
    « Si on s’en servait pour installer des chaudières ? » NON
    Plutôt quelque chose du genre :
    « Et si on foutait la paix ?! »

  • Qqes remarques en vrac :

    1. J’ai connu fuel et gaz. Autant je n’ai eu aucun ennui, aucune panne, aucun entretien à faire sur la chaudière au gaz, autant la chaudière au fuel ne cessait de me causer des problèmes. Pas une année sans un truc à changer au réparer… En fait la question risque d’être assez complexe : à partir de quelle niveau de panne, la chaudière devra-t-elle être remplacée ? Uniquement si le brûleur tombe en panne, ou tout autre organe périphérique ? …

    2. Si la cuve est un lieu de stockage pour le fuel, c’est aussi le cas pour le propane, utilisé en milieu rural. Il n’y a qu’en ville où le « gaz de ville » (butane) est fourni en continu, comme l’eau courante. J’ai connu aussi, sans jamais rencontrer jamais aucun problème d’approvisionnement…

    3. Il existe une grosse différence entre le gazole routier et le fuel domestique, dans leur utilisation. Il y a des filtres à la sortie du moteur pour le premier, ce qui en fait désormais un carburant aussi vertueux que l’essence. Ce n’est pas encore le cas de nos cheminées !

    4. Avec le bois pour le chauffage, on bénéficie ipso facto d’une neutralité carbone (voir mieux en phase ascendante) puisqu’il faut assurer des forêts en quantité suffisante pour compenser ce qui est consommé. Aucun souci réel de ce côté là. En revanche, il est vrai que c’est un mode de chauffage très polluant (même avec des cheminées à foyer fermé) ; ce n’est pas pour rien qu’il est interdit à Paris en chauffage principal. Il a failli être totalement interdit il y a qqes années. A réserver à la campagne !

    5. Le mazout dans une maison, ça pue ! Je n’en voudrais plus pour rien au monde. Vive l’électricité ou à défaut le gaz !

  • Ca risque pas. C’est pas urbain, le transport maritime. En plus, ils ne doivent même pas savoir que c’est du diesel 2 temps !

  • Excellente analyse et on fine je rejoins un commentateur: Et si on nous fiouillait la paix?
    Pour la petite histoire , j’ai connu un très bon médecin psychiatre qui soignait un proche contre une lourde dépression. Il m’a expliquer qu’il convenait de le faire entrer dans un service spécialisé, autrement dit l’enfermer, car quelques soit les aides que nous voulions lui apporter nous étions incompétents pour le soulager et que nous prenions le risque d’être entraîner dans sa dépression.
    Nos ecolo-bobo-gauchistes sont des dépressifs et leur dépression a grandi de jour en jour depuis la chute du mur de Berlin ayant perdu le levier de leur lutte contre les sociétés libres et/où le capitalisme.
    Il est tant d’envisager un enfermement faute de quoi il nous entraîneront dans leurs délires.

    • Solution pas très démocratique mais devant une telle pandémie il faut agir vigoureusement ( car bien sur il s’agit d’un état pathologique ???) !!!!

  • Décision idéologique ? je dirais plutôt gros péché d’orgueil de croire que l’homme est capable de modifier profondément le climat. Ou alors, il faudrait m’expliquer pourquoi et comment, il y a 10 000 ans, on est brutalement passés d’une période glaciaire à une période tempérée, où les glaces ont tellement fondu que la Méditerranée a vu son niveau monter de plus de 12 m. Probablement que les quelques feux de nos ancêtres ont dû eux aussi réchauffer le climat ?
    Plus sérieusement, la vérité est ailleurs et cet article en parle succintement (Edouard Phillippe l’avait d’ailleurs évoqué dans un de ses premiers discours sur le climat): Il s’agit tous simplement de notre dépendance énergétique et de son coût: quand on balance, depuis 50 ans, plusieurs dizaines de milliards d’euros chaque année aux pays producteurs de pétrole, on peut parler d’appauvrissement général de notre pays, et il est plus que temps d’y mettre de sérieux freins. Regardons autour de nous: les pays les plus en pointe, et particulièrement européens, en matière de « réchauffement climatique » sont tous dépendants du cartel pétrolier. En revanche, les Etats Unis, qui sont devenus indépendants en matière énergétique s’en moquent royalement.
    Au lieu de chercher à nous faire peur et à voler notre argent, en nous faisant croire que nous sommes seuls coupables (et les cycles climatiques ? personne n’en parle…), on ferait mieux de faire appel à notre intelligence et nous expliquer clairement et réellement le fond du problème.
    Mais il faut croire que faire appel à notre intelligence est un concept qui échappe totalement à nos politiques.

    • « quand on balance, depuis 50 ans, plusieurs dizaines de milliards d’euros chaque année aux pays producteurs de pétrole, on peut parler d’appauvrissement général de notre pays, »
      C’est typiquement une idée fausse. Dans un échange volontaire les deux parties sont bénéficiaires. D’autre part la richesse d’un pays n’est qu’une rêverie du pouvoir. Il n’existe que des richesses individuelles (dans une économie de marché), richesses qui s’enrichissent dans les relations commerciales volontaires, qu’elles soient nationale ou internationale.

      •  » Dans un échange volontaire les deux parties sont bénéficiaires. »
        oui mais non : tout dépend des parties.
        Entre individus (ou entreprises) libres et responsables, d’accord mais entre des conglomérats politiques?

    • et de plus de 70m en 30 000 ans (voir entrée de la grotte Cosquer qui est à 70m sous la surface.
      Pour l’indépendance énergétique électrique, seul le nucléaire et la surgénération pourraient nous l’assurer au moins partiellement, c’était le but de de Gaulle

      • faut il indépendance energetique si oui pourquoi?
        si indépendance energetique se fait a prix de la moitié du niveau de vie des gens.. on peut se poser des questions..
        donc ça vaut combien Independence energetique?? et comment faire en sorte que ‘tout le monde en profite équitablement » autrement dit que ce ne sit pas une rente pour certains..

      • Hum .. L’entrée est à -37m plutôt. Le niveau de la mer c’est plutôt 110-120m plus bas il y a 20000 ans.

  • Le but de ces « chemises vertes » comme les nomme très justement un commentateur consiste, à l’évidence, à casser l’économie.

    Une économie qui fonctionne -et qui est par conséquent, libre- rendrait ces gens totalement obsolète.

    La destruction de l’économie leur permet d’accroître leur pouvoir pratiquement à l’infini.

    Le pretexte de la planète est un intrument idéal de propagande pour arriver à cette fin, bien plus efficace que celui de « l’égalité » (que l’on garde cependant en réserve et que l’on ressort à l’occasion) qu’ils avaient utilisé à la fin du XIXeme siècle.

    Les horreurs que les totalitarismes enfantés par ce dernier ont causées ne sont, je le crains, rien comparé à celles qui nous attendent.

    • le but revendiqué par les « verts » de tout poil est la destruction du capitalisme, point.

      • pas tout à fait..certains pensent vraiment que la destruction du capitalisme est le moyen..

        mais parlons plutôt de liberté économique..

  • Sinon, une soluce, c’est de construire des maisons passives: plus besoin de chauffage. Bon, dès que la température dépasse 17° dehors, ça devient presqu’un four dans la maison (24 °C), et à 30° dehors, n’en parlons pas.
    C’est du vécu.
    Autre léger inconvénient, le prix , un peu dissuasif pour nous, les péquins moyens.
    En prime, je serai curieux de voir comment veillit ce type d’habitation.

    • @nevez: Oui, mais alors comme les EnR : quelle longévité pour de telles maisons passives, où on fait des tests de pression ?

      • AMHA, longévité réduite. Les moisissures et autres joyeusetés vont apprécier.
        Autre problème: en cas de froid prolongé (si, si, ça peut arriver ;)), il faut forcémment un chauffage d’appoint.
        En terme de confort, j’apprécie moyennement, on a l’impression de vivre dans un bocal fermé ou dans un sous marin.
        Bref, les maisons passives, c’est pour le fun (et les bourses bien pleines), mais c’est tout.

        • Je connais pas le concept de maison passive, maison active semble meilleur pour ce style d’habitat. Je n’ai qu’une maison bien isolée, froid tout le temps si pas de chauffage ou en cas de canicule ça monte ça monte jusqu’à l’indigestion de calories.

        • et il faut assurer en permanence la ventilation intérieure (gare aux résidences secondaires….) sinon tout pourri à l’intérieur car c’est étanche.

    • Pour que ce soient des solutions, il faudrait d’abord qu’il y ait un problème à résoudre.

    • Et vous logez des millions (milliards) de personnes dans des maisons passives?

      • On a déjà un truc pour loger des millions de personnes passives dans des maisons, ça s’appelle le confinement. Il n’y a plus qu’à déplacer l’adjectif.

    • surisolation sans inertie thermique : très mauvaise conception de la maison. Mais avec une pompe à chaleur réversible pour climatiser, vous avez la solution.

  • L’abandon du fioul lourd est une mesure en cours, je crois…

  • En complément a toutes les vérités énoncées dans l’article, qui démontrent l’incompétence et l’abrutissement idéologique de nos décisionnaires, Il faut préciser que la pompe a chaleur n’est plus très fonctionnelle quand les températures sont négatives. Dire que l’on va tout chauffer partout avec le même système alors que les situations et donc les solutions sont différentes, révèlent un niveau de niaiserie dramatiques de nos élus et responsables.

  • En complément a toutes les vérités énoncées dans l’article, qui démontrent l’incompétence de nos décisionnaires, Il faut préciser que la pompe a chaleur n’est plus très fonctionnelle quand les températures sont négatives. Dire que l’on va tout chauffer partout avec le même système alors que les situations et donc les solutions sont différentes, révèlent un niveau de niaiserie dramatiques de nos élus et responsables.

    • Au lieu de pomper de l’air on pompe de l’eau et le tour est joue.. C’est un peu plus cher mais efficacité toutes saisons.. Je ne sais pas si il existe un système mixte mais cela serait super et pourquoi pas un système de réchauffage au gaz ou couplé à une cheminée à bois pour le grand froid lorsqu’aucune autre solution est possible

      • encore faut-il avoir de l’eau à disposition…

        • Le robinet.. Ou le puits, l’idéal étant deux forages.. Cher sans doute mais… Quand l’electricite coûtera les yeux de la tete, le 1kw 1 euro n’est pas loin.

        • Merci de lui avoir répondu. j’ai une pompe a chaleur depuis plus de 25 ans en chauffage principal, il se trouve que j’ai fait des forages dans la commune : 220 m d’argile bleu, si votre élève Chauffagiste veut monter une start aup de potiers je lui donne les coordonées !

      • Le chauffage au bois sera interdit sous peu. Because particules fines! Ma cheminée, réalisée aux normes en vigueur, déverse dans l’atmosphère 20 fois plus de particules fines que mon SUV Diesel. Question : Que se passe-t-il si chaque parisien s’équipe d’une cheminée ? Réponse : Ils vivront moins longtemps et, en conséquence, la densité de bobos au m2 diminuera !!! LOL

  • Ah je la sens bien celle-là : des sites indiquant comment remplacer son brûleur, et ou se fournir.
    Parce que les frontières sont poreuses et gardes-clopes occupés à contrôler les voitures à la frontière luxembourgeoise. Chaque voiture ne doit contenir qu’une seule cartouche. Liberticide.

    Bon, y contrôlent les cartouches de clopes ou les DPD? Faudra bien faire un choix.

  • Dans mon précédent post je parlais de mission, l’unique mission est de diminuer de 40% le co2. Une seule réponse à cela est, chauffage électrique obligatoire et au diable l’avarice on baisse en conséquence le prix de l’electricte pour le chauffage pour le rendre attirant pour le consommateur. Radiant à accumulation pompe à chaleur à chacun de choisir… La pompe à chaleur étant sans doute le meilleur choix malgré sa fragilité, canicule oblige puisqu’on est condamné par le giec à l’enfer, puis à la noyade d’ailleurs, chaud froid…. Glace

    • c’est ce qui a été fait à l’époque de la construction des centrales nucléaires.

    • Non mais soit plus explicite..

    • Vous dites n’importe quoi le chauffage radiant a un prix de revient de la « calorie » dans l’habitation de trois fois celui d’une pompe a chaleur ! ce n’est ni équivalent ni comparable.
      J’ai une pompe a chaleur de 25 ans, aucune réparation toujours en état, si vous connaissez des PAC qui claquent toutes au bout de dix ans elle sont fabriquées par des escrocs spécialistes de l’obsolescence programmée, il y en a des milliers !

      • On est d’accord sur le sujet mais a quoi bon changer tant que la facture est dans tes moyens.. Pas question de dépenser 10 000 euros la dedans voir plus alors que le besoin de froid est de 3 à 4 jours par an. 10000 euros étant le coût de mon électricité pour plus de 10 ans de chauffage.. La simplicité est parfois meilleurs marché..

        • Chacun doit pouvoir se chauffer par les techniques qui lui sont les moins cher et les plus faciles en fonction du lieu, de sa condition physique, sa santé de ses moyens.
          En aucun de la façon la plus absolue, ce n’est a un idéologue écolo inculte de décider pour des millions de français et de situation différentes!
          Staline Polpot Hitler Mao avait surement des idées sur le sujet dans ces conditions pourquoi suivre l’avis d’un écolo, écoutons nos grand penseurs d’avant le nazisme vert.

  • Personnellement, comme beaucoup de fronçais, j’en ai ras-le-bol de ces écolos-socialos-parigos-dingos. La dictature de cette petite minorité est en train de mettre à mal notre pays et même l’Europe. Le pire c’est qu’une majorité de citoyens ne mettent jamais en doute les tombereaux de Fake News dont elle nous abreuve chaque jour.
    Il faudrait plus d’associations comme les climato-réalistes pour contrer toutes les inepties de ces écolos qui sont en plein délire. Je ne sais pas si un labo inventera un jour un vaccin pour les faire taire.

    • le problème est que les bobos/énarques qui nous gouvernent favorisent outrageusement ces écolos par pure vacuité intellectuelle.
      Donc d’abord supprimer l’ENA et toutes les subventions à ces écolos.
      Quand il leur faudra trouver de l’argent pour manger, on les entendra moins.

      • L’ena n’est pas en cause, être une grande école suffit cela donne des privileges et quand il y a privileges, tout se complique.

        • Le problème est l’admission automatique dans les corps de l’Etat et l’administration publique au sortir de certaines grandes écoles. Si les privilèges étaient un problème même quand ils sont mérités, on peut facilement voir en ce lendemain de 4 août que le monde aurait été différent.

    • En attendant, lorsque ces inepties seront mises en place, il sera bien difficile de s’en débarrasser. Quel homme politique osera balayer tout ce qu’on aura mis en place ?

  • Casser si c’est pour construire autre chose de mieux, OK.
    Casser sans vraiment savoir par quoi remplacer c’est moins bien… L’idéologie prétendument écologique nous pousse à la décroissance sans solution : quel magnifique projet pour la jeunesse…
    Et vraiment pas sûr qu’une chaudière nucléaire supplémentaire soit plus écologique et économique, que fait-on des déchets et d’un démantèlement sur 20 ans, sans parler du coût pharaonique de l’EPR qui explose ses délais de mise en place !

    • une fois que les centrales sont construites, faut faire avec : donc autant les faire fonctionner ! (et donc redémarrer Fessenheim).

    • Bof, le coût dit « pharaonique » est encore beaucoup moins élevé que le soutien aux EnR.
      Nous avons perdu le savoir faire des années 70/80 pour la construction des centrales, donc, le premier modèle en paie le prix (sans compter les contraintes de plus en plus délirantes).
      Et les déchets, on les gère de mieux en mieux: ces déchets pourront même être des futurs combustibles.
      Quant au démantèlement, c’est parfaitement gérable (encore que l’on peut rallonger la vie des centrales). ce qui renchérit le coût du démantèlement de Brennilis par exemple, ce sont les multiples recours des associations « citoyennes » qui bloquent les travaux pour des motifs toujours fallacieux : vous avez un bon juriste et vous bloquez n’importe quoi aujourd’hui.

    • Dans les autres pays, les coûts de l’EPR restent raisonnables.
      Quand aux déchets, ils ne sont pas très dangereux, sinon pour quelques centaines d’années. Sinon, ne dormez jamais dans une maison en granit, vous allez peut-être attraper un cancer des poumons.

    • une centrale nucléaire = 3 ou 4 réacteurs de 1000 MW et dure 60 à 80 ans = 1500 à 2000 éoliennes de 2MW qui durent 20 ans. Qui produit le + de déchets ? D’autant plus que les combustible peut se recycler dans les surgénérateurs. Mais pour cela il faut de la recherche et encore de la recherche et des projets industriels

      • 4000MW ..si les centrales tournent à 80%… ça fait un 3200MWan

        en terme d’energie..si les eoliennes sont à 20%

        ça fait plus d’éoliennes 2MW que 2000 ( sans compter les pannes =

    • casser pour construire un truc mieux..non..on casse si on voit un interet économique à le faire.. et on du mal à comprendre pourquoi fermer une centrale nuc amortie..

  • il y a des situations où le fioul est la moins mauvaise des situations. Mais cela demande de la nuance et de la réflexion, dont sont par définition non dotés des idéologues.

    • Pas d’accord, la moins mauvaise solution est la clim reversible qui de toute façon est obligatoire, plus personne ne supporte la chaleur l’été… Avec sans doute un chauffage au bois en complément, le bois est gratuit, l’état n’est pas capable de le taxer.

      • Depuis quand la clim est-elle obligatoire? Quand à la chaleur l’été, personnellement, je la supporte. Quand au bois, il n’est pas gratuit sauf si vous le volez!

        • Le bois se ramasse et alors il est gratuit sinon, à 50 € le stère. Y a pas photo la cheminée tourne et le chauffage mazout est en standby.. C’est comme ça que fonctionne mon voisin.. Super radin… Moi la cheminée est en standby et le bois pourri tranquillement ou il est et les radiants marchent au rythme du linky…

      • laissez les gens faire leurs choix, m^me mauvais, il est sans doute impossible de dire qu’un chauffage est meilleur qu’un autre..

  • En Creuse, département voisin, se met en place un biocarburant (colza) qui peut tout à fait fonctionner avec des chaudières fioul de moins de 10 ans ..le stockage est à l’identique…pas de pollution ..Et des emplois à la clé..Faut juste que nos têtes pensantes lisent un peu les presses locales tous les matins….!!!

    https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/actualites/le-limousin-prepare-deja-la-fin-du-fioul-domestique_13820180/

    • Sauf qu’avec l’interdiction des néonicotinoïdes, semer du colza revient à jouer au loto. C’est possible mais beaucoup plus compliqué à gérer.
      C’est une loi stupide de Barbara P. à l’époque, contre l’avis du gvt. mais que le gvt actuel ne semble pas vouloir modifier.
      C’est ballot tout ça: moins de colza, plus de dépendance aux protéines végétales importées, moins de diversité culturales (les abeilles ne vont pas apprécier).
      Idem pour les betteraves où cette même interdiction va fusiller toute la filière, avec des dizaines de milliers d’emplois à la clé.
      mais bon, il semblerait que le « nouveau » monde en marche n’en ait rien à cirer, vu que nous croulons sous l’opulence.
      Ce ne sont pas des masques qu’il faut: ce sont des camisoles de force pour nos « élites ».

    • bof il faut regarder tout, si on met du fioul sans doute moins taxé dans le tracteur pour produire de l’huile, tout en subventionnant..franchement…vous savez il ya aussi des chaudière qui brûlent du blé..

      c’est à mon opinion un celebration du pétrole qui ne dit pas son nom.

      ..

      • quand à la pollution..on aura la pollution du tracteur, les particules fines liées à la culture et à la moisson..

    • Il y a des propriétaires aisés et pas bête qui a l’intérieur de leur exploitation ont tous leurs véhicules qui fonctionnent a l’huile de Colza produite sur certaines parcelles de leur propriété. Bien que pas du tout dans le besoin, ils utilisent toutes les subventions possibles. Et même au passage, des opportunités de trésorerie financées par l’état, C’est en France. Ce n’est pas qu’il soit converti a l’idéologie écolo, c’est seulement pour ne rien devoir a personne et ne plus entendre les diktats des malades écolos.

  • Depuis quand une chaudière est-elle vertueuse? Ceci étant, cette commission citoyenne et ce conseil de défense écologique sont une vaste fumisterie qui coûtent des fortunes pour des interdictions et des injonctions stupides. Jusqu’à quand ce cirque?

  • De toutes manières, nos écolos qui sont persuadés que le monde en général et la France en particulier va devenir une fournaise (avec des canicules décimant la population plusieurs fois chaque été) devrait plutôt faire des plans pour équiper chaque logement individuel avec des climatiseurs – et donc développer les centrales nucléaires pour la fourniture électrique.

    Ne pas le faire est une mise en danger d’autrui et en tout état de cause un manquement au principe de précaution.

  • Economie décarbonée = Grosse Konnerie des idéologues pastèques!

  • Remplacer la chaudière à fuel par une pompe à chaleur alimentée par l’électricité, qui avec son coefficient d’énergie primaire de 2,58, ramené à 2,1 classe instantanément votre logement comme énergivore dans la graduation du diagnostic énergétique. Excellent pour justifier un malus sur la taxe foncière ! Rusés les Verts…

  • Comment ne pas souscrire aux remarques de l’auteur ??? Pourtant il oublie un élément essentiel : les taxes que l’état empoche sur le le fioul et le gasoil . Prenons l’hypothèse que tous les français abandonnent fioul et gasoil au profit de l’énergie que vous voulez nettement moins taxée ; l’état perdrait d’importantes recettes et par suite reporterait les taxes sur les énergies choisies faisant perdre tout intérêt ( économique ) aux remplacements souhaités !!!! L’écologie punitive risque d’obtenir l’inverse de ce qu’elle souhaite pour ne pas avoir compris que c’est le marché qui fait la loi !!!!

    • Il y aura des taxes sur les vélos et les PV…

    • Effectivement la pompe à chaleur perd tout son intérêt avec une électricité 4 fois plus chère que le fioul et nous n’en sommes plus très loin. D’où l’interdiction du fioul pour le chauffage qui permettra de taxer encore plus l’électricité.

  • L’expression « chaudière vertueuse » est très significative: l’Etat nous fait la morale pour yout et n’importe quoi, alors que la morale n’a rien à faire dans les questions énergétiques.

  • La prétendue écologie Française se résume très facilement en deux mots : Interdire et Taxer . Tout est dit ! …

  • Heureusement que l’on ne va pas interdire les réparations ! Nous venons d’investir dans une chaudière à condensation et avec Poemop on fait de belles économies sur notre facture. Nous n’avons pas l’intention de changer prochainement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Joseph Solis-Mullen.

La révolution verte éphémère de 2021 au Sri Lanka s'étant rapidement transformée en une véritable révolution un an plus tard, avec l'éviction du gouvernement incompétent et autoritaire de l'ancien président Gotabaya Rajapaksa la semaine dernière, c'est le moment de rappeler non seulement pourquoi cet effort a échoué, mais aussi pourquoi les politiques dites ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) et plus généralement le mouvement de l'énergie verte sont des pertes de temps désespérées et destructri... Poursuivre la lecture

Grand par la taille, le Sri Lanka est un pays modeste par sa population : vingt-deux millions d’habitants. Ouvert sur l’extérieur, le Sri Lanka dépend largement du tourisme. À majorité bouddhiste, le pays doit composer avec une forte minorité tamoule de 30 %.

Quand un pays sombre dans la crise, les idéologues se précipitent pour identifier LA cause de la crise, toujours conforme à leurs théories. D’autres se réfugient dans un prudent les causes sont multiples qui a l’avantage de n’engager personne. On lit que le Sri Lanka serait victim... Poursuivre la lecture

Sri Lanka
4
Sauvegarder cet article

Au Sri Lanka, rien ne va plus.

Ce petit pays de 22 millions d’habitants n’était pourtant pas mal parti : le revenu par habitant y était traditionnellement, et il le reste encore, bien plus élevé qu’en Inde. Il est aujourd’hui au bord du gouffre. Le pays n’a plus de riz, plus d’essence, plus de crédit, plus de touristes, presque plus de thé. Des émeutiers affamés ont envahi le palais du président, qui s’est enfui. Le Premier ministre (son frère) a aussi annoncé sa démission. Les causes de cette dégringolade tragique sont nombreuses, mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles