Afrique du Sud : il est temps de vivre et de laisser vivre

Vivre et laisser vivre, avec l’égalité de tous devant la loi, est le moyen de favoriser la coopération et d’améliorer la vie de tous en Afrique du Sud.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Mpumelelo Macu on Unsplash - https://unsplash.com/photos/l_YNobbDYJk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Afrique du Sud : il est temps de vivre et de laisser vivre

Publié le 10 décembre 2019
- A +

Par Temba Nolutshungu.
Un article de Libre Afrique

Le statut économique médiocre de l’Afrique du Sud est le fruit direct de l’intransigeance politique. Les décisions actuelles du gouvernement ignorent les leçons de l’Histoire.

Dans un contexte où l’économie est déjà fragile, l’élaboration persistante de politiques défavorables est carrément destructrice et conduit à une réduction des investissements productifs, ce qui cause des torts indicibles aux citoyens.

Quelles politiques permettraient le recul de la pauvreté ?

Il est temps de changer de politique et de mettre en place un système qui place les intérêts du peuple avant les intérêts étroits des politiciens à la tête du gouvernement et de leurs courtisans en quête de rente.

Les politiques porteuses de changements positifs consisteraient à :

— Abandonner toutes les lois et tous les réglementations discriminantes qui causent des tensions raciales, ralentissent la croissance économique, aggravent au lieu de réduire la pauvreté des pauvres.

— Donner aux pauvres du pays, au prorata de leurs ressources, les parts de propriété de toutes les entreprises d’État héritées du gouvernement de l’apartheid, comme cela a été fait avec succès en République tchèque.
De même, il faut permettre aux occupants d’accéder à la propriété complète et sans restriction des maisons municipales où ils habitent légitimement ; et donner aux communautés traditionnelles (en tant que communautés) un titre de propriété sur la terre qui leur revient de droit. Cette mesure à double tranchant constituerait à elle seule un catalyseur pour l’autonomisation économique à une échelle sans précédent.

— Adapter la législation du travail pour permettre aux chômeurs de longue durée (depuis 6 mois ou plus) de contracter volontairement des contrats de leur choix avec les employeurs, en particulier les propriétaires de micro-entreprises.

— Supprimer toutes les paperasseries qui causent des coûts inutiles aux entrepreneurs et les empêchent de fournir des biens et des services aux consommateurs de la manière la plus efficace et la plus efficiente possible.
Cela aura pour conséquence une prolifération d’entreprises, en particulier dans le secteur des PME à forte intensité de main-d’œuvre.

Ces propositions toucheraient directement les pauvres, les libéreraient de la pauvreté de manière à renforcer la croissance économique et à permettre à l’économie de fonctionner de manière optimale.

Prendre en compte l’histoire des réussites économiques mondiales

Lors de l’examen des recommandations proposées, les gouvernements devront prendre en compte l’histoire économique mondiale.

La révolution industrielle qui a changé le monde pour toujours a été déclenchée par des changements de politiques spécifiques.

Ainsi, les travaux de feu le professeur Angus Maddisson montrent comment le PIB par habitant dans le monde n’a commencé à augmenter rapidement qu’à partir de la fin du XVIIe siècle.

Jusqu’à il y a un peu plus de deux siècles, la plupart des habitants de la planète vivait dans la pauvreté et la misère. Au cours des dernières décennies du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, l’Angleterre a subi une transformation majeure, connue sous le nom de révolution industrielle.

Ces changements devaient influencer positivement les événements dans le reste du monde, y compris en Afrique du Sud, et se traduire par des revenus plus élevés et des conditions de vie améliorées, inconcevables au cours des siècles précédents.

Il est généralement admis que l’un des changements les plus importants survenus pendant la révolution industrielle a été la production en série rendue possible par l’introduction de machines.

La révolution de l’éducation qui a accompagné la révolution industrielle, et qui a permis aux Anglais d’être bien instruits et d’améliorer leurs compétences techniques, est moins connue.

Certains métiers ont disparu du fait des progrès techniques, mais de nombreux autres ont été créés, de la même manière que les téléphones ont remplacé les tubes parlants et les ordinateurs ont remplacé les livres comptables.

En 1951, 37 % de la population active anglaise, soit plus de 6 millions de personnes, étaient classées dans la catégorie des artisans qualifiés, et 30 % étaient des cols blancs, ce qui dénote une amélioration substantielle par rapport aux périodes antérieures.

La révolution industrielle est souvent présentée à tort comme une période de souffrances accrues pour les travailleurs. La vérité est que les personnes qui ont quitté les fermes et le travail domestique pour travailler dans les usines l’ont fait pour améliorer leurs revenus ainsi que leurs conditions de travail et d’existence.

De même, l’urbanisation en cours en Afrique du Sud est motivée par la recherche de meilleures opportunités à long terme pour les familles que celles que l’on peut trouver dans les fermes et dans les zones rurales.

Le changement doit consister à transformer les conditions de vie de ceux qui n’ont pas appris à lire et à compter, afin qu’ils acquièrent des compétences qui leur permettront de gagner leur vie et de ne pas dépendre des autres pour leur bien-être.

Si les propositions décrites dans cet article étaient adoptées, l’Afrique du Sud, comme d’autres pays africains d’ailleurs, connaîtrait sa propre révolution économique, une transformation positive dans laquelle tous les habitants du pays œuvreraient en faveur d’une croissance économique plus forte et une vie meilleure, pour eux-mêmes et pour tous les autres.

Vivre et laisser vivre, avec l’égalité de tous devant la loi, est le moyen de favoriser la coopération dans tous les domaines et d’améliorer la vie de tous les Sud-Africains.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture

On remarquera que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dans ce bref entretien, où il n’est question que d’ajouter 1 h 30 d’enseignement scientifique aux élèves dont ce n’est pas un «  enseignement de spécialité », doit à la fois se référer aux paroles du président de la République et au Conseil supérieur des programmes qui a élaboré un « projet pour un nouveau programme de mathématiques » à la rentrée 2022 :

🎙️ @jmblanquer : "Nous allons mettre plus de mathématiques dans le tronc commun. 3h30... Poursuivre la lecture

Le 5 mai dernier, nous avons appris le décès de l’économiste Axel Leijonhufvud, né le 6 septembre 1933 à Stockholm. Il est catalogué comme faisant partie du courant néokeynésien, même si sa pensée était plus complexe que cette simple classification.

J'ai appris beaucoup sur la macro-économie ces (quasi) deux dernières années grâce à Axel Leijonhufvud, d'abord par l'intervalle de Steven Horwitz, George Selgin ou Michael Hoffman (et d'autres), puis en le lisant directement. Les travaux de Leijonhufvud restent cependant moins connus qu'il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles