La France malade de sa fascination pour le tout-politique

Seuls les outils de l’économie politique permettront d’endiguer le déclin du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France malade de sa fascination pour le tout-politique

Publié le 9 janvier 2020
- A +

Par Marius-Joseph Marchetti.

On dit souvent que c’est dans l’air du temps et des marchés turbo-giga-ultralibéraux que tout soit devenu une question d’argent, que l’argent guide le monde. Les gens n’ont pas l’air de comprendre que, même dans des pays communistes, socialistes, utopistes, où l’on se serait débarrassé d’un moyen d’échange monétaire, il nous faudrait toujours faire face au problème de la rareté des ressources.

Dans les pays où tout est politique, et nous n’en sommes pas loin, c’est le Politburo, les dirigeants, le peuple, le monarque, qui décident comment les ressources sont allouées. Cependant, sans les outils de calcul économique, il faudra plus que du courage pour y arriver.

La rareté des ressources au cœur de la définition économique

La rareté des ressources EST la raison d’être de l’économie, de la monnaie, de la propriété. La propriété n’a pas rendu les ressources rares, elle existe au contraire car il a fallu trouver des manières pacifiques et efficientes de gérer lesdites ressources.

La propriété n’est pas née pour créer des classes ; l’abondance n’existait pas au temps de ce qui a été nommé « le communisme primitif », qui n’a, semblerait-il, jamais existé. Et l’abondance ne viendra pas lorsque nous aurons quitté la phase du capitalisme pour aller vers celle du stade supérieur du socialisme. La rareté est une réalité avec laquelle l’humanité doit composer. Et avec laquelle elle compose.

La pauvreté n’est pas apparue en même temps que le capital, ce dernier n’étant lui-même qu’une consommation différée dans le temps en vue de « rallonger les processus de production ».

Le capital n’est pas vivant. Il existe car il faut composer avec un temps qui s’écoule et qui a un coût. La pauvreté est l’état originel de l’humanité, loin des remontrances des individus qui aspirent à la vie sauvage, loin du confort bourgeois qu’ils détestent. Le capital, quant à lui, a suivi l’effort de l’Homme pour sortir de sa condition animale et, de là, se diriger vers un état de civilisation.

« À l’opposé, dans un pays en processus de dé-civilisation, où chaque nouveau citoyen contribue en moyenne négativement à la société, consommant plus qu’il ne produit, davantage de population, que ce soit par naissance ou immigration, ne fait qu’empirer les choses. Et en même temps, moins de population, que ce soit par moins de naissances et d’immigration ou par davantage de morts et d’émigration, ne peut pas sauver le pays ; au mieux cela ne peut que retarder un peu l’inévitable chute : le pays mange son capital, et retournera à la barbarie une fois ce capital épuisé. » François-René Rideau

L’élévation de la civilisation est parallèle à l’accumulation de capital, c’est-à-dire à l’accumulation de consommation différée pour préparer l’avenir, et à mesure que cette civilisation grandit, elle fait grandir l’Homme civil en chacun de nous.

Préférence pour le présent et déclin

Dans toutes les civilisations déclinantes, que l’on prenne Rome ou les années folles des États-Unis, les nantis et/ou les masses décadentes, pris du goût du vulgaire, avaient un appétit pour le présent incompatible avec leur niveau respectif de civilisation.

Les sociétés déclinantes sont des sociétés où le capital pourrit ou disparaît. C’est pour cela que les slogans des socialistes qui appellent à l’affaissement de la société capitaliste n’appellent qu’au retour des modes de production sollicitant moins de capital et finalement purement et simplement au primitivisme dont l’Homme a tout fait pour sortir.

En réalité, l’Homme n’a pas le choix entre le capitalisme et le socialisme.

Il a le choix entre la civilisation et le chaos. Le capital n’est pas quelque chose de vivant, d’animé, une force vive qui dirigerait le monde. Il a simplement des propriétaires et des gestionnaires qui le dirigent vers des activités demandées par les consommateurs, et de la manière la plus efficiente.

Le socialisme d’État est précisément la chaîne de commandement dont est accusé le capitalisme. Ce sont des commissaires qui savent et vous disent : comment vous devez vous déplacer, comment vous occuper de vos ordures, jusqu’où doivent s’étendre les villes, comment vous devez peindre vos maisons, comment définir les montants et projets de votre épargne, ce que vous devez manger et à quelle fréquence, dans quelle école vous devez envoyer vos enfants, etc.

Le moteur de la civilisation à l’arrêt

Et c’est pour cette même raison que face à la primitivité de la barbarie islamiste, la civilisation occidentale n’est pas un adversaire à la hauteur. Car dans un pays capitaliste qui ne l’est plus assez, où le moteur civilisationnel, à savoir la formation de capital, est quasiment à l’arrêt, la population ne prend plus la mesure de ce qui risque d’être perdu. Pire, la plupart travaillera pour l’affaissement de son ancienne civilisation, et de sa qualité d’Homme civil.

C’est peut-être aussi pour cela que les pays de l’Est, récemment sortis de la barbarie communiste et dont le moteur civilisationnel est vivace sont ceux qui se préparent le mieux contre la réduction de leur homme civil, l’éradication de leur civilisation. Dans un pays où le capital ne croît plus, où la civilisation n’avance plus, tout un chacun se fait le défenseur de la rente qui a coupé court ce processus.

C’est la situation de la France depuis des décennies et des décennies. C’est la situation d’un pays où chacun vit davantage de la protection que de la production. La France produit un met que les autres pays n’ont pas à lui envier, car ils en produisent aussi, à moindre envergure : des prisonniers adorant leurs prisons.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Pour Marius-Joseph Marchetti, la France serait malade de sa fascination pour le tout politique.
    Or, la France n’est elle pas tout simplement malade du tout Étatique uniquement pour justifier la légitimité d’une fonction publique pléthorique; une fonction publique représentant une force électorale incontournable pour nos carriéristes politiques à tous les niveaux des institutions de ce pays.
    Un Étatisme budgétivore et inefficace ou tout un chacun, faisant plus ou moins semblant de travailler, exploite sa situation de rentier sans véritablement contribuer à la prospérité de l’entité nationale.

    • Oui, peut-être faudrait-il un titre plus adapté pour cet excellent article. Autour du lien entre capitalisme et civilisation?

  • Chaque individu a un sens inné de la propriété (il n’y a qu’à voir les enfants). La propriété n’est que la formalisation de ce sens suite à l’augmentation progressive des échanges et de la division du travail.

  • Les français aiment la rente! le statut n’est il pas une rente a vie?
    Ils préfèrent la rente au capital , çà c’est acté..ils stigmatisent le capital , mais pas la rente!
    Ainsi on voit des enseignants dire souffrir de leurs conditions de travail mais personne ne démissionne jamais.. la rente!
    Les cheminots battent le pavé , mais pas un seul ne démissionne , la rente!
    Et cette rente n’est pas servie par le capital , mais par le contribuable , c’est bien plus sur naturellement.. ce qui est paradoxal c’est l’attitude des citoyens qu approuvent que les gréves
    existent , alors qu’elles n’ont pour objet que de leur prendre plus de leur argent via les taxes!
    paradoxal non?

    • Pas de paradoxe, la rente des uns est servie par le capital des autres.

      L’état c’est cette grande fiction selon laquelle tout le monde s’efforce de vivre au dépens de tout le monde. F. Bastiat.

      Le problème avec le socialisme, c’est qu’on arrive vite à court de l’argent des autres. M. Thatcher.

      Le capitalisme, c’est le partage inégalitaire de la richesse, le socialisme, le partage égalitaire de la pauvreté. W. Churchill

      Pour éliminer la pauvreté, les socialistes s’attaquent à la richesse. W. Churchill

    • Non car je le répète sans cesse, les français sont des abrutis incapables de comprendre que c’est eux qui payent!

  • La malédiction de la politique en France, c’est que les politicards en place s’imaginent que l’on peut former des politiques à l’école ( ‘Grandes écoles’), alors que l’on n’y fabrique que des fonctionnaires…

     » Ich kann versichern: Die Politik ist keine Wissenschaft, die man lernen kann. Sie ist eine Kunst, und wer sie nicht kann, der bleibt besser davon.  »

    (Je peux vous assurer: la politique n’est pas une science que l’on peut apprendre. C’est un art, et qui ne le maîtrise pas fait mieux de s’abstenir)

    Otto von Bismarck

  • 11 fois : pays
    0 : nation
    « Un pays est une désignation géographique, une nation désigne le peuple tandis qu’un État désigne les institutions fonctionnant sur un territoire.  » Wiki

    L’auteur serait-il un macroniste qui s’ignore ?

  • Magnifique article auquel je souscris totalement.

  • Excellent article. Merci.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Karsten.

L'histoire raconte que l'on a demandé un jour au Mahatma Gandhi ce qu'il pensait de la civilisation occidentale. Il aurait répondu d'un air amusé : « Une idée géniale ! »

C'était effectivement une idée géniale, mais pas dans le sens où Gandhi l'entendait. L'Occident, comme nous l'avons expliqué dans la première partie de cette série, a accompli des exploits uniques dans les domaines scientifique et artistique. Mais il a également produit les sociétés les plus florissantes, avec une prospérité, un bien-être, un... Poursuivre la lecture

L’un des résultats paradoxaux de l’attaque de l’Ukraine par la Russie a été de montrer combien le modèle occidental restait attractif pour les populations du monde. Cette preuve d’amour pour une civilisation qui doutait d’elle-même depuis des années était inattendue. Elle peut être une véritable occasion de renouveau, mais il faudrait pour cela répondre à trois impératifs stratégiques.

Selon l’historien Arnold Toynbee, une civilisation croît lorsqu’elle est attractive, c’est-à-dire qu’elle suscite l’adhésion interne et externe des popu... Poursuivre la lecture

Par Joakim Book. Un article de Mises.org

Dans le classique de la littérature russe Anna Karénine, Tolstoï écrit :

« Les familles heureuses se ressemblent toutes mais chaque famille malheureuse l'est à sa manière ».

On peut dire la même chose des technocrates obnubilés par l’État et de leurs tendances à la planification centrale : tous les technocrates heureux se ressemblent, mais chaque citoyen-sujet malheureux vivant sous leur domination est malheureux à sa manière.

Quel que soit le sujet, les technocrates suivent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles