6 raisons d’être optimiste en 2020 !

La richesse augmente, la mortalité infantile diminue, les libertés s’améliorent… voici les raisons d’être optimiste en 2020 !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
gaeloneil by Djuliet (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

6 raisons d’être optimiste en 2020 !

Publié le 3 janvier 2020
- A +

Par Tyler Brandt.
Un article de The Foundation for Economic Education

Nous avons de nombreuses raisons d’être satisfaits et de nous réjouir de la poursuite du progrès humain.

« Les années 2010 ont été la meilleure décennie de tous les temps. Les preuves sont impressionnantes. »

Ce sont par ces mots que Johan Norberg, membre senior du Cato Institute, débute son article d’opinion pour le Wall Street Journal.

À première vue, les mots de Norberg semblent exagérés mais il pourrait avoir raison. À bien des égards, le monde s’améliore de jour en jour, et à un rythme effréné. Cela est en contradiction avec le sentiment général, où des experts clament que la démocratie s’effondre, que la catastrophe climatique menace notre existence même, ou encore que le capitalisme nous mène à notre perte.

Pourtant, la réalité est là. Les données montrent que la dernière décennie a été une période d’épanouissement et de progrès humain. Voici six faits sur le progrès humain qui nous donnent des raisons d’être optimistes à l’approche de 2020 :

1 – L’extrême pauvreté est en chute libre

Les indices d’extrême pauvreté – définie comme le fait de vivre avec moins de 1,90 dollar par jour – sont en baisse et continuent de chuter. De 1990 à 2015, l’extrême pauvreté est passée de 36 à 10 % dans le monde. En 2018, elle est tombée à 8,6 %. Ainsi, ce sont plus de 137 000 personnes qui échappent chaque jour à l’extrême pauvreté.

2 – Plus de la moitié de l’Humanité se situe dans la classe moyenne

Cela ne vous surprendra peut-être pas, mais il faut savoir qu’en septembre 2018, ce fut la première fois dans l’histoire de l’Humanité que plus de 50 % de la population mondiale se situait dans la classe moyenne, soit près de 3,8 milliards de personnes. L’un des grands bénéfices de cette évolution est la pression que cette classe moyenne fait peser sur l’économie mondiale, ce qui se traduit par davantage d’opportunités d’entreprendre et un commerce plus intense.

Pour mettre cela en perspective, seuls 1,8 milliard d’individus étaient concernés par cette situation en 2009, soit 26 % de la population mondiale. Ce qui signifie que, proportionnellement, le pourcentage de la population mondiale appartenant à la classe moyenne a augmenté de 92 % entre 2009 et 2018.

3 – L’espérance de vie globale augmente

Comme Johan Norberg l’indique également dans son article paru dans le WSJ :

« L’espérance de vie mondiale a gagné plus de trois ans au cours des dix dernières années, principalement grâce à la lutte contre la mortalité infantile. Selon l’ONU, le taux mondial de mortalité des enfants de moins de 5 ans a diminué, passant de 5,6 % en 2008 à 3,9 % en 2018. Une analyse à plus long terme montre le progrès accompli. Depuis 1950, le Tchad a réduit son taux de mortalité infantile de 56 %, et c’est le pays le moins performant au monde. La Corée du Sud l’a réduit de 98 %. »

4 – Le nombre de décès liés au climat est en recul

Norberg répond aussi à la question suivante : « Tout cela n’a-t-il pas été fait au prix d’un environnement dégradé ? » « Non », dit-il. « À un certain stade, les pays développés commencent à moins polluer. » Pour illustrer son propos, il cite la baisse du taux de mortalité liée au climat.

« Les taux de mortalité liée à la pollution atmosphérique ont diminué de près de 20 % dans le monde et de 25 % en Chine entre 2007 et 2017, selon le site Our World in Data. Les décès dus aux catastrophes liées au climat ont diminué d’un tiers entre 2000-09 et 2010-15, pour atteindre un taux de 0,35 décès pour 100 000 personnes, selon l’EM-DAT (la base de données internationale sur les catastrophes) – soit une réduction de 95 % depuis les années 1960. Ce résultat n’est pas attribuable à une diminution du nombre de catastrophes, mais à une amélioration des moyens pour y faire face. »

5 – La vie s’améliore dans les pays les plus défavorisés du monde

Les données issues de la Banque mondiale montrent des progrès continus dans les pays les plus pauvres du monde, en particulier au cours des deux dernières décennies.

L’accès à l’eau potable a été amélioré, tout comme celui à l’électricité, à l’assainissement et aux combustibles de cuisson propre.

Les données indiquent également la diminution des taux de pauvreté et de la mortalité infantile

6 – Le coût de la création d’entreprise a chuté dans les pays en développement

Des réglementations contraignantes et onéreuses peuvent dissuader des personnes de créer leur propre entreprise, ce qui est pourtant l’un des meilleurs moyens de réduire la pauvreté. Non seulement il est difficile pour l’entrepreneur de contourner la bureaucratie excessive, mais cela finit par lui coûter plus cher. Heureusement, le coût de la création d’une entreprise a considérablement diminué, en particulier dans les pays en développement.

Dans les économies à faible et moyen revenu, le coût moyen de la création d’une entreprise était de 141,76 % du revenu par habitant en 2004. En 2019, il n’est plus que de 30,85 %.

Pour terminer, quelques données partagées par Norberg sur son compte Twitter :

1. 28 % de la totalité de la richesse que l’humanité a jamais créée (mesurée en PIB par habitant), l’a été au cours de ces dix années.
2. L’extrême pauvreté a diminué de plus de moitié, passant de 18,2 à 8,6 %. Le nombre de pauvres a été réduit de 137 000 chaque jour.
3. Le taux de mortalité infantile a été réduit d’un tiers. Ainsi près de 2,1 millions de décès d’enfants ont été évités cette année.
4. L’espérance de vie est passée de 69,5 à 72,6 ans. Ainsi, chaque jour de la dernière décennie, la durée de vie moyenne a augmenté de près de 8 heures.
5. La proportion de personnes visées par des lois criminalisant les relations homosexuelles est passée de 40 % à 27 % (contre 74 % depuis 1969).
6. La proportion de pays disposant de lois protégeant les femmes contre les violences conjugales est passée de 53 % à 78 %.
7. Le taux mondial de mortalité due à la pollution a diminué de 19 %.
8. Malgré le réchauffement de la planète, les décès dus aux catastrophes climatiques ont diminué d’un tiers, pour atteindre 0,35 décès pour 100 000 personnes. Une réduction de 95 % depuis les années 1960.
9. De nombreux pays riches ont atteint le peak stuff. La consommation de 66 des 72 ressources, répertoriées par l’Institut Américain des études géologiques, est en baisse.
10. Malgré les contretemps et la nostalgie des hommes de pouvoir, la part des personnes vivant dans un pays non libre a diminué de 34 à 26 % (contre 42,5 % en 1980).

Traduction pour Contrepoints par Brice Gloux de « 6 Reasons for Optimism in 2020 ».

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • parfait
    reste a savoir pourquoi (pour qui?) les verts veulent arrêter cette progression , en tuant la démarche en mettant la main sur l’énergie! pour retourner au moyen age?

    • La crosse de hockey ! Superbe, d’ailleurs sur la deuxième figure…
      Quiconque a déjà vu un match de hockey sait qu’il vaut mieux être du côté des manches…

    • J’ai le sentiment que dans nos sociétés modernes il y a une nouvelle quête du bien-être physique (corps et esprit) et spirituel (harmonie cosmique du vivant et des éléments). En somme un être pur dans un environnement pur..
      Une mode dont ils se lasseront lorsqu’ils verront que ça ne marche pas..

    • Sans doute que les verts n’aiment pas cette prospérité envahissant le monde pour des raisons qui m’échappent …sans doute que les adorateurs de la terre avaient un pouvoir jadis et qu’ils veulent se l’approprier..ils ont été traumatisês jeune a la lecture de Tintin et le temple solaire ou par la lecture de la bibliothèque verte ou rose. Ça plus les super héros…..je ne connais pas un écolo ne relevant pas de la psychiatrie ..l’absence d’un père peut être !

      • Tout simplement parce qu’ils sont en fait des gauchistes, que le capitalisme rend dingues. Ces ignares ne veulent pas reconnaître que c’est lui qui crée la prospérité!

    • Parce que ce sont des idéologues, des gourous d’une nouvelle secte devrais-je dire, leur divinité étant la nature fantasmée, et leur diable étant l’être humain considéré comme le pire ennemi de leur divinité.
      Et que fait-on du diable dans les sectes ? On l’élimine !

      Ils ne seront contents que quand il n’y aura plus un seul être humain ; seul problème, comme il n’y aura plus d’être humain, ils ne seront pas là pour le voir. Cherchez l’erreur. C’est du nihilisme pur, en fait.

    • Les « Écologistes » n’ont strictement rien à faire de l’écologie…

      Ce sont juste des gauchistes (Marxistes) qui veulent détruire le capitalisme occidental.

      Ils ont tout essayé (prolétariat, Migrants…) mais rien n’a marché… Alors ils essaient le prétexte écologique.

  • La part des personnes vivant dans un pays non libre a diminué de 34 à 26 %. Qu’est-ce qu’un pays non libre? La France est-elle un pays libre?

  • 10 raisons pour ne pas être optimiste pour la suite de notre histoire…

  • Oui, le monde se porte plutôt mieux. On ne le dit pas assez parce qu’on a le nez sur le guidon et qu’on voit le problème immédiat, mais pas l’amélioration de fond.

    • Quelque soit l’époque on peut dire que cela va mieux sans pour autant ne pas regretter le passé souvent meilleur pour un tas de bonnes raisons…aujourd’hui meilleur qu’hier..collectivement sans doute individuellement…toujours moins de liberté !

      • Quelle que soit l’époque, pleeaase !
        ‘Quelque’ signifie un peu, environ, rien à voir avec ‘quel que’, ou ‘quelle que’…

        « C’est à quelque vingt lieues d’ici, mais quelle que soit la distance, quel que soit le temps nécessaire, il faut y aller ! »

  • Ouais! C’est la prospérité pour les pays émergeants: on ne peut plus faire un tour au musée du Louvre sans faire la queue derrière des millions de chinois, dans certaines stations du metro on croit être en Afrique, nos retraites vont baisser car on leur a filé nos usines……

  • « La prospérité augmente……mais « on » n’en a pas conscience ». OK. POURQUOI ? Et à mon avis la question est là. Les jeunes n’adhèrent plus vraiment à la Société, au sens large, qu’on leur propose. Et il n’y a pas que ceux qui verdissent/rougissent, il y a un phénomène général de désenchantement (travail, amour, citoyenneté, avenir, sens…).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs jours, les médias et les réseaux sociaux crachent leur haine sur le milliardaire Elon Musk après son rachat de Twitter. N’aurait-il pas pu régler tous les problèmes du monde avec ces 44 milliards d’euros ?

À la base de ce déferlement, la haine de la liberté, l’ignorance de l’économie.

 

Merci au capitaliste !

Soyons clairs : Musk fait davantage pour le pouvoir d'achat de l'individu lambda que tous les syndicalistes et hommes politiques du monde, et davantage pour l'écologie en aidant à fournir des mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles