Municipales : Hidalgo nous offre une grande braderie parisienne

Hidalgo multiplie les promesses de campagne idiotes, mais reste la plus crédible des candidats. Ceci donne une idée du niveau désastreux de cette élection.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anne Hidalgo by OECD(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Municipales : Hidalgo nous offre une grande braderie parisienne

Publié le 24 janvier 2020
- A +

par h16

Les élections municipales approchent et avec elles, tout ce que la France compte de politiciens de seconde zone refait surface, frétillants à l’idée de faire parler d’eux ; en plus des éternels chevaux de retour dont les Français ne parviennent décidément pas à se débarrasser, d’homériques batailles se jouent déjà lorsque des petits nouveaux tentent de déboulonner des vieux caciques. À Paris, c’est même devenu une foire d’empoigne tant les candidats se multiplient.

À tel point que pour arriver à exister dans la déferlante de petites phrases que les uns jettent en pâture aux journalistes et aux autres candidats, les promesses de campagne s’accumulent comme jamais et la distribution de pognon des autres n’a jamais été aussi forte qu’actuellement dans la capitale, enjeu de toutes les convoitises.

Et pour la maire sortante, c’est devenu une véritable braderie d’un peu tout : Anne Hidalgo empile les promesses à tour de bras, avec un appétit et une vivacité qui n’ont d’égal que la stupidité des propositions.

Ainsi, si elle est réélue, l’édile de Paris promet de rendre les transports gratuits pour les moins de 18 ans, ce qui est, on en conviendra, un cran au-dessous de la proposition précédente (la gratuité totale des transports pour tous), jugée infaisable d’autant que le problème actuel des transports en commun parisiens n’est pas tant leur prix que leur absence presque totale de toute fiabilité, ces derniers oscillant d’une grève aux accidents voyageurs en passant par les incidents techniques divers, variés et quasi-permanents.

Bien évidemment, cette gratuité pour les mineurs sera d’autant plus facile à mettre en place qu’une part croissante de ces derniers fraude allègrement, ce qui ne déséquilibrera donc pas plus qu’actuellement les comptes nationaux déjà catastrophiques de la RATP. Il n’en reste pas moins que le contribuable parisien sera, comme d’habitude, mis à contribution obligatoire. Joie, bonheur et impôts locaux dodus.

S’ajoute à cette promesse la volonté de faire un Paris 100 % Vélo compatible, et ce même si de l’aveu de beaucoup, cette proposition ressemble beaucoup à du pipeau de grand chemin. Faire de la circulation à vélo, dans Paris, une circulation « agréable et sans danger » selon Emmanuel Grégoire, directeur de campagne de la candidate, est un but aussi noble qu’inatteignable, à moins de bouter tous les autres transports hors de la ville, les bus et les camions étant les premiers à rouler sur les cyclistes dont la mortalité, à Paris, est en hausse.

Dans ce manège municipal qui devient de plus en plus grotesque, c’est cependant avec sa dernière promesse en vogue que le pompon est largement décroché, avec tout le Mickey et une partie de la sono pulsant la mauvaise disco-pop servie pour ambiancer torridement cette pénible échéance électorale : Anne Hidalgo promet ainsi de lever jusqu’à 20 milliards d’euros pour loger les classes moyennes.

Ici, on se rappellera qu’il s’agit d’argent public et non de startup, et que lever s’apparente davantage à une levée de nouveaux impôts qu’une levée de fonds auprès de capitalistes et de business angels. On regrettera en outre que les petits bras de l’édile ne l’aient pas poussée à dire 100 milliards plutôt que 20. Après tout, ces promesses n’engagent que les contribuables et leurs poches sont profondes.

Ceci posé, il s’agit donc de mobiliser des sommes relativement coquettes pour ne surtout pas rembourser la dette pourtant assez volumineuse de la ville mais pour ajouter des contraintes et des effets de bord sur un marché immobilier parisien déjà largement encombré : l’idée consisterait à permettre à des locataires qui ne relèvent pas forcément du logement social de bénéficier d’un appartement dans Paris moyennant un loyer « inférieur d’au moins 20 % au marché » en utilisant les fonds d’une « Société immobilière pour le logement abordable » (mais pas « durable », « écoconscient » ou « recyclable » comme on aurait pu s’y attendre).

Il va de soi que les achats qu’elle fera n’auront aucun impact sur le marché déjà existant et que les prix ne s’adapteront pas à l’entrée sur ce marché d’un acteur d’une taille notable. L’idée semble avoir germé chez Ian Brossat, l’adjoint d’Anne Hidalgo toujours aussi ouvertement communiste, ce qui expliquera amplement le désastre observable une fois qu’elle sera mise en place et dont personne ne voudra bien sûr prendre alors la responsabilité.

Vingt milliards par-ci, des transports gratuits par là, et des vélos partout… Il ne manque vraiment plus qu’un poney offert pour chaque Francilien – c’est carbone-neutre et ça rappellera Paris du début du siècle… précédent, dans lequel les équipes municipales actuelles tentent de nous propulser avec toujours plus de vigueur – et, enfin, Paris pourra redevenir Paris (enfin si les camarades antispécistes le permettent).

En attendant et sans claquer un, six ou vingt milliards, on se demande un peu ce que l’actuelle maire de Paris entend faire concernant la délinquance et la criminalité parisiennes qui explosent (au point qu’elle ait elle-même « tiré la sonnette d’alarme »), d’autant qu’elle ne compte pas vraiment mettre en place une nouvelle police municipale.

Autrement dit, on trouve donc pléthore de promesses idiotes, financièrement intenables et déjà farcies d’effets de bord indésirables, mais rien de raisonnable concernant les problèmes actuels, palpables, documentés, d’hygiène et de sécurité dans cette épave qu’elle laisse après six ans d’occupation du poste.

Mais le pire dans la situation actuelle est que, même face au désastre qu’est devenue Paris, la ville risque bel et bien de se cogner un nouveau mandat des mêmes tromblons municipaux. Les adversaires actuels ne sont en effet que des canifs usés ou des couteaux à beurre doux auquel il manque le manche et dont les propositions, relevant le défi d’être encore plus consternantes que celles d’Hidalgo, rendent crédible une petite victoire des actuels sortants.

En somme, malgré l’accumulation de propositions délirantes, Hidalgo pourrait bien être réélue. La catastrophe serait alors qu’elle respecte ses promesses de campagne…


—-
Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • et que lever s’apparente davantage à une levée de nouveaux impôts

    Aujourd’hui, c’est brandade au menu … Le bobo parisien éco-conscient va apprécier, les autres beaucoup moins, vu que la morue est mal dessalée…

    PEF + CPEF 🙁

  • Soyons un peu sexiste, si le maire ne serait pas une femme …..ok les autres on ne sait pas vraiment qui ils sont ,certains s’habillent en homme mais portent t ils des caleçons ou des strings ,leurs dessous me semblent douteux !

  • les parisiens votent a gauche.. laissons les donc profiter de leurs choix

    • comme le reste des français, ils sont les 1ers à râler et les 1ers à voter pour cette cruche…on récolte ce qu’on sème, je vais pas pleurer.

      • Rappelez vous la chanson
        « je ne suis pas parisienne
        ça me gêne, ça me gêne »
        Eh bien, moi je ne suis pas parisien et ça ne me gêne pas du tout. On a les élus qu’on mérite.

  • il y a quand même un intérêt : cela ne concerne que les parisiens.
    Pourvu que cela dure !

    • Comme si le reste de la France ne payait pas, entre autres, le déficit de la ratp… !

    • vous croyez vraiment que Paris s’autosuffit ? Qu’il n’y a pas d’argent de l’ile de France, des autres communes du soi-disant Grand Paris et enfin de l’Etat qui est déversé à flot continu dans ces conn..

    • ça concerne aussi pas mal de provinciaux à qui on interdit d’aller rouler en voiture à paris dans une voiture pas assez bien à son goût.

  • qu’est ce qu’ils vont être content les sauvageons !!! ce sera toujours plus faciles de s’en prendre aux cyclistes pour les détrousser ou leur casser la gueule ( ou les deux ) ; un vélo , ça va moins vite qu’une bagnole ….

  • Les parisiens me font penser aux Nantais. Ces derniers déplorent les agressions, viols, attaques à main armées mais, refusent de nommer le problème (c’est raciste, fassiste)
    Après tout, que les parisiens se demm…. mais surtout, qu’ils ne viennent surtout venir nous les briser en venant s’installer en province pour profiter du calme.

  • Aubry, Royal, Hidalgo.. les femmes de gauches sont je préfère m’autocensuré !
    Bon à droite c’est guère mieux..

  • Génial ! Merci h16 de nous faire rire avec ce qui est tragique.

  • La fonction de maire de paris n’a strictement aucun sens ! Maire de paris c’est éviter les merdes de chien devant les monuments publics prisé par les touristes, et évacuer les squats de clandestins, j’oubliais l’hygiène des sanitaires.
    Seul un élu avec les pleins pouvoirs, dirigeant l’ensemble de agglomération parisienne, En nombre d’habitants on pourrait le définir au environ de 8 a dix millions a du sens.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Aussi incroyable cela puisse paraître, Anne Hidalgo et Elon Musk ont un lien. Ténu, mais indiscutable.

Afin de contextualiser, rappelons pour les étourdis qui ne l'auraient pas noté que, suite aux dernières élections, Hidalgo s'est pris une taule absolument mémorable. Ces péripéties passées, elle va à présent pouvoir se consacrer entièrement à la mairie de Paris et aux douze ou treize électeurs qui l'ont placée là en attendant le désastre.

Oui, désastre : le mot n'est pas trop fort puisqu'on sait déjà qu'il y en aura plus d'un p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles