Le gouvernement micromanage avec succès

L'Etat peut tout. C'est à ça qu'on le reconnaît. Et ça tombe bien, c'est pour ça qu'il nous facture, très cher, indépendamment des résultats.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement micromanage avec succès

Publié le 27 mai 2020
- A +

par h16

Actuellement, et si l’on s’en tient aux déclarations des politiciens, avidement relayées par des journalistes au petit doigt sur la couture, l’État peut tout, et c’est même à ça qu’on le reconnaît : il peut rendre obligatoires des masques dont il s’est assuré la pénurie par des réquisitions idiotes ; il peut, comme pour le gel hydro-alcoolique, garantir le prix d’un produit après en avoir fusillé le marché, l’approvisionnement et la distribution. Il peut tout, vous dis-je : guérir des maladies, rappeler l’être aimé et même démarrer des motos russes, même les jours fériés.

Dr Albert, medium, fait démarrer les motos russes

Et cette omnipotence se traduit très concrètement par son intervention à tous les niveaux, du plus haut de l’échelon jusqu’au plus bas, au point que tout l’appareil d’État est maintenant mobilisé pour déterminer avec précision ce qu’il est possible de faire sur les chemins (arborés ou non), dans les parcs, dans les rues, dans les commerces (les petits, les moyens, les grands), jusque sur les plages où le nombre de fesses posées sur le sable sera méticuleusement calculé et vérifié par une horde d’agents assermentés permettant que ces milliers de lois, de décrets, de circulaires soient correctement appliqués. Au pragmatisme intelligent sera substitué un respect scrupuleux du principe de précaution et des procédures administratives, dûment évaluées, certifiées et tamponnées par de zélés bureaucrates sans lesquels, c’est évident, le pays s’effondrerait.

Et pendant que la maréchaussée choisira d’occuper son temps à compter des muscles glutéaux sur les plages de France plutôt que risquer les siens dans certaines cités trop émotives, notre élite politique s’est aussi mobilisée pour que continue à son niveau aussi le micro-management de la Nation.

C’est ainsi qu’Élisabeth Borne, ce ministre en pleine transition écologique, s’est fendue d’une lettre destinée à quelque 90 grands patrons. Son but ? Les pousser (lire : leur intimer l’ordre d’aller) vers « une relance verte » dont les minutieux détails seront longuement débattus en juin prochain, puis collationnés dans d’inextricables rapports de plusieurs centaines de pages pour baliser le parcours de transition des entreprises concernées.

Rien ne sera laissé au hasard ou – pire encore – à l’initiative privée : du repas dans les cantines (qui devront offrir des alternatives végétariennes, à l’instar des cantines scolaires, déjà passées en novembre à cette obligation) jusqu’au mode de déplacement des salariés – qui pourront réclamer jusqu’à 400 euros de prime pour pédaler joyeusement sur les routes de France, tout est prévu pour que l’industrie française, déjà lourdement empesée des normes officielles, des contraintes sociales, fiscales et bureaucratiques nationales, soit durablement handicapée par une nouvelle bordée d’astreintes Gaïa-compatibles qui permettront à sa productivité et sa compétitivité d’explorer de nouveaux abysses.

Signalons au passage la remise sur le tapis (encore, encore et encore une fois !) des dons d’invendus aux associations, magnifique arlésienne gouvernementale démontrant à elle seule l’inculture économique (distribuer un invendu, c’est tordre un marché et introduire des dizaines d’effets pervers dangereux pour les entreprises et l’emploi) et l’inculture fiscale (le don est sévèrement puni en France) de nos dirigeants. Gageons que Borne saura se montrer à la hauteur dans ce domaine et produira donc les mêmes prouts mentaux que ses congénères politiciens qui sont déjà passés par là.

Et puisqu’il s’agit de produire des règles et de finement tarauder les anus citoyens par mille et une normes, Bruno Le Maire a évidemment répondu présent avec cette gourmandise que seuls les cuistres et les incompétents peuvent afficher lorsqu’ils vont déclencher une catastrophe en tentant de réparer un désastre : comme l’État (dont il est représentant) a décidé de fusiller complètement l’économie en fermant autoritairement toutes les entreprises, l’État va aussi se charger d’achever les survivants en se mêlant avidement de leurs affaires, à tous les niveaux.

Épaulé en cela par un président de la République à la vigueur véritablement stupéfiante en ces temps de crise et qui va jusqu’à relancer lui-même le marché de l’occasion automobile par le truchement d’une inhabituelle distribution de pognon gratuit des autres sous forme de primes, l’actuel ministre de l’Économie s’est retroussé les manches pour (encore une fois !) sauver le pays.

Ainsi, quand le Bruno de Bercy ne s’occupe pas de faciliter le transit fiscal, il s’occupe de tripoter les dates des soldes d’été : en effet, que serait un État s’il ne décidait pas, à la place de chacun, ce qui est bon pour tous ? Comment douter qu’une période unique de soldes ne sera pas parfaite pour tous et que chaque commerçant y trouvera son compte ? Après tout, comme c’est mis en place par l’État et réclamé à cor et à cris par certains lobbies, c’est forcément une idée géniale !

Mais décider de la prochaine date des soldes n’est pas, loin s’en faut, un travail à temps plein pour Bruno Le Rigolo : entre deux parapheurs remplis de décrets idiots à signer d’une main ferme, il reste toujours quelques minutes pour glisser quelques importantes leçons de vie destinées à ces industriels décidément pas assez brillants pour relever le pays. Après tout, Bruno s’est engagé sur un prêt à hauteur de 5 milliards d’euros gratuits des autres pour aider le constructeur automobile Renault et ce prêt ne viendra pas sans conditions : on savait depuis quelques jours que ce prêt s’entendait à condition que Renault recentre sa production vers les voiturettes de golf plutôt que les automobiles à essence. Apprenant que le constructeur accumule les difficultés et envisage de fermer certaines usines, Bruno a depuis précisé qu’il n’entendrait pas laisser faire ces restructurations sans y mettre son grain de sel.

Eh oui : non content d’économiser comme un cador en économie, non content de ministrer son ministère de façon inouïe, Bruno entend aussi expliquer aux industriels comment industrier, aux ouvriers comment ouvrager, aux ingénieurs comment s’ingénier et aux commerciaux comment commercer. Il est ministre. Il sait.

Vous voyez : aussi profonde cette crise peut-elle paraître, rien n’empêchera l’État et ses sbires d’agir au niveau le plus fin, le plus précis, le plus pointu pour définir ce qu’il faut faire, ce qui est interdit, ce qui doit absolument changer et ce qui doit, coûte que coûte, rester inchangé.

Bien évidemment, tout comme le mage Yao Kouadio qui ne fait pas démarrer des motos russes gratuitement, cet État aussi ventripotent qu’omnipotent ne peut garantir ses effets sans un petit financement correctement planifié : le succès n’est garanti que si on pousse le petit billet dans la petite enveloppe, c’est certain.

Ce qui ne pousse qu’à une seule conclusion : contribuables, à vos chéquiers !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • ha!ha!ha! excellentissime!

  • Etant donné que la somme des prélèvements obligatoires représentait 70% de la valeur ajoutée marchande avant crise, le magistral coup de rein fiscal/fistal supplémentaire post sars-cov-2 va finir d’achever l’économie du pays déjà à la limite.

    Narcisse pourra conclure son extraordinaire mandat avec plus de 10 millions de chômeurs (toutes catégories, France entière), une tendance vers 200% de dettes publiques sur PIB et des centaines de milliers d’entreprises, de commerçants et d’artisans en faillite. Le vélo ne sera plus une option pour bobo triste, mais une contrainte économique par défaut.

    Le Frexit était un fantasme politique idiot. On peut craindre désormais que d’autres membres de l’euro invitent fermement la France à prendre la porte de la monnaie européenne afin qu’elle poursuive en toute autonomie sa vaillante progression sur la route de la servitude.

    • Si le national est à chier, que dire du supranational?

    • J’avais pensé que ses financiers allaient le lâcher. Quelle nativité de ma part : leurs avoirs son bien sur placés à l’étranger et il a parfaitement rempli son rôle.

  • L’autre jour, Manu à emmené Edouard dans une barque sur l’étang du bois de Boulogne et lui a dit :

    « Et maintenant Edouard regardez bien, je vais marcher sur l’eau ! »

  • C’est du pain béni les auteurs de « Contrepoints » en ce moment.
    Intellectuellement j’ai des carences incroyable pour cause de malnutrition,
    Heureusement pour moi, Dieu m’a fait croiser votre route…
    Et il avait raison,
    Vous distribuez les pains comme personne 🙂

  • Comme la vie c’est donnant donnant, j’ai pas pu m’empêcher de faire un don.

  • Le Rigolo alias Bruce Leemaire : il est ministre. Il est Mao, car il sait tout.

    Contribuables, c’est surtout le moment de fuir ces tartufes.

  • des sous pour rouler en vélo des sous pour acheter des bagnoles;. par un parti qui s’appelerio « en marche. ».

  • Il y a l’épicerie fine, là nous avons la gestion fine…

  • En tous cas, on est mal…

  • Quand allons nous nous débarrasser de ces gens-foutres….il est plus que temps
    Merci pour cet article qui rejoint la liste de vos réjouissances intellectuelles

  • Cher H16, je croyais qu’il était d’Agen, Bruno.

  • Et le dernière c’est la promotion de la “Voiture verte” pour sauver l’industrie automobile!!!
    Le président de la République veut porter à 1 million le nombre de véhicules électriques ou hybrides construits en France d’ici à 5 ans. Montant du plan : 8 milliards d’euros qu’il faudra bien financer.
    https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/economie/voiture-verte-la-strategie-de-macron-pour-sauver-lindustrie-automobile-deja-condamnee-119794
    Ce qui est fou, c’est que l’on a dépense énormément d’argent pour lancer la voiture électrique, fusillé la filière nucléaire qui produit l’électricité, aidé a construire des véhicules électriques qui forment d’énormes stocks d’invendus, dont on va desormais subventionner l’écoulement a un prix d’or. Alors que dans le meme temps, dans la France profonde il n’y a ni internet ni bornes électriques. Il est clair que l’écologie zozo n’est pas un mythe et que cela ruine la France. Nous manquons dramatiquement de la continuité de l’Etat stratège.

    • @Lapalatine
      Théoriquement gouverner c’est prévoir.
      Pouvez-vous me dire ce qui a été prévu et qui s’est concrétisé comme ces gens l’avaient « prévu » ?
      Ils font du surplace mais avec de grands mots, de belles envolées, et restent le Q assis sur leurs fauteuils confortables dans leurs bureaux climatisés.
      Le plouc (alias Gilet jaune) qui n’a pas les moyens de remplacer sa Clio de 15 ans, ou qui ne pourrait pas recharger ces bagnoles électriques, puisqu’il n’y a pas de bornes (hein Elisabeth), croyez-vous qu’ils y aient songé ?
      Pourtant ils parsèment nos campagnes de leurs éoliennes ou de leur panneaux solaires mais qui n’alimentent pas les ruraux. Mais qui les polluent, mais qui les ruinent, mais qui les rendent malades.
      Les sceptiques sur la dangerosité des ondes devraient commencer à se documenter !
      Bref faire n’importe quoi pour justifier sa position d’élus (et son grand salaire) et se moquer éperdument des conséquences.
      Voilà où en sommes réduits depuis pas mal d’années.

    • Plus personne ne veut de cette idiotie de voiture électrique.
      « Les ventes mondiales de véhicules électriques devraient chuter de 43% en 2020 » [1]
      .
      De plus, comme beaucoup l’ont dit (dont F. Langlois au JT de TF1) le drame des VE est la batterie qui demande pour la fabriquer plus de CO2 que la voiture n’ « épargnera » au cours de toute sa vie. Cette batterie, 40% du prix du véhicule, est à remplacer au bout de 4/5 ans, d’où la quasi impossibilité de revendre la voiture car alors il n’y a plus les 9 à 12000€ d’ « aide » (nos impôts) de l’État…
      .
      [1] https://www.climatedepot.com/2020/04/14/global-electric-vehicle-sales-expected-to-fall-43-in-2020/

  • Pourquoi veulent-ils à tout prix nous faire rouler à l’électrique? Touchent-ils une commission pour chaque voiture électrique vendue?

    • C’est une astuce du gvt, pour faire croire qu’ils font un effort gigantesque alors que dans les faits, très peu de personnes vont faire le pas pour la voiture électrique. Ses défauts sont connus et rédibitoires pour l’immense majorité des français.
      Donc, effet d’annonce qui finalement, ne coutera pas grand’chose.
      Finalement, ils sont filous.

  • Je crois que le Docteur Yao Kouadio est plus compétent que l’ensemble de clowns qui sont aux postes clés du pays. Au moins, s’il est mauvais, les gens ne l’engageront pas ; s’il est très mauvais, ils lui courront après.

  • Bruno « La Lumière », le « géo-trouvetou » de nos pieds nickelés, vole au secours de Renault pour parachever… sa perte. En effet, pour couler Renault il ne pouvait faire mieux, conditionnant l’aide financière au recentrage de production sur la soit-disant « voiture propre » (batteries non recyclables) pour « devenir » (en rêve) le 1er constructeur européen de voitures électriques. Coût exorbitant, kilométrage limité, crise économique à venir (éléments peu incitatifs à l’achat de ces véhicules) sont des « petits détails » oubliés par notre génial Bruno. Il mènera non seulement Renault à une faillite retentissante retardée (incompréhensible pour lui), mais aussi à la destruction d’un parc d’automobiles neuves et à l’accumulation de déchets non recyclables. Bravo pour la réussite économique, écologique et le gaspillage des deniers publics !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles