Bruno Le Maire va aider Air France. RIP.

À cause de la crise, Bruno Le Maire a décidé d'aider Air France en lui imposant toute une série de contraintes au plus mauvais moment. Bien joué, Bruno !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Airbus A318 Air France (Crédits : Philippe-Noret-AirTeamimages, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bruno Le Maire va aider Air France. RIP.

Publié le 6 mai 2020
- A +

par h16

Pendant que le pays va reprendre, très doucement, le chemin du travail, un homme au moins se dressera fièrement sur sa route pour le contraindre vers les pentes les plus raides et les trajets les plus sinueux. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, va encore une fois relever ce défi.

Il faut dire que sont actuellement rassemblés tous les ingrédients d’une recette de cafouillage olympique pour ce ministre déjà dans les starting-blocks du Monde de l’À-Peu-Près Covid.

Jugez plutôt : suite à une pandémie, l’État décide de mettre tout le monde aux arrêts avec assignation à résidence. Cet arrêt total entraîne une évaporation instantanée du commerce et des revenus afférents. Cet argent qui n’entre plus entraîne à son tour l’impérieux besoin pour l’État et ses sbires de le distribuer gratuitement à droite et à gauche.

Or, cet argent distribué, ce sont des dettes pour les générations futures (qu’on ne protège que lorsqu’il s’agit du climat et de trucs vagues pour dans 50 ans, jamais pour des questions économiques tangibles). Ce sont aussi des contraintes et de nouveaux problèmes que nos ministres, frétillant d’aise d’enfin servir à s’agiter martialement devant des pupitres en plexiglas aux armes de la République, entendent rappeler à toutes et à tous, dans la plus parfaite illustration de l’adage « Si vous comptez sur l’État pour résoudre votre problème, vous avez deux problèmes ».

Government Demotivator

L’assignation à résidence de tout un peuple signifie notamment, outre une production assez phénoménale de petits cerfas auto-signés, une disparition complète des vols aériens et, par voie de conséquence, de grosses difficultés pour la compagnie aérienne nationale : Air France, dont les avions sont tous cloués au sol, et se retrouve à quémander de l’argent que le gouvernement semble fort heureux de trouver.

Ce qui se traduit par un chèque de sept petits milliards d’euros. Cela peut paraître joufflu, mais lorsqu’on en ponctionne plus de 1000 chaque année sur le dos des Français en échange de pas-de-santé, pas-de-sécurité et pas-de-travail, et que ceux-ci en redemandent, sept de plus ne sont pas un fardeau.

Cependant, cette distribution facile d’argent des autres n’est pas une raison pour ne pas se mettre en avant ; c’est pourquoi Bruno Le Maire entre en jeu en criant (en substance) « oh là, pas si vite ! » immédiatement suivi d’un « Ce n’est pas un chèque en blanc » (véridique). Le gouvernement va bien donner de l’argent des Français à Air France qui, en contrepartie, s’engagera bien sûr à « être plus rentable et plus compétitive ».

Dans le langage courant, cela veut dire qu’il va falloir, pour la compagnie nationale, offrir des tarifs plus étudiés, des marges plus serrées, des services plus adaptés aux besoins des voyageurs pour concurrencer efficacement les autres compagnies aériennes qui ne manqueront pas de faire des efforts équivalents dans la période prochaine qu’on pressent fort difficile…

À cela, Bruno Le Maire, jamais en mal d’une bonne blague pas drôle, a ajouté « Air France doit devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement », ce qui veut dire aussi, en langage courant, imposer des tarifs plus élevés, des marges payant pour le carbone et le pétrole cracra (50 % de baisse du volume de CO2 sur ses vols métropolitains d’ici 4 ans, les enfants !) et des services limités pour des voyageurs moins gourmands…

Eh oui, il va falloir être plus rentable et plus compétitif en étant moins rentable et moins compétitif, notamment en s’engageant à « revoir la mobilité sur le territoire français ». En effet, « dès lors qu’il y a une alternative ferroviaire à des vols intérieurs avec une durée de moins de 2 h 30, ces vols intérieurs devront être drastiquement réduits et limités simplement aux transferts vers un hub ».

Eh oui mes petits amis, le chèque de Bruno, il vient attaché avec une bible idéologique bien lourde, bien compacte et bien contraignante. Car oui, c’est évident, le meilleur moyen de courir dans une compétition internationale où aucun concurrent ne fera le moindre cadeau à Air France consiste à corseter cette compagnie et la contraindre à trotter avec quelques gros boulets aux pattes :

« L’avion ne doit plus être un moyen de faire en 1 heures ou 1 heures 15 des transports qui pourraient se faire à moindre coût de CO2 par train en 2 heures ou 2 h 30. Ce doit être la règle et nous la ferons respecter. »

Quelle idée phénoménale !

Qui n’a pas envie de troquer 1 heures 15 d’avion contre 2 heures 30 de train lorsqu’il n’est pas en panne, en grève ou en faillite ? Qui n’échangerait pas une heure dans une place d’avion low-cost à grignoter des biscuits douteux contre deux heures contre une place de train plus cher à ne rien grignoter du tout ? Et lorsqu’on est une compagnie concurrente, comment ne pas applaudir à l’idée que l’État va fourrer ses gros doigts dans une compagnie déjà agonisante ?

Après la destruction créatrice chère à Schumpeter, voici à présent la destruction destructrice de Bruno Le Maire, le Juan Romano Chucalescu de l’économie qui va nous destructurer l’intemporel d’Air France à grands coups d’idées géniales.

On sent que Bruno, jamais en retard d’une solide formation économique, a bien compris les prochains enjeux. De surcroît, après s’être brillamment occupé du gel hydro-alcoolique et des masques sanitaires, on ne pouvait que compter sur lui pour s’occuper du transport aérien.

Comme avec ces premiers produits, ça s’est remarquablement bien passé – au point qu’à présent, les politiciens en sont à monter ouvertement les Français contre la grande distribution, c’est-à-dire tout un pan de leur propre économie qui les fait vivre depuis deux mois – on peut raisonnablement imaginer que Bruno va parvenir à faire calancher à la fois le train et l’aérien en France.

Comme quoi, Bruno ne vient pas d’Agen mais il va faciliter le transit intestinal de millions de contribuables français qui vont non seulement devoir renflouer Air France à hauteur de 7 milliards d’euros, mais peuvent d’ores et déjà s’attendre à des pertes, des licenciements et une catastrophe industrielle en plus qui garantissent que ces sept milliards ne sont qu’un début.

Et il se murmure que ce mammifère à poil dru pourrait prochainement devenir Premier ministre…

Forcément ça va bien se passer


—-
Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Alors, les contribuables français (qui demandent des augmentations de salaire -toujours refusées-) vont subventionner les salaires du personnel volant (les mieux payés de la planète) de la compagnie fétiche de Bercy !

  • « seule la connerie donne une bonne idée de l’infini. »

    • Avec Bruno Le Maire, l’infini paraît petit….

      • Cela s’appelle la « transformation de Le Maire 2 ».

        • La même somme confiée à un certain nombre de petites entreprises manufacturières (PMI/ETI orientées export) engendrerait (malgré les chutes inévitables) au minimum 3 fois plus de créations d’emplois que les maintiens au sein d’Air France dont les coûts ne changeront jamais (du genre pilotes sur-sur-sur-payés et autres . . .)

      • Mais on n’en voit pas le bout! Bizarre non?

  • Pour les bobs-écolo, les transports sont à l’économie ce que sont les masques à la prophylaxie : inutiles et les français ne savent pas s’en servir.

    Le pire virus n’est pas celui qu’on croit. Le virus de la crétinerie est bien plus contagieux et détruit les cerveaux. Il est urgent de mettre à l’isolement ceux qui sont atteints.

  • C’est marrant mais quand j’entends un politique dire qu’il va aider, immédiatement je pense à un mafioso qui dit qu’il vient protéger. Est ce grave docteur ? Un biais ou bien ?

    • Mais c’est bien le cas, ils ont compris que la politique permet de faire sans risque d’aller en prison ce que fait la mafia à savoir racketter les citoyens pour vivre en les parasitant!

    • Sauf qu’en échange du ‘pizzo’ , tu peux laisser les clés sur la bagnole à Palerme…

  • De toute façon Air France est foutu. C’était déjà le cas avant le coronavirus. Je rappelle que c’est Air France-KLM par contre, rien n’empêche d’amputer la jambe malade, et l’état a de moins en moins de pouvoir à son conseil d’administration.
    Je suis content du travail de Le Maire, grâce a ses bons gros boulets, le différentiel de performance avec KLM va encore augmenter et donc accélérer la maladie.
    En France, il vaut mieux que les entreprises meurent vite, car dans le déclin elle sont « aidées » avec notre argent. En pure perte d’ailleurs, car elle intervient toujours trop tard (c’est un critère) et toujours avec des boulets.

  • Eh oui, il va falloir être plus rentable et plus compétitif en étant moins rentable et moins compétitif

    C’est le vecteur scalaire Zéro qui s’applique bien à ces crétins.

  • ben non , la compagnie va vraiment etre écologique! elle n’aura que 5% des parts de marché , compte tenu des contraintes qu’on lui impose syndicats d’un coté ,Lemaire de l’autre il faudra recracher au bassinet tous les ans,,,
    pourquoi pas une redevance Air France? une redevance Renault?
    une redevance SNCF? , une redevance hopital etc…comme la télé
    tu utilises, tu utilises pas ,tu payes quand meme , c’est génial le marxisme

    • Patience les ecolos sont en train d’élaborer les slogans de l’après confinement… Confinement pas assez dur pour sauver la planète aux dernières nouvelles.. Le co2 n’a pas baissé, la pollution n’a pas bougée, les français consomment toujours de trop. {paraîtra pas mais cela m’évite de prendre le maquis)

    • Claude Henry
      Ce serait effectivement la solution mais, vous avez oublié la redevance immigration dont le montant sera en augmentation constante…

      • non parece que l’immigration est inclue dans la redevance caf, secu
        et CSG

        • Vous oubliez que l’immigration – volontaire ou imposée – provoque entre autres des surcouts au niveau de la mise à disposition de logements sociaux, du maintien de l’ordre, du système pénitentiaire…..
          De tels surcouts, qui devraient être pris en compte par une redevance spécifique sur les revenus des français, ferait mieux appréhender l’inconséquence de nos politiciens!…

    • Puisque le vert est à la mode ; pourrais-je payé ma redevance avec un chèque en bois ?

      • Ne vous inquiétez pas, on vous simplifie la vie. Vous serez prélevé à la source.

        • La source , le bois,la France devenant un immense musée(fermé)
          au cheminement bucolique ,de carte postale,d’épinal dans les Vosges comme le chantait le normand Bourvil!

  • Et Macron 1er qui va s’occuper de la Culture, célèbre exception Française !
    Avec les intermittents, le « sauvetage » d’Air France va bientôt ressembler à une opération Pièces Jaunes…

    • Après les pièces jaunes, il faudrait créer les pièces vertes, rouges et autres, pour être définitivement marron.

  • Cette hsitoire de préfence du train pour les trajets « cours » ‘est de la tartufferie à l’attention des écolos (c’est pour être poli et ne pas dire foutage de gueule) puisque ce sont les filiales low cost d’Air France qui vont se charger de ces trajets. Et si BLM le leur interdit aussi , il y aura Ryanair et Easy Jet pour faire le job.

  • Il devrait parvenir à renationaliser Air France ( puisque c’était KLM qui faisait les profits et que KLM en a marre ) https://www.journal-aviation.com/actualites/44342-tension-entre-les-syndicats-d-air-france-et-ceux-de-klm

  • La je dois dire que je suis outre, des milliards pour air France et rien pour corsica ferries ni pour les autolib et vélo lib et patinette lib ni pour les caissières du parc monceau… Sans causer des dizaines de madame pipi au chômage et surtout sans pourboire

  • Le Maire tout content de se faire le défenseur d’Air France, une compagnie qui en est restée à l’époque luxueuse du Concorde, sans réussir à s’adapter réellement aux besoins actuels. Une compagnie qui aurait dû faire faillite depuis longtemps sans l’aide de nos impôts, il faut bien aider ses petits copains placés à la tête des entreprises publiques…

  • Je ne prends plus le train, je ne roule pas en Renault, et je n’ai pas les moyens de voyager Air France, et pourtant rien que la SNCF coûte 900 euros par foyer fiscal et par an. Je suppose que si l’on ajoute ses 2 acolytes le coût doit largement dépasser les 1000 euros par an et par foyer. Tout cela pour continuer de maintenir en « vie » artificielle des sociétés zombies et permettre a une minorité de conserver status et privilèges d’un temps révolue.

  • Fabuleux économiste qui ,en plus d’être un traître est d’une stupidité sans nom .Il est vrai qu’avec des études littéraires cela permet d’être un économiste de pointe…..
    « Les cons,cela osent tout…..

  • oups…enfin un homme de droite qui veut remettre l’ ISF « c’était da

    • je continue…c’était dans son programme du premier tour des présidentiel!!
      quel homme de droite? non, c’est un opportuniste insupportable; car il n’a pas d’idée…

      • « présidentielle de droite »
        ce type n’a aucune vision de la France..;il pilote, comme air France….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Il fallait s’y attendre. Chaque nouvel épisode de crise relance automatiquement la chasse aux « profiteurs » de crise. « Amazon se gave ! » lançait Roselyne Bachelot en novembre 2020, au cœur du débat sur les restrictions d’activité anti-covid. Vite, boycottons Amazon, taxons son chiffre d’affaires, ramenons de la sobriété et de la justice sociale dans ce monde de brutes ! Aujourd’hui même combat : haro sur le transporteur maritime CMA-CGM, haro sur le pétrolier TotalEnergies, haro sur tous les profits trop gigantesques pour être honnêtes.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles