Loi sur la dépendance : la nouvelle branche de la sécurité sociale

Quand on aime on ne compte pas, cela n’a donc pas empêché nos députés de voter mardi un nouveau trou : la loi sur la dépendance. Quid du financement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Steven HWG on Unsplash - https://unsplash.com/photos/zBsdRTHIIm4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi sur la dépendance : la nouvelle branche de la sécurité sociale

Publié le 17 juin 2020
- A +

Par Gérard Maudrux.

Le chantier des retraites est heureusement en panne, et le gouffre continue de se creuser, gouffre que la réforme ne prévoyait d’ailleurs pas de combler. L’épidémie passe, créant plusieurs autres gouffres dans toutes les branches de la sécurité sociale.

Pour cette seule année le trou est de 52 milliards, et de 40 pour chacune des deux années à venir. Il s’agit là d’un prévisionnel annoncé lundi à l’Assemblée, le réaliser sera comme d’habitude plus important, venant s’ajouter aux 31 milliards de dette non encore remboursée et 13 milliards de dette des hôpitaux. Ces 31 milliards vont donc passer à 176 milliards en deux ans !

Une nouvelle branche de la sécurité sociale

Quand on aime on ne compte pas, cela n’a donc pas empêché nos députés de voter mardi un nouveau trou : la loi sur la dépendance. Peut-être aurait-il fallu faire les comptes et des projections à court et moyen terme, avant d’engager ce nouveau chantier devant conduire à une nouvelle branche de la Sécurité sociale, vouée à creuser de nouveaux déficits.

La dépendance, c’est quoi ? C’est la perte d’autonomie. La loi prévoit » une nouvelle assurance publique contre ce qui est devenu un nouveau risque », selon le ministre. Ce n’est pas un risque, cela nous arrivera à presque tous, c’est l’un des éléments du grand âge. Après 2040, dix millions de personnes seront couvertes contre ce risque, deux fois plus qu’aujourd’hui.

Quid du financement ? On annonce des chiffres totalement faux pour faire passer cette réforme non financée. Un milliard de plus dès cette année, 2,3 milliards prévus pour 2024. Et après ?

Aujourd’hui les dépenses allouées à la dépendance dépassent les 30 milliards. Les établissements pour personnes âgées accueillent 800 000 personnes, ne pouvant donc plus vivre seules chez elles ou en famille. Les prévisions tablent sur 2,3 millions dans 25 ans. Il existe également les prises en charge à domicile, guère moins coûteuses, parfois davantage.

Un financement public

Le financement actuel, à la charge des ménages, est aidé par les pouvoirs publics avec l’Aide aux Personnes Agées financée par l’État et les départements. Cette aide est proportionnelle aux revenus et au niveau de dépendance, calculé par le GIR (Groupes iso-ressources), échelle d’évaluation de cette dépendance comportant six niveaux, le premier qualifiant une dépendance totale, le sixième l’autonomie dans la vie courante.

Cette prestation étant renforcée et son financement étant collectif, chacun pourra y prétendre. Je paye, donc j’ai droit, comme tout le monde. Chacun se déchargera de ses anciens, car pourquoi en assumer le coût si tout le monde a le droit et paye dans ce but ?

Espérons que cela ne sera pas le cas, car en 2040, il y aura 11 millions de personnes de plus de 75 ans qui pourront y prétendre. À environ 3000 euros mensuels, cela ferait 400 milliards.

Certes après 75 ans, tout le monde n’est pas dépendant, mais avec l’allongement de la durée de la vie, il y aura de plus en plus de personnes dépendantes plus âgées. En octobre dernier la DRESS (Direction de la recherche au ministère de la Santé) prévoyait que le coût de la dépendance passerait en une génération de 1,4 à 2,78 points de PIB, dont 2,07 points pour la collectivité.

Qui paiera ?

La réforme qui vient d’être votée va aggraver ces prévisions déjà peu optimistes. 80 à 100 milliards est un chiffre moyen. Qui paiera ?

Pas d’augmentation des impôts a affirmé le ministre. Il est vrai que la CSG, la CRDS (du provisoire devenu définitif, prolongé neuf ans une fois de plus en attendant la prolongation suivante) ne sont pas des impôts… Par ailleurs depuis quelques semaines, on assiste à des dépenses faramineuses sans besoin d’aucune recette.

C’est le nouveau miracle de la multiplication des petits pains. De qui se moque-t-on ?

Et si on laissait la responsabilité individuelle fonctionner, quitte à l’aider ? L’histoire montre que cela coûte toujours moins cher et fonctionne mieux que quand l’État prend tout en charge, avec une efficacité redoutable comme on l’a vu dans la gestion de l’épidémie.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • J’ai fais une simulation pour l’apa actuel pour ma grand mère, je trouve 6.7€/mois, qui seraient non versés car inférieur à 30€. Par contre pour l’augmentation de CSG, pas besoin de simulation, une simple lecture du relevé de compte suffit, de l’ordre de -100€.
    Je peux répondre à la question de la fin de l’article:
    Qui paiera l’aide aux personnes dépendantes? Les personnes dépendantes…
    Une augmentation de la CSG permettra d’augmenter le revenu des personnes dépendantes dont le revenu aura baissé suite à l’augmentation de la CSG.

    • Mais ce n’est pas limité à la dépendance ; quand l’état aide au changement de véhicule c’est avec l’argent qu’il a préalablement pris dans la poche du futur acquéreur augmenté des frais de recouvrement et de redistribution ( bien heureux si les intermédiaires n’en profitent pas pour augmenter leurs tarifs ) ; on peut faire le même constat avec les aides pour économies d’énergie ( isolation , changement de chaudière , panneaux solaires ou autres pompes à chaleur ) !!!! L’état veut décider de notre consommation comme il est de règle dans tout pays soviétisé !!!!!

  • Elle doit être terrible, la misère des personnes dépendantes des autres pays européens, sans la CSG…

    😉

  • Ces gens sont vraiment des abrutis de première! Qu’ont ils donc fait de leur cerveau?

  • La casse des familles donne le résultat que nous avons sous les yeux: des dépendants bien plus tôt par exclusion des cellules familiales . . .

  • Qui paiera ?

    Ha ha. On imprimera des billets de banque. Jésus Christ apparaîtra comme un amateur.

  • C’est triste à dire, et loin de moi que cette idée m’enchante: mais pourquoi ne pas prélever plus au moment de la succession?

    OK, cela me débecte de voir le fruit d’une vie de labeur volée par l’état, mais en même temps, quand on voit que les sexagénaires et plus âgés concentrent une grande partie du patrimoine, c’est un peu osé de demander aux actifs une nouvelle contribution qui s’ajoute déjà à celle pour paiement des retraites.

    Je sens que je vais me faire insulter avec cette idée 🙂 Mais bon, entre demander aux actifs de payer, ou de pomper dans le patrimoine privé lorsqu’il existe…. Je préfère encore cette dernière solution, même si la succession de mes propres parents se voyait diminuée!

    • Les avances sur succession existent déjà

      • Tout à fait. Si vous laissez une dette à un organisme social, si vous n’avez pas payé l’Ehpad, c’est récupéré sur la succession, même certaines aides.

        • l idee de cette mesure gouvernementale est justement de faire payer le contribuable et de ne pas toucher aux heritages. ce qui est doublement debile.
          1) Vous augmentez les impots et donc decouragez un peu plus les actifs
          2) vous taxez moins les heritages et donc faites encore plus la France un pays d heritier (qui plus est, l age pour heriter est maintenant superieur a 60 ans. autrement dit l heirtage ne va pas servir a quelqu un pour se lancer dnas la vie mais va surment etre thésaurisé)

    • Mauvais calcul, le patrimoine privé a encore un pouvoir multiplicateur de richesse. Volé par l’état, absolument plus aucun.

  • Ah ! Ah ! La 5ème branche de la sécu, ça fait 25 ans que j’en entend parler, alors…

  • Impeccable !
    Le déficit réel avant le covid était déjà de 15% (200 milliards d’emprunts sur 1290 milliards de dépenses) et la dette totale au minimum de 6000 milliards avec le hors bilan.
    Et par la grâce des journalistes subventionnés, la majorité ignore toujours que le pays est en plein naufrage.
    C’est Mirifique ! Grandiose ! Ubuesque !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les amis de la liberté individuelle, la bataille des législatives semble mal engagée : la gauche autoritaire tendance NUPES est en tête des sondages, suivie de près par le centre autoritaire tendance majorité présidentielle, lui-même suivi par la droite autoritaire tendance Rassemblement national. Dans tous les cas de figure, les programmes dirigistes promettent davantage d’intervention de l’État, que ce soit en matière de sécurité, de maîtrise des prix, d’écologie ou encore d’énergie. La mystique du plan est réapparue après la crise san... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le fédéralisme flamand est un succès avéré, dans quasiment tous les domaines. La Flandre n’a jamais été aussi prospère. Gand, Bruges, Leuven sont au faîte de leur art de vivre, parmi les plus belles, actives et créatives cités d’Europe du Nord. Anvers renoue avec son glorieux passé, celui de l’un des plus grands ports du monde.

Le fédéralisme wallon est tout aussi éclatant, mais d’échec, d’insuccès, de complaintes, de rancœurs et de misère. Pourtant, depuis un demi-siècle, c’est la Flandre qui finance massivement la Wallonie, non le co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles