Locataires : le décalage entre discours politique et réalité juridique

Suite à une multitude de demandes de locataires s’interrogeant sur la suspension de leurs loyers telle qu’annoncée par le Président de la République le 16 mars dans son allocution relative à la crise sanitaire, revenons sur la différence entre discours et réalité des décrets qui ont suivi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paris France by Pedro Szekely(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Locataires : le décalage entre discours politique et réalité juridique

Publié le 14 avril 2020
- A +

Par Pierre Farge.

Suite à une multitude de demandes de locataires s’interrogeant sur la suspension de leurs loyers telle qu’annoncée par le Président de la République le 16 mars dans son allocution relative à la crise sanitaire, revenons sur la différence entre discours et réalité des décrets qui ont suivi. Force est de constater que la suspension généralisée des loyers reste une idée loin de la réalité.

Pour répondre aux bailleurs et locataires inquiets quant au paiement de leurs loyers, reprenons la chronologie des évènements, à commencer par l’allocution du président de la République le 16 mars 2020 assurant que « Les factures d’eau, de gaz ou d’électricité, ainsi que les loyers devront être suspendus ».

Suspendus, vous avez bien entendu. Le mot a été lancé.

C’est donc avec une attention particulière que l’on examine la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 du 23 mars 2020, et notamment son article 11g  permettant au gouvernement « de reporter intégralement ou d’étaler le paiement des loyers, des factures d’eau, de gaz et d’électricité afférents aux locaux professionnels et commerciaux et de renoncer aux pénalités financières et aux suspensions, interruptions ou réductions de fournitures susceptibles d’être  appliquées en cas de non-paiement de ces factures, au bénéfice des  microentreprises […] ».

La loi précise donc l’allocution : par « suspension », il faut en réalité entendre « report intégral ou étalement des loyers ». Dès lors, il fallait attendre les ordonnances du 25 mars 2020, que le gouvernement était désormais habilité à prendre, pour en savoir davantage.

En l’occurrence, son article 4 confirme la contradiction par rapport au discours présidentiel : il n’est plus question de suspendre tout loyer durant le confinement, mais d’empêcher d’encourir des « pénalités financières ou intérêts de retard, de dommages-intérêts, d’astreinte, d’exécution de clause résolutoire, de clause pénale ou de toute clause prévoyant une déchéance, ou d’activation des garanties ou  cautions, en raison du défaut de paiement de loyers ou de charges locatives  afférents à leurs locaux professionnels et commerciaux […] ».

En résumé, il n’est pas question d’une « suspension des loyers » telle qu’annoncée le 16 mars par le président de la République, mais d’aménagement des délais de retards de paiement.

Dans ces conditions, il faudra impérativement concilier ces annonces contradictoires avec la pratique des tribunaux, certainement saisis dans les mois à venir par un  bailleur qui se servirait du non-paiement de loyer pour activer les clauses résolutoires du contrat. S’il n’y a plus en théorie de « suspension de loyers », il se peut dès lors,

  • qu’en procédure de référé, des délais soient accordés largement et quasi-systématiquement aux locataires qui en feront la demande, même lorsque ces derniers ne justifieront pas remplir toutes les conditions ;
  • qu’en procédure au fond, ce soient les dispositions plus générales du droit des
    contrats qui aient vocation à être débattues, à savoir, notamment, la force majeure, l’imprévision, ou l’exception d’inexécution.

Des errements législatifs et réglementaires qui promettent donc d’engorger un peu plus les tribunaux.

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Le discours parlait de suspension des loyers, les ordonnances de suspension des loyers professionnels, ce qui n’est pas vraiment la même chose

    • Les différences entre le discours présidentiel et son application ont été nombreuses.
      Du coup, je n’ai pas écouté celui d’hier soir. Ce n’est pas Macron qui gouverne,il n’est que la vedette qui est mise en avant pour séduire le peuple.

    • Autant que je m’en souvienne, le blabla du 16 mai mentionnait les loyers dans le contexte des difficultés des entreprises mais il est vrai qu’il pouvait rester un soupçon d’ambiguïté rapidement levé par les ordonnances.
      Il n’a jamais été question de suspendre les loyers d’habitation, ce qui n’aurait fait qu’aggraver la situation.

  • « les promesses n’engagent que ceux qui y croient »

  • « Pour répondre aux bailleurs et locataires inquiets… »
    Que vient faire le mot bailleurs là-dedans ? Difficile de leur dire plus clairement que les droits liés à la propriété sont suspendus sine die

  • Hier il a démontré qu’il est la marionnette d’un certain pouvoir, Attali l’avait sous entendu lors d’un passage à la télévision, ses parents sont médecins, frère et sœur également, s’il veut un conseil….

    • Les médecins sont très souvent de bien médiocres scientifiques.

      C’est bien pour cela, en poussant le trait, qu’une bonne part d’entre eux soutient le confinement et que l’autre part soutient le « traitement de RAOULT ». Les deux étant soutenus par le même niveau de preuves, c’est-à-dire 0 ou pas loin.

      En attendant, on flingue notre économie dans un confinement qui n’a absolument aucun sens sur une bonne partie du territoire et qui est très loin d’avoir démontré son efficacité là où il serait susceptible d’en avoir une.

      La gueule de bois des lendemains sera à l’image de la beuverie d’aujourd’hui ! Cela va faire très très mal.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

716 : c’est le nombre de biens immobiliers disponibles à la location au premier août en Irlande, contre 2500 l’an dernier. Même pour un pays d’un peu plus de 5 millions d’habitants, le chiffre est ridiculement bas. Cela se traduit par des files d’attentes gigantesques, notamment à Dublin, pour visiter un appartement à louer et plus tristement encore, par l’augmentation du nombre de personnes sans abris et d’exils.

This is what a house viewing now consists of in Dublin. Over 100 people waiting in line for a rental p... Poursuivre la lecture

Par Vincent Benard.

Le gouvernement a annoncé qu’à partir de 2023, les propriétaires ne seraient plus autorisés à louer des appartements ou maisons considérés comme des passoires énergétiques, soit la catégorie G des diagnostics de performance énergétique.

Cette décision semble pétrie de bons sentiments et conforme à la pensée écologiquement correcte du moment, mais comme toute politique restrictive, elle n’ira pas sans effets pervers.

Des bonnes intentions affichées aux effets pervers prévisibles

À ce jour 70 000 logemen... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

La loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets » est lourde de conséquences pour les propriétaires, notamment les propriétaires bailleurs. En vigueur depuis août 2021, elle va vous contraindre à de multiples travaux que vous n’avez pas forcément prévus.

Cette loi prétend lutter contre les « passoires thermiques » qui seront désormais considérées comme des logements « indécents ».

Les logements seront classés selon un bilan énergétique de A (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles