Au Brésil, le virus est politique

Bolsonaro a fustigé « l’hystérie » de la classe politique et des médias, et dénoncé les « atteintes à la liberté » de ceux qui entendent confiner les Brésiliens. À quoi joue le président brésilien ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
18/03/2019 Entrevista para Fox News By: Palácio do Planalto - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au Brésil, le virus est politique

Publié le 22 avril 2020
- A +

Par Michel Faure.

La crise du coronavirus au Brésil va bien au-delà d’un simple différend entre le président de la République, Jair Bolsonaro, partisan du déconfinement et du redémarrage rapide de l’économie, et son ancien ministre de la Santé, le très populaire Luiz Henrique Mandetta, limogé jeudi 16 avril, favorable au confinement et à la distanciation sociale.

Le successeur de Mandetta, l’oncologue Nelson Teich, ne semble pas lui non plus prêt à suivre aveuglément les ordres du président en déclarant qu’il ne prendrait « aucune décision brusque » concernant le déconfinement.

Cette situation conflictuelle doit être analysée à l’aune de la pandémie et de ses conséquences, mais aussi à celle de la politique cynique que mène un Bolsonaro entré en guerre contre toutes les institutions démocratiques du Brésil. Il s’est fâché avec la Cour suprême de justice, les présidents des deux chambres du Congrès, et maintenant avec les gouverneurs et les maires des grandes villes. Son comportement s’explique par l’obsession de sa réélection en 2022.

Le Covid-19 a d’ores et déjà infecté au Brésil environ 40 000 personnes et causé la mort de 2500 autres. Ces chiffres sont sans doute loin de la réalité d’un pays immense où vivent un grand nombre de ménages très pauvres dans les campagnes du nord-est et dans les favelas urbaines où la distanciation physique semble un défi à la réalité. Malgré tout, la plupart des gouverneurs des 26 États de la fédération brésilienne et les maires de grandes villes ont décidé de tenter de limiter le nombre des victimes du virus en appliquant les mesures habituelles, confinement, gestes barrières et distanciation sociale.

L’hystérie des médias et de la classe politique

Bolsonaro a aussitôt fustigé « l’hystérie » de la classe politique et des médias, et dénoncé les « atteintes à la liberté » de ceux qui entendent confiner les Brésiliens. Il a fallu que la Cour suprême intervienne le soir du mercredi 15 avril pour annoncer que les décisions des maires et des gouverneurs doivent prévaloir sur toute directive du gouvernement fédéral.

Si aucune mesure n’était prise au Brésil, un pays comptant 210 millions d’habitants, la pandémie pourrait infecter plus de 180 millions de personnes et causer la mort de 1,1 million d’entre elles, selon le scénario le plus pessimiste d’une étude mondiale publiée récemment par l’Imperial College de Londres.

Peu importe, semble dire Bolsonaro qui réclame un rapide « retour à la normale » et prend des bains de foule à Brasilia. Avec ses provocations, il pense aux pauvres, donc à lui, car ils constituent une part importante de son électorat. Alors que la pandémie frappe de plein fouet une économie brésilienne déjà très fragile, le président sait que les fermetures d’ateliers, d’usines et de commerces liés aux mesures de confinement aggravent la situation des plus pauvres.

Les fidèles de Bolsonaro

Jean-Yves Carfantan, dont le blog sur le Brésil constitue un travail admirable, expliquait dans un article récent de Causeur1 qu’il existe au Brésil 21 millions de micro-entreprises et de PME familiales non déclarées aux services fiscaux. Il écrit :

« Ces établissements modestes n’ont ni trésorerie, ni réserves. Ils font travailler une grande partie des 18,5 millions de personnes sans contrat ni protection sociale (à l’exception d’un système de santé universel et gratuit). En ajoutant les dépendants familiaux, la population des Brésiliens précaires qui survivent grâce à des jobs instables et un revenu individuel inférieur à 100 euros par mois est évaluée à 77 millions de personnes. »

Et ce sont eux les fidèles de Bolsonaro. Ils représentent environ encore 25 à 30 % de l’électorat et vivent en majorité dans les marges des grandes villes où ils fréquentent les églises évangélistes. Celles-ci ne prêchent jamais la révolte, mais au contraire le fatalisme et la résignation. On meurt du virus parce que Dieu l’a voulu, ou si l’on en réchappe, on remercie alors la providence divine.

Bolsonaro, pentecôtiste fervent, sait bien que cette population, si la pandémie ne l’affectait pas trop, le remercierait d’avoir tenté « contre les élites » de maintenir à flot l’économie. Et si jamais ces pauvres étaient décimés, peut-être y verraient-ils la main de Dieu plus que celle de leur président.

Le libéralisme ne viendra pas

Le président parie donc sur la solidité de cet électorat fataliste constitué de Brésiliens modestes qui n’ont pas oublié les désillusions de l’époque de Lula et de Dilma Rousseff. Il espère aussi que Lula sera son adversaire en 2022, comptant sur le rejet massif du leader du Parti des Travailleurs dans la classe moyenne, la bourgeoisie des villes et les grands acteurs de la puissante industrie agricole. Il espère ainsi gagner un second mandat.

En attendant cette hypothèse, il faut se résigner à l’idée que les réformes libérales de son ministre de l’Économie, Paulo Guedes, n’ont plus aucune chance d’être adoptées par un Congrès maltraité par le président. Il faut aussi s’inquiéter de la militarisation grandissante de la présidence et de ses dépendances. Bolsonaro, capitaine de réserve et nostalgique de la longue dictature militaire (1964-1985) a placé de nombreux soldats dans son gouvernement et dans les administrations publiques.

Son vice-président, Hamilton Mourão, est un général de réserve. Dans l’hypothèse très improbable d’une démission ou d’une procédure d’impeachment réussie, le Brésil aurait à nouveau un militaire à la tête de l’État.

 

  1. Coronavirus au Brésil : l’urgence d’un New-Deal », 8 avril 2020.
Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Quand le socialisme prend le controle d’un pays , il phagocyte immédiatement l’administration par entrisme .. quand il est contré par des élections , l’administration mis en place par les socialistes ,indéboulonnable par statut, agit contre la decision des électeurs. Et ce quel que soit la couleur du nouveau gouvernement..
    regardez en France les déboires de Sarkozy=====>>> l’administration gauchisante ===>>> la justice syndiquée a gauche==> éjecté?
    Hollande ====>> les frondeurs ===>> éjecté?

    macron? suspense

  • ces gens qui ne pensent qu’à leur réélection , c’est terrifiant ;

    • C’est probablement plus compliqué. Le Brésil est « messianiste » (« o grande pais du futuro »), à bien des égards (prolifération de sectes dont sont adeptes jusqu’à ses écrivains commerciaux comme Paulo Coelho et l’Ere du Verseau) et ce, depuis sa fondation. On peut même dire que c’est dans son adn, depuis les grandes découvertes ( expliquant le succès brésilien d’Auguste Comte après Joachim de Flore). Bolsonaro est pentecôtiste. C’est-à-dire qu’il est probablement convaincu, comme d’autres présidents brésiliens avant lui (au hasard, Kubitschek ?) qu’il a une mission, d’ordre divine, à accomplir. Ce qui peut être difficile à apprécier pour les Européens nihilistes que nous sommes (tribune wtf de Pastoureau dans La Croix pour désacraliser ND, etc.). Habitués à des politiciens qui ne songent qu’à se servir (et pour cela, à se faire réélire). La situation des plus pauvres, au Brésil, si un confinement strict mettait toute l’économie à l’arrêt, serait absolument épouvantable. Les gens mourraient de faim. Se faire le protecteur des pauvres, des faibles (visage du Christ), n’est probablement pas uniquement un calcul électoraliste, pour Bolsonaro.

      • Votre remarque est intéressante, c’est vrai qu’on a souvent tendance à projeter notre mentalité sur les pays qu’on veut analyser.

  • J’ai travaillé, il y a une dizaine d’années, sur la question militaire brésilienne. Dans les années 2000, l’armée, du haut en bas de la hiérarchie, était totalement acquise à l’Etat de droit et soumise au pouvoir de type démocratique. Peut-être les choses ont-elles changé depuis… Mais agiter le spectre de la dictature militaire, sans le début de l’ébauche de mentions de « signaux faibles », c’est la tarte à la crème de tout article sur a politique au Brésil.

  • Bolsonaro me semble plutôt libéral et c’est pourquoi il a tant d’ennemis. Je pense qu’il a raison de vouloir permettre à l’économie de redémarrer
    rapidement. Un exemple à suivre.

  • Quoi qu’on puisse penser de Bolsonaro, il a raison de se méfier des projections de l’Imperial College.

    • bah ça dépend, on nous explique maintenant qu’il y aurait que dans les 6% de la pop en France contaminé par le virus, du coup avec dans les 20 000 morts pour 6%, en projetant à la grosse louche ça fait dans les 300 000 pour 100% et on retombe dans des chiffres de l’ordre de grandeur de ceux de l’Imperial College.

  • Je ne vois pas le mal qu’il y a à souhaiter que les gens soient libres.
    D’autant qu’aujourd’hui, le profil des gens vulnérables au Covid-19 est assez précisément connu : personnes âgées et/ou à comorbidités. Que ces derniers se confinent donc, et qu’on laisse les autres tranquilles, d’autant plus que ce sont eux, les autres, qui font tourner l’économie.
    Cet article ressemble à un procès d’intention.
    Il est tout à fait légitime de s’élever contre une vision exclusivement médicale de la société et la recherche absurde du risque zéro, dont on sait qu’elle produit très souvent un résultat inverse à celui escompté, et beaucoup de privations de libertés.
    Bolsonaro comme Trump et d’autres ont raison : il faut hâter le déconfinement.

  • « la politique cynique »

    Toute le monde est placé devant le dilemme santé/économie : Bolsonaro comme les maires et gouverneurs. Et ces derniers sont tout aussi cyniques à prétendre sauver la santé de la population. Avec le confinement, on répond au plus urgent, parce que l’économie peut encore attendre. Mais en attendant, et à la sortie du confinement, qui va subir le plus ?
    Bolsonaro est peut-être pentecôtiste, mais tous ceux auxquels ils s’opposent ne sont pas mieux assurés sur leurs certitudes.

  • Il faut arrêter immédiatement avec l »étude bidon de Nial Fergusson et al. Ce n’est pas une « recherche » bien que publiée (d’ailleurs la vitesse à laquelle a été publiée montre un vrai problème… en général en maths appliquées il faut au moins 6 mois pour être publié). C’est un modèle (très mal construit, et plein d’hypothèses injustifiées) non calibré par rapport aux vraies données, et dont « on » à choisi de s’emparer pour justifier le confinement généralisé en faisant régner la terreur. Le même modèle avec des données vaguement en lien avec les observations empiriques donne 20 000 morts en France (avec ou sans confinement, du moins tel que mis en place) au lieu de plusieurs centaines de milliers. Il donne aussi nettement moins de cas et une décrue assez rapide. Ferguson a d’ailleurs présenté plusieurs fois cette « autre variante » (en fait c’est le même modèle juste quelques hypothèses différentes sur la dynamique du virus et sa létalité de base). Mais étrangement celle qui colle le mieux à la réalité n’est pas publiée…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Le pass sanitaire est devenu à la politique française ce que le sparadrap est au capitaine Haddock. Malgré tous les efforts du monde pour s’en défaire, il revient sous d’autres formes, à croire que le gouvernement cherche à l’imposer, quoiqu’il en coûte.

Le projet de loi qui sera présenté le 11 juillet portant sur le maintien d’un dispositif de veille sanitaire contre le covid comporte deux grands axes. Le premier maintient jusqu’au 31 mars 2023 les traitements informatiques SI-DEP et Contact Covid, le second laisse la possibilité au g... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles