7 prévisions sur l’Internet en 2030

Un certain nombre d’articles, de reportages et de travaux ont été publiés pour tenter de prédire l’évolution d’Internet et de notre monde technologique, de la technophobie la plus catastrophiste jusqu’à l’optimisme le plus aveugle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
A virtual reality by Oleg Afonin (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

7 prévisions sur l’Internet en 2030

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 février 2020
- A +

Par Yann Merseaux.

Il est difficile de remarquer à quel point notre technologie a changé. Cela n’arrive pas soudainement, comme c’est le cas pour l’élection d’un nouveau président ou l’ouverture d’un nouveau restaurant. Cela se produit progressivement, parfois par à-coups, mais généralement par des améliorations ou des adaptations si mineures qu’elles passent inaperçues.

Les vitesses de connexion augmentent progressivement, la disponibilité du Wi-Fi se banalise, les nouveaux appareils influencent les nouveaux designs, et les tendances de consommation façonnent les fonctionnalités, de sorte que, d’une manière ou d’une autre, au cours des 20 dernières années environ, nous sommes passés d’une version lente, par ligne commutée, à une version de l’Internet à laquelle nous pouvons accéder incroyablement rapidement, et ceci à partir de pratiquement n’importe où.

Comment Internet va-t-il évoluer durant les 10 prochaines années ?

1. La connexion à Internet sera permanente et automatique

Nous nous sommes « connectés » à l’Internet de différentes manières, depuis le processus de composition d’un numéro qui prenait quelques minutes jusqu’à la saisie d’un mot de passe Wi-Fi en quelques secondes.

À terme, la connectivité sera constante et rationalisée au point qu’aucune « connexion » individuelle ne sera vraiment nécessaire. L’internet universel devient lentement une réalité, et le chevauchement entre les systèmes (5G et Wifi par exemple) pourra établir une couche de redondance qui nous évitera sans doute les craintes de pannes de service ou de mauvaises connexions.

2. La réalité augmentée et virtuelle jouera un rôle majeur

Les appareils mobiles nous permettent d’accéder à l’internet dans le monde réel, mais les appareils de la prochaine génération projetteront l’internet, ou l’intégreront, dans le monde réel par une forme de réalité augmentée. Si les Google Glass ont eu peu de succès, les applications sur smartphone tel que Pokémon Go ont prouvé qu’il existe une vraie demande pour cette technologie.

Et si la réalité augmentée a toujours du mal à se développer, son proche cousin, la réalité virtuelle, commence à connaître une croissance significative avec des casques toujours moins chers et plus simples à installer. Le monde n’était pas prêt pour la RA il y a quelques années, mais le sera dans quelques années.

3. Les machines et les IA pourraient prendre le relais

Déjà, les machines sont capables de nombreuses tâches manuelles, et les IA commencent à se développer dans de plus en plus de domaines, comme l’écriture ou la traduction. Combinées à l’omniprésence de l’Internet, ces applications permettront de réduire le travail et d’augmenter les ressources directement disponibles.

La nécessité de travailler diminuera en même temps que la disponibilité des emplois (du moins, dans l’idéal), ce qui donnera un système plus ou moins équilibré. En luttant pour trouver cet équilibre, nous nous heurterons sans aucun doute à des obstacles tels que le chômage et une répartition déséquilibrée des ressources, mais ce sont là des inconvénients à court terme d’un monde plus connecté et plus riche.

4. La vie privée va devenir un luxe

Avec une connexion constante (et peut-être indispensable) à l’internet et un nombre croissant d’applications qui gèrent notre quotidien, la vie privée deviendra une préoccupation encore plus importante. Malgré les scandales récents, nos données continueront certainement à être commercialisées. Au point que seuls les plus riches pourront se permettre de conserver leur intimité ?

Par conséquent, on peut aussi s’attendre à ce qu’un certain nombre d’organisations et d’entreprises indépendantes s’efforcent de maintenir un certain niveau de protection de la vie privée pour les consommateurs ; leur réussite ou non est une autre histoire.

5. L' »internet des objets » arrivera à maturité

Déjà, l’internet des objets relie les réfrigérateurs, les réveils et divers autres appareils ménagers. Dans 10 ans, cette connexion s’étendra aux véhicules, aux portefeuilles, à l’ensemble de nos maisons et peut-être même à notre monnaie fiduciaire. Le succès récent des enceintes connectées est un indicateur fiable que cette tendance va s’amplifier.

Plus l’information circule librement, plus nous avons de pouvoir et de liberté ; cette réalité va alimenter notre désir de connecter tout ce que nous pouvons à internet.

6. Les entreprises et les particuliers auront du mal à s’adapter au rythme croissant du changement

Nous nous habituons déjà rapidement au développement de la technologie -aussi étonnant que certains de ces développements puissent paraître-, mais ce rythme de développement sera encore plus stupéfiant à l’avenir. Grâce à l’apprentissage machine et à une puissance de calcul accrue, le développement des technologies basées sur Internet va s’accélérer au point que pour beaucoup, il pourra sembler incontrôlable. Les entreprises et les particuliers auront du mal à s’adapter, tandis que les algorithmes d’autorégulation et les systèmes complexes interdépendants commenceront à se modifier si nécessaire.

Les luddites d’aujourd’hui sont souvent des technophobes ou des consommateurs frugaux qui ne sont pas intéressés par les dernières percées. Demain, ils seront sans doute rejoints par ceux qui aimeraient suivre les dernières avancées technologiques mais qui en seront incapables.

7. La Terre ne sera pas la seule planète à disposer d’un accès à Internet

Hormis d’hypothétiques extra-terrestres, la Terre est la seule planète à disposer d’un accès à Internet. D’ici 2030, Mars aura également accès à Internet. Le fondateur de SpaceX, Elon Musk, est en mission pour coloniser Mars, et on peut penser qu’il réussira. Les premiers colons martiens devront être capables de communiquer avec leurs amis et leur famille restés au pays, et ils utiliseront l’Internet pour le faire.

Les satellites en orbite autour de Mars transmettront des données Internet dans les deux sens, mais il faudra jusqu’à 24 minutes pour que les données soient transmises à la Terre (dans un seul sens).

Il faut bien sûr prendre ces prévisions pour ce qu’elles sont : historiquement, peu de prédictions sur les développements technologiques se sont révélées vraies – et celles qui le sont ont tendance à se manifester d’une manière imprévue. L’évolution de l’internet connaîtra des rebondissements qu’aucun d’entre nous n’est en mesure de prévoir actuellement, mais il est bien possible que dans 10 ans, la façon dont nous utilisons l’internet soit méconnaissable par rapport à ce que nous connaissons aujourd’hui.

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • Pour compléter un peu :
    1. Le wifi est un moyen de diffusion essentiellement local, le chevauchement pour les réseaux sécurisés se pratique entre le filaire et le non-filaire.
    2. La réalité augmentée est utile pour certaines applications particulières (navigation, tourisme, … ), ça n’ira pas bien plus loin.
    3-4. L’influence et les dangers de l’IA doivent être considérés surtout avec le stockage massif des données.
    4-5-6. Les réseaux vont se fractionner de plus en plus (réseaux nationaux, intranets) et les VPNs deviendront de plus en plus nécessaires.

    • 2- la réalité augmentée / virtuelle est pratiquée par des millions de gens … dans jeux !
      3-6 Le danger de l’IA est qu’elle atteigne un niveau qui sorte de la compréhension humaine.

      • Le danger de l’IA est surtout que les humains qui n’en comprennent pas les choix croient que c’est parce que ces choix seraient du pur génie. Et ce d’autant plus qu’ils voient dans l’IA un encouragement à leur tendance à la paresse intellectuelle.

        • Sur la croyance ou la paresse, je ne vois pas la différence de l’IA avec un médecin, l’escalier mécanique ou un modèle climatique !
          Donc, rien de neuf.

      • Aucun danger avec l’IA. L’intelligence artificielle est un fantasme, les recherches les plus avancées piétinent et butent sur une barrière biologique : les émotions, les compétences et besoins fondamentaux de l’espèce humaine sont des clés essentielles de la formation de l’intelligence. En bref, même en multipliant la puissance de calcul l’intelligence d’un tel système ne serait au mieux que celle d’un chimpanzé ou d’un humain stupide et tout aussi « fiable », autant dire que les applications seraient très limitées (une fois par mois quand le système aurait besoin d’une vidange, il deviendrait même irascible^^).
        .
        On va améliorer les systèmes-experts qui sont des automates, mais je ne crois pas qu’on verra une réelle intelligence artificielle de notre vivant.

        • L’aboutissement de l’IA n’est pas forcément l’intelligence humaine…

          • Si on parle de système-expert avancés qui imitent des réponses qui semblent intelligentes, oui et c’est ce à quoi on va aboutir.
            .
            Mais si on parle de réelle intelligence, avec en particulier le fantasme d’une conscience qui « dépasserait » l’humaine à quoi ressemblerait et à quoi servirait cette conscience non-humaine exactement ?
            La question semble triviale, elle ne l’est pas. C’est toute la palette des émotions et câblage bio-socio-culturel humains qui nous permettent de donner des réponses que nous considérons comme intelligentes.
            Que faire d’une conscience qui ne connaît pas intrinsèquement la peur de l’abandon, la joie du don, la tristesse de l’éloignement, la colère du rejet, le besoin d’amour par exemple ?
            .
            Est-elle seulement possible ? « Je pense donc je suis » oui, mais je pense à quoi ?

  • Toutes ces applications sont séduisantes mais dépendent des ressources futures en énergie.
    Si les gouvernements actuels persistent à ne vouloir compter que sur une production d’énergie d’origine renouvelable, diffuse et intermittente, elles ne pourront que difficilement être mises en œuvre.

    • Ne vous en faites pas pour l’énergie, si les écolo-bobos ne peuvent plus se servir du dernier i-phone, leur enthousiasme pour les EnR ne durera pas l’âge d’un vieux cheval ? De toutes manières le nucléaire sera pendant encore longtemps la meilleures source d’énergie et les risques d’accidents seront tellement réduits par l’évolution technique que les idéologues seront de moins en moins crédibles et de moins en moins audibles .

  • Je n’ai qu’une prédiction : dans 10 ans, l’internet sera un fléau débilitant auquel nul ne pourra échapper sans des contorsions épouvantables. Il régira la vie quotidienne de chacun sans qu’on puisse retracer qui est à l’origine des pubs ou autres injonctions assourdissantes qu’il transmettra. Les zones blanches seront toujours aussi nombreuses, mais s’y aventurer se fera dans le plus grand des dangers. Et bien sûr, la moindre panne d’électricité comme celle de 25 mn. dans mon quartier avant-hier demandera 3 jours de reboot, pour ceux qui lui survivront…

    • « la moindre panne d’électricité… »
      Le besoin crée la ressource ou la fonction. Batteries, réseau résilient, …

      • Si le besoin crée la ressource, expliquez-moi 1) comment dans une ville de bonne taille une coupure peut affecter un quartier pendant 25 minutes alors que l’on croyait cela dépassé depuis des lustres, 2) pourquoi dans cette même ville, les urinoirs ont été démontés à la gare parce qu’ils étaient gratuits tandis que les femmes devaient payer pour satisfaire leurs besoins, et 3) pourquoi nos politiciens manquent encore de compétences.
        Non, le besoin s’autodétruit s’il n’a pas été décrété « besoin » par l’un ou l’autre de ceux qui ont envie de régenter votre vie sans même vous connaître.

      • Comment pensez-vous que la résilience aura été améliorée dans 10 ans pour un cas comme le TGV Nantes-Paris bloqué pendant 15 heures dans la nuit de dimanche à lundi dernier ?

        • Il est vrai que concernant la SNCF, les besoins ne créent pas la ressource. Mais s’améliorerait- elle ?, il y a quelques années, j’ai eu le droit à un Départ à 16H45 de Rennes arrivée 0 8 h et quelques du matin à Paris. Un sanglier …non résilient???

        • @MichelO : Si vous avez vraiment besoin d’électricité dans votre quartier, vous pouvez vous acheter un groupe électrogène !
          Vous exigez une disponibilité absolue ? Acceptez en le prix, ou arrêtez de prédire le pire et contentez vous des alternatives.

    • @MichelO

      Dans le cas bien présent,les nouvelles technologies font partie d’un environnement agissant directement sur certaines structures d’un cerveau humain par nature malléable,comme vérifié lors de récentes études en neurologie.

      (Consulter à ce sujet passionnant, le No Spécial de l’excellent magazine « La recherche »)

      https://issuu.com/larecherche/docs/lr467

  • Le vrai danger est que toute notre société jusqu’à notre petite vie quotidienne dans ses petits détails devient totalement dépendante de « systèmes » que nous ne maitrisons plus, plus du tout même. Le système D, le retour au « bon vieux » système manuel en cas de …etc, ne sont déjà plus possibles et le seront d’autant moins que leur simple connaissance se perd inexorablement.

  • « cette réalité va alimenter notre désir de connecter tout ce que nous pouvons à internet. »
    LoL non, quel intérêt déjà de connecter son frigo ?

    • Ça permet que le frigo détecte ce qui manque, et il passe la commande, et on est livré en drone sur la terrasse, et on est prévenu que la livraison est arrivée, et …. ah ben non en fait, ça sert à rien.

      • Oui mais si le frigo détecte qu’il me manque des produits , commande donc obligatoirement à mon insu et les livrent par drone et que je n’ai pas de fric pour les régler puisque commande à mon insu , je fais comment ?

    • Il appelle directement le réparateur quand il est en panne, vous gagnez au moins 3 heures sur le délai de 6 semaines avant son intervention.

    • Un frigo connecté va mieux réguler son compresseur en fonction de la météo (etc..) et passer en classe A++ => meilleures ventes. Et faire de la maintenance « prédictive ».

  • Programmeur Indépendant depuis 20 ans, mon avis sur ces prédictions est… bof. J’ai cherché la bio de l’auteur, je serais surpris qu’il soit du domaine.
    .
    La réalité virtuelle non, même pas en rêve. J’ai un casque, ça reste limité à de courtes sessions, il faudrait tripler la puissance des ordinateurs pour arriver à un réel confort alors que le marché des PC est en crise et l’intérêt pour tout un chacun est inexistant.
    .
    Le « I » de IA est un mythe, ce sont juste des automates. On est très loin de la puissance requise et vu le rôle clé des émotions dans l’intelligence (Ray et al ISA 2000) la faisabilité est très incertaine et l’intérêt restreint. Le marché est déjà informatisé là où c’était possible, son expansion va être limitée aux domaines existants.
    Les entreprises s’adaptent très bien et l’emploi se porte à merveille dans les pays qui ont décidé de ne pas les étouffer. L’IA est un vieux fantasme depuis les années 80, c’est maintenant aussi une excuse foireuse des socialistes pour avancer tout un tas de solutions à un problème d’emploi et de richesse qu’ils ont eux-mêmes créé.
    .
    Les objets connectés, bof aussi, je suis totalement équipé en domotique avec synthèse vocale. C’est amusant pour un geek, mais c’est et ça restera un marché de niche.
    .
    La « colonisation de Mars » est aussi un fantasme, j’ai connu Apollo en live, j’ai attendu la conquête spatiale avec enthousiasme et j’ai vu les investissements se réduire à rien. Elle n’arrivera jamais sans trouver un moyen de faire de l’argent avec et on se creuse la tête depuis 70 ans pour ça en vain.
    Au mieux on ira faire quelques selfies coûteux sur Mars juste pour les subventions le geste et c’est tout.
    ,
    Mes prédictions ? « another day same shit ». Sur fond de lutte deep state/peuples et diverses crises (dettes, économie socialisée, vieillissement, immigration) je ne vois aucune rupture technologique véritable et un véritable soucis sur les libertés, il est même possible que nous assistions à des régressions à cause de l’écologie.

    • Oui, le I de IA n’est qu’une faute de traduction de AI. « Intelligence », c’est le renseignement, comme on peut le constater avec le MI-6 « Secret Intelligence Service » ou la CIA « Central Intelligence Agency ».

    • Compte tenu de ma capacité en ce domaine, il y a au moins une réflexion que je peux valider : Une révolution technologique n’arrive que si « elle permet de gagner de l’argent avec.. ». Je me permettrai de rajouter « . Il suffit de voir la vitesse à laquelle les Banques, les fournisseurs de services se sont adaptés pour refourguer finalement le travail à « l’individu » au sens Particulier, sans même parler du service des Impôts qui semble avoir bénéficier de tous les investissements informatiques de tous les ministères ( conf discours démission Gérard Collomb qui avoue n’avoir aucun indicateur de ce qui a été dépensé par son ministère, de l’Intérieur quand même)

  • Mes prévisions… La disparition d’internet avant dix ans, déjà aujourd’hui, c’est gonflant demain cela sera insupportable.

    • Mais pourquoi diable vous venez commenter ici, alors ? Vous pouvez, dès à présent, vous passer d’internet ! Allez, du courage, morbleu !

  • D’ici 2030, aura-t-on surmonté la limite que constitue la vitesse de la lumière ? Avec un temps moyen de l’ordre de 4′ pour que les ondes radio parcourent la distance terre-mars, utiliser l’Internet entre les deux planètes va être très énervant.

  • « ….LA RÉALITÉ AUGMENTÉE ET VIRTUELLE JOUERA UN RÔLE MAJEUR…. » C’est inquiétant pour le réel et le bon sens.

    • Le socialisme est déjà une réalité virtuelle, leurs adeptes vivent dans un monde qui n’existe pas et pour ce qui est du bon sens.

  • Réalité augmentée, reseau 5G ..
    Quand on voit que de simples voice-call plantent toujours sous Skype.. c’est pas gagné.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, la Commission européenne imposait une amende record de 497 millions d’euros à Microsoft et lui imposait de produire une version de Windows sans Internet Explorer et sans Windows Media Player.

Ceci mettait fin à des années de procédures antitrust et arrivait à contre-temps alors que la concurrence avait déjà amplement limité le monopole de Microsoft sur ces deux produits.

Quelle ironie que Microsoft ait récemment renoncé à mettre à jour Internet Explorer et ait choisi de le remplacer par Edg... Poursuivre la lecture

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Aujourd’hui, les données personnelles sont devenues de véritables ressources dans notre économie mondiale. Internet a fait tomber les frontières nationales dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Nous considérons souvent le commerce comme le transfert de biens entre des lieux ou des services, mais une grande partie du commerce mondial actuel est constituée de transferts de données moins tangibles, mais non moins réels, dans ce que l’on appelle les flux de données transfrontalie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles